Contenu | Menu | Recherche

La vie, le jdr et le reste...

Bestiaire Fantastique

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 288 pages en quadrichromie.

Description

Le manuel des monstres est dédié aux créatures les plus classiques de l'univers de D&D comme dans les précédentes éditions. Chaque entrée propose plusieurs versions d'un même monstre avec des puissances différentes afin de pouvoir les adapter à des aventures de différents niveaux, il existe aussi souvent une version dite "sbire", qui peut être tuée d'un seul coup et qui sert à faire masse dans les combats sans les rendre interminables. S'il est facilement tuable, le sbire peut néanmoins avoir des pouvoirs non négligeables.

Les monstres sont également définis par un niveau de puissance et un rôle. Ces rôles (artillerie, brute, contrôleur, chasseur, franc-tireur, soldat) sont décrits dans le guide du maitre et permettent de former des équipes de monstres complémentaires ou des challenges spécifiques.

Une nouvelle notion introduite dans les blocs de statistiques de certains monstres est la recharge, qui détermine avec un D6 la chance qu'a un monstre de récupérer un pouvoir, comme un souffle pour les dragons, ou spécifie qu'un pouvoir n'est utilisable qu'une fois par combat ou par jour.

La liste alphabétique des monstres commence par l'Aboleth, qui se décline en 3 versions de niveau 17 et 18, avec un esclave humain, sbire de niveau 16. Elle se termine par le zombie, qui se décline en 7 versions de niveau 2 à niveau 8. Les dragons chromatiques sont traités sur 12 pages et peuvent atteindre 1400 points de vie. Chaque entrée comporte également des exemples d'associations de monstres et l'information qui peut être obtenue par une compétence de connaissance des monstres. Chaque entrée bénéficie aussi d'au moins une illustration couleur d'un quart de page ou plus.

Suivent 4 pages de caractéristiques raciales pour introduire 16 races non proposées dans le guide du joueur comme l'elfe noir, ou le forgelier (Eberron). Pour chacune, on a des modificateurs de caractéristiques, une taille, une vitesse, des langages, des bonus de compétences, et des capacités spéciales sous forme de pouvoirs, comme les hobgobelins, qui ont droit à un jet de sauvegarde immédiat, ou les gobelins, qui peuvent bouger d'une case chaque fois qu'une attaque les rate.

Le glossaire fait quatre pages et explicite des capacités spéciales des monstres, comme l'aura, qui est un effet qui se déclenche à proximité de certaines créatures, ou rappelle des notions du manuel des joueurs, comme l'avantage offensif.

D'après la table par niveau en fin d'ouvrage, celui-ci comprend de 15 à 30 monstres par niveau jusqu'au niveau 18, ou les monstres se raréfient de 11 monstres niveau 19 à 1 seul monstre niveau 33, Orcus en personne.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 26 mai 2016.

Critiques

Jahili  

Ce bestiaire est sans surprise, mais il est bien fait. Chaque créature a son illustration, qui compense le manque de description physique dans les textes de présentation. Côté technique, la prise en main est facilité par la clarté de la présentation et par la présence des paragraphes "tactique" et "rencontre de groupe". J'ai trouvé aussi utile le paragraphe "connaissance des ..." qui permet d'ajouter de la substance à la chair à canon. Enfin l'index des monstres par niveau est très pratique, et les nouvelles races jouables bienvenues. Les illustrations sont plutôt bonnes, certaines excellentes, le tout en couleur.

Le seul bémol est le manque d'originalité de l'ensemble, et comme pour le manuel du joueur, le manque d'ambiance fantastique.

Wovar  

C'est une très bonne surprise, ce Bestiaire Fantastique, car très bien construit. Il offre au MJ une ribambelle de monstres facilement retrouvables car par ordre alphabétique (normal, vous me direz) mais il y a aussi une liste de monstres par niveaux. Pour un type de monstres, il y a toujours quelques variantes avec différents niveaux, permettant de varier les plaisirs.

Un très gros point positif : on a une représentation de quasiment toutes les créatures, les rares qui manquent n'offrent généralement aucun intérêt à représenter car très proches d'une autre de même type. Ensuite, les monstres ont une description de leur tactique, pour savoir comment les jouer, et une description que les joueurs peuvent essayer de découvrir en faisant un test de compétence. Il y a également des rencontres proposées en fonction des niveaux, et un tableau bien organisé de chaque monstre.

En définitive à n'importe quel moment dans une partie vous pouvez trouver le monstre souhaité soit directement en allant à sa page, soit en passant par la liste des monstres par niveau si vous ne savez pas trop quoi mettre face aux joueurs, mais en étant à eu près sûr qu'ils pourront le défaire. Ensuite en trente secondes, vous savez comment jouer le ou les monstres en question, et le tableau les concernant sera facilement utilisable, ne ralentissant en rien le rythme du jeu.

Donc pour moi ce bestiaire est une réussite complète car il rempli très bien son rôle.

