Contenu | Menu | Recherche

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort

Encyclopédie

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 288 pages en couleurs, avec une carte 74 x 53,5 cm détachable, en couleurs.

Description

Ce guide de campagne contient les informations nécessaires aux meneurs de jeu pour lancer une campagne dans l'univers des Royaumes Oubliés. Le coeur de l'ouvrage est un atlas des Royaumes en 1479 DR, ainsi qu'une description du panthéon divin, considérablement modifié par rapport aux éditions précédentes. Une introduction de deux pages présente les principaux bouleversements qui ont frappé les Royaumes, ainsi que la manière d'utiliser cet ouvrage.

L'un des conseils évoqués dans l'introduction, pour un meneur de jeu découvrant cet univers, est de commencer petit en étendant progressivement la zone explorée par les personnages. Le présent guide suit ce conseil en débutant par un premier chapitre (32 pages) décrivant la petite ville de Loudwater, et en proposant un petit scénario d'introduction. Le chapitre explore tout d'abord la ville elle-même, avec ses bâtiments et personnages non-joueurs clés. Une petite scène d'introduction est proposée, ainsi que des pistes d'aventures, dans et autour de Loudwater. Six pistes d'aventure sont ainsi proposées, dont une suivant directement la scène d'introduction. Les plans du village de Loudwater et des différents lieux concernés par les synopsis sont fournis.

Le deuxième chapitre (10 pages) réunit certaines informations générales concernant l'aventure dans les Royaumes Oubliés. Les propos portent sur des considérations aussi diverses que la manière d'adapter une campagne existante dans le nouveau contexte, les particularités du voyage dans les Royaumes, un glossaire d'expressions, quelques exemples de trésors, ou un résumé de l'histoire de l'univers.

Le troisième chapitre concerne la magie et occupe 12 pages. La disparition de Mystra et la Spellplague qui s'en est suivie ont modifié certains aspects de la magie dans les Royaumes, et ce chapitre décrit ces modifications, tant sur le continent lui-même que sur ses habitants. Quelques objets magiques et rituels sont aussi proposés en fin de chapitre.

Le quatrième chapitre traite en 10 pages de la nouvelle cosmologie des Royaumes Oubliés. Les quatre principaux plans sont décrits : l'Astral Sea, domaine des dieux, l'Elemental Chaos, domaine de la création brute, le Feywild, miroir féerique du monde, et le Shadowfell, terre ombrageuse où rôdent les âmes perdues et les créatures des ténèbres. Les différents royaumes ou dominions de ces plans sont décrits succinctement.

Après le cosmos, c'est plus particulièrement aux résidents de l'Astral Sea, les dieux, qu'est consacré le cinquième chapitre (12 pages). Le point est fait sur les divinités encore présentes sur Toril et sur les panthéons divins. Une courte description et l'illustration de son symbole sont fournies pour chacune des dix-huit divinités majeures.

Le sixième chapitre est le plus conséquent et occupe à lui seul 154 pages. C'est un atlas détaillé de Faerûn en l'an 1479. Après un bref aperçu général, le chapitre fournit, secteur par secteur, une description. Le plus souvent, les secteurs sont traités en deux pages chacun. Parmi les secteurs plus détaillés, on peut citer la région des Vaux (6 pages) ou Menzoberranzan (4 pages). Pour chaque secteur sont fournies des informations que les aventuriers peuvent connaître via leurs connaissances (et des tests éventuels de Connaissances), les descriptions de quelques lieux emblématiques du secteur, des pistes d'aventure, et une carte tirée de la carte globale accompagnant l'ouvrage.

Le septième chapitre réunit en 50 pages les informations concernant les principales menaces pesant sur Faerûn. Organisations, cultes spécifiques, royaumes ou races entières peuvent influer sur l'avenir du continent. Pour chacune de ces menaces, des informations sont fournies, ainsi que les caractéristiques de certains membres emblématiques que les personnages pourraient être amené à rencontrer, le plus souvent en tant qu'ennemis.

L'ouvrage se conclut par deux pages réunissant un index et une table énumérant les nouveaux monstres proposés dans l'ouvrage avec, à chaque fois, la catégorie et le niveau du monstre en question. La carte détachable se trouve entre la fin de l'ouvrage et la troisième de couverture. Il s'agit d'un plan global des Royaumes Oubliés, en couleurs.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 10 mars 2010.

Critiques

Jaffar, le Vieux Liche  

La bonne rencontre,

Je viens de terminer la lecture de cette nouvelle encyclopédie des Royaumes Oubliés. Et bien la déception est au rendez-vous. En effet, une encyclopédie doit être un minimum exhaustive, et là on est loin du compte.

