Contenu | Menu | Recherche

La vie, le jdr et le reste...

DragonDead

.

Références

  • Gamme : DragonDead
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Editions Etherna
  • Langue : français
  • Date de publication : novembre 2016
  • EAN/ISBN : 979-10-96657-00-1
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 240 pages couleur à couverture rigide.

Description

Le livre de base de DragonDead s'ouvre sur titre, crédits, remerciements et sommaire (5 pages). Après quoi une Introduction de 5 pages présente rapidement le jeu, Etherna, les blasons des guildes et les bases du système de jeu UD6.

Le Premier chapitre : Univers revient alors en 28 pages sur la description d'Etherna avec son histoire (4 pages) et quelques légendes importantes (14 pages). Huit pages sont ensuite consacrées à l'histoire d'Aeniël, impératrice à l'origine de l'empire et une page à l'histoire de la Fièvre Noire.

Personnage (70 pages) est ensuite dédié à la création des PJ, avec les choix de leur histoire, leur race, leur ethnie et guilde et l'éventuelle voie au sein de celle-ci. Le processus est expliqué sur 4 pages. Cette description est suivie de celles :

  • des races (22 pages) avec informations techniques (compétences, avantages,...), croyances, aspect, principales ethnies, etc.
  • des guildes (30 pages) avec leur influence, les principales voies qu'elles proposent et les compétences et avantages qui en découlent
  • des compétences (3 pages), une cinquantaine réparties par types (mentales, sociales, etc.)
  • de 36 avantages et 32 désavantages (6 pages)
  • de traits (2 pages) dont la mise en scène permettra de gagner des points d'expérience ou de mental
  • des règles d'expérience (2 pages)

Le Troisième chapitre : Système expose sur 14 pages les mécanismes de résolution des actions en cours de jeu. Puis vient leur application pour la gestion des combats (6 pages dont trois d'illustrations), l'utilisation du mental (3 pages) et des essences (1 page).

Arcanes expose en dix pages les principes du système de magie de Dragondead. Il explique les particularités de chacune des cinq écoles de magie, leurs modes opératoires, avec quelques exemples d'effets possibles.

Atlas (38 pages), le cinquième chapitre, s'attache à une description géographique de la contrée que vont parcourir les PJ. Il s'ouvre sur une carte de l'empire en double page avant de décrire quelques unes des provinces qui le constituent :

  • Lathaen du Nord (11 pages)
  • Lathaen Sud (2 pages)
  • Elathian (5 pages)
  • Edalie (4 pages)
  • Limadion (5 pages)
  • Sabrass (3 pages)
  • Syraath (3 pages)
  • Stoah (2 pages)
  • Temlateth (2 pages)

Le sixième chapitre, Mode de vie, décrit en trente pages le quotidien des habitants de l'empire : décompte du temps, religion, organisation politique, organisation de la famille, transports, etc. Le tout est suivi de listes d'équipements (armes, armures, outils, etc. sur 10 pages) et des descriptions de 28 créatures : de simples animaux ou insectes géants jusqu'aux Nécrodragons, en passant par divers morts-vivants, vouivre, etc. Là aussi ce la s'étend sur 10 pages.

Enfin le Septième chapitre : PNJ (16 pages) présente les descriptions factuelles et sans caractéristiques de 72 personnages parmi les plus influents ou importants d'Etherna par leur position, actuelle ou passée. Une courte description est donnée pour chacun d'entre eux ainsi que le symbole de la guilde à laquelle ils sont affiliés lorsque le cas se présente. Quelques portraits en noir et blanc viennent compléter ce chapitre.

Le monde de DragonDead vient ensuite à la vie dans La Boussole, une campagne de 18 pages qui commence lorsque les PJ sont mêlés à la tentative de vol d'une étrange boussole. Ils feront la connaissance de l'érudit qui l'a découverte, et il leur sera demandé de la conserver en sécurité, une guilde malfaisante étant sur la piste de cet objet. Cette tâche les amènera à parcourir l'empire, jusqu'à arriver en un lieu où ils découvriront que cet objet est bien plus que ce qu'il paraît.

Enfin l'ouvrage se termine sur des Annexes (6 pages) : Index (1 page), feuille de personnage vierge (2 pages), publicité et page blanche.

Cette fiche a été rédigée le 13 avril 2017.  Dernière mise à jour le 1 juin 2017.

Critiques

Tellement geek  

Alors que c’est le hasard qui m'a fait découvrir la page des éditions Etherna, puis DragonDead, c’est vraiment en lisant le livre de base que j’ai vu à quel point DragonDead était différent. L’univers ! Un manuel qui se lit comme un roman (et on comprend mieux ensuite les livres qui en découlent…), des règles basiques et simples, des races originales, un système de guildes/métiers innovant et des illustrations qui déchirent, font de ce manuel un super objet, agréable à lire. Et le tout petit plus qui fait une différence, le marque-page cousu au manuel !

Il est temps de rentrer dans les détails et voir de quoi il est question :

  • Un objet d’aspect réussi, couverture rigide, illustration qui en jette, marque-page cousu, au premier regard, ce livre attire, on a envie de le prendre, de le manipuler, il s’ouvre bien, reste sur la page ouverte, du papier brillant de qualité, une mise en page soignée… Ajoutez à cela une superbe carte du monde et un très beau paravent…Ca commence super bien !

