Contenu | Menu | Recherche

Au commencement l'univers fut créé. Et puis on a commencé à recenser les JDR...

Ghislain Morel

Auteur

Auteur amateur

Identité

Biographie

Il est bien difficile de revenir sur 21 ans de jeux de rôle !

Commençons par le commencement : en 1982, un voisin me fait jouer un scénario D&D de Denis Gerfaut, publié dans Casus Belli. Je trouve cela plutôt étrange comme concept. Quelques mois plus tard, je vois dans le catalogue France Loisir la boîte rouge de D&D, et je me la fais offrir pour Noël. Et comme on dit au Groland, tout à coup, c'est le drame !

Quelques rencontres, un peu d'initiation, et nos premières tables sont constituées. Mon groupe remplace rapidement D&D par T&T, Empire Galactique et l'Appel de Cthulhu. Trois ans plus tard, je participe à mon premier club, La Guilde des Samouraïs Paranoïaques à Uckange, et l'année suivante, je crée le mien, L'Elfe Bionique dans ma ville natale. A l'époque, nous pratiquons assidûment Star Wars, JRTM, Mega II, Tunnels & Trolls. Le jeu de rôle vit son âge d'or. Je commence à fréquenter les conventions : Les Jours du Dragon et la Nuit des Grands Anciens à Metz, les Joutes du Téméraire à Nancy, les rencontres organisées par les clubs locaux. Je participe aussi à quelques projets de fanzines.

J'ai la chance de rencontrer quelques-uns des professionnels de l'époque qui me font rêver : Nedelec, Greg Stafford et Didier Guiserix. En 1986, je deviens animateur dans une radio locale, et j'emmène l'équipe d'Oriflam dans l'aventure avec moi : j'anime alors une émission sur le jeu de rôle, avec un journal des sorties, des critiques de romans et de films et une aventure interactive en direct où les auditeurs pouvaient participer par téléphone, le tout accompagné d'un petit concours hebdomadaire sponsorisé par l'éditeur lorrain. L'émission disparut avec la fin des radios associatives et le début du matraquage débile des périphériques !

Aux débuts des années 90, je pars étudier à Nancy. D'autres rencontres au gré des conventions et des séances de dédicaces (Gerfaut, Croc lorsque Bruce Dickinson à quitté Iron Maiden, Frederic Weil à la sortie de Nephilim puis de la seconde édition de Rêve de Dragon...) mais surtout, la découverte d'un club : Tumulte & Trahison, le club de jeu de rôle de la fac de médecine. C'est une véritable pépinière de talents, et de nombreux noms attachés à notre loisir y sont passés : Samuel Zonato, Didier Kurth, Pierre Pevel. Je participe à la même époque à un groupe de métal : Deadly Strike. Fortement inspiré par le Thrash mélodique de Metallica et de Megadeth, et par l'arrivée du Death Metal, je compose des textes inspirés de la SF et du Fantastique, mis en musique par un guitariste prodige et joués par un groupe dont l'alchimie sur scène est presque parfaite.

Après deux ans d'aventures diverses et variées, la séparation de ce groupe, le départ de nombreux amis et une envie de tout changer dans ma vie, je quitte la France pour l'Irlande en pleine vague Magic : The Gathering. D'ailleurs, les boutiques de jeu de ce pays me remercient encore d'avoir amené mes cartes avec moi, et d'avoir été le premier à importer des boîtes de starters et de boosters (via Hobby Games à l'époque) dans le vert pays. Je fais alors la rencontre de Wayne O'Connor, un illustrateur qui devient rapidement mon meilleur ami. Nous continuons à travailler sur des projets communs. Je reste un an sur place, puis dans les quatre années qui vont suivre, je vais vivre entre la France et l'Irlande. J'y apprends à jouer d'un instrument à percussion plutôt original : le Bodhràn (prononcer Borane), qui prendra plus tard une importance primordiale dans mon existence. C'est aussi à cette époque que je commence à écrire des jeux de rôle.

Après un premier jeu qui me permettait de faire des campagnes médiévales fantastiques titanesques lors de mes années de fac, je rédige Ork : L'Ultime Outrage pour retrouver un peu de fraîcheur dans nos parties, et The Truth Is Outhere, un jeu que je rédige en anglais pour jouer avec mes amis français et irlandais dans l'univers de la série The X-files.

En 1999, je me trouve un travail régulier (animateur responsable d'une MJC, à Hayange) et j'accède au web où je retrouve les vieux amis de TnT, qui s'occupent maintenant d'un fanzine. Samuel Zonato me demande de devenir collaborateur, et je lui soumets un projet de jeu de rôle de space-opera. Peu intéressé, il me propose de plancher sur leur jeu maison, nommé Cops. Il me fait aussi suivre une proposition d'Athal, qui cherche à développer un jeu à partir d'un synopsis. Je travaille sur les deux projets, puis les fusionne en un seul lorsque l'éditeur ne donne plus signe de vie. Au même moment, nous sommes contactés par le 7eme Cercle, nouvelle société d'édition, très intéressée par notre projet. C'est aussi à la même période que j'intègre un nouveau groupe, Kintana, mais cette fois pour jouer de la musique folklorique et celtique.

En 2001, Los Angeles 2035 sera publié, avec toute la controverse qui suivra sa sortie. Avec du recul, c'est vrai que la présentation du livre était son point faible, mais le jeu a quand même connu un certain engouement, et je suis très fier d'y avoir participé. J'ai pu écrire un monde dépaysant et des règles qui correspondaient complètement à ma façon de maîtriser. Le résultat était un jeu auquel j'avais vraiment envie de jouer et de faire jouer, et les premières parties tests restent parmi mes meilleurs souvenirs ludiques.

