Contenu | Menu | Recherche

Restez sur vos gardes, ne faites confiance à personne, gardez vos dés à portée de main

Pavillon Noir : En août, c'est drapeau noir, poudre et vaudou.

Alors que certains migrent en direction de la mer et de plages ensablées en cette période estivale, d'autre revoient enfin la terre après des années passées en galère.

Non il ne s'agit pas du GROG et de son équipage (encore que les similitudes sont trompeuses ...) mais bien du vaisseau Pavillon Noir, mis à l'eau par les forbans de Black Book Editions en 2013, armé par plus de 800 pledgeurs à l'occasion de la toute première campagne de financement participatif de l'éditeur, et parti voguer vers des contrées inconnues en quête de richesses.

Il aura fallu 5 ans pour qu'on repère à nouveau le navire près de nos côtes. Pris dans les tempêtes, victime de mutineries et plusieurs fois menacé de sombrer, le fier équipage a pourtant réussi à garder son cap contre vents et marées, et si la route a été plus longue que prévue, c'est les cales chargées d'or que le navire rentre au port !

Et au vu du poids du butin, les participants en ont eu pour leurs doublons : Si le livre de base, La Révolte, et son compagnon, À Feu et à Sang, ont déjà de quoi occuper la vigie pendant ses heures de veille (600 pages cumulées dans deux tomes richement illustrés, regroupés dans un écrin de carton frappé du Jolly Roger), ce sont surtout les journaux de bord du capitaine, Les Carnets de Vercours, qui impressionnent par leur exhaustivité ... et par leur masse ! Et que dire du reste du magot : Un écran en carton fort, des dossiers de personnages, de multiples aides de jeu et cartes précieuses des caraïbes, des dés, une campagne complète, un plateau welleda pour représenter les combats navals mais surtout plus de 1200 cartes à jouer illustrant les événements en mer, les passes d'escrime ou encore les interventions des esprits vaudous. Les marins les plus chevronnés pourront également être initiés à l'art de l'escrime ou être témoins de phénomènes surnaturels entre ciel et terre, moyennant une part de butin supplémentaire.

Mais pour ceux qui ont croupi au fond d’une geôle ces 14 dernières années, reprenons les fondamentaux. Pavillon Noir vous propose de jouer des membres de l’équipage d’un navire (pirate surtout) : gabier, chef de pièce, chirurgien, enseigne, ... et moult autres rôles dont vous découvrirez l’existence au fil des pages de ce jeu encyclopédique. Vous pouvez aussi être un cadet de Gascogne ou un prêtre vaudou, embarqué par les aléas de la vie. Pavillon Noir offre un vaste choix d’époques et de lieux, depuis le temps des conquistadors (début du XVIe) jusqu’à la guerre de succession d’Espagne (début XVIIIe), sur les mers des Caraïbes bien sûr (Cuba, Jamaïque, Antilles, côtes du Venezuela et d’Amérique Centrale), mais aussi aux Bahamas ou le long des côtes de Floride, de Louisiane, ou de Guyane.

Que dire du jeu en lui-même ? Si la première édition, saluée par le GROG en novembre 2004, donnait déjà toutes les clés de la piraterie, l’auteur a depuis peaufinée sa technique d’escrime littéraire et encore plus approfondi sa connaissance des frères de la côte.

Le système de jeu adopté par Pavillon Noir n’a pas changé dans ses fondamentaux (Xd10 lancés selon le niveau “X” de compétence, chaque résultat inférieur ou égal à la caractéristique appropriée générant un succès), mais il a été remanié et simplifié. Si la mécanique du système n’est guère complexe, c’est l’environnement à bord qui peut se révéler intimidant à mettre en scène: le vocabulaire maritime, les stratégies du combat naval (qui tiennent compte par exemple du tirant d’eau, de la finesse du bord d’attaque des voiles, et de la compétence du timonier !), la complexité de la situation politique et économique des iles, ... Si Pavillon Noir ne rechigne jamais à expliciter (clairement) toutes ces subtilités historiques, il n’est pas nécessaire de tout assimiler, la présentation invite à picorer à droite et à gauche pour mettre en scène seulement l’aspect qui vous intéresse, même si c’est la culture Arawak plutôt que la recherche du trésor de Rakham le Rouge.

Faut il pour autant en faire le jeu du mois ? Certes l'embarcation revient de loin, d'aucuns ayant oublié jusqu'à son existence, d'autres considérant avec amertume cette longue attente. Pourtant un vent nouveau souffle sur la communauté rôliste française, un vent apportant rumeurs de piraterie et de liberté. Les règles plutôt simulationistes servent pleinement l'ambiance du jeu, ancré dans la réalité historique et retranscrivant un idéal de piraterie bien loin du cliché hollywoodien, mais ce sont avant tout les qualités d'écrivain de l'auteur qui parviennent insuffler l'esprit des grandes courses au large et qui donnent au plus complet néophyte la furieuse envie de tenter l'aventure en mer.

Joyeux anniversaire !

...gagnent un niveau !

Proposer une news


Bonne nouvelle, vous pouvez proposer une news. La passerelle est bien trop occupée à maintenir le navire à flot pour naviguer sur tous les sites d'éditeur, mendier des infos à ses contacts, torturer ses amis. Vous avez sûrement l'...

Filtrer les vignettes en page de garde...

(Si aucune annonce du type souhaité n'existe, l'affichage sera celui par défaut)

Soutenez le Grog

Vous appréciez le Grog ?
Donnez un peu de votre temps
Donnez un peu d'argent

Faites découvrir le jdr

Faites découvrir le jeu de rôle grâce à l'excellente plaquette de la FFJdR. Il suffit de la télécharger...