En ce qui concerne la forme rien à dire: illustrations, cartes, reliure, etc. rien que du bon. Par contre, le contenu pêche beaucoup. Le lecteur ne se fatiguera pas à parcourir des pages couvertes de petites runes qui recélent moult secrets. La police choisie est tellement grande et le texte tellement aéré que j'ai cru lire un livre de la bibliothèque verte, comme le club des cinq.

Au vu de ce qui était annoncé, le lecteur peut légitimement s'attendre à trouver un bel historique de la magepeste qui est à l'origine de la transformation des royaumes. Que nenni, l'historique est réduit à la portion congrue: 6 lignes résument la période qui s'étend du temps des troubles (1358 CV) à la magepeste (1385 CV) . On trouve un peu plus de renseignements dans la section consacrée à la magie. Cependant, il s'agit  plus de données techniques qu'historiques.

Mais je pense que le chapitre qui m'a le plus déçu est celui consacré aux divinités. La magepeste a entièrement détruit le riche panthéon de Faerûn. La plupart des dieux ont été anéantis sans qu'aucune explication ne soit fournie au lecteur. L'exemple typique étant celui du panthéon drow qui se réduit à Loth et ne cherchez pas d'explication il n'y en a pas. Désormais, le panthéon des royaumes est formaté pour correspondre, plus ou moins, à celui des autres univers de DD. Triste tropique que celui des nouveaux royaumes.

Enfin, les 154 pages de l'atlas en lui-même ne permettent pas de décrire par le menu les diverses régions des royaumes, comme ce fut le cas dans la version DD3, les diverses régions des royaumes.

Ma conclusion est que l'encyclopédie des Royaumes nouvelle version ne permet pas à un MD consciencieux de faire vivre des aventures riches à ses Pj. Il sera quasi-obligé d'acquérir les autres ouvrages de la gamme. Si dans la version DD3 l'encyclopédie des Royaumes se suffisait à elle-même, dans DD4 préparez-vous à dégainer votre bourse en peau de dragon d'or.

Jusqu'à ce que les épées se croisent.

 

 

Critique écrite en janvier 2010.

batronoban  

Une encyclopédie qui fait table rase du passé, pour le meilleur et pour le pire, un très beau livre, et une belle introduction à ce monde, mais avec quelques manques.

LA FORME

Heu... c'est vraiment beau. Les illustrations pleines pages sont évocatrices et magnifiques. On y est. La mise en page est super lisible, aérée, c'est très agréable.

LE FOND

J'ai vaguement connu la version 3.5, ce gros tome écrit tout petit qui m'a fait très peur. Vous comprenez, les Royaumes ne sont pas un chef d'oeuvre. Ils ne l'ont jamais été. Ce monde n'est pas intelligent, il n'est pas original, il n'est pas inventif. Donc je vais pas pleurer sur ses anciennes versions, surtout la précédente bien trop remplie de détails qu'il fallait trouver à la loupe ou s'abimer les yeux.

Le coup de la catastrophe qui remet tout à zéro, on nous l'a déjà fait mille fois, mais ça me gêne pas, c'est dans le style de ce genre de monde fourre-tout.

Le problème c'est de ne pas avoir une chronologie et une explication de ce qui c'est passé. Alors oui, ce n'est pas vital, mais ce sera un peu gênant pour les personnages qui veulent passer d'une édition à l'autre. Pour les débutants, on s'en moque. Et je pense que cette édition est faite pour attirer les nouveaux joueurs.

J'aime bien qu'ils aient mis un village de départ pour les aventuriers en herbe, c'est basique mais bien fait.

Ensuite on a la description des royaumes en eux-mêmes ; donc ça survole, et on regrette finalement de pas avoir plus de détails pour tel ou tel point.

En même temps, ça suffira à un meneur débutant, il aura une vision globale de ce monde, et c'est ce qu'on attend de ce genre de livres - ce livre est une introduction aux Royaumes. Il devra ensuite aller vers Neverwinter Campaign Setting ou Menzzoberazan, City of Intrigue par exemple qui sont idéauxl pour avoir une vue régionale.

Il est dommage qu'ils n'aient pas supporté les Royaumes comme avant, ils auraient pu sortir quelques autres suppléments régionaux comme Neverwinter.

On a une section "Menaces et ennemis" synthétique, très intéressante (et très jolie !), une synthèse des plans utile, des dieux (la réduction du nombre de dieux, que dire, ben tant mieux, je m'en fous de disposer d'une centaines de dieux avec des différences minimes) mais non, non, non, mettre les options techniques de création de personnages régionaux dans un guide séparé, CE N'EST PAS BIEN.

Au final, un ouvrage ciblé pour une découverte en douceur des Royaumes, avec un prix bas pour un livre en couleurs aussi beau, avec une petite touche de post-apocalyptique très appréciable, on va lui mettre 3, et il aurait eu 4 avec un peu plus d'efforts côté explications, et une meilleure partie technique publiée unqiuement dans un guide du joueur !

