Contenu | Menu | Recherche

Salut, et merci pour le jdr

Raôul

.

Références

  • Gamme : Raôul
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Rêveurs de Runes (Les)
  • Langue : français
  • Date de publication : décembre 1994
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livret de 8 pages format A4 en noir et blanc à couverture souple couleur, une double page cartonnée en encart avec 40 cartes prédécoupées, et 2 petites (format A6) feuilles de personnage en noir et blanc

Description

Le livre de base de Raôul n'est pas épais, mais il contient tout ce qui est nécessaire pour commencer à jouer rapidement.

Après une page d'introduction, on trouve 5 pages de règles. Celles-ci sont simples, claires et faciles à assimiler (et drôles, ce qui ne gâte rien...). Suit une page de conseils de roleplay et d'idées de scénarios. Pour finir, on trouve un scénario d'introduction de deux pages ("Les Raôuls à la Mer") où les Raôuls vont tous partir en vacances au camping de Plouerel Zou Kernel sur la côte bretonne...

On trouvera en encart une double page cartonnée avec 40 cartes prédécoupées nécessaires au jeu. Leur simple lecture est un plaisir... En encart toujours, deux petites feuilles de personnage (c'est toujours utile).

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Emmanuel 'ketzol' LANDAIS  

Raoul est un jeu où l'on joue une fois pas plus, néanmoins le soir où vous décidez de jouer, préparez les faillots, le camembert, et le reste de la panoplie beauf...

Bref on se marre, on rigole, on pète, on rote, etc. A réserver à un public averti ! Un conseil pour les joueurs : si vous vous apprêtez à faire un Raoul, allez chez votre MJ avec une caravane si possible, vous aurez droit à tout plein de cartes !

Cédric Ferrand  

Dans le vaste panel des rôles qui nous est offert dans le jeu de rôle, on trouve pléthore d'immortels ou de gens éveillés avec des pouvoirs occultes qui ont un destin hors du commun. Ils ne valent pas tripette face à un seul Raôul.

Raôul, c'est bon comme des rillettes du Mans car c'est un jdr révolutionnaire qui vous propose d'incarner un monstre, une bête immonde, un mutant, une hérésie humaine, un loup dans l'humanité. Plus impitoyable qu'un Vampire, plus sauvage qu'un Lupin, plus puissant qu'un Mage, voici venir le règne sans partage des Râouls, les beaufs de la plage. Ils ont envahi le camping des Flots bleu avec leur caravane, leur bob Ricard et leur marcel encore tout gras des merguez de la veille. Ils se partagent le monde tout en jouant à la pétanque, ils décident de l'avenir de l'homme tout en participant à un concours de belote, ils jugent de la qualité de votre âme tout en se trémoussant sur la Lambada lors de l'élection de Miss Boudin 2002. Ils sont parmi nous et David Vincent ne s'en est même pas rendu compte.

Ca y est, c'est le 1er août, le signal des congés payés est donné. Comme des millions d'assujettis sociaux et prolétaires, les Raôuls se jettent goulûment dans leur 404 Peugeot et attachent la caravane. Après avoir abandonné la grand-mère et le caniche sur une aire d'autoroute, les voici partis les cheveux (gras) dans le vent (chargé d'oxyde de carbone), insouciants et inconscients. Tandis qu'ils écoutent une compilation des meilleures tubes de Nicolas Peyrac sur la radio-k7 de la 404, ils foncent droit vers leur destin : "Le campigne des flots bleus de la mer qui bouge parce que y'a des vagues et c'est bon pour le surf parce en surf quand y'a pas de vagues y'a pas de plaisir". Ils ont économisé toute l'année pour rejoindre ce mythique lieu de bonheur touristique breton et comptent passer le plus inoubliable des mois d'août de leur pathétique existence. Mais déjà, au loin, on entend le son de l'aventure qui se fait entendre : concours de pétanque en triplette (hooooo !), concours de belote en duo (aaaaaaaah), farniente sur la plage jusqu'à en attraper un cancer de la peau (waouw !), dégustation de spécialités locales (merguez-frites de la plage).

Raôul contient de la violence (surtout si on se met à parler politique ou de coupe du monde), de la romance (ça va guincher sévère sur du Francis Lalanne) mais aussi du sexe (ah non, on m'indique que finalement il n'y a pas de sexe car c'est trop racoleur). Bien sûr le tout est accompagné de morceaux de TF1, de mauvaise foi typiquement franchouillarde avec du vrai esprit chauvin dedans, des lieux communs et bien sur de bêtise humaine.

Si les filles (aussi nommées 'gonzesses') apprennent que vous jouez à Raôul, elles s'évanouiront sur votre passage et défailliront de plaisir rien qu'en étant en votre présence. Votre réputation ne sera plus à faire et vous deviendrez le cador cet été, le beau-gosse qui les fait toutes craquer. Vous pourrez alors les regarder droit dans les yeux et leur susurrer tendrement, en plein milieu d'un slow de dingue des Forbans (ou de Douchka, d'Emile et Image, de Gold, de Plastic Bertrand ou de Daniel Guichard, je ne suis pas sectaire) : "Alors , heureuse ?".

