Contenu | Menu | Recherche

Dans le jdr, il y a plus d'égo que de talent

RPGers 2013

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Reportages
Date : 15 septembre 2013

Carnet de voyages rololudiques dans le sud-ouest profond.


Jeudi :

Voyage étonnamment sans problème. C'est louche, ça annonce probablement de gros ennuis. Les années précédentes, cela se passait toujours mal, à l'aller ou au retour. Le soir, Jai nous annonce qu'il part du boulot quand il arrive et que son patron est d'accord. Il a un patron compréhensif, Jef et moi sentons qu'il va falloir se pencher sur un changement d'orientation professionnelle. Nous mangeons dans un resto du coin, et même Jai le magnifique ne peut terminer la soupière de potage de son entrée... Le reste est d'ailleurs également bon et copieux.

Le chaton officiel de la convention vient agiter son grelot sur la place de l'église, alors que nous discutons avec Elise et Bast. Il se fera dorloter par tout le monde tout au long du week-end, sans que nul ne sache qui est le propriétaire réel.

Nous profitons enfin de la piscine du gîte, avec joie. La journée dans les transports fut longue et il fait bien chaud. L'an dernier il ne faisait pas chaud et il y a deux ans, elle n'était pas en service.

Vendredi :

Nous installons le stand, et les câbles antivol, nécessaire précaution après les déboires de l'an dernier. Puis on s'active à discuter avec les autres stands présents, les orga, tous ceux que nous pouvons atteindre. La grande foule n'est pas encore là et nous sommes entre nous.

Les éditeurs arrivent et s'installent. Le courant et le wifi aussi ! Alléluia ! Pour la première fois en trois ans, nous sommes doublement connectés, et c'est bien pratique. La rallonge électrique GRoG est utilisée pour atteindre le bout du stand.

Les Ludopathes sont venus en force avec Patrick T., une équipe de bénévoles recrutés au club de jeu voisin de leurs locaux et une stagiaire esclavagisée. Tous ne travaillent pas tout le temps, mais au moins le stand n'est jamais vide et les discussions sont animées. Ils semblent tous très fan de Céline Dion, puisqu’à la demande « Qui n'est pas fan de CD ? », personne ne lève la main. Bon, il était question de désigner celui qui serait chargé de sortir les poubelles, ou un truc comme ça, alors peut-être qu'il y a une explication à ce subit amour de la mailleure chanteuuse kanadienne.

Patrick Trempond nous montre la maquette d'Ars Magica sur une tablette et on en prend plein les mirettes. C'est vraiment du très beau boulot, avec une logique de progression de la décoration de chapitre en chapitre, du printemps à l'hiver. Du coup on prend des nouvelles des prochaines sorties, AM et autres. La maquette est si bonne que les espagnols vont la reprendre. L'imprimeur de la VF sera celui d'Holocubierta, qui a l'air très bien. Image de l'écran : sans doute une image orientée intrigue, puisque la baston est sur la couverture. Antika avance bien. Il y a des progrès pour AMI et Anoë, mais la sortie des prochains suppléments semble plus éloignée.

Installation des bâches de fond et latérales de la tente, histoire d'éviter les ennuis nocturnes de l'an dernier. Et puis, cela protégera des coups de vent et des averses.

Discussion au stand sur les munitions du fusil de sniper lourd Barret ! Mais si, c'est du 12.7 mm, aussi appelé à l'américaine du calibre 50 (centième de pouce). Ce n'est pas à un vieux wargameur que vous allez apprendre ça, nom d'la !

Pablo est victime d'un coup de fatigue dans la tente des inscriptions aux parties. Le système de planning utilise pour la première fois les Qrcodes ! Photos...

Le thème de l'année : la peur, d'où certains cosplays, ainsi que le nom et la déco des buvettes. Pas trop d'influence visible sinon, sauf peut-être sur les scénarios, mais ça je n'en sais rien.

Je publie sur FB pendant que Jef met à jour le wanted et le planning. Demande de précision à Romu et rappel sur les délégations possibles sur le planning des éditeurs. D'ailleurs il faut rappeler ces histoires de délégations à tous les éditeurs.

Jai se prépare activement à la maîtrise de Cat, partie imprévue mais décidée sur place, sous la pression de divers joueurs intéressés. Le soir c'est invitation des notables locaux, petits fours et punch, en fait des verrines bien agréables. Discours de Fabien, sur les invités venus de loin. Je ne vois pas du tout de qui ils parlent.

Invasion de fourmis sur les tables...

Yann des Ludopathes arrive vers 22h, plein d'énergie et de projets. Il est venu en famille, ce qui n'est pas facile à gérer. Et toujours avec sa Clio orange AREA... Celle-là, rien ne l'arréte.

Samedi :

Un peu de pluie et beaucoup de vent. Cobra et Armanoides sont sur le stand à côté pendant que Jai dort et que Jef le remplace au pied levé sur la partie de Rhym. Le costume d'Armanoide (Lady) est superbe mais encombrant et sujet parfois à perdre des pièces. En plus les talons aiguilles ce n'est pas toujours pratique pour marcher dans l'herbe. Cobra se la coule douce, en comparaison ! Mais le psychogun est encombrant.

Les auteurs de Subabysse et Antika sont au stand Ludopathes. Ceux de Dragondead et One percent sont dans un autre coin, celui des auteurs, avec les Ticemon, Gabriel Aegyptus Thomas, Luna, et l'équipe Synchrone. Je blague Léo « Dragondead » sur les coquilles de son nouveau Kit de Démo, mais ce n'est pas drôle, il est au courant et c'est déjà corrigé sur le pdf en ligne. Du coup je ne m'acharne pas sur les étranges systèmes de guidage des torpilles de Subabysse.