Critique écrite en janvier 2012.

stef  

Pour avoir connu les royaumes oubliées depuis plus de 20 ans, je suis déçu, pour ne pas dire un peu écœuré.

Le livre en lui même est de bonnes factures , bien que l'épaisseur des pages est un peu trop fine à mon goût. C'est bien illustré.

Une présentation rapide de l'univers et un petit scénario pas trop mal pour débuter. Mais le ravage magique dû à la mort de Mystra a de quoi affoler. Comme je l'ai dis dans un ancien commentaire : c'est prendre un château, le raser et reconstruire une petite cabane en bois à la place ! Toute la richesse de ce monde, ces pnj et ces factions envolés! Des résumé d'une page à peine sur les grands royaumes ravagés. En gros : bon la magepeste a tout détruit, il y a des monstres à friter, amen ! Heu Wc pardon ! WOC qu'est-ce que vous avez fait ?

Mon livre neuf dans les mains j'arrive aux dernières pages et au dos de la couverture où est "collé" la carte, mais quand je dis collé c'est au sens que si on désire l'enlever "arrache" on enlève une sous-couche propre du livre. Sacrilège ! ! ! !

J'ai mis 2 car paradoxalement je trouve que les règles de d&d4, qui est un autre jeu et un autre D&D est un bon jeu, rapide, complet et initiatique pour évoluer sur pathfinder par exemple. Aussi parce qu'il rattrape le coup avec D&D5 qui m'a littéralement emballé comme le retour du grand ancien.

Mais, pour résumer et je rejoins d'autres commentaires, un MJ n'a pas assez d'infos s'il veut mener une campagne digne de ce nom avec ce livre.

Critique écrite en février 2015.

Tybalt  

N'ayant encore jamais acheté d'ouvrages de la gamme des Royaumes Oubliés, j'en avais tout de même beaucoup entendu parler un peu partout. Quand je suis tombé sur ce supplément, vendu d'occasion pour une bouchée de pain, je me suis dit que ce serait une bonne, mh, occasion de m'y mettre.

Commençons par ce qui va bien, à savoir la forme : sous une couverture correcte se trouve un livre à la mise en page claire et agréable, aux illustrations très convenables sans être adédécoiffantes, le tout entièrement en couleur et solidement relié. Pas de gros pavés de texte et un supplément d'une épaisseur très raisonnable... voire trop, mais j'y reviendrai.

Le premier contact est donc agréable. Les premières pages expliquent les bouleversements qui ont frappé les Royaumes, et il faut admettre qu'à défaut d'être original, ça envoie du rêve : des cataclysmes magiques, des Royaumes disparus, des continents qui resurgissent, des reliques, etc. "Chouette", me dis-je, "voici une introduction qui promet le meilleur pour la suite !"

Sauf que dans la suite, eh bien, il n'y a pas beaucoup plus de détails sur la Magepeste et compagnie. L'essentiel du supplément est censé consister en une présentation des royaumes, régions et villes des Royaumes à cette nouvelle époque. Est-ce complet ? Eh bien, c'est là que le bât blesse. Si on comprend "complet" au sens de "tous les coins de la carte sont abordés", alors oui, c'est plutôt complet. Mais si on comprend "complet" au sens de : "fournissant assez d'informations et de matériel au MJ pour qu'il puisse jouer rapidement sans avoir trop de travail", eh bien, ce n'est pas du tout complet, mais alors pas du tout. Des régions immenses abordées en une ou deux pages, des villes emblématiques expédiées en un nombre de caractères ridicule : il est très difficile de ne pas rester sur sa faim au fil des chapitres.

Il y a quelques petites choses utiles, malgré tout, comme le décor de jeu fourni au début du volume avec un scénario qui s'y déroule, ou encore le chapitre sur les ennemis & factions maléfiques variés, qui, pour le coup, est un peu plus complet.

Mais mon impression reste celle d'un supplément terriblement superficiel, qui ne facilite pas réellement le travail du MJ et ressemble plus à un appât à achats : tout semble fait pour obliger à acheter tel ou tel autre supplément idoine si on veut bel et bien pouvoir jouer dans telle ou telle région des Royaumes.

Dernière chose : sans être un expert des Royaumes, j'avais l'espoir d'en savoir un peu plus sur des personnages ou régions emblématiques de cet univers, qui sont présentés en réalité de façon vague et expéditive, ce qui n'aidera pas un MJ débutant dans les Royaumes à comprendre réellement les scénarios et suppléments de la gamme. Elminster est expédié en un paragraphe qui ne redit rien sur son histoire, Eauprofonde ou l'Outreterre ont droit à 3-4 pages grand maximum avec de vastes interlignes... J'en viens à me demander pour quel lectorat cette supposée "encyclopédie" a été conçue, puisqu'elle est trop allusive et superficielle pour des débutants complets. Dommage !

Critique écrite en octobre 2016.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :