Contenu | Menu | Recherche

Restez sur vos gardes, ne faites confiance à personne, gardez vos dés à portée de main

Designers & Dragons '80-'89

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 390 pages format A5.

Description

Sous-titré A history of the roleplaying game industry, Designers & Dragons est une série en quatre volumes racontant l’histoire du jeu de rôle aux USA, en se focalisant sur les hauts et les bas des éditeurs. Fruit de 10 ans de recherches, chaque volume décrit une décennie, depuis les années 1970.

Ce deuxième volume court de 1980 à 1989, une décennie considérée comme extrêmement fertile pour le milieu du jeu de rôle aux USA. Paradoxalement, sur les 22 éditeurs recensés, moins de 5 ont survécu jusqu’à nos jours.

Après une page de titre et une page de crédits, viennent un sommaire détaillé (5 pages), une préface de Mike Pondsmith (3 pages) puis un avant-propos de l’auteur (4 pages).

Les chapitres qui suivent sont enrichis de précisions sur les éventuels croisements et destins entre les jeux et les éditeurs, puisque le développement des jeux de rôle est faite de rencontres, de fusions et de conflits. On notera que l’auteur analyse l’évolution jusqu’à nos jours des éditeurs (comme Steve Jackson Games) étant encore en activité, et ne s’arrête pas en 1989 dans ces cas là.

Le premier chapitre s’attarde sur Simulations Publications, Inc, (11 pages) de 1969 à 1980. Ce petit éditeur de wargames a influencé le design de certains JdR en répartissant l’information dans des accessoires, et a aussi publié l’adaptation de la série Dallas, ou le jeu DragonQuest qui sera plus tard distribué en librairies, par exemple.

Suivent :

