Contenu | Menu | Recherche

Peur et Ignorance !

Jérémie Bouillon

Auteur

Traducteur

Identité

  • Année de Naissance : 1976
  • Nationalité : Français
  • Pays : France
  • Site Web : http://shadowrun.fr

Biographie

Comme beaucoup à mon époque, j'ai commencé les jeux de simulation (de rôle, de plateau, etc.) en entrant au collège en 1987. Un ami découvre par hasard le club de l'école, et m'y traîne... et là, c'est le drame, je suis introduit aux jdr avec Paranoïa. C'est le genre de choses qui marque, mes joueurs - ce sont surtout eux qui en font les frais - en ont toujours des sueurs froides aujourd'hui (juillet 2006). Je continue avec JRTM, puis AD&D, et je débute comme meneur par L'Oeil Noir - encore un classique de l'époque.

Je joue énormément pendant toute mon adolescence, bercé par les parutions régulières de Casus Belli, avec d'un côté le même noyau dur extrait du club scolaire et d'un autre côté des découvertes d'autres jeux et joueurs via les séjours ludiques (comme les anciennes Semaines de l'Hexagone de Xavier Jacus), par les premiers serveurs télématiques (aujourd'hui on dirait "online") comme le défunt et regretté Akela, ou l'excellentissime boutique de jeu parisienne Phénomène J de Jean-Hugues Villacampa où je passe des heures à y embêter des amis comme Arnaud Cuidet.

Je suis ensuite un double parcours, qui commence pendant mes études et s'étend sur plusieurs années. D'un côté je m'essaie à la gestion de projets informatiques - multimédia, jeux vidéo, online. Par exemple en travaillant chez Canal+ sur le Deuxième Monde, où j'avais discuté avec Frédéric Weil et Multisim pour transformer le projet en un vrai mmorpg qui serait sorti en même temps qu'Ultima Online. Mais Canal+ Multimédia n'a pas su voir le potentiel de la chose malheureusement. Puis sur le mmorpg La Quatrième Prophétie de France Télécom.

D'un autre côté je profite de ma longue expérience du online - j'ai commencé à 12 ou 13 ans, presque tombé dans la marmite quoi. Pour dès 1996 passer sur l'internet, créer des sites web des jeux du moment (et des pages et des pages d'aides de jeu pour les remplir) comme Ambre ou Shadowrun, devenir un habitué quotidien des discussions ludiques de l'époque (en mailing-list, sur usenet, et encore aujourd'hui sur les forums qui me plaisent), bref devenir un ermite du monde virtuel, un peu dans l'expectative de quelque chose de bien, d'un déclic. J'ai travaillé quelques mois pour Wizards of the Coast puis Hexagonal en marketing et commercial, mais ce n'est pas vraiment ma tasse de thé, le déclic ne s'y est pas produit - ceci dit, l'expérience était intéressante pour voir comment certains aspects du milieu fonctionnent.

En presque vingt années de jeu, je me suis bien sûr constitué un petit best-of de mes jeux préférés :
- Shadowrun : une richesse et une profondeur d'univers comme on en voit peu (à part Glorantha - parmi les univers originaux - je ne vois pas), parfois mal connues parce que beaucoup s'arrêtent au "cyberpunk avec des boules de feu".
- Ambre : pour son système de jeu décalé mais surtout l'univers si spécial de Zelazny, et malgré une écriture des livres discutable et l'absence de gamme.
- D&D 3 : pour ses règles carrées riches et simples à la fois, un professionnalisme lors de l'écriture des livres de base qui a tout simplement créé un nouveau standard de qualité dans le métier... après il faut aimer les univers über héroïques.
- Stormbringer : pour son côté old school âpre et rugueux, mais surtout son univers de fantasy qui est si différent des autres au quotidien des parties.
- Paranoïa : c'est tout simplement un jeu culte, citoyen.
- Pavillon Noir : le petit nouveau qui monte, dans un univers si classique et pourtant si nouveau pour un jeu de rôle... enfin un jeu fun exploitant un univers réaliste bourré de possibilités.

