Contenu | Menu | Recherche

War doesn't determine who's right, only who's left.

Vade+Mecum : C’est sur un échiquier et au mois de mai que l’on sait ce que le joueur fait

14 avril 2013, il pleut toute la nuit sur Los Angeles, et la journée promet d’être longue pour quelques héros… King, Queen, Bishop et Knight n’auront que 24h pour déjouer un complot terroriste au parfum ésotérique. 24h pour comprendre qui bouge ses pions et le mettre en échec. Une nuit blanche pour éviter un jour noir.

Vade+Mecum est la nouvelle création de Romaric Briand, inspirée de ses réflexions sur les spécificités du jeu de rôle en tant que média, et des théories du Maelstrom et du contenu fictionnel malléable qu’il en a retirées. Désireux de mettre cette théorie en pratique, il crée un jeu qui récompense le questionnement des joueurs autour de l’intrigue du scénario, encourageant l’immersion du groupe et favorisant la convergence des imaginaires de ce groupe autour de son scénario. Dans le même ordre d’idée, il fait l’effort de (re)formaliser les règles tacites du jeu de rôle pour que les règles fondamentales du jeu ne soient pas oubliées derrière les règles de résolution des actions. Si Sens, son précédent jeu, jouait avec les limites du jeu de rôle, Vade+Mecum, lui, est tout entier consacré à ce qui en fait le cœur.

L’objectif affirmé est d’ailleurs de faire un jeu complet et accessible à des néophytes. Et il le fait ici  sans opter pour le minimalisme allant souvent de pair avec le jeu de rôle indépendant. Au contraire, il surenchérit d’outils de jeux destinés à aider Seigneur et joueurs, et apporter un certain ludisme à sa création. Ce n’est pas qu’un livre que l’on achète avec Vade+Mecum mais un paquet d’outils pour rendre la campagne plus facile et fluide que jamais. Il y a bien sur le jeu d’échec et les dominos, qui offrent une vision claire des scènes d’exploration et d’action tout en apportant des mécanismes de gestion de l’espace très ludiques. Il y a aussi les cartes des pouvoirs bien pratique. Il y a les fiches de révélations et de problématiques qui posent des jalons dans l’avancée de l’intrigue et peuvent former une récompense aux réflexions qui font avancer le scénario et ses thématiques. Il y a cet Opus Dei au milieu de la table qui marque l’immersion. Il y a les scènes de transitions qui rappellent celles des jeux vidéos. Et puis un système de résolution très classique au final et surtout une écriture efficace et didactique.

Au final, c’est un bon burst direct et efficace dans la droite ligne des jeux vidéos et des films d’action décomplexée des années 1980, mais sans pour autant être décérébré. Et si Sens, pouvait intimider par son format et sa thématique, ici Vade+Mecum vous met directement à l’aise, vous annonce clairement la couleur et vous prend en main pour réussir une campagne rythmée et épique.

Au terme d’un des financements les plus transparents du monde du jeu, Romaric Briand nous offre ici une démonstration du fait qu’intellectualiser le jeu de rôle en amont permet de créer en aval de bons jeux, simples, et accessibles aux néophytes comme aux anciens. Est-ce que l’effort fourni par l’auteur vous permettra au final de passer plus facilement un bon moment ensemble à partager le Maelstrom de la partie ? C’est à vous de nous le dire. Mais au GRoG, on y croit.

Joyeux anniversaire !

...gagnent un niveau !

Le Grog d'Or


Après avoir élu un premier Grog d'Or pour fêter le premier anniversaire du site, l'équipage a décidé que cette décoration serait annuelle. Tous les ans, au mois de mai, les matelots discutent de leur(s) choix sur la liste de diffu...

Filtrer les vignettes en page de garde...

(Si aucune annonce du type souhaité n'existe, l'affichage sera celui par défaut)

Soutenez le Grog

Vous appréciez le Grog ?
Donnez un peu de votre temps
Donnez un peu d'argent

Faites découvrir le jdr

Faites découvrir le jeu de rôle grâce à l'excellente plaquette de la FFJdR. Il suffit de la télécharger...