Contenu | Menu | Recherche

Un business plan pour les amener tous et dans les ténèbres les lier

Jaume Fabregat

Illustrateur

Identité

Biographie

En 1986 j'ai commencé à illustrer des scénarios et articles pour le magazine Troll. Plus ou moins au même moment j'ai rencontré des amis au lycée qui avaient l'habitude de jouer à D&D. Dans cette situation il était donc presque inévitable que je joue à quelque chose.

"Troll, revista de rol", fut le vrai pionnier pour l'introduction des jeux de rôle en Espagne - à cette époque il n'y avait que le D&D de base qui était publié en espagnol. Il n'était soutenu par aucune compagnie, éditeur ou magasin, il était auto-financé par la publicité, et beaucoup de gens enthousiastes. En fait Troll fut le point de départ de nombreuses personnes qui plus tard sont devenues des auteurs, rédacteurs ou dessinateurs professionnels. L'apparence générale du magazine faisait un peu bon marché les 20 premiers numéros, bichromie pour la couverture et noir et blanc pour l'intérieur, mais la qualité globale du contenu, et son rôle comme brise-glaces sur le marché, ont largement compensé le manque de budget. Encore aujourd'hui (novembre 2006) certaines personnes parlent de ce magazine comme sans doute le meilleur jamais édité en Espagne. La structure du contenu était assez similaire à celle du français Casus Belli : nouveautés + critiques de nouveautés + série d'articles liés à un genre ou jeu précis dans chaque numéro.

Après cette expérience j'ai travaillé pour Diseños Orbitales, à faire des dessins pour l'édition espagnole de Traveller. Plus tard j'ai commencé à travailler pour l'édition espagnole de Ars Magica, et ces dessins ont semblé plaire à l'éditeur US car j'ai aussi commencé à travailler pour l'édition américaine. Plus ou moins au même moment j'ai commencé à travailler avec Farsas Wagon sur leur jeu Fanhunter et l'édition espagnole de Hidden Invasion. J'ai aussi publié des dessins chez Gnawing Ideas, un éditeur indépendant de contenu lié à Ars Magica : Mythic Perspectives, le magazine de Gnawing Ideas, et des livres de nouvelles à propos de AM.

A peu près toute cette activité dans l'édition de jeu s'arrêta lorsque j'ai commencé à travailler dans le studio de dessin de Games Workshop, à un poste ne faisant pas intervenir mes compétences d'illustration. Mais mon travail d'illustrateur ne s'est pas limité à l'industrie du jeu : j'ai publié des dessins dans des livres sur d'autres sujets que les jeux - contes, histoire médiévale, anthropologie, botanique, et aussi des dessins pour entreprise et à des fins commerciales. Ces huit dernières années j'ai travaillé comme directeur artistique pour des compagnies internet.

Mon jeu préféré est sans aucun doute Ars Magica. C'est très certainement celui pour lequel j'ai fait le plus de dessins, mais aussi celui auquel j'ai le plus joué. J'ai commencé à y jouer en 1988 ou 89, après une rencontre avec le jeune Jonathan Tweet à JESYR (une convention espagnole disparue), jusqu'à leur plus récente édition. A mon avis le système est super, et le cadre est vraiment chouette, il me paraît très proche de moi : je suis de Catalogne et les parties se déroulent par défaut sur le versant nord des Pyrénées Orientales. Aussi vous imaginez comme ça peut être facile et chouette à jouer.

Le Château Falkenstein est aussi un grand jeu. En fait j'aime presque tous les jeux victoriens-steampunk. Pendant une paire d'années j'ai joué à un drôle de mélange de Falkenstein et Space 1889, mais en remplaçant le Mars de GDW par le Barsoom Mars de Edgar Rice Burroughs, très sympa vraiment.

D'autres chouettes jeux à mon humble avis, ce sont James Bond 007, l'Appel de Cthulhu, Warhammer, Star Wars (édition WEG), et Stormbringer. Ces dernières années j'ai vu trois jeux intéressants d'édités, bien que je n'ai pas eu l'occasion d'y jouer : Metabarons, Dying Earth, et Lyonesse - oui, je suis un fan de Jack Vance.

Mais je ne joue plus. La dernière fois que j'ai rencontré quelques amis autour d'une table, c'était pour une partie de Marvel Heroclix, et ça s'est passé il y a trois ans.

Sinon pour l'essentiel je lis des bandes dessinées et des romans, je dessine (pas des trucs de jeu), je joue à des jeux vidéo, ou je profite de mon temps libre avec mon épouse.

Ma plus grande fierté, c'est l'édition espagnole de Broken Covenant of Calebais. L'éditeur espagnol voulait renouveler complètement le livre de la première édition, nouvelle couverture couleur et que des nouveaux dessins à l'intérieur. Calebais est très certainement la meilleure campagne à laquelle j'ai jamais joué. J'y ai joué quelque temps avant d'être contacté par l'éditeur, et j'ai vraiment eu du bon temps. J'y ai joué avec un super meneur de jeu qui a fait un grand travail, tirant de la campagne une atmosphère de mystère et de terreur.

Aussi ce fut un plaisir d'accepter lorsque l'éditeur m'a demandé si ça m'intéressait de faire des dessins pour ce livre. Le livre avait beaucoup de sujets différents à illustrer. Les personnages rencontrent une grande variété de PNJ. Certains sont réels, d'autres sont des illusions, et d'autres sont des fantômes, tout cela dans une énorme Alliance ravagée pour des raisons inconnues. C'est un cadre très chouette pour le mystère et le fantastique, ça vous donne beaucoup de possibilités pour illustrer.

Actuellement (novembre 2006) j'essaye de revenir à l'industrie du jeu. Je cherche une possibilité de passer à l'industrie du jeu vidéo comme directeur artistique ou concepteur-dessinateur.

Ouvrages Professionnels

Illustrateur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Traveller
première édition révisée, version de luxe
janvier 1989TravellerDiseños Orbitales

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.