  • Task Force Games, de 1978 à 1996 (11 pages). TFG publia notamment un jeu de contre-terrorisme, Delta Force : America Strikes Back, mais créa aussi une série de wargames présentant une version alternative de l’univers de Star Trek : StarFleet Universe, qui ne prendra son envol en jeu de rôle que dans les années 90.
  • Steve Jackson Games, de 1980 à aujourd’hui (34 pages), est célèbre pour avoir publié les règles génériques du système GURPS ou l’humoristique Toon, après avoir eu du succès avec des jeux de plateau comme Car Wars ou le magazine Space Gamer.
  • FASA, créé par Jordan Weisman de 1980 à 2001 (27 pages), a publié des jeux à grand succès tels que l’adaptation de Star Trek ou Dr Who, mais aussi le mélange cyberpunk/fantasy Shadowrun ou même l’adaptation de l’univers futuriste et militaire Mechwarrior/Battletech. Weisman ira ensuite fonder WizKids, éditeur de figurines pré-peintes.
  • Gamelords, de 1980 à 1984 (9 pages). Bien qu’elle ne vivra que 4 ans, cet éditeur publiera la série des Thieve’s Guild, des règles et conseils pour incarner des voleurs et autres roublards dans un monde médiéval-fantastique inspiré de D&D.
  • Iron Crown Enterprises de 1980 à nos jours (33 pages). ICE a publié Arms Law, d’abord un supplément pour D&D et autres jeux médiévaux proposant des tables de blessures spéciales hautes en couleur, succès qui mènera au développement d’un corpus de règles extrêmement détaillé : Rolemaster, et son monde officiel Shadow World. ICE fut aussi le premier éditeur a publier l’adaptation officielle du Seigneur des Anneaux.
  • Hero Games, de 1981 à aujourd’hui (58 pages). Leur best-seller Champions, puis les règles génériques dérivées nommées Hero System, fut publié selon des principes repris par la suite pour GURPS. Ce jeu basé sur une répartition de points entre des caractéristiques et sur une longue liste d’avantages et de désavantages qualitatifs eu un succès retentissant.
  • Palladium Books, de 1981 à aujourd’hui (23 pages), et son fondateur originaire de Detroit, Kevin Siembeda, a marqué l’industrie américaine du JdR en proposant des jeux à bas prix, à couverture souple (ce qui n’était pas le standard de l’époque) en commençant par Mechanoid Invasion, en grandissant grâce à la licence Teenage Mutant Ninja Turtles, puis leur best-seller : le multivers gonzo RIFTS.
  • Leading Edge Games, de 1982 à 1993 (11 pages), fut connue pour son système de combat très détaillé et contemporain, appelé Phoenix Command. Les années 1980 furent en effet riches en jeux aux règles complexes, ou à orientation “militaire” comme le souligne l’auteur.
  • Bard Games, de 1982 à 1990 (10 pages), publia l’univers de Talistanta, médiéval-fantastique riche en magie et en peuples exotiques et inédits, et, comme le proclamait l’éditeur : “garanti sans elfes !”.
  • Yaquinto Publications, de 1973 à 1983 (6 pages), est crédité pour avoir publié des jeux courts et faciles à apprendre grâce à une écriture pédagogique, notamment avec Timeship et Man, Myth & Magic, un jeu qui inventa presque la notion de campagne, d’aventures liées entre elles.
  • Mayfair Games, de 1980 à aujourd’hui (15 pages). Mayfair, éditeur de jeux de plateau, fit irruption dans le monde du JdR en publiant une série de suppléments pour D&D, les Role Aids, avant de connaître le succès grâce à l’adaptation des comics du DC Universe, qui entra en concurrence avec le déjà installé Champions de Hero Games et avec le Marvel Super heroes de TSR sorti à peu près en même temps, puis plus tard des rééditions de Chill ou la publication d’Undergound, dans les années 1990.
  • Avalon Hill, de 1958 à 1998 (17 pages) était un vieil éditeur avant tout connu pour ses wargames. Il publia l’adaptation de James Bond 007 avec succès, puis après quelques échecs réédita avec l’accord de Chaosium une nouvelle et durable troisième édition de RuneQuest.
  • Columbia Games, de 1972 à aujourd’hui (11 pages). Editeur historique de l’univers low fantasy de Harn et de son système HarnMaster, il publie également des wargames. L’auteur fait également un encadré sur Keléstia Productions, un petit éditeur qui édite aussi Harn suite à une dispute légale avec l’auteur original (décédé depuis).
  • West End Games, de 1974 à 2009 (29 pages) est resté dans les annales pour avoir publié le système D6 et plusieurs jeux de référence : la première adaptation de Star Wars, le fameux et délirant Paranoïa, ou encore Torg, un des premiers jeux multivers.
  • Skyrealms Publishing, de 1984 à 1988 (5 pages), est un petit éditeur ayant publié un jeu culte, Skyrealms of Jorune, réédité ensuite par Chessex. Il influença sans doute des jeux postérieurs au vu de ses illustrations assez uniques et son monde original.
  • Digest Group Publication, de 1985 à 1993 (9 pages) a édité des suppléments Traveller sous licence GDW, sous le nom MegaTraveller, avant de disparaître.
  • R. Tolsarian, de 1985 à aujourd’hui (20 pages) est célèbre pour avoir publié le fameux Cyberpunk, mais aussi des jeux influencés par la vague japanisante de ces années là, comme l’adaptation de Dragon Ball Z ou Mekton Z. Son fondateur Mike Pondsmith travaillera longtemps pour Microsoft.
  • Lion Rampant, de 1987 à 1990 (13 pages) a publié Ars Magica dont la conception est racontée, sous l’égide de Jonathan Tweet et Mark Rein-Hagen, précurseur de White Wolf.
  • Pacesetter, de 1984 à 1986 (9 pages) fondé par d’anciens de chez TSR, est remarquable pour avoir publié trois jeux différents en seulement deux ans : Chill, Timemaster et Sandman.
  • New Infinite Productions, de 1986 à 1988 (9 pages), fut la seconde maison d’édition dirigée par Gary Gygax après avoir quitté TSR. Elle publia surtout des romans dérivés de Traveller, et un jeu à la mauvaise réputation : Cyborg Commando.
  • Creations Unlimited de 1986 à 1987 (9 pages), fondé par l’un des co-auteurs des premiers suppléments de D&D, Kuntz, publia une série de cinq aventures inspirées de sa propre campagne de D&D.
  • Different Worlds Publications, de 1987 à 1989, puis de 2004 à aujourd’hui (8 pages) connu une histoire mouvementée en publiant un magazine généraliste sur les jeux de rôle, du même nom. Il publia également des rééditions, notamment de Tekumel.

Le livre se termine par plusieurs appendices :

  • Appendix I: 10 Things You Might Not Know About Roleplaying in the ’80s (9 pages), reprend la rubrique du premier tome en expliquant par exemple que les ventes et les jeux de cette décennie étaient pléthoriques, et souvent complexes en terme de règles.
  • Appendix II : Bibliography & Thanks (3 pages) livre une vaste bibliographie.

Le livre se conclue sur un Index très détaillé (15 pages).

Cette fiche a été rédigée le 13 novembre 2016.  Dernière mise à jour le 20 décembre 2016.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.