Contenu | Menu | Recherche

C'est méchant un Grog

Catacombs of Hyboria

.

Références

  • Gamme : Conan OGL
  • Sous-gamme : Conan - Deuxième Edition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Catalogue
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juillet 2009
  • EAN/ISBN : 978-1-906508-36-4
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 110 pages.

Description

Ce supplément explore quelques souterrains emblématiques d'Hyboria et fournit aux meneurs de jeu les informations nécessaires afin de placer l'exploration et la découverte souterraines au centre de leurs aventures.

Le premier chapitre (What Lies Beneath, 28 pages) présente les divers aspects et spécificités de l'exploration souterraine. Des tables aléatoires permettent notamment de générer des systèmes de cavernes et de tunnels, en déterminant tour à tour la taille du complexe souterrain, le type de terrain, les particularités structurelles du lieu, la présence d'ouvrages humains, la flore et la faune, et quelques spécificités supplémentaires. Le chapitre se conclut par quelques pistes de scénarios liés à des souterrains, des tables de rencontres aléatoires et quelques nouveaux dons dédiés à l'exploration de cavernes et autres lieux souterrains.

Le reste de l'ouvrage présente en autant de chapitres neuf complexes situés dans diverses régions d'Hyboria. Pour chaque lieu particulier, l'ouvrage fournit quelques informations générales, un historique du lieu, un plan et une description générales, quelques notes liées à l'exploration du lieu, les caractéristiques et la description de personnages liés à l'endroit, la description de créatures spécifiques, ainsi que quelques pistes de scénarios possibles. Chaque lieu est décrit sur sept à dix pages.

Cette fiche a été rédigée le 17 octobre 2009.  Dernière mise à jour le 18 octobre 2009.

Critiques

The King  

Avec Ruins of Hyboria, et Cities of Hyboria, Catacombs of Hyboria faire partie d’une trilogie permettant de créer de toutes pièces des lieux hantés ou habités, civilisés ou non, en 2 ou 3 coups de cuillères à pot.

Bon, on ne va pas se leurrer très longtemps, Bryan Steele, l’auteur de ce supplément, n’est pas Vincent Darlage et est un peu à Conan the RPG, ce que Roland Green est aux pastiches de Howard, c’est-à-dire quelqu’un qui connaît peu l’univers du cimmérien. On peut ne pas être un puriste intégriste, mais certaines choses piquent un peu les yeux. C’est comme si j’écrivais un pastiche de Tolkien mettant en scène Sauron et Aragorn, où le premier dirait au second, lors d’un combat mémorable : « je suis ton père. » Et Gandalf le gris Kenobi d’ajouter : « N’écoute pas le côté obscur de l’anneau. »

Dans l’un des exemples de catacombes, l’auteur parle de Thulsa Doom qui intervient en toile de fond mais qui n’ose se révéler par peur de Conan. L’histoire ne dit pas s’il s’agit du gourou sorcier du 1er film qui finit décapité ou du nécromancien qui combat Kull quelques milliers d’années plus tôt et que Lin Carter fait aussi achever par une épée magique voleuse d’âmes (Moorcock nous avait bien caché son jeu : il y avait en fait une troisième épée). Thulsa Doom meilleur que Sauron ; lui revient après avoir été tué deux fois et il n’a même pas besoin d’anneau. Nananère !

Nous avons aussi le cas des Karpash Mountains, décrite dans Road of Kings et Return to the Road of Kings, mais que l’auteur persiste à écrire Skarpash.

L’auteur nous pond quelques autres perles dont voici les meilleures :
- un NPC, dont l’âge n’est pas révélé, paraît avoir 10 ans de plus. Encore mieux que l’âge du capitaine.
- « la salive de chauve-souris géantes est un excellent anti-coagulant »…. « Récupérer les glandes salivaires desdites bestioles donne +2 à la compétence de soin pour les blessures ouvertes. » Des volontaires pour recevoir les 1ers soins par l’auteur ?

On pourra aussi reprocher à Mongoose de nous faire sa spéciale : des plans (sans échelle) à des années lumières du texte. Un exemple : une pyramide inversée (dans laquelle Thulsa y joue le rôle de figurant non crédité à l’écran) est représentée avec un plan latéral. Le texte nous parle de 4 étages, avec 6 salles en haut (puis 3, 2 et 1). Je jette donc machinalement un œil au plan pour avoir un repère par rapport aux descriptions et je constate 5 étages avec 4 salles en haut, dont on ne sait comment elles sont reliées. C’est à peu près la même chose pour les autres exemples fournis. Quant aux amorces de scénarios fournies, elles sont souvent très quelconques et s’apparentent plus à du remplissage.

Une dernière critique : c’est l’un des derniers suppléments parus pour cette gamme et Mongoose s’est vraiment lâché sur les prix : 25 USD pour 110 pages en noir et blanc en 2009, c’est franchement abusé.

Heureusement, cependant, que le supplément n’est pas dépourvu de qualité. À commencer par sa couverture, même s’il l’on peut se demander si Conan et Thak ne dansent pas plutôt un tango.

Le système de création de cavernes peut paraître inutile de prime abord (type et structure des grottes, du sol et des plafonds, etc.) et très dungeons crawling, mais je me suis mis à imaginer quelques idées en cours de lecture. Quant aux exemples de grottes et cavités souterraines, ils sont assez variés et suivent une description similaire, avec l’histoire des lieux, sa configuration générale, les principales zones d’intérêt et les PNJ et/ou créatures que l’on peut rencontrer. On a donc de quoi créer un scénar pour une cession ou plus en étoffant un peu à son gré (ne serait-ce qu’au niveau des plans), ce qui est après tout le but premier de l’ouvrage : fournir des aventures presque toute faites. On y trouve donc, entre autres, un lieu pour faire passer de jeunes guerriers au statut d’adultes, une grotte qui fait penser à celle du 13ème guerrier, une autre qui apporte une certaine lumière sur les fils d’Ymir, un temple oublié, un dieu enseveli, une mine de minerai devenue hantée, etc.

Quitte à parler de Thulsa Doom, je reprocherais le manque d’ambition de l’auteur de ne pas avoir décrit un lieu comme la Montagne du destin (pas celle du Seigneur des anneaux, mais celle du film ou du roman) ou même un lieu comme celui qui enferme la corne de Dagoth car l’auteur de Ruins of Hyboria avait pris pour exemples des lieux décrits dans les nouvelles de Howard. Sinon, c’est plutôt bien, même si le 4 est généreux (disons 3,6).

Critique écrite en octobre 2017.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques