Contenu | Menu | Recherche

Only after disaster can we be resurrected. (Tyler Durden)

Hélène Henry

Auteur

Identité

  • Nationalité : Française
  • Pays : France

Biographie

J'ai toujours joué et lu, inventé des univers, raconté des histoires, dont les Barbies constituaient des supports idéaux, même si elles finissaient parfois décapitées. La découverte du JdR, chez un cousin qui masterisait Star Wars un été, fut le big-bang qui mit fin à cette impression de savoir sans connaître. Au bout d'une heure, j'étais la seule fille à n'avoir pas quitté la table. À la rentrée suivante, je découvrais Vampire et AD&D à la MJC de Rennes. Le JdR m’a appris que tout est possible.

J'écoute Didier Guiserix de loin, lors d’une conférence des Étonnants Voyageurs à St-Malo ? Quelques années plus tard, c’est en tant que rédac-chef de Casus Belli que je collabore avec lui, et découvre avec émerveillement la ruche de doux dingues et follement passionnés qui font vivre le titre (coucou Cédric, Philippe et Arnaud !)...

Ado, j'achète la deuxième édition de Nephilim pour faire des fiches de perso, seule dans ma mansarde ? Quelques (nombreuses) années plus tard, Sébastien Célerin me propose de passer de l’autre côté du miroir, et de collaborer à la gamme en tant qu’auteur. Tout est possible. Mais il est vrai que prendre "lucky" à la création peut aider.

Ce que le JdR m'a apporté ne peut être chiffré : amis, gloire (hum), fortune (hum hum), découverte des angles non euclidiens et autres réalités indicibles avec Cthulhu, de la face cachée des croisades avec Miles Christi, de l’évidente association Far West et zombies dans Deadlands, des joies de faire survivre sa famille dans D&D, des 1001 façons de se faire manipuler dans Vampire, de la véritable nature des vieilles aux pigeons dans Unknown Armies, de l’art de relever des collets dans Rêve de Dragon... et des dizaines d’autres. Épique, intimiste, med-fan ou contemporain : on peut jouer à tout, tout dépend avec qui.

Aujourd'hui (août 2014), je joue enfin la mythique campagne des Masques de Nyarlathotep (tout est possible, même des amis insanes qui te proposent une table cyclopéenne de 2 MJ et 9 joueurs malgré famille, devoir et patrie) et rejoins une campagne, dont je ne pense pas revenir de si tôt, dans l’Obscur de Dark Earth, avec notamment les illustres Granier de Cassagnac et Beus.

Le JdR m’a aussi amenée au GN et au jeu vidéo (où je travaille désormais), et à étudier plus particulièrement ce qu’ils peuvent s’apporter les uns les autres en termes de narration. Tous ces univers à explorer, aujourd'hui seulement reliés par d’arachnéennes passerelles lancées par des rêveurs fous... Voilà ce qui m’occupe actuellement.

Au-delà des anecdotes personnelles, le JdR se résume toujours à des dés, du papier, un crayon. Et l'infini. Une myriade d'univers, des galaxies de personnages, des constellations d'aventures merveilleuses, vécues entre amis, ou personnes qui allaient le devenir. Des souvenirs inoubliables. Ceci est ma déclaration d'amour au JdR, et à ceux qui le font. Le JdR, ou le loisir grâce auquel tout est possible.

Petit message pour finir : "If not now, then when?"
(Si pas maintenant, alors quand ?)

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Kit du Maître de Jeu
première édition
décembre 2012NephilimÉditions Mnémos
Nephilim
quatrième édition
décembre 2012NephilimÉditions Mnémos
Nephilim
quatrième édition limitée
décembre 2012NephilimÉditions Mnémos

Cette bio a été rédigée le 11 février 2013.  Dernière mise à jour le 26 août 2014.