Contenu | Menu | Recherche

Ah, the pitter patter of tiny feet in huge combat boots

Mario Heimburger

Auteur

Identité

Biographie

Mon plus ancien souvenir de jeu de rôle est un combat armé d'un os humain... Ce qu'on peut être con à l'âge de 14 ans, tout de même. Heureusement (?), après, on vieillit... C'était à Terres de Légende, et j'avais découvert ce jeu en me trompant dans l'achat d'un livre dont vous êtes le héros. C'est donc un groupe de quatre gamins qui découvrait le jeu de rôle. Puis de fil en aiguille, de Warhammer à Cthulhu en passant par Star Wars, ce fut l'inévitable escalade. Du groupe de 4, seuls deux pratiquent toujours le jeu de rôle, mais pour ma part, j'ai été accroché pour longtemps.

La découverte de la vie associative avec "Les Compagnons d'Elendil" a été sans aucun doute le second déclencheur, celui qui m'a donné envie de FAIRE des choses, et non pas seulement de les CONSOMMER. C'est sans doute aussi la principale différence entre un meneur (que je suis plus volontairement) et un joueur. Après avoir écrit des soirées enquêtes entre amis, l'acte de création suivant a été de mélanger mes études d'informatique avec la pratique du jeu de rôle en partageant sur le tout jeune réseau Internet des premières créations, puis en tentant d'entraîner d'autres personnes dans cette spirale infernale. C'est durant cette période que je me suis rendu compte que je ne faisais pas partie des joueurs monomaniaques qui pouvaient jouer au même jeu pendant vingt ans. Les jeux commençaient à être assez diversifiés pour qu'il y ait d'autres mondes à découvrir. Je papillonnais donc d'un jeu à l'autre, tendance de plus en plus consommatrice de temps qui ne m'a pas quitté depuis.

A l'époque, on ne trouvait pas grand chose de bien sur internet. Quelques sites sortaient déjà du lot, mais la qualité des scénarios laissait à désirer. C'est face à ce constat que j'ai lancé d'abord un site web pour l'association, puis un site web généraliste, Eastenwest, qui fête cette année (2005) sa cinquième année d'existence. L'objectif était autant de proposer du matériel de qualité que de s'entraîner à l'écriture. Il y a eu de nombreux participants, plus de 130 scénarios publiés, des centaines de pages de PDF... Et le constat classique de l'ingratitude des internautes heureusement compensé par le plaisir de la création en groupe et de l'impression de progresser dans l'écriture.

C'est pendant l'élaboration d'une interview pour le magazine que je rencontre (à nouveau) François Bilem, l'auteur de Tsaliar et Privilèges. Il avait fait partie (en périphérie, toutefois) de notre association de jeux de rôles avant de vivre plusieurs aventures personnelles et revenir en Alsace pour fonder le micro-éditeur Boîte à Polpette. Cette aventure avait tout pour me plaire : modestie, volonté de créer dans le domaine du jdr avec en ligne de mire une publication papier certes rudimentaire, mais quel plaisir d'avoir l'objet du travail entre ses mains ! J'ai rejoint la BAP uniquement pour mettre à disposition quelques compétences informatiques et pour la relecture/tests de scénarios mais ce fut une aventure magnifique et je ne remercierai jamais assez François pour ça !

Hélas, toute aventure a une fin. La BAP fermera une première fois ses portes en tant qu'entreprise, les contraintes liées à ce type de structure étant trop importantes. Mais l'idée d'une production en marge de la "production professionnelle" avait séduit de nombreux supporters, et des discussions reprirent bientôt pour reprendre l'idée d'un éditeur associatif qui reprendrait le flambeau dans ce domaine. Des divergences dans la stratégie m'ont toutefois contraint à m'éloigner de la BAP pour préférer me joindre à la structure naissante Phénix (le nom était d'ailleurs à l'origine un hommage à la renaissance de la BAP). Une équipe complètement différente, un concept qui s'éloigne de la publication d'un jeu d'auteur pour se rapprocher plus de la création en commun à partir d'une idée d'un auteur. La différence était assez importante pour que mon choix se fasse rapidement. J'ai été heureux de constater que le premier jeu publié (Mousquetaires de l'Ombre) était un des jeux que la BAP avait refusé à l'époque et pour lequel j'étais le seul à avoir un faible. Le succès du jeu (l'idée était de Sylvain Plagne) m'a conforté dans ma vision d'un jeu de rôle qui gagne en intérêt avec la diversité des participants. Etant à ce moment dans une période d'éloignement par rapport au jdr, je n'avais pas participé à ce projet. C'est donc tout naturellement que j'ai voulu me rattraper avec Elfirie (idée de Willy Favre). L'équipe de Phénix a été exigeante mais le projet était très bien mené, preuve qu'avec un minimum de volonté, on peut faire de très belles choses ensemble.

Pour autant, je ne considère pas Phénix et Elfirie comme une expérience professionnelle dans le monde du jdr. Déjà, je me méfie du monde professionnel. Au cours de mes rencontres, j'ai pu croiser de nombreux auteurs pros devenus aigris et amers suite à des déconvenues dans le jdr "pro". Beaucoup avaient quitté le milieu du jdr pour - disaient-ils - évoluer. Je continue à ne pas avoir envie d'aller dans cette voie. Pour moi, le jeu de rôle est avant tout une question de rapports humains. Participer à un projet n'est humainement valorisant que si les autres participants apportent chacun leur pierre au château sans qu'aucun ne se sente lésé ou blessé. Mais comme toute activité "sociale", elle se heurte également à des rapports de caractères qu'il faut gérer avec la meilleure volonté du monde. Si chacun comprend cette relativisation, un projet est agréable et a des chances d'aboutir. Ce que les rôlistes vivent constamment autour des tables de jeu n'est cependant pas toujours accepté autour d'un projet de site web, de journal, de jeu, d'association, etc.

Aujourd'hui, je continue à dilleter gentiment autour du jdr, à jouer presque toutes les semaines, à écrire des scénarios, à collectionner les jeux de rôles francophones, à m'imprégner des univers et des systèmes (bien que comme une bonne partie des joueurs "touche à tout" je considère toujours le scénario comme prioritaire par rapport au système de règles). Ces derniers temps, j'ai quand même de plus en plus tendance à remplacer une partie qui ne me donne pas toutes les garanties d'être originale par des soirées jeux de plateaux, plus simples à mettre en oeuvre. Comme tous les rôlistes, j'arrive dans une période où trouver des joueurs aux emplois du temps compatibles est de plus en plus dur...

Heureusement, il reste le net qui me permet de tout gérer depuis ma bien-aimée Alsace (Colmar pour être précis). Ça tombe bien : je suis extrêmement casanier et le moindre voyage me donne des sueurs froides. Mon seul regret est que le travail en groupe par le web ne soit pas toujours si bien vu dans un monde où les égos sont surdimensionnés et où chacun veut faire dans son coin sans se rendre compte qu'ensemble, les réalisations sont plus pérennes et plus vivantes...

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Elfirie
première édition
octobre 2005ElfiriePhénix Edition
Nouvelle France
première édition
février 2005Mousquetaires de l'OmbrePhénix Edition
Puissances du Nord
première édition
juillet 2009Mousquetaires de l'OmbrePhénix Edition

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.