Chaosium

Références

Historique

En 1975, Greg Stafford fonde The Chaosium afin d'éditer des jeux de plateau autour de l'univers qu'il créé depuis 1966, Glorantha. Le premier d'entre eux sera White Bear & Red Moon (réédité plus tard sous le nom Dragon Pass). Entre 1975 et 1980, The Chaosium publie plusieurs jeux de plateau sur l'univers de Glorantha, comme Les Dieux Nomades traduit en français par Oriflam, mais acquiert aussi des licences pour produire d'autres jeux sur d'autres univers : The Chaosium récupére ainsi les droits pour produire des jeux autour des écrits de Moorcock ou Lovecraft. Initialement, il devait s'agir de jeux de plateau. Un wargame intitulé Elric sera par exemple édité en 1977.

Quelques années auparavant, Greg Stafford a obtenu l'une des premières copies vendues (voire, la première, selon certaines sources) du Dungeons & Dragons de Gary Gigax. Lui vient alors l'idée de développer un jeu de rôle dans l'univers de Glorantha, non comme un supplément à Dungeons & Dragons, chemin que nombre d'éditeurs prennent à l'époque, mais comme un jeu original avec son propre système. Ce sera RuneQuest, édité en 1978. Le système de jeu, basé sur les compétences, et l'univers, basé notamment sur des cultes religieux plus crédibles, induisent une révolution dans le monde du jeu de rôle.

En 1980, The Chaosium devient une société à part entière nommée Chaosium, Inc.. L'une des premières actions du nouvel éditeur est d'extraire le système de RuneQuest pour en faire un système plus générique, le Basic RolePlaying, en 1980. Il s'agit en fait du premier système générique, deux ans avant le Hero System, et six ans avant que The Fantasy Trip ne devienne GURPS. L'éditeur utilise presque immédiatement ce système, qu'il décline avec les différentes licences qu'il détient (ou acquiert par la suite) : Stormbringer et L'Appel de Cthulhu sont édités en 1981. Greg Stafford et le reste de l'équipe Chaosium ne le savent pas encore, mais ce dernier jeu sera le seul jeu à survivre durant les 30 années qui suivent.

Entre 1982 et 1985, Chaosium multiplie les jeux basés sur le BRP : Superworld, Elfquest, Ringworld, permet aussi à des éditeurs étrangers de l'utiliser dans leurs propres créations (l'obtention ou la vente de licences sera l'une des activités fétiches de Chaosium tout au long de son histoire) tout en supportant ses gammes principales. Pendant ce temps, l'éditeur délaisse quelque peu RuneQuest, qui était à l'origine une gamme de jeux de plateau. Or, à l'époque, les jeux de plateau demandent plus d'investissement et rapportent moins que les jeux de rôle. Chaosium décide alors de vendre la licence de RuneQuest (mais pas celle de Glorantha) à Avalon Hill, dans l'espoir que l'éditeur dynamise la gamme. Enfin, en 1985, Chaosium et Gref Stafford marquent à nouveau l'histoire du jeu de rôle avec Pendragon, un jeu qui n'utilise pas le BRP, mais qui pour la première fois fait passer la narration avant la simulation via un système de traits et de passions du personnage.

Dans la deuxième moitié des années 80, Chaosium connaît une première série de revers : la vente de la licence RuneQuest à Avalon Hill n'est pas aussi profitable que prévue, l'éclatement d'une bulle dans l'industrie du comics en noir et blanc aux US touche indirectement l'éditeur via son réseau de distribution, les finances sont au plus mal. Les gammes sont suspendues une à une, à l'exception de L'Appel de Cthulhu.

La situation s'améliore à partir de 1989 et en 1990, Chaosium édite de nouvelles éditions de Stormbringer et Pendragon. L'éditeur se diversifie en éditant aussi une ligne de fictions et de romans autour de l'univers de Lovecraft. Il traduit aussi en anglais Nephilim, l'un des premiers jeux étrangers importé aux Etats-Unis, et le premier qui soit français. Comme d'autres, l'éditeur essaie de profiter de la manne du jeu de cartes à collectionner avec Mythos, un JCC basé sur L'Appel de Cthulhu. Comme d'autres, l'éditeur est frappé de plein fouet par l'éclatement de la bulle des jeux de cartes. À la fin des années 90, Chaosium est à nouveau au bord de la banqueroute.

Des décisions radicales sont alors prises : Chaosium conserve à nouveau seulement L'Appel de Cthulhu, et décide de rembourser ses dettes en offrant ses principales licences à certains auteurs ou éditeurs : en 1997, Green Knight et Peter Corless récupèrent Pendragon, Greg Stafford quitte Chaosium pour fonder Issaries et produire des suppléments et des jeux dans l'univers de Glorantha.

À partir de 2000, Chaosium participe à la "vague d20", mais de manière très mesurée. Ils se contentent d'adapter Elric en version d20, et d'autoriser Wizards of the Coast à produire une version d20 de Cthulhu. Au contraire, l'éditeur cherche à supporter au maximum sa game Basic de L'Appel de Cthulhu. Ainsi, avec une campagne imposante, Beyond the Mountains of Madness, en 1999, ou avec une version Dark Ages de Cthulhu, en 2004. Une nouvelle version du BRP voit aussi le jour en 2008.

L'actualité de l'éditeur sur le site

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 26 mai 2010.