Contenu | Menu | Recherche

Dans le web 2.0, c'est quand même le 0 qui prend le dessus (Manu Larcenet)

Ruins of Hyboria

.

Références

  • Gamme : Conan OGL
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 2006
  • EAN/ISBN : 1-905471-50-5
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 160 pages couleur à papier fibreux (pulp) et couverture rigide.

Description

Bien des aventures de Conan ont débuté aux abords de ruines mystérieuses et inexplorées : l’île des statues de fer, clous rouges, etc. C’est justement la finalité de cet ouvrage : il fournit des règles pour créer ses propres ruines, ainsi que plusieurs exemples de ruines entièrement décrites (et habitées), déjà abordées dans les nouvelles du barbare.

Le supplément ouvre directement sur les crédits et la table des matières (1 page), suivi de l’introduction (1 page également) donnant quelques exemples du contenu.

Creating Ruins (23 pages) est une véritable boîte à outils : il comprend de nombreuses tables aléatoires pour permettre au meneur de jeu (MJ) de créer ses propres ruines, en fonction du type culturel et ethnique des bâtisseurs, de la période de la civilisation, et la raison de la fin de cette civilisation. Un bref exemple d’historique est présenté, avant de passer à la nature physique, la taille et l’état des ruines. Vient ensuite ce que l’on peut trouver dans les ruines, comme les reliques du passé, des édifices (autel, bassin, etc.) et leurs architectures (fresques, colonnades, etc.). Si le MJ veut donner une nature extraordinaire aux ruines, une table d’effet permet de présenter un sentiment d’horreur intrinsèque aux ruines, des apparitions visuelles ou sonores ou encore des disparitions inexpliquées. Le chapitre se termine par une table aléatoire de créatures et des gardiens susceptibles d’habiter les ruines.

Culture and ruins (23 pages) fournit une présentation nation par nation du type de ruines que l’on peut trouver pour éviter certaines incohérences. Certaines des ruines connues des romans ou des comics sont également brièvement décrites à la manière d’un synopsis de scénario, permettant au MJ d’extrapoler.

Les 12 chapitres suivants détaillent autant de ruines célèbres, plans à l’appui, avec les pièges, les gardiens et créatures tapis dans l’ombre, ce qui en fait quasiment des one shots prêts à jouer.

  • City of the winged one (6 pages) qui scella le destin de Bêlit.
  • City of the ghouls (9 pages) que Conan parcourt durant le roman « Hour of the Dragon ».
  • Dagoth Hill (3 pages) aperçue dans « The Scarlet Citadel ».
  • Green Stone Cities (3 pages) qui fait référence à plusieurs ruines mystérieuses, découvertes un peu partout au cours des pérégrinations de Conan. Les constructions sont faites d’une pierre vert translucide (Devil in Iron, Xuthal of the dusk, etc.), elles ont été édifiées par le mystérieux peuple de Lémurie, venu de l’Est il y a des millénaires.
  • Gazal (5 pages), la cité fantôme du désert de « Drums of Tombalku ».
  • The isle of the iron statues (3 pages), de la nouvelle « Shadows in the moonlight ».
  • Isle of the black ones (5 pages) décrite dans le livre de Skelos et la nouvelle « Pool of the black ones ».
  • Khet, la cité des scorpions (3 pages).
  • Kutchemes, le tombeau de Thugra Khotan (7 pages), tiré de « Black Colossus ».
  • Pteion the damned (6 pages) que l’on trouve dans le roman pastiche « Conan the rebel ».
  • Tombs and pyramids (10 pages) évoque les ruines que l’on peut trouver en Stygie, les plans étant plutôt génériques, mais tout aussi détaillés.
  • Xuchotl (17 pages) est encore plus approfondie et révèle la race Tlazitlan, plusieurs personnages non-joueurs (PNJ) rencontrés dans la nouvelle « Red Nails », dont la fameuse Valeria et des PNJ génériques de cette cité en proie à la guerre civile.

Exploring ruins (11 pages) met en scène quelques accroches d’aventure pour inciter les PJ à se rendre dans des ruines mal famées. Il développe de nombreux pièges et leurs caractéristiques et fournit une table aléatoire de 50 trésors que l’on peut trouver. Le chapitre se clôt par 3 dons : nerves of steel, calm of the dead et necromantic lore.

La première partie de Monsters of the ruins (18 pages) est consacrée à plusieurs tables aléatoires permettant de surprendre les joueurs avec des créatures connues mais ayant subi des mutations. La seconde partie est un bestiaire plus classique présentant toutes sortes de créatures naturelles (dinosaures, scorpions de tailles diverses, etc.), démoniaques (child of Set, foaming blasphemy) ou encore les célèbres hommes-serpents (le serpent qui parle).

L’index s’étend sur 2 pages et est suivi par 3 pages de publicités pour les produits de Mongoose Publishing. Le supplément s’achève par la page obligatoire de licence OGL.

Cette fiche a été rédigée le 4 novembre 2012.  Dernière mise à jour le 12 décembre 2015.

Critiques

The King  

Les points positifs :

  • Ce supplément équivaut à des fiches de lecture sur la plupart des nouvelles de Conan, ce qui peut toujours être utile pour se lancer dans une aventure au pied levé, ou même donner des idées
  • Les illustrations sont globalement agréables
  • Beaucoup d’exemples de pièges aussi divers que variés, comblant ainsi une lacune du livre de règles

 Les points négatifs :

  • L’auteur connaît bien son sujet, mais son écriture est loin d’être agréable à lire, pour ne pas dire chiante (pas immersive pour un sou), ce qui m’a ôté beaucoup de plaisir à la lecture. Un texte « vivant » aurait valu un 5.
  • Manque peut-être un vrai scénario de création originale.

 

Critique écrite en novembre 2012.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques