Contenu | Menu | Recherche

Viril, mais correct

En avant vers 2009 : Interview croisée avec le 7ème Cercle et John Doe

Par Loris Gianadda

Rubrique : Interviews
Date : 29 janvier 2009

En avant vers 2009 : Interview croisée avec le 7ème Cercle et John Doe

En cette année de changements, nous avons décidé d'interviewer ensemble deux éditeurs français de jeux de rôles, afin d'avoir leur point de vue sur l'année écoulée et savoir comment ils envisagent 2009.

Neko est l'une des fondatrices de 7ème Cercle, dont le jeu Qin s'est imposé ces dernières années comme un jeu phare, une locomotive ayant même bénéficié d'une traduction en anglais et bénéficiaire de deux ENnies Awards en 2007 aux Etats-Unis. En 2008 est sorti Shaolin et Wudang, un supplément renouvelant complètement le contexte du jeu, le plaçant à une période plus récente, avec de fortes luttes politiques. 7ème Cercle est aussi le traducteur de Cthulhu, une implémentation du système de jeu de Esoterroristes à la sauce Lovecraft par Kenneth Hite.

Emmanuel Gharbi (alias Nhaigraoo), est l'un des fondateurs de John Doe, qui s'est fait connaître principalement par le dK System, un système de jeu générique alternatif au "d20 System", ainsi que par Patient 13, un jeu au contexte très original. 2008 a vu la parution d'une nouvelle édition du dK System, et la sortie de Hellywood, un jeu au système basé sur le craps, et dont l'ambiance mélange avec bonheur film noir et relents de soufre.

 

GRoG : L'année 2008 vient de s'écouler. D'une manière générale, qu'est-ce qui vous a marqués sur cette année ?

Neko : Le décès de Gary Gygax. On peut ne pas aimer D&D quelle que soit la version, mais avec Dave Arneson, il a quitté le wargame pour inventer le JDR et sans lui, on serait peut-être pas là à discuter. J'en ai été très triste. Ensuite avec l'élection d'Obama et les larmes de Jesse Jackson, j'étais très émue par la joie immense et de la fierté des afro-américains. Et bien sûr la crise financière. Comment l'ignorer ?

Emmanuel Gharbi (Nhaigraoo) : Plein d'événements, depuis la crise financière jusqu'à l'élection de Barack Obama aux Etats-Unis. Bien plus prosaïquement, et au petit niveau de John Doe, la satisfaction d'avoir continué sur la lancée de la première année. Pour le petit monde du JDR, le décès de Gary Gygax m'a beaucoup ému. C'est aussi une part de jeunesse (en tout cas la mienne) qui disparaît... Et quelques mois plus tard, voir sortir D&D 4, se rendre compte du chemin parcouru, ça met pas mal de choses en perspectives. Une année de plus : on ne rajeunit pas !

 

GRoG : Quels sont parmi vos produits sortis en 2008 ceux dont vous êtes les plus fiers, en termes de ventes ou de qualité ou de coup de coeur ?

Neko : En tant que coup de coeur, c'est Cthulhu de Kenneth Hite. J'admire beaucoup cet auteur qui a travaillé sur beaucoup de jeux aussi différents que "Delta Green", Mage, Deadlands ou Vampire Dark Ages. C'est un expert de Lovecraft, un auteur de jeux extrêmement cultivé, bourré d'humour, sachant traiter de nombreux thèmes différents, de l'occultisme à l'Histoire, voire un subtil mélange des deux, servi par un système parfaitement innovant créé par Robin. D. Laws. Cthulhuenfin pour les adultes, ça change. Le produit dont je suis la plus fière, c'est "Shaolin et Wudang. Il est encore meilleur que Les Royaumes Combattants que ce soit au niveau du texte, de la maquette, des illustrations... On avait peur de changer brutalement d'époque, de faire un saut de plusieurs siècles, mais visiblement c'est un succès? Ce sont également de très bonnes ventes.