Critique écrite en décembre 2010.

Archeo  

Après un Manuel des Joueurs annonçant le ton MMO de cette quatrième mouture de D&D et un Guide du Maître assez plat, voici le dernier volet de la "trilogie de base" de D&D4... Et je dois dire que je n'ai pas été déçu !

La mise en page est sympathique, les différentes tables de classement sont efficaces (par liste alphabétique mais aussi et surtout par niveau du monstre) et, surtout, les illustrations sont très belles. Alors oui, elles sont totalement ancrées dans un style MMO, et on reste dans un catalogue de monstres, mais tout de même, les illustrations flattent, attirent l'oeil, et donnent une irrépressible envie de jouer...

Niveau infos de jeu ce n'est pas mal non plus, les fiches des monstres sont assez complètes, et le côté très technique se justifie par le fait que là, on est à Donj', donc faut pas chercher... Cependant quelques encarts de background complètent le tout, incluant des tests de connaissance à appliquer aux joueurs afin de leur divulguer des informaitons...

Je mets 4 car nous avons là un joli catalogue, fourni, efficace, diversifié et tout à fait dans l'esprit de ce que l'on peut atteindre de D&D4. Néanmoins, je pense qu'un peu de background supplémentaire aurait été le bienvenu. De plus, la multitude de monstres pose la problème de leur origine, qu'il faut inclure dans l'univers... Du boulot pour le MJ en perspective !

Critique écrite en mars 2012.

Antrax  

Les points positifs :

  • des illustrations de qualité (notamment Orcus) sur la couverture
  • des suggestions de rencontres sont proposées pour chaque type de monstre, ce qui facilite le travaille du MD.
  • des monstres originaux (les babeliens par exemple)

Petit point négatif :

  • des descriptions trop courtes pour des monstres connus ou légendaires notamment la Tarasque (3 lignes), les cyclopes (3 lignes)...

En conclusion un bel ouvrage mais les descriptions des monstres auraient pu êtres plus poussées.

Petit bémol : Le papier est de mauvaise qualité (comme les autres ouvrages de la gamme) et se gondole rapidement mais rien de grave.

Le fait que les monstres soit aussi rangés par niveau à la fin du livre facilite le travail du MD.

Critique écrite en juillet 2012.

 

C’est Orcus, prince démon et seigneur des morts vivants qui nous fait grâce de son imposante présence sur la couverture. A son image, le bestiaire va droit au but avec une présentation limpide et rehaussée d’illustrations pour la plupart magnifiques. Le nouveau « bloc » des caractéristiques des monstres est un modèle compact, extrêmement facile à lire et à gérer une fois les mécanismes assimilés. En contrepartie, la description « écologique » des créatures est succincte, et on regrette un peu les précisions sur le poids, le régime alimentaire ou l’habitat qu’on trouvait dans les anciennes éditions.

Tout comme les personnages, les monstres sont classés selon leur fonction. Ils peuvent donc être « soldats », « artillerie », « meneurs », « brutes » etc. Ces rôles permettent de savoir à coup sur leur orientation générale (distance, corps à corps, endurance…) et facilite la mise en place des rencontres en composant à loisir les groupes ennemis. Les monstres ont également un degré de puissance personnelle, (serviteur, standard, élite et solo), qui permettra de varier leur nombre à niveau égal. Ainsi, tous les dragons sont des monstres type « solo », destinés à affronter seuls un groupe entier d’aventuriers, avec la puissance adéquate. Enfin, chaque monstre à une valeur en xp qui résume sa puissance (tous facteurs confondus) et permet au Mj de construire un groupe avec un budget de points d’xp, de façon équilibré (ou pas). Fini les embrouilles de la 3e et ses niveaux de rencontre pas vraiment au point.

Chaque monstre est présenté avec au moins une variante, et bien plus dans le cas des races les plus communes (orcs, gnolls etc.), couvrant différent besoins et s’étalant sur une gamme de niveaux.

Ce qui frappe (ouch) à la lecture, c'est la variété d'attaques et de pouvoirs qui sont simples à gérer individuellement mais donnent lieu à des combos et des synergies intéressantes. On se prend rapidement à imaginer les possibilités en combat de telle ou telle créature, alliée à un autre, dans telle situation... Ça promet de belles bagarres.

Le bestiaire est bien fourni et couvre les 30 niveaux du jeu, mais vu le passif impressionnant de D&D il ne peut pas inclure toutes les créatures souhaitées. Si toutes les bases sont couvertes et qu’on a droit aux dragons chromatiques, toujours aussi redoutables, aux diables et démons, aux flagelleurs mentaux, au beholder ou aux gythiankis par exemple, on pourra déplorer quelques absents tels certains golems, géants ou dragon métalliques. Mais connaissant le rythme de parution des bestiaires il suffit d'être patient, d'autant qu'il y a largement de quoi faire.

 

Simple Roturier (Jeu de Rôle Magazine n°2)

Critique écrite en novembre 2009.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :