Contenu | Menu | Recherche

Pour ceux qui kiffent grave le jdr.

Si DeGenesis n'a pas de grands froids, le vent dominera tous les autres jeux

Ce n'était pas vraiment une légende, plutôt une rumeur. Il existait, disait-on, outre-Rhin un jeu de rôle particulier, dans son univers et dans sa présentation. Il était question d'illustration mais aussi de mise en page, de couverture… Cette rumeur avait un nom, pas spécialement du genre à claquer aux vents de la destruction comme un étendard funeste : DeGenesis. Quant à savoir de quoi ça parlait, mystère. Ce n'était pas vraiment un titre explicite, même s'il était plutôt intriguant. Mais la langue d'Helmuth Kohl était un sérieux obstacle pour le rôliste français moyen et c'était un petit éditeur sans trop de moyens. Seul une poignée de rôlistes en savaient réellement plus de ce coté ci de la Forêt Noire.

Je vous parle ici d'un temps que les rôlistes de moins de vingt ans ne peuvent guère connaître, car DeGenesis est sorti pour la première fois au tout début du XXI° siècle. Mais il ne fut jamais traduit dans sa première édition et la rumeur s'est éteinte, lentement, au fil d'une dizaine d'années sans trop de nouvelles.

Soudain, la nouvelle d'une seconde édition, accompagnée d'un trailer de grande qualité visuelle, fit du bruit dans nos terres. Et ce qui en fit encore bien plus par chez nous, ce fut l'annonce d'une traduction par EDGE. Financée en partie par une pré-commande, le jeu est enfin sorti et la légende a pu être confrontée à la réalité.

Et visuellement, c'est une sacrée claque. La nouvelle édition introduit la couleur pour une mise en scène magnifique d'un monde post-apocalyptique dans une Europe ravagée mais qui lutte encore pour sa survie. Les illustrations ne sont pas des ajouts après coup mais elles sont placées au cœur même du projet. Elles contribuent largement à rendre vivant, crédible, inquiétant, ce monde chancelant. Même la mise en page, la typographie, la disposition des titres, tout montre un remarquable travail de la part d'une équipe de créateur-graphistes qui, étant leur propre éditeur, ont pu aller au bout de leur concept sans interférence. Et la production de la version française a su relever le défi de la qualité matérielle des ouvrages.

L'univers, riche, dense, varié, porte la marque des histoires et des cultures européennes. Pour une fois, le genre post-apo n'est pas le prétexte à un western déguisé. Les cultes et les clans s'allient, se combattent, se méprisent, et surtout commercent. Les menaces sont fortes et la survie même de l'humanité est en jeu, en tout cas d'une humanité que nous puissions encore reconnaître comme telle. Les spores pervertissent toute vie, y compris les êtres humains. Le tout est porté par une écriture lyrique qui a donné du fil à retordre aux traducteurs. Le lecteur est emmené par le texte à la découverte de cette Europe et de cette Humanité meurtries. Le futur Meneur devra faire face à la complexité réaliste et politique de cet univers, et au fourmillement des ouvertures scénaristiques. Le joueur devra ambitionner plus que la simple survie de son personnage, c'est l'espèce humaine qui est en jeu.

Et c'est cette rumeur entrée dans la réalité en dépassant sa propre légende que l'équipage du GRoG a voulu mettre à l'honneur ce mois-ci. DeGenesis est notre jeu du mois de février, et l'homo degenesis est parmi nous.

Joyeux anniversaire !

...gagnent un niveau !

Proposer une news


Bonne nouvelle, vous pouvez proposer une news. La passerelle est bien trop occupée à maintenir le navire à flot pour naviguer sur tous les sites d'éditeur, mendier des infos à ses contacts, torturer ses amis. Vous avez sûrement l'...

Filtrer les vignettes en page de garde...

(Si aucune annonce du type souhaité n'existe, l'affichage sera celui par défaut)

Soutenez le Grog

Vous appréciez le Grog ?
Donnez un peu de votre temps
Donnez un peu d'argent

Faites découvrir le jdr

Faites découvrir le jeu de rôle grâce à l'excellente plaquette de la FFJdR. Il suffit de la télécharger...