En dehors des jeux de rôle, je pratique ici et là des jeux de plateau (Rencontre cosmique, Robot Rally) mais actuellement c'est à peu près tout en jeu de simulation. J'ai bien sûr par le passé fait un peu de wargames, de jeux de figurines, de jeux de cartes (comme l'excellent NetRunner), un peu de Killer et de paint-ball mais très peu de grandeurs nature (je le regrette d'ailleurs).

Je suis également un énorme consommateur de livres de science-fiction et de fantasy : mes étagères croulent sous des mètres et des mètres de romans et de bandes dessinées - européennes surtout, pas vraiment de manga ; avec des préférences pour Zelazny, Jordan, Guy Gavriel Kay ou encore Glen Cook. Bien qu'un peu moins aujourd'hui, de séries télé - je suis toutes les semaines une quinzaine de séries différentes, les palmes allant à The West Wing, The Shield, Battlestar Galactica, The Wire ou encore Rome, bref le renouveau des séries américaines intelligentes et adultes. Et de jeux vidéo en tout genre (Civilization, Elder Scrolls, Red Orchestra, etc.).

En février 2005, le déclic attendu se produisit : Anthony Bruno me contacte pour un projet de reprise de la licence française de Shadowrun, nous embarquons Ghislain Bonnotte et Thomas Moreau dans l'aventure et nous fondons le collectif Ombres Portées. Dans le même temps je modernise mon vieux site web sur Shadowrun pour en faire Shadowrun Fr qui est aujourd'hui (juillet 2006) le site français de référence sur le jeu. Un an plus tard, c'est finalement Black Book Éditions qui reprend la licence française et se charge du travail difficile d'administration et de commercialisation pendant que nous nous attelons à la traduction de la gamme Shadowrun 4. Via Ombres Portées je m'essaie donc à la traduction, puis à l'écriture de jeu proprement dite et commençant à travailler pour FanPro aux USA et Fantasy Production en Allemagne sur des suppléments Shadowrun.

L'écriture professionnelle pour un support papier est nouvelle pour moi, et j'apprends un peu plus jour après jour. Quand je travaille j'ai tendance à m'immerger de musique : du rock classique (Van Morrison, le Velvet Underground, les Doors, ce genre de choses) si j'écris en français, de la musique classique (Satie, Mozart, Beethoven) ou des musiques de film (Akira, Fight Club, Kundun, the Ninth Gate, ou du Ennio Morricone) si j'écris en anglais. Et j'ai aussi tendance à faire plusieurs choses en parallèle, et avec beaucoup d'interruptions. Je travaille facilement dix ou douze heures par jour, mais morcelé : une page d'écriture pour un supplément, une demi-heure de lecture de blogs, une correction de bugs sur un site web, répondre à mes mails, deux pages de traduction, un épisode de The West Wing, des prises de notes sur un projet de supplément, un épisode de The Shield en mangeant, quelques pages web pour un client, une heure de lecture d'un roman longtemps attendu, une autre page pour un supplément, etc. Ça me permet de bien mûrir chaque chose que je fais, de ne pas forcer la créativité.

Message personnel : "Contact ? Comment ça contact ?! Mais, mais... mediiiiic !"

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
SOX
première édition
juillet 2009ShadowrunBlack Book Editions
Traducteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
En Pleine Course
première édition
janvier 2007ShadowrunBlack Book Editions
Europe des Ombres (L')
première édition
novembre 2007ShadowrunBlack Book Editions
Harlequin
première édition
septembre 2009ShadowrunBlack Book Editions
Shadowrun
quatrième édition
juillet 2006ShadowrunBlack Book Editions
Shadowrun
quatrième édition révisée
août 2009ShadowrunBlack Book Editions
Shadowrun
quatrième édition révisée limitée
septembre 2009ShadowrunBlack Book Editions

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.