Le doc vend à tout va des flasques et des sacoches en cuir marquées du signe des anciens... De toute façon, il vend bien, tout au long du weekend. Il faut bien que le vieux chacal finance ses bières d'une manière ou d'une autre, lui qui est aimablement surnommé la barrique et l'entonnoir par tous les barmans sur un rayon de 30 bornes.

Nous sommes nourris par les orgas, comme il y a deux ans. Vive les sandwichs ventrèche-moutarde ! Et la non moins traditionnelle salade de riz au thon et aux olives.

Vers midi, le soleil remplace les nuages et nous avons un peu moins de vent. Le couple star des chimériades arrivent, avec les enfants : Phil et Camille. Pour une fois, ils viennent jouer et non organiser.

Je fais régulièrement rager Elise avec des goodies Cobra, puis je refais le coup aux démonstrateurs officiels, Raphael et sa copine. Et ensuite je remballe et veille jalousement sur mon matériel, ils sont capables de tout, je le sais. Ils n'auront pas mon précieux ! depuis que je les ai eus à la Japan, je ne m'en sépare plus.

Alors que le vendredi était plutôt calme, le samedi, les 37 tables de jeu disponibles saturent, et il faut emprunter une des tables de l'accueil JdR pour faire ma partie OMT, avec deux frères et une sœur, rôlistes expérimentés. Ils sont ravis de la découverte de ce jeu, et connaissent déjà le GRoG.

Jai fait le mort un moment pour récupérer des forces, avec panneau façon Mémé Ciredutemps. Puis il discute avec Thomas K., fan des Feals plus que du GRoG, visiblement.

Animation du soir : Satisfaction des Stones à l'accordéon, avec supplément de batterie et de chant : tel est le groupe AC/DFé, blagues vaseuses à l'appui. C'est l'attraction du village car ils jouent pendant le repas spécial du samedi soir, tradition locale. Du coup, nombre de locaux et de vacanciers viennent au repas et au spectacle, même sans être joueurs, et les publics se mêlent sans problème, même si nous avons des visiteurs qui passent dans notre tente pour regarder, mais sans vouloir poser de question. Longue présentation des diverses astuces cachées du site à la stagiaire esclave des Ludopathes, martyrisée régulièrement dans le cadre de rites d'introduction des plus suspects. Je me couche pas trop tard, pendant qu'ils font un INS spécial Elise. Jai enchaîne sur Toon, cet homme (?) est infatigable !

Dimanche :

Le matin départ tranquille avec Jef pour une matinée relax, discussion avec divers auteurs et représentants d'éditeurs. Lui et moi médisons des présents et des absents. Puis test de MnD version foot, où je joue bien bourrin, et je me fais battre, uniquement par manque de moule aux dés, bien entendu. A mon initiative, nous avons bien plus joué la face de l'adversaire que le ballon, et ça a fait mal !

Une table de presse à l'entrée expose les divers articles de la presse régionale au sujet de RPGers. Les textes concernés sont entourés au feutre, histoire qu'on les repère bien.

Après-midi tranquille, discussion avec le doc incube, qui m'offre une bière et Phil des Feals. Encore une fois, nous médisons allègrement de nombre de personnalités grandes ou petites du monde franco-français du JdR. Mais nous serons excusés, car tout est vrai, hélas ! Dans le JdR, il y a plus d'ego que de talents, c'est bien connu.

Jef fait un dev exprès sur les bios, vite fait bien fait, puis il mène du Marvel toute l'après-midi, torturant ses joueurs avec un plaisir non dissimulé. Mais tant qu'ils en redemandent... Et qu'il peut enchaîner une deuxième partie !

La fin de conv arrive avec la remise des lots. Elise mitraille à qui mieux mieux, pendant que je manque de batterie. Jai et Jef discutent pour ce soir d'un plan à trois rôlistique sur OMT, voire même d'une partie massivement parallèle, mais à trois c'est peu massif. La remise se fait alors que l'orage menace, mais se termine juste à temps. Dès la fin officielle de la convention, l'équipe boostée à 200 % à l'adrénaline, se lance dans le démontage des tentes, avec plus de 12 heures d'avance sur le programme... Une petite pluie ne les ralentit même pas. Dans le Gers, c'est des purs, des durs, des tatoués !

Mais au GRoG aussi et une petite réunion de l'équipe de convention permet de faire des bilans et de lancer des idées concernant les développements en cours et à entamer pour le GRoG, ainsi que les besoins en personnel correspondant. Un doc de travail témoignera de cette réunion, à l'usage du bureau.

Nous avons finalement fait pas mal de choses pour le site ou sur le site en cours de convention. Et nos ventes sont étonnantes : même romu veut un set de dés, un père nous prend la totale pour son fils fan du GRoG, etc. Le stock de dés et de Tee-shirt s'épuise, il va falloir penser à renouveler nos goodies de convention. En même temps, cela fait peu de sous, mais vendons-nous pour nous faire de la trésorerie ? Disons que cela paiera au moins un kakemono !

Départ le lundi matin, pas trop tôt, pour une fois. Tout se passe bien aussi étonnant que ça puisse paraître. La malédiction de RPGers serait-elle levée ? La suite l'an prochain !