Contenu | Menu | Recherche

Etre heureux est un devoir. Etes-vous heureux ?

Ombres de la Dernière Guerre (Les)

.

Références

  • Gamme : D&D3 - Eberron
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Spellbooks
  • Langue : français
  • Date de publication : septembre 2005
  • EAN/ISBN : 2-84785-056-2
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 32 pages

Description

"Les Ombres de la Dernière Guerre" est le premier volet d'une trilogie dont les prémices se trouvent dans "La Forge Oubliée", le scénario d'introduction du livre de base. Il commence donc là où se finit "La Forge Oubliée", à Sharn, la Cité des Tours, et s'adresse à des personnages de niveau 2.

L'intrigue de ce scénario développe les pistes de l'aventure d'introduction : l'histoire tourne autour d'un artefact de la Maison Cannith dont les fragments assemblés permettraient la construction d'un puissant et antique construct. Maintenant que les PJ ont récupéré, pour l'une des trois branches de la Maison Cannith, le premier morceau, il va leur falloir partir à la recherche du second...

"Les Ombres de la Dernière Guerre" est un scénario à but pédagogique : les événements et rencontres sont décrits en détail avec force plans et données techniques. On trouve également avec le scénario, mais uniquement dans la version américaine, un petit livret racontant, au temps de la Dernière Guerre, une visite d'un groupe de personnages à Atre-Blanc, alors que le laboratoire est encore fonctionnel.

Le scénario est divisé en six parties distinctes. La première, qui se déroule à Sharn, est destinée à remettre les PJ sur les rails de l'aventure et à les lancer à la poursuite de l'objet que convoitent les trois factions de la Maison Cannith et d'autres organisations. La seconde partie se déroule à Dargûn, la nation gobelinoïde, d'où il est possible de remonter la piste de l'artefact. Cette piste les mènera, dans la troisième partie, à une cité Cannith où sont dissimulées les localisations exactes des laboratoires secrets de la Maison. De là, ils se rendront ensuite en pleine dévastation, dans les terres du Deuil, où se situent les ruines d'Atre-Blanc, le laboratoire Cannith. La cinquième partie propose une exploration de ce lieu dans le plus pur style "exploration de donjon". Enfin, la sixième partie sert de conclusion provisoire, en attendant la suite.

"Les Ombres de la Dernière Guerre" se poursuit avec le deuxième volet de la trilogie, Les Murmures de l'Epée du Vampire

.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 12 mai 2009.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Franchement, les Ombres de la dernière guerre a un synopsis très sympa : un voyage en Darguun, la contrée des hobgobelins pour y retrouver un exilé de la maison Cannith, fouiller des ruines pour retrouver la localisation d'une forge secrète et un voyage dans les terres du deuil. Rien que ces deux voyages ont quelque chose d'épique et peuvent devenir une vraie saga en plusieurs épisodes, Très typique d'Eberron.

Un grand nombre de rencontres peuvent être évitées par la diplomatie ou la ruse. Le principal PNJ allié, le Cannith renégat, est plutôt sympa et haut en couleurs, avec son véhicule tout terrain propulsé par un élémentaire. Les divers choix scénaristiques sont une bonne introduction à l'univers d'Eberron, et le tout se termine par un donjon old school pas trop long mais avec une bonne dose d'enigme et de mystère.

Le vrai défaut de ce scénario, c'est qu'il fait tenir en 30 pages ce qui pourrait être une campagne très sympa. Le voyage vers le Darguun est torché en un quart de page, et le voyage dans les terres du deuil en 2 pages. Le résultat donne quelque chose de peu épique qui se règle en quelques combats vite fait contre des zombies, des kobolds ou des squelettes.

Critique écrite en mai 2009.

Molive  

J’ai lu pour la première fois ce scénario en 2014… et j’ai l’impression de lire l’ancêtre des campagnes pathfinder (je l’avoue je n’ai lu que l’Éveil du seigneur des runes) mais je retrouve les mêmes illustrateurs, une intrigue linéaire, avec un donjon à la fin, un univers qui donne envie de s’y intéresser mais mal exploité… bref, une histoire à réécrire presque entièrement si on veut passer un bon moment.

En fait, il ne faudrait conserver que les lieux car même l’idée de départ est vue, revue et re-revue : aller chercher des « canevas de création » pour faire un artefact c’est presque aussi mauvais que d’aller chercher des morceaux d’artefact brisé pour accomplir une ancienne prophétie.

 

 

Critique écrite en avril 2014.

 

Dans une auberge, un mystérieux commanditaire lance les PJ à la recherche d'un artefact qu'ils trouveront, après un peu de nature hostile, au fond de ruines souterraines. Malgré cette trame usée jusqu'à la corde, Les ombres de la dernière guerre offre une introduction correcte à l'univers d'Eberron. Les éléments saillants de celui-ci sont bien utilisés : un marché gobelin et la traversée des terres du Deuil en sont les points forts. Même si la dose de voyage est bienvenue pour sortir les PJ des souterrains et leur faire voir du pays, cela reste tout de même du D&D grand cru : le nombre de PO dans les poches des cadavres est indiqué, ainsi que les distances de 2,40 ou 27 mètres. L'aventure culmine par un donjon de bonne facture, bien intégré dans l'historique de l'univers. A noter, une maquette générale qui ne favorise pas le MJ débutant par la densité de l'information fournie. Certaines scènes prennent comme acquis certains comportements des PJ, sans beaucoup de conseils au MJ s'ils en dévient. Enfin, les combats se taillent la part belle dans les rebondissements, épilogue compris. Cette aventure, qui peut faire suite à celle du livre Eberron - Univers (cf. CB 32) inaugure une trilogie : les volets 2 et 3 permettront de sauver ou d'enterrer le tout.

Guillaume Nonain - Casus Belli n°35

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :
  • Traductions :