  • Après un sommaire qui nous met en appétit, la présentation du jeu de rôles en générale (on y coupe rarement, on ne sait jamais, si c’est votre premier…), on tombe sur 3 pages qui font un rapide résumé du monde, des guildes et du système (UD6) et c’est parti pour la découverte de l’univers : on commence par l’histoire, à travers les Chroniques, qui raconte l’histoire en cours chapitres, de tout ce qui s’est passé de la création du monde jusqu’à l’âge d’Etherna. C’est épique et houleux et nous met bien dans l’ambiance de cet univers qui est clairement divisé en 2 : les pro-Dieux et les pro-Dragons. Cette dualité est bien présente et tout découle de la grande guerre qui eu lieu entre les Dieux et les Dragons. Des grandes guerres à l’unification contre la menace qui ravage maintenant le monde, La Fièvre noire !!! Et puis vous allez pouvoir lire ensuite Les Légendes, un super chapitre écrit comme un roman pour entrer encore plus dans l’histoire d’Etherna. Comme un très bon roman, c’est prenant, et si je vous dis qu’il y a en plus des livres dans le même univers (écrit par Anne Muller, celle-là même qui participe au JdR) comme moi, il y a d’énorme chance pour que vous vouliez compléter votre lecture avec ces ouvrages. Plus de 20 pages que vous n’allez pas lâcher, avant d’arriver à la partie « technique » du jeu, c'est-à-dire la partie création de personnages et règles à proprement parler. Autant vous dire que ce n’est pas la partie la plus grosse du manuel et, en fait, c’est tant mieux ! Elle est suffisante pour en faire un très bon JdR mais, clairement, c’est l’univers poussé qui fait de ce JdR un jeu à part. La création se résume au choix d’une race, d’une ethnie, d’une guilde, de compétences, d’avantages et désavantages et des traits.

  • Les races : elles sont au nombre de 5 et à part les humains, on a 4 races originales : les Araks (clairement associés aux araignées, avec 4 paires d’yeux, la possibilité de tisser de la toile), les Draconien (aspect clairement descendant des dragons), les Phytes (peuple faisant penser aux arbres, avec de la peau qui ressemble à de l’écorce) et les Zéphyrs (ce qui se rapprochent le plus des elfes). Alors, il y a encore plein de subtilités avec les races, les bonus de caractéristiques ; leur compétences, leurs dons, et pour chaque race une double page de spécificités (physionomie, alimentation, croyances et les différentes ethnies). Vous aurez le choix et autant vous dire que vous aurez envie de toutes les essayer !!

  • Les guildes : le monde de Etherna est régie par les Guildes (qui font la politique, les intrigues, qui menacent, complotent…), et de la guilde que vous allez choisir découlera votre métier. Pour chaque Guildes, 3 métiers découlent. Ce sont bien sûr 3 métiers qui sont une base, rien ne vous empêche de faire vos propositions (c’est quand même le principe du JdR, que tout peut être ajusté, amélioré, changé…), mais avec près de 40 métiers, le choix est bien là…

  • Les traits : parce que votre personnage n’est pas que des chiffres, vous pourrez affiner avec une personnalité, des qualités et des défauts, un passé, une identité…un background, qui donne corps au personnage que vous voulez jouer.

Il est temps de parler du système, un chapitre d’une dizaine de pages seulement, regroupant les bases, le combat, le mental et les essences (la magie). Un système simple à mettre en place et qui laisse une place pour le joueur de choisir les innés et compétences pour mener à bien ses actions. Un vrai plus, surtout pour les débutants, qui vont peut-être tâtonner au début, mais qui laisse une vraie liberté au joueur, qui va tendre à « s’impliquer » plus et une fois le système bien pris en main, tout devient vite très fluide. Et le roleplay est mis en valeur dans le jeu, ce qui est appréciable par les joueurs ET le maître du jeu (qui s’appelle ici Maître des Ames).

Il y a aussi un chapitre sur le mental : les expériences traumatisantes peuvent jouer un rôle. Je ne connaissais pas de jeu qui le prenait en compte à part peut-être L’appel de Cthulhu. Et puis il y a l’Essence aussi, qui est une composante des personnages et qui peut se voler… Et ouais…

Pas de jeu de rôles sans magie, et ici ce sont les Arcanes. Avec les composantes, la gestuelle, les effets… Tout ce qui fait que la magie sera simple à jouer, à décrire et à interpréter… Fun en somme !

Suit un énorme chapitre Atlas, qui fait de cet univers un monde complet. Une quarantaine de pages qui vont vous décrire des lieux importants, des régions, mais aussi des villes, des lieux de légendes, de quoi inspirer tout MJ qui se respecte, et qui complète un univers vraiment travaillé.

Comme vous pouvez le voir, c’est un manuel bien complet que nous donne à lire les éditions Etherna. Ce DragonDead n’est pas un manuel plein de règles indigestes, que vous n’utiliserez pas, mais qui table plutôt sur des règles simples, facilement assimilables et utilisables, surtout par des débutants. Mais ce qui fait la force de ce jeu, c’est le roleplay qui est clairement mis en avant pour les partie de jeu, ainsi que son univers : je le redis, mais c’est un vrai point fort, il est original, cohérent, fouillé et travaillé, et pourtant on sent que les auteurs en ont encore sous le pied.

J’aimerai aussi vous inviter vivement à vous tourner vers les romans d’Anne Muller, Les Chroniques de Shaa’l, qui sont de très bons compléments au jeu. Comme elle a participé à l’écriture de ce JdR, c’est super cohérent. Et quand vous allez mettre le nez dedans, vous aurez encore plus envie de jouer à DragonDead

Critique écrite en novembre 2017.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques