Contenu | Menu | Recherche

L'appel de tout lu

Jean-Philippe Jaworski

Auteur

Auteur amateur

Identité

Biographie

J'ai découvert le jeu de rôle vers 1983. Un ami m'a fait brièvement jouer un scénario AD&D... Le seul souvenir marquant qui m'en soit resté, c'est qu'un mot de passe pour désamorcer un piège était "cacahouète" - et moi, très sérieusement, de me demander comment diable on pouvait connaître les cacahouètes dans un monde médiéval-fantastique... La même année, j'ai commencé à pratiquer les Livres Dont Vous Etes Le Héros. J'ai un souvenir nostalgique pour le tout premier paru en France : "Le sorcier de la montagne de feu".

Mais je n'ai vraiment commencé à jouer régulièrement que vers 1985, quand un copain de lycée ramena en classe le numéro Hors-série de Jeux & Stratégie consacré à Méga, et nous invita, avec deux autres amis, à jouer. Je me rappelle avec émotion du Ganymédien égaré, et je me couvre encore la tête de cendres au souvenir de la mort de mon perso, massacré par des gnomes...

Par la suite, le jeu de rôle est devenu un loisir intensif... Je me souviens d'avoir créé un personnage Stormbringer dans le couloir d'un centre d'examen, en attendant de passer mon épreuve de latin au baccalauréat. En classe préparatoire, je cultivais un look studieux en cours, mais en fait, au lieu de prendre des notes, je préparais souvent des scénarios ou je complétais les règles de mon premier jeu amateur... J'ai commencé à créer ce jeu, "Midgardasaga", à la fin de mon année de terminale. C'était un monstre simulationniste, dans un univers médiéval-fantastique, qui eut pourtant beaucoup de succès auprès de mes joueurs. Par la suite, pendant quelques années, je suis redevenu un rôliste lambda, pratiquant (surtout en tant que MJ) des jeux du commerce : Vampire, Warhammer, JRTM, Cyberpunk... En 1997, Hikaki, ma chère et tendre, a décidé de créer une page web, La cour d'Obéron. Elle y a mis en ligne les nombreuses aides de jeu qu'elle préparait pour nos parties, et j'ai commencé à y ajouter mes scénarios à peu près rédigés pour les jeux du commerce.

A la même époque, j'avais créé Rouge Renaissance, un jeu de stratégie qui avait pour cadre la France des guerres de religion. Je le faisais jouer par correspondance ou par e-mail à 6 de mes amis, qui devinrent acharnés au jeu. Cela me prêta à réfléchir : la période était passionnante, et fournissait un background à peu près inexploité pour un jeu de rôle. (A l'époque, les périodes méconnues m'attiraient pour créer des univers ludiques ; j'avais ainsi fait jouer, avec les règles d'Avant Charlemagne, un scénario intitulé "L'ours dans l'atrium", qui se déroulait juste avant l'effondrement de l'empire romain d'occident.) C'est ainsi que j'ai décidé de faire jouer au XVI° siècle, avec des règles susceptibles d'épouser l'esprit de la Renaissance finissante. J'ai ainsi accouché de mon premier jeu amateur digne de ce nom, Te Deum pour un massacre. Il fut bien accueilli par les internautes, et reçut une critique très favorable de Tristan Lhomme, dans le numéro 117 (à nouveau évoquée dans le n° 119) de Casus Belli ancienne formule.

Par la suite, étant un grand fan de Tolkien, mais de plus en plus frustré par les imperfections de JRTM, j'ai entrepris de créer un nouveau jeu des Terres du Milieu, à usage purement privé. Il s'agissait de Tiers Age ; au cours de l'été 2000, ayant fait allusion à ce jeu-maison sur un forum, plusieurs internautes m'ont demandé de leur envoyer les règles par fichier-joint. J'ai alors décidé de les mettre en forme et de les laisser à la disposition de tous sur notre site. Là encore, l'accueil des rôlistes fut assez enthousiaste, et Grégory Molle consacra un grand article à Tiers Age dans Casus nouvelle formule.

Mon rythme de jeu est irrégulier ; il dépend de la possibilité de rassembler des joueurs, dont certains ont été ou sont toujours très dispersés géographiquement. J'apprécie de pouvoir jouer deux à trois fois par mois - ce qui correspond à peu près à ma pratique actuelle. Du reste, il m'est arrivé d'avoir des parties très agréables en convention, où j'ai par exemple eu l'occasion de jouer avec Renaud Maroy. Outre mes propres jeux, j'aime bien Dark Earth et Warhammer, où je suis joueur. J'ai beaucoup maîtrisé à Vampire, aussi bien dans le Paris contemporain que dans le duché de Lorraine des XV° et XVI° siècles - mais je me suis efforcé dans ce jeu d'avoir une approche réellement historique (profondeur des persos) et machiavélique au sens politique, en essayant de gommer les ridicules de l'école White Wolf.

A part le jeu de rôle, j'aime beaucoup le Grandeur Nature (joueur, PNJ ou organisateur), et je perds pas mal de temps face à mon écran d'ordinateur sur divers jeux informatiques... Par le passé, j'ai fait un peu d'archéologie, et pas mal de théâtre amateur, aussi bien du côté de la scène, de la mise en scène que de l'écriture. Depuis que j'enseigne le français au lycée, j'ai moins de temps libre ; je reste toutefois un lecteur assez vorace. En SF, j'aime particulièrement l'oeuvre de Williams et celle de Banks. Je consomme force ouvrages d'histoire, tant pour nourrir mes jeux que pour mon propre plaisir.

En ce qui concerne mes productions ludiques, mon coeur balance entre Tiers Age et Te Deum... Je dois aussi convenir que j'ai une certaine faiblesse pour un de mes scénarios Vampire, intitulé "Narcisse Transi". Il amène les PJ à enquêter sur le passé de François Villon, dans une investigation qui exhume une intrigue commencée au XVIII° siècle, étroitement associée à l'histoire politique et artistique.

Actuellement, mon projet principal est la préparation à la publication de Te Deum pour un massacre. J'ai été contacté par Hicham, de Pandora Editions, qui m'a proposé d'éditer ce jeu. Je travaille en ce moment même sur Te Deum... : je procède à quelques aménagements de règles, et surtout, je complète très largement le background historique (en établissant une chronique très détaillée du règne de Charles IX et des quatre premières guerres de religion).

J'ai un autre projet, qui me tient à coeur, et que je remettrai sur l'ouvrage dès que Te Deum... m'en laissera le temps : il s'agit de "Celtica", un jeu de rôle consacré au monde celtique de l'antiquité. Je concentre tout particulièrement mon travail sur ce que l'on appelle en archéologie l'ère de Hallstatt et sur celle de la Tène, soit le premier et le deuxième âges du fer, qui correspondent très grossièrement à une période couvrant le VIII° siècle avant JC jusqu'au I° siècle avant notre ère. C'est un jeu qui s'écarte sensiblement de Légendes celtiques, qui était très marqué par les cultures celtiques médiévales du nord-ouest de l'Europe. Ce qui m'intéresse dans "Celtica", c'est un univers archaïque, formidablement coloré, où le druidisme est une nouvelle religion rivalisant avec des rites magiques plus anciens, où les nations celtes parcourent un monde vierge aux frontières indéfinies, entrant en contact avec les royaumes tusques, les expéditions hellènes venues d'Asie, les pirates aux vaisseaux noirs de Qart Hadasht, les tribus ligures, et peut-être les féroces hordes scythes...

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Boutefeu Imprimé - Numéro 1 (Le)
première édition
septembre 2006Te Deum Pour un MassacreEditions du Matagot
Ecran (L')
première édition
octobre 2005Te Deum Pour un MassacreEditions du Matagot
Jouer avec l'Histoire
première édition
avril 2009Documentation & EtudesPinkerton Press
Mener des Parties de Jeu de Rôle
première édition
mars 2016Documentation & EtudesLapin Marteau
Te Deum pour un Massacre
première édition
septembre 2005Te Deum Pour un MassacreEditions du Matagot
Te Deum Pour un Massacre
deuxième édition
septembre 2010Te Deum Pour un MassacreEditions du Matagot

Jeux Amateurs

Jeu
Statut
Te Deum pour un MassacreInconnu
Tiers AgeInconnu

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 30 septembre 2013.