Contenu | Menu | Recherche

L'imagination n'est fertile que lorsqu'elle est futile (V. Nabokov)

FIJ 2018 : visite à Cannes

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Reportages
Date : 04 mars 2018

Une bonne édition du FIJ, avec des entrées moins mal gérées que d'habitude. Ça veut dire que la queue est moins insupportablement longue. Par contre des pass VIP payant à 30 € pour ceux qui ne veulent pas faire la queue et entrer une heure avant les autres, c'est pas cool. Et les règles qui restreignent étroitement l'entrée de nourriture, histoire d'imposer le recours aux prestataires à l'intérieur du bâtiment, pas cool non plus.

En dépit de ces faiblesses d'organisation, la fréquentation ne faiblit pas, bien au contraire. Le samedi, les innombrables tables de jeux ne désemplissaient pas. Même si la dimension internationale de l'événement est un peu surjouée, il y a essentiellement des français dans les exposants, c'est quand même une manifestation qui monte en puissance. Et qui est centrée surtout sur le jeu de société. JDR, GN et wargame ont une place mesurée, relégués dans un coin à l'écart du flux principal. Notons que le jeu vidéo est également peu important et dans un coin, mais un autre coin, ce qui évite d'avoir trop de bruit dans les oreilles. De toute façon, avec 30 000 m², il y a de la place !

Le Graal, groupement azuréen des associations ludiques, gérait un espace conséquent, avec une bonne quantité de tables, comme d'habitude partagées entre les diverses composantes. En effet c'est une sorte de fédérations d'associations variées, regroupées en sections, telles que GN ou figurines. La section JDR, à elle seule, avait une dizaine de tables de jeu. Comme elles étaient placées derrière la ligne de tables de stand, la gestion se faisait facilement, plus que d'autres années.

Parmi les auteurs qui avaient leur place dans les stands du Graal, notons les suisses de 2d Sans Faces, qui proposent Freak' Squeel mais aussi leur nouveauté, Itras By, fraîchement traduit du suédois en passant par l'anglais. Ils voient s'approcher la date de sortie de Contes du Soleil Levant, le JDR Totoro-like et ainsi rattrapent leur retard de publication. Thomas Munier présentait ses nombreux jeux variés, y compris Millevaux et Aldo Papacoda, le régional de l'étape, ses œuvres parmi lesquelles Chiaroscuro et L'Empire du Soleil Défunt. Venu de plus loin, Fabien, organisateur de l'incomparable RPGers, vient montrer Ekho, son JDR multimédia philosophique. Batronoban, avec son masque de cochon à cigare, se partage entre son stand Graal et sa présence au stand commun de Book in Games, l'alliance Raise DeadDeadcrowsBatro'games. Les auteurs des Gardiens confirment que la souscription pour aller explorer le monde de Razzadian aura lieu d'ici la fin de l'année. Et gag personnel, l'auteur principal de Terre2, qui vient de sortir chez Blam, fiche à venir, est un de mes anciens élèves.

Les éditeurs présents avec leurs propres stands étaient nombreux, outre Deadcrows et alliés déjà cités, qui ont beaucoup de Capharnaüm à l'étalage. Ils préparent la sortie de Mindjammer et de Monster of the Week, gèrent la souscription en cours pour la Trilogie de la Crasse de Batrononoban et travaillent sur Nautilus, un jeu vernien.

Sans Détour, pas loin du stand Ludikbazar-Ludibay, montrait ses productions, cthulhiennes en particulier mais aussi annonçait le retour de Confrontation, le fameux jeu de figurines disparu depuis une dizaine d'années. Ils combineront un KS pour la boite prestige avec des centaines de figurines différentes et la vente en boutique pour les nombreux blisters prévus par la suite. Et la sortie d'Aventure de Mahyar Shakeri est aussi une grosse affaire pour eux.

Black Book Editions est content d'annoncer que Pavillon Noir 2 est parti à l'impression, et en attendant distribue du Chroniques Oubliées en quantité, tout en faisant des démo de Tails of Equestria, dont la sortie en VF est proche… Ils ne s'endorment pas, donc. Nombre de leurs souscriptions en retard devraient sortir cette année, une fois franchi le goulot d'étranglement de PN2 : Amazonia et le Black Book pour Polaris, Dragon Age, Œil Noir et autres Lamentation of the Flame Princess. Et puis l'équipe Casus Belli est venue en force, avec comme les années précédentes l'enrégistrement d'une série d'interviews pour la chaine Youtube de Casus Télé, avec Damien dans le rôle de l'inquisiteur, je veux dire de l'interviewer. L'illustratrice de CO mini, entre autres, Stephanie Böhm, dédicace tranquillement.

Arkhane Asylum est à fond sur le monde des ténèbres, y compris des éditions collectors de toute beauté, mais ils sont déjà en train de gérer la transition des éditions 20° anniversaire vers la nouvelle cinquième édition qui s'annonce, en Vampire pour commencer. Tales from the Loop était présent sous la forme d'un prototype, pour apporter un peu de fraîcheur, de même que Star Trek Adventures. Et ils annoncent le premier jeu de l'illustrateur Olivier Sanfilippo, L'Empire des Cerisiers, un jeu japonisant en souscription au mois de mai. Sans oublier le projet The Witcher ...

Agathe a comme d'habitude quelques artistes en dédicace et expose des piles de Dragon (vol 1) en trois couvertures différentes dont une particulièrement magnifique, dans les tons rouges. Piles aussi de Septième Mer, leur autre dernière sortie et là, ils présentent plus que le livre de base. Nombre de supplément sont disponibles, et la grande carte de Théa décore leur stand. Et Vampire : le Requiem vient compléter l'exposition.

EDGE montre NightWitches comme seule réelle nouveauté rôliste du moment, mais prépare plein de sorties JDR : Warhammer versions classique et Age of Sigmar, un JDR de la gamme Fin du Monde de plus, a priori La Révolte des Machines, et Légende des Cinq Anneaux, cinquième édition. Des traductions Degenesis sont dans les tuyaux, bien entendu. La suite de la gamme s'annonce spectaculaire, disent-ils. Par contre, Orken, le projet med-fan de Sixmorevodka reste nébuleux, même s'ils ont un livret de présentation disponible. De toute façon, le jdr n'est qu'une partie de leur vaste stand.

Je croise Yann, Mister Ludopathes himself, toujours aussi bouclé que souriant. Je me fais interviewé par la petite équipe de ind100. Je profite du thé gratuit du Graal, une institution, comme le jambon découpé sur place par les habitués de l'équipe GN. Ils comptent en passer trois sur l'ensemble du FIJ ! C'est que ça mange, les joueurs. Les cosplayeurs Star Wars circulent en groupe dans les allées, sabre laser allumé. Il faut dire que qu'une association de combats au sabre-laser est présente et organise spectacles et initiation. Mais ça ne se limite pas à eux et des super-héros passe de temps en temps, car une association organise des animations à base de personnages types comics de SH.

Bref une édition sympathique, beaucoup d'éditeurs présents, des stands bien remplis, des tables de jeu, des auteurs débutants qui viennent se présenter et faire découvrir leur jeu. Que demander de plus ?