Cela m'a en tout cas permis de rentrer par la grande porte dans ce milieu que j'appréciais depuis bien longtemps déjà. Je me suis aussi aperçu que c'était un monde très étrange, où les personnes les plus intéressantes côtoient des parasites qui ne vivent que des idées des autres et dans l'ombre de ceux qui ont réellement quelque chose à apporter à l'imaginaire. Un monde trop humain parfois, qui de part son étroitesse exacerbe les émotions et les envies. Pour résumer, y a pas mal de faux-culs ! Mais il y a certains créateurs qui cumulent un imaginaire certain, une gentillesse extraordinaire et un sens inégalé de la fête. Pour ces derniers, il y aura toujours une bouteille de mirabelle dans mon sac.

Lors d'une convention à Amiens, alors que je faisais de la promotion pour LA 2035 et les autres jeux du 7eme Cercle, je fais la connaissance et je sympathise avec John "Pen Of Chaos" Lang, le créateur du Donjon de Naheulbeuk. Equipé de mon Bodhràn, je joue quelques morceaux avec lui pendant sa répétition, et il m'invite sur scène pour jouer une jig pendant son spectacle.

Suite à ce concours de circonstances, nous reprenons contact régulièrement. Je sers ensuite d'intermédiaire pour la distribution des produits dérivés du Donjon et l'organisation du concert du Monde du Jeu 2002, pour lequel le groupe de Naheulbeuk est officiellement fondé. Depuis, nous jouons régulièrement à travers l'Europe Francophone (France, Belgique et bientôt la Suisse et le Luxembourg) et j'ai eu la chance de participer au CD du groupe, en chantant des chansons naines et en écrivant des paroles de métal ork (comme quoi, trois ans dans un groupe de thrash, ça ne s'oublie pas !).

En 2003, j'ai participé à la création du magazine Anunnaki, où mon nom apparaît dans le comité de rédaction. Depuis le numéro 6, j'ai même une rubrique à mon nom "la rubrique éclectique de Monsieur Morel", parce qu'à la rédaction, personne ne sait où mettre mes articles (trop bizarres qu'ils disent !). En tout cas, c'est sympathique de travailler avec des gens aussi talentueux que Julien Blondel, Johan Scipion ou Christophe Valla.

Je joue environ deux fois par semaine, et je sers de cobaye pour les jeux d'Eric Nieudan de chez Oriflam en face. Je suis presque tous les week-ends en voyage dans une convention. Je lis autant que je peux, et j'essaye de me tenir à l'écart des librairies pour tenter de faire baisser le nombre de livres non lus que j'ai dans ma chambre (au dernier recensement, environ 300 !).

Mon principal défaut, c'est que je collectionne aussi les jeux de rôle, et certaines pièces rares de ma collection sont même encore sous cellophane, histoire de faire baver mes joueurs. Ils prétendent d'ailleurs que j'ai passé un pacte avec un démon bibliothécaire pour parvenir à toujours trouver les livres qui manquent à ma ludothèque ("venez mon brave, je crois que j'ai quelque chose qui pourrait vous intéresser, si vous avez quelques âmes à m'échanger !"). Soit dit en passant, si quelqu'un veut se séparer du jeu de rôle de La Terre Creuse, je suis preneur !

Je possède aussi d'autres domaines d'activité que je peux aborder brièvement ici. Je fabrique ma propre bière (La Millénium) avec un ami, Frédéric Vilain. Certaines de mes connaissances espèrent un jour me voir embrasser une carrière de voyant extralucide ou d'hypnotiseur de spectacle (mais cela fait bien dix ans que je n'ai plus hypnotisé qui que ce soit !). J'ai participé à des ateliers vidéo, je m'occupe de l'organisation de conventions, je pratique la danse folklorique (étrange n'est-ce pas ?). Je préfère les chats aux chiens. Je suis super nul en dessin. J'écoute du métal et de la musique celtique ainsi que du rock progressif, mais aussi un peu de jazz, du classique, des BO de film, un peu de pop-rock. J'adore David Brin, Philip K. Dick, Roland C. Wagner, Maurice Dantec, Tolkien, Robin Hobb, Lovecraft. Je suis vraiment fan de Space Opera, sous toutes ses formes, et en particulier Perry Rhodan, Star Wars et Star Trek. Je reste sauvagement accro aux séries fantastiques américaines et aux sitcoms délirantes, Buffy, The X-files, The Drew Carey Show et That 70's Show restent dans le top de mon classement. J'aime beaucoup aussi le cinéma d'action asiatique et l'animation japonaise.

Côté jeu de rôle, j'ai sur mon ordinateur trois ou quatre systèmes que j'aimerais un jour finir, et quelques idées d'univers, mais pas de projets précis. J'espère bientôt pouvoir collaborer à un grand projet de jeu de rôle, et mon grand rêve serait d'être à la tête d'une collection, en définir les orientations générales et travailler avec tous les créateurs sympas que j'ai rencontrés dans le milieu : il y en a peu, mais ils se reconnaîtront !

Voilà, j'espère n'avoir rien oublié. Et venez voir le Naheulband sur scène : parce qu'il n'y a pas que le jeu de rôle dans la vie !

J'aimerais bien délivrer un message essentiel au reste du monde, mais je crois que la plupart des choses importantes ont déjà été dites. En attendant, bons jeux à tous !

Pour en savoir plus, une petite interview : http://eastenwest.free.fr/?type=articles&ID=149

Ouvrages Professionnels

Auteur(s)
Parution
Gamme
Editeur
L.A. 2045
première édition
novembre 2015L.A. 2045Studio09
Los Angeles 2035
première édition, deuxième impression
janvier 2001Los Angeles 20357ème Cercle

Jeux Amateurs

Jeu
Statut
The Truth is OuthereInconnu

Cette bio a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.