Nhaigraoo : On est fiers de chaque bouquin sorti puisqu'on fait le maximum pour qu'il corresponde à l'envie initiale. Comment ça, je fais de la langue de bois ? Sur un plan personnel, forcément, je suis super fier de la sortie d'Hellywood qui représente l'aboutissement de beaucoup d'années de travail. Je suis aussi très content de l'accueil qu'il a reçu. En fin d'année, le dK² (NdG : dK System, deuxième édition) a lui aussi été fort bien accueilli : c'est le premier ouvrage John Doe à s'écouler aussi vite. Il y avait donc de l'attente suite à l'épuisement de la première mouture, ce qui est très satisfaisant et nous a rassurés sur notre choix de proposer une évolution du bouquin plutôt qu'une simple réimpression.

 

GRoG : Chez les autres éditeurs, quels produits 2008 avez-vous remarqué ?

Neko : Dans les créations françaises, Hellywood. J'aime beaucoup le traitement, la qualité, le suivi online, la présentation. C'est bien un jeu auquel que je jouerais, tiens, faut que je prenne le temps...J'adore les polars un peu étranges. Dans les traductions, difficile de ne pas remarquer l'entrée de Dark Heresy, et D&D 4 même si ce n'est pas du tout ma tasse de thé en tant que joueuse.

Nhaigraoo : Il y a deux produits que j'ai lu en entier et qui m'ont donné furieusement envie de jouer : Cthulhu chez 7ème Cercle et Khaos 1795 chez les XII Singes. Des produits très différents mais bien représentatifs de la diversité des sorties des éditeurs français.

 

GRoG : Que penser de l'année 2008 pour le jdr français ?

Neko : Pas une mauvaise année, mais molle, surtout la fin de l'année, je pense que 2009 sera beaucoup plus intéressante. On a besoin de ces années charnières indispensables, une année de réflexion, de déblayage pour nous. Pas une année très productive en nombre de titres en JDR VF, mais avec de gros blockbusters en traduction, et nécessaire pour la suite. C'est loin d'être mauvais. Ce genre d'année permet de bien redémarrer.

Nhaigraoo : Pour le JDR français ? Vaste question ! Honnêtement, je ne sais pas vraiment répondre à cette question. Le JDR m'apparaît toujours comme une activité fragmentée, où ceux que l'on entend le plus (en boutiques, sur les forums) semblent parfois être ceux qui jouent le moins. Mais l'année m'a paru bonne, en terme de nouveautés, fort nombreuses, qu'il s'agisse de traductions ou de création française. Une grosse pointure comme D&D 4 qui sort, ça aussi, ça me paraît bon. Le jeu assume son orientation "affrontement tactique" et va jusqu'au bout du concept, proposant du matériel d'excellente qualité. On peut ne pas aimer l'orientation choisie, mais difficile de contester le sérieux du boulot réalisé. De la diversité dans les sorties, donc une bonne année...

 

GRoG : Et pour le jdr étranger ?

Neko : Je n'ai rien rapporté, ou très peu de choses, de la GenCon US en août dernier. Je pense que ce ne sera pas le cas en 2009. Je guette déjà un ou deux titres pour y jouer.

Nhaigraoo : Chez John Doe, ce n'est pas moi qui m'occupe de la veille :) J'avoue ne pas beaucoup suivre l'actu hors de France, surtout en raison de notre choix de privilégier la créa française, du moins pour l'instant.

 

GRoG : Et à quoi avez-vous joué cette année ?

Neko : "Delta Green", Cthulhu, Kuro, et beaucoup de jeux de plateau.

Nhaigraoo : Outre les playtests d'Hellywood et des futurs jeux John Doe ("Tenga", "Warsaw"), j'ai joué principalement à Warhammer. La seconde édition a été l'occasion de s'y remettre, avec une nouvelle campagne. C'était marrant, ça remuait beaucoup de souvenirs. A part ça, beaucoup de one-shot que ce soit pour découvrir des jeux nouvellement publiés, pour tester de possibles prochains projets ou pour varier les plaisirs. Mais la vérité est que mon rythme de jeu s'est sacrément réduit. Le temps que je passais à préparer amoureusement des soirées de jeu passe à présent dans la gestion de John Doe.

 

GRoG : L'année 2008 a vu la renaissance de la presse magazine jdr en France, qu'en pensez-vous ?

Neko : C'est une bonne chose si cela permet aux éditeurs de communiquer sur les nouveautés. Si c'est pour toujours remuer les mêmes antiquités, je ne suis pas intéressée. Nous n'avons pas beaucoup d'autres moyens de communiquer avec les joueurs qui en grande majorité ne vont pas fouiner beaucoup sur Internet. Ca change lentement dans ce sens. Cela complète la communication avec les magasins qui est indispensable. Notre collaboration avec "Dragon Rouge", qui s'ouvre à un public plus jeune, est excellente et me convient tout à fait.

Nhaigraoo : J'en pense du bien, forcément. Sortir un magazine, c'est très compliqué, c'est un pari audacieux. Il y a beaucoup d'initiatives, fort différentes dans leurs choix fondateurs d'ailleurs. Or, rien ne me semble plus difficile que de choisir un positionnement dans ce milieu si hétérogène. Ça me semble impossible de contenter tous les types de rôlistes. L'avenir dira qui aura le mieux "senti" le marché. Mais je suis tout à fait d'accord avec Neko pour dire que le positionnement de "Dragon Rouge", orienté sur le renouvellement du public, est une très bonne chose.

 

GRoG : Le print-on-demand (POD) électronique est la suite logique du .pdf, même s'il n'a pas encore pris son essor. Cela deviendrait-il un concurrent sérieux ? Envisagez-vous de vous y mettre ? Que penser de son influence sur le jdr en général ?

Neko : Je ne lui vois un intérêt que pour les .pdf amateurs ou les suppléments épuisés plus rentables à imprimer à plus de 500 ex. Il faut avoir de très petits tirages en vue pour que ce soit intéressant. Le 7ème Cercle n'imprime pas en-dessous de 1500/2000 ex. Un imprimeur est nécessaire pour la qualité et le prix, le POD étant plus cher que l'offset pour l'éditeur, avec une qualité photocopie. Néanmoins, je pense que c'est sûrement une solution pour les auteurs qui veulent partager leur création sans pouvoir être édité.. C'est pour moi un phénomène équivalent au .pdf. Intéressant dans certains cas mais marginal. Et puis, nous ne voulons pas retirer des ventes aux magasins qui soutiennent le JDR.

Nhaigraoo : Je ne dispose pas d'informations sur la réalité des ventes par ce biais, mais j'ai l'impression que la diffusion reste encore confidentielle. Ça pourrait bien sûr changer à l'avenir. Est-ce que cela représentera un concurrent pour ce que nous faisons ? Difficile à dire, surtout que nous ne sommes nous-même qu'un petit acteur. Un auteur fortement motivé (et bien épaulé) peut sortir son bouquin de cette manière sans avoir à dépendre de qui que ce soit. J'y suis forcément sensible, je viens du jdr amateur. Pour ma part, je pense toutefois que le rôle d'un éditeur ne se limite pas à payer la facture de l'imprimeur. Construire des gammes, réunir des équipes d'auteurs et d'illustrateurs, c'est un vrai boulot, une vraie expertise. Je pense que tout cela contribuera à la diversité de l'offre en jdr, sans pour autant exclure d'autres modes de production. Quant à nous y mettre, nous avons joué la carte du partenariat avec les boutiques et nous nous y tenons. En support, pour des suppléments à faible tirage, par exemple, cela pourrait toutefois être une bonne alternative mais, comme 7ème Cercle, nous pensons qu'il faut en priorité viser les boutiques pour ne pas qu'elles décident purement et simplement de se passer du JDR.

 

GRoG : Que penser de l'évolution du jeu de rôles et de l'année 2008, au final ?

Neko : Beaucoup de préparation, un marché qui évolue avec de nouveaux paramètres (nouveaux salons, magazines, éclipse temporaire du Grog qui nous manque). Le JDR en lui-même n'a pas franchement changé. Il y a seulement des formats différents comme nous l'avions prévu en lançant les petits jeux format "Esoterroristes" ou "Humanydyne", l'année avant, et nous poursuivons cette année avec plusieurs gammes au style différent.

Nhaigraoo : En voilà une question complexe. Je ne sais pas répondre. Je pense sincèrement que le jeu de rôle est multiple, avec parfois peu de rapports ou de ponts entre des pratiques pourtant rassemblées sous le même terme. Comme le dit Neko, l'apparition de gammes fermées, de formats court, en est le reflet.

 

GRoG : Dans le contexte actuel de crise économique, comment envisagez-vous 2009 ?

Neko : Je ne sais pas si cela touche beaucoup les achats JDR. Si les magasins jouent le jeu, et ont les nouveautés, ils feront de bonnes ventes. Nous avons prévu des jeux pour tous les budgets, de 30 à 40 euros, et pour tous les goûts. Je pense que 2009 va être une excellente année pour ceux qui prennent le temps d'étudier le marché.

Nhaigraoo : L'achat loisir et plaisir est forcément le premier à être sacrifié dans un contexte de crise. Je ne m'attends donc pas à une année exceptionnelle. Malgré tout, le JDR reste un achat d'évasion, souvent coup de coeur, donc je ne crois pas à un écroulement. Et puis on a si souvent prophétisé la mort du JDR que le jour où cela arrivera vraiment, nous serons tous sacrément surpris !


GRoG : Quels sont les produits clef que vous avez prévus de publier pour cette année ?

Neko : Nous avons deux gammes différentes : - les jeux one-shot courts avec trois scénarios à un prix modique, avec comme titres "Devastra", un jeu héroïque inspiré des légendes hindoues et ensuite "Sable Rouge", un "western" dickien et SF. - le JDR classique avec un format style Qin sur les héros et les légendes scandinaves. Bien sûr, nous continuons à publier les suppléments Cthulhu, et Qin/Shaolin.

Nhaigraoo : En tout début d'année, courant février, nous sortons Notre Tombeau un jeu-campagne en 12 épisodes et 80 pages signé Yno, l'auteur de Patient 13. Ça relève vraiment du coup de coeur : nous avons adoré le projet, ça tombe pile dans ce qu'on aime : original et quasi prêt à jouer pour un MJ avec de la bouteille. Nous avons une grosse sortie, malheureusement en retard puisqu'elle devait être prête en 2008, c'est la nouvelle mouture de Bloodlust. C'est un gros projet pour nous puisque Bloodlust bénéficiera d'une gamme et que pour l'occasion, nous nous essayons à un nouveau format, un A4 classique qui devrait trancher avec nos productions précédentes. Et puis il y le poids de l'ancienne édition, que nous ne pouvons pas anticiper : jamais facile de positionner ce genre de remake. Certaines personnes ont depuis longtemps fantasmé leur nouvelle version de Bloodlust, et fatalement, la nôtre ne sera pas la leur ! Forcément, nous en décevrons certains. Du coup, on a fait notre truc comme on le sentait, en allant jusqu'au bout de nos idées, et advienne que pourra. Nous continuons par ailleurs dans la veine de nos jeux "tout-en-un" avec deux titres : "Warsaw", une uchronie guerrière signé Julien Heylbroeck et Willy Favre, prévue pour avril. "Tenga" en fin d'année, un jeu historique ayant pour cadre le Japon écrit par Jérôme Larré. J'ai par ailleurs commencé, avec Raphaël Andere, l'écriture d'une longue campagne pour "Hellywood.

 

GRoG : Quels sont les produits annoncés chez d'autres qui titillent votre attention ?

Neko : En VF, "Tenga" chez John Doe. J'aime beaucoup le Japon et je pense que ce sera très intéressant. Après, en VO, il y a "Eclipse Phase" chez Catalyst Games, et "Dr Who" chez Cubicle 7.

Nhaigraoo : Pas de flagornerie, mais clairement, le planning dévoilé par Neko est alléchant. Son jeu à consonance indienne là, "Devastra", ça titille l'imaginaire dès le pitch. Et puis j'ai hâte de connaitre le fin de mot de l'histoire de Kuro. Et sinon, "Dr Who" ! Je l'avais oublié, merci Neko. Je suis fan de la série, j'ai très hâte de lire ça.

 

GRoG : Comment voyez-vous l'avenir du jdr ? La grande renaissance du jeu de société a-t-elle eu une influence ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi à votre avis ?

Neko : AMHA, l'influence mène à l'assimilation du JDR comme jeu de société, et pas comme occupation de geek. Je pense à des jeux comme "Petits meurtres et faits divers" qui est souvent assimilé à du JDR par des non-rôlistes. Je ne dis pas que les gens qui y jouent iront vers le JDR traditionnel, mais en tous cas, ils ne le considèreront pas/plus comme un loisir de satanistes. Ca fait juste tomber des barrières, mais c'est un peu tard. Le JDR a un adversaire redoutable, le MMORPG? et ça, avec les progrès hallucinants des jeux vidéo au niveau image et scénarios, il est impossible de revenir aux jours fastes (relatifs toutefois) du JDR. Il est nécessaire de le comprendre, de l'admettre et de bien cerner le public restant. Mais en même temps, le JDR classique reste très exigeant en matière de préparation, le "dévouement" d'un joueur qui "fait" le MJ, les règles longues et fastidieuses. De plus en plus le JDR, (à part celui très spécialisé du genre "Descent" ou "Horreur à Arkham") tente de n'avoir que quelques pages de règles, si possible 5 maximum.

Nhaigraoo : Je ne crois ni à la mort du JDR, ni à son explosion comme loisir de masse. Le JDR va rester un loisir de niche, supporté par des passionnés. Quant au jeu de société, en toute honnêteté, je n'y connais rien, je n'aime pas vraiment ça. Je n'ai jamais vu de lien direct entre les deux pratiques, si ce n'est dans les thèmes traités qui ont permis, comme le dit Neko, de dédiaboliser le JDR. . Mais il est indéniable qu'en salon, nous voyons passer des curieux qui jouent sur plateau et restent attentifs à ce qui se déroule à côté.

 

GRoG : Quelles nouvelles technologies pourraient influencer le jeu de rôles ?

Neko : Je pense que le JDR doit rester ce qu'il est, tout en améliorant l'accès (plus de tonnes de règles lourdes, références à notre monde et à la culture actuelle, présentation différente plus "moderne", et surtout une attention toute particulière sur les demandes du public qui achète et joue.

Nhaigraoo : Si on pouvait faciliter le jeu à distance, je jouerais plus souvent ! Avoir à table un joueur "virtuel", physiquement éloigné, qui pourrait interagir en temps réel avec les autres joueurs. C'est déjà possible mais ça reste artisanal.


GRoG : A quels jeux allez-vous jouer ?

Neko : A part nos bêta-tests sur "Kuro Tensei" et les sagas scandinaves, "Eclipse Phase", je pense?

Nhaigraoo : Cette année, ce sera encore Warhammer et a priori, une campagne de Reign, le jeu de Greg Stolze. J'adorerais réussir à caser du Cthulhu quelque part là dedans.

 

GRoG : Le mot de la fin ?

Nhaigraoo : Il sera pour le Grog : qu'il revienne vite en en meilleur forme que jamais.

Neko : En 2009, du JDR et comme le dit Nhaigraoo, avec le retour du Grog.

 

GRoG : Merci à tous les deux, et encore bonne année 2009.