Contenu | Menu | Recherche

N'est pas mort celui qui peut être l'objet d'un crowdfunding

Octogones 2021

Par Jérôme, Le P'tit Timonier

Rubrique : Reportages
Date : 01 novembre 2021

ou PUTAIN, ÇA FAIT DU BIEN !

Ceci est un journal totalement subjectif de ce que j'ai vu sur le salon pendant ces trois jours. Ces dernières années, c'était El Presidente qui faisait ce genre d'exercice, et pour notre premier Octogônes sans lui, je me dois de prendre le relais. Les gens qui me connaissent en convention savent que je passe beaucoup de temps à parler avec les gens, et moins de temps à regarder les produits. Désolé si vous vous attendiez à un catalogue des nouveautés !

Vendredi:

J'arrive au Double Mixte quelques dizaines de minutes avant l'ouverture au public. N'ayant pas pu être là il y a 2 ans, je découvre l'installation sur 2 étages. A la fin de la convention, une vérité s'imposera à moi: comment faisait-on avec un seul étage ? Était-ce seulement possible ?

Je retrouve PM sur notre petit bout de stand, entre l'accueil du pole JdR et la FFJdR. Juste avant l'ouverture au public du salon, une annonce micro résonne. Il y a une voiture qui est restée ouverte sur le parking exposant. On rigole avec Kerlaft, jusqu'à ce qu'il s'écrie "merde c'est la mienne" et parte en courant !

Jean-Christophe et Jack de Pattern Recog Editions me montrent Hypertelluriens, et me parlent de la souscription qu'ils viennent de lancer pour Defiant. Ca a l'air chouette et ambitieux.

Sur le stand de Book In Games (soit Dead Crows, Raise Dead et BatroGames), en plus des nouveautés, un exemplaire de Bitume fait de l'oeil. Mais ce n'est qu'un exemplaire de démo, le livre n'est pas encore en vente ! Je prends mon mal en patience...

Les parties commencent, et je vais voir des têtes connues faire jouer à des jeux connus tout le week end (liste évidement non exhaustive): Vivien à Exploirateurs, Alias à Freaks'Squeele, Jean-Marie Noel à Laelith, Slawick à Monstres, et moi-même je ressortirai Sketch! pour une petite partie de découverte improvisée. Sans parler de Logos, Medium Aevum, Rotting Christ, Nautilus, MEGA et Star Marx, Capitaine Vaudou, Ynn Pryddein, Insectopia, Quantiques, Crystallis Chronicles, Imperium5, et tant d'autres...

Comme d'habitude à Octogones, il y a aussi beaucoup de jeux amateurs proposés par leurs auteurs. D'ailleurs, au retour du désormais traditionnel Ninkasi du vendredi soir (à ne pas confondre avec celui du samedi soir ou celui du dimanche midi) je me laisse tenter par un Emotionaute à 22h, une sorte de Vice-Versa RPG, mené par Narcisse qui a plein d'idées de game design. C'est un vrai roliste de 2e génération, c'est à dire que ses parents jouaient dans les années 80, lui ont inculqué le truc, et désormais il vole de ses propres ailes et fait ses propres jeux. En parlant de génération, c'est aussi agréable de se rendre compte que les orgas d'aujourd'hui sont les visiteurs d'il y a 10 ans. La roue tourne, mais les dés continuent de rouler.

Je finis ma nuit en buvant des bières avec Philippe Auribeau et Damien Coltice, puis avec David de Book In Game. À 3h du matin, je me dis qu'il est temps de retourner à l'hôtel.

Samedi:

Je décolle de l'hôtel à 10h, petite nuit malgré la fatigue de la semaine. J'ai juste trop d'adrénaline de revoir tout le monde. Mais je suis grognon: la machine à café de l'hôtel est en panne, il faut se dépecher de rejoindre la buvette !

C'est la journée où je retrouve des copains "pas du milieu" pour flâner et tester des trucs. Ils me détestent parce que "c'est chiant, tu t'arrêtes tous les 5m pour discuter avec quelqu'un". Au final, on attend notre tour pendant plus d'une heure pour pouvoir jouer à l'adaptation d'Oltrée sur plateau.
On teste aussi avec PM Rituels, un hack de Pour la Reine où on joue des cultistes innommables.

En allant causer sur le stand de 2DSF, Antoine me dit qu'ils ont enfin décidé de se remettre à travailler sur la Noire Essence, le projet le plus attendu (ou du moins attendu depuis le plus longtemps) de l'histoire du jeu de rôle francophone !

Des anciens du Grog sont sur le salon, c'est l'occasion de causer avec Thom' (de passage pour quelques mois en France) et Slawick (que je vois quand même bien plus souvent). Marc, notre dernière recrue en date, est aussi avec nous pour tenir le stand.

Au final, au retour du repas, on tombe sur le démonstrateur de la version plateau d'Oltrée qui est en train de ranger le jeu, et on réussit notre jet de Marchandage pour le convaincre de s'assoir avec nous et de lancer une vraie partie en mode pas-démo. Il ne nous remerciera pas le lendemain !

Dimanche:

Réveil très matinal avec l'alarme incendie de l'hôtel ! Décidement, j'ai connu des séjours plus tranquilles. Mais c'est drôle de voir les rolistes en pyjamas sur le trottoir qui attendent un signe des employés de l'hôtel pour rentrer se mettre au chaud.

Vers midi, une série de voitures mal garées sont signalées par annonces micro. C'est une vraie tombola des voitures, empêchant tout le monde de jouer pendant un temps qui nous semble interminable.

Sur le stand, PM est en train de faire la fiche de Yoshi, mais me demande si "ce machin vert est un Kaiju" ? Visiblement, notre cinephile incollable n'a pas la culture vidéo ludique. Anne Vetillard vient discuter et nous montre la prochaine maquette de Chateau Falkenstein. Nous nous arrêtons sur la partie inspiration, remise au gout du jour depuis l'édition des années 1990, et la discussion dérive sur les différentes adaptations au cinéma de Sherlock Holmes. Bon, là, PM redevient incollable !

Josselin Grange me montre la version imprimée de Lokation (qui en jette!) et me parle du projet avec BBE d'en faire une version pour COC. Je m'arme de courage et fait un dernier tour du salon pour décider de mes emplettes, puis c'est le temps du retour à la maison et à la Vraie Vie.


Bilan du week-end:

  • un hôtel à éviter
  • une overdose d'adrénaline
  • pleins de projets, plus ou moins gros, présentés par des gens qui ont une terrible bonne humeur d'être ici
  • et surtout une crampe aux zygomatiques d'avoir rigolé avec tout ce beau monde pendant 3 jours !