Dieux Ennemis : Désolé John, l'hubris était trop tentante en février

Il y a presque 20 ans, Enemy Gods était un jeu développé par John Wick avec un système très original. Les joueurs y incarnent d'une part des héros liés à leurs dévotions à 7 dieux, ou à leur orgueil personnel (hubris). Et d'autre part les dieux, qui octroient des faveurs ou des malheurs à leurs personnages à la mesure de leurs dévotions, voire même décident de la réalité du monde des héros. Ce système à la fois simple et riche peut servir de moteur à des aventures épiques, dans un climat de fantasy antique où le merveilleux dispute au miraculeux.

Le jeu était générique, mais l’appendice du jeu original décrivait succinctement un monde, Shanri et son panthéon de 7 dieux…

Les XII singes reprennent le jeu 10 ans plus tard pour proposer une version française : il n’a pas vieilli, il est toujours aussi innovant. Ils prennent de plus le pari ambitieux et risqué de développer l’univers du jeu. La gamme aura donc 7 suppléments, qui décriront progressivement un monde marqué par les dieux, un monde où les héros pourront se faire les agents des dieux, lorsque le destin leur donne l’occasion de changer le cours de l’histoire. Chaque supplément sera consacré à l'un des 7 dieux, à l'une des 7 nations du continent principal, et proposera une petite campagne étroitement liée au thème de l’ouvrage. C’est aussi ce travail magnifique que nous saluons ce mois-ci. Parce que c’est non seulement un panthéon structuré, un monde riche et envoutant, et une belle série de scénarios qui ont été publiés, mais c’est également un pari éditorial réussi. Un pari éditorial qui s’est conclu par une souscription ayant permis de publier le dernier ouvrage consacré à la Justice, ainsi que deux suppléments en bonus, l’un sur les arcanes du monde, l’autre faisant partie de la série « Initiative! » qui décline en versions simplifiées et facilement accessibles les principaux jeux de l’éditeur.

L’aventure française des dieux ennemis a donc duré 7 ans, avec un petit creux entre 2017 et 2020, mais sans jamais compromettre la qualité et la richesse du background ni l’originalité des scénarios. Malgré le format à l’économie – petits livrets en noir et blanc dans une chemise à trois volets – la gamme s’est dotée au fur et à mesure de nombreuses aides de jeu, d’une belle carte en couleur, d’une théologie originale très ancrée dans la géographie avec une belle palette de cultes et de lieux sacrés, d’une belle galerie de PNJ. Le Monde a pris vie entre les mains des XII Singes, et il est imprégné par ses dieux, en profondeur.

Les ressorts du jeu sont les capacités héroïques des personnages, capables d’exploits à la mesure de leur dévotion, la dimension épique des aventures, mais aussi les interventions permanentes des dieux, par le truchement desquels le scénario peut dévoiler une partie de la vérité, des artefacts ou des secrets enfouis depuis longtemps. Des Dieux qui ne devraient pas oublier qui sont réellement les dieux ennemis éponymes, ces puissances maléfiques qui agissent dans l’ombre, sources de corruption, créateurs de monstres. 

Jonh Wick, Dieu des MJ vicieux, doit être satisfait de ses héros francophones : voilà qu'il leur accorde la bénédiction du jeu du mois de février.

Joyeux anniversaire !

...gagnent un niveau !

Le Jeu du Mois


Quand on inventorie et décrit* des jeux à la pelle (et pas seulement de Cthulhu), on a forcément envie à un moment ou à un autre d'en choisir un comme étant le meilleur. Chaque mois, tous les jeux qui ont une actualité récente (mo...

Filtrer les vignettes en page de garde...

(Si aucune annonce du type souhaité n'existe, l'affichage sera celui par défaut)

Soutenez le Grog

Vous appréciez le Grog ?
Donnez un peu de votre temps
Donnez un peu d'argent

Faites découvrir le jdr

Faites découvrir le jeu de rôle grâce à l'excellente plaquette de la FFJdR. Il suffit de la télécharger...