Certes, on me dira : "C'est plus un jeu pour rigoler entre copains que pour faire du jeu de rôle, du vrai, du pur, avec des morceaux de roleplay dedans". Ben non, mes petits gars, vous avez tout faux : y'a qu'à une table de Raôul où j'ai vu des joueurs faire autant d'effort de costume et d'ambiance pour incarner leur personnage. S'ils sont dignes du qualificatif 'rôliste', vos joueurs viendront en marcel taché, un bob Kronembourg ou une casquette Crédit Agricole sur la tête, un short remonté jusque sous les aisselles, des tong ou des sandales en cuir avec des chaussettes dessous, une banane abdominale qui le fait bien, une glacière bleu remplie de bières tiédasses, un parasol Gervais qui donne de la classe et une vieille platine avec quelques 45 tours de Bézu, Rondo Veneziano, Sheila, Claude François ou Demis Roussos. Et là vous verrez que c'est jouissif de voir vos plus bas instincts humains rejaillir du tréfonds de votre âme et vous transformer en un bon gros beauf des familles. Dès lors vous êtes mûr pour une partie de Raôul.

La cerise sur le gâteau est d'amener du pain, des rillettes, du pâté de campagne, un cube de 'Villageoise' ou de 'Carré de vignes', du camembert qui pue et une bonne bouteille de pastaga. Et là, sincèrement, même le plus crétin des joueurs, même le moins inspiré des rôlistes de l'univers va se déchaîner dans une orgie d'humour gras, de blagues vaseuses et de comportement abject.

Tous vos souvenirs familiaux vont remonter de votre mémoire embrumée et venir vous éclater à la figure. Vous vous reverrez avec vos parents, au campigne de Palavlas les flots, jeune et beau comme un petit français douillettement installé dans sa caravane. Et là, en cet instant suprême de souvenir bouleversant, vous pleurerez et direz entre deux sanglots : "Maman, Papa, je regrette ces moments inoubliables que nous passions sur les aires de repos de l'autoroute, ces heures trop courtes à jouer au freesbee sur les plages de galets de Concarneau, ses instants de bonheur sans fin quand nous dandinions sur la chanson de l'été au bal du samedi soir de Cap d'Agde."

Car c'est aussi ça Raôul : de l'émotion à l'état brut, des pleurs et des larmes, mais surtout des tas de souvenirs qui vous retombent dessus sans prévenir. Et venez me reparler de la noirceur du gothic-punk après ça...

Lio  

YIHAAAH!!! MON jeu, je vais faire la critique de MON jeu, celui qui m'a valu d'être sacré GC de l'année 1999 par l'amicale intercommunale des boulistes du Velay-Vivarais!

J'avais même pas encore acheté le bouquin, j'en avais juste entendu parler, on jouait à l'instinct, sans règles, des parties qui n'en finissaient pas, avec du sang (chiwawas écrasés sous le tramway à St-Etienne) du sexe (Raymond mate Germaine en train de pisser dans la grange) du suspense (René va-t'il réussir à ecraser cette putain de mouche?) de la drogue, en vente libre en France certes mais bon, quand même... vint le jour ou je décidais d'acheter le livre de base pour savoir si c'était le jeu ou moi qui était génial... réponse: les deux. Mais je dois reconnaitre que "Raoul" l'est encore plus que moi, qui ait pourtant lu le seigneur des anneaux en entier. C'est à peine croyable.

Décidement, ces Larcenet, ils sont forts... Un super méga groovy jeu de ouf', donc, à conseiller aux rolistes qui aiment rigoler, aux rigolos qui aiment jouer, aux beaufs, aux anti-beaufs, aux débutants, aux experts, aux droitiers, aux gauchers et à l'humanité en général.

Djez  

Si vous êtes mon psy, lisez ceci : "Raôul n'est pas un jeu comme les autres. C'est un hommage vibrant à toutes les valeurs qui font de la France le plus beau pays du monde. C'est un jeu qui allie des règles simples à des valeurs morales, il est jouable de 7 à 77 ans. Vous voyez, maintenant j'ai de saines activités et je pense qu'il n'est plus nécessaire que je vous consulte trois fois par semaines..."

Si vous êtes rôliste, voici votre critique : Raôul est un jeu de malade mental ! On y joue des ivrognes armés de sandwich rillette-camembert dont la quête ultime semble être de trouver un boulodrome ouvert après 21 heures ! Les règles sont quasi-inexistantes, le background est taché de pastis et les illustrations sont de Manu Larcenet,maître d'oeuvre du terrifiant Fluide Glacial. Mais le pire n'est pas là : ce jeu est possédé par le démon Beauf' en personne! J'ai vu l'oeil de mes joueurs briller d'une lueur malsaine à la simple vu de sa couverture! Je n'ai compris que trop tard leurs vilaines attentions et, piégé, je me suis retrouvé meneur (dans Raôul on dit "Gros Con")de cette aberration rôlistique. Quant aux joueurs, je ne les aie jamais vu aussi motivés pour parfaire leur roleplaying et venir costumé...

Masteriser une partie de Raôul est une expérience que je ne souhaite à personne : voir ses amis se transformer en abomination ventripotente, soiffarde et lubrique est une épreuve dont on ne se remet que difficilement. Le plus atroce, c'est qu'après une vaine résistance on succombe à l'humour gras et impitoyable de ce jeu d'un autre monde, un monde où Jean-Marie Bigard a su se faire élire Dieu. Et quand, comme moi, on s'abandonne à ce plaisir honteux, on peut dire qu'on est irrécupérable.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques