Contenu | Menu | Recherche

We've done the impossible, and that makes us mighty

Zombies

.

Références

  • Gamme : Zombies
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Judaprod - Hydravision
  • Langue : français
  • Date de publication : septembre 2000
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 256 pages en bichromie.

Description

Zombies : pour des soirées mortelles contient tout le background général du monde, et les règles nécessaires au jeu. Il se définit comme un jeu d'horreur kitsch, et les petites histoires présentes à chaque début de chapitre nous mettent dans cette ambiance digne des films d'horreur de série Z, l'humour en plus. Le premier chapitre est une introduction, présentant le jeu de rôles, Zombies, et l'atmosphère du jeu en général. Le second chapitre est une description de l'univers, avec une chronologie de 1999 à 2010 pour les joueurs contenant l'histoire officielle, et une autre pour le MJ contenant la vérité. Les différentes régions du globe sont présentées (USA, Europe, etc.) avec un bilan de la situation économique et politique, des relations internationales, etc. Enfin, une courte présentation aborde les religions islamique, catholique, et vaudou.

Le troisième chapitre contient toutes les règles de création de personnage, qu'il soit humain ou mort-vivant. Plus d'une cinquantaine de pages détaillent les règles, et offrent de nombreuses possibilités et variantes pour le personnage. Le quatrième chapitre contient les règles du jeu, somme toute compactes (5 pages). Le système de combat est détaillé dans le cinquième chapitre, et décomposé en deux variantes : le système "basique", et le système "ultra-réaliste qui tue". Comme leurs noms l'indiquent, l'un privilégie la simplicité, et l'autre la simulation. Ce chapitre contient aussi tout l'équipement nécessaire aux bains de sang : armes, munitions, matériel divers, etc.

Le sixième chapitre est consacré à l'aspect occulte du monde : le vaudou, la zombification, etc. Tous les pouvoirs des zombies sont passés en revue (depuis le crachat radioactif jusqu'au jet de pus), et leurs caractéristiques propres sont expliquées en détail : nourriture, régénération, pourriture du corps, etc. Les rituels occultes sont également abordés, toute une liste de rituels, disponibles selon le niveau de l'occultiste, sont présentés avec les ingrédients nécessaires à leur préparation.

Le septième chapitre est celui du Maître, de grandes révélations y sont faites sur la mort, les zombies, etc. Toute une liste de PNJ plus ou moins célèbres, vivants ou non, sont également fournis, avec image et background à la clé. Le dernier chapitre est un bestiaire regroupant des animaux communs, et leurs homologues morts-vivants. On trouvera en annexe un scénario d'introduction, Barbecue mortel, sur 8 pages, où les PJ iront passer de paisibles vacances en Bretagne. J'ai dit paisible ? La feuille de personnage termine l'ouvrage, avec en option les feuilles dédiées au combat "ultra-réaliste qui tue" et aux rituels occultes.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 22 juillet 2009.

Critiques

Coredump  

Décidément l'année 2000 aura été riche en nouveautés françaises. C'est avec surprise que j'ai vu sortir Zombies, un an à peine après la sortie de "All Flesh Must Be Eaten" un autre jeu traitant de zombies. Soufrirait-il la comparaison ?

Au premier coup d'oeil l'ensemble paraît classieux. Couverture rigide, bichromie à l'intérieur, illustrations en crayonné mais toutes très belles, layout également sympathique. Seul regret, on paie tout de même 259F pour 256 pages avec en plus des marges énormes, et donc une quantité de texte assez réduite. De quoi avoir des crampes au porte-monnaie.

Après lecture, le constat s'affine : Zombies n'est pas un simple "petit jeu". Il a été pensé, et les règles sont à la fois fluides et amusantes. L'humour est partout, quelque fois irrégulier, mais la plupart du temps hilarant (des créateurs de jdr roulant sur l'or... arf !). Je regrette que le background de l'univers soit si générique (les descriptions sont au niveau des pays, mais rien de plus précis n'est écrit). Cela est sans doute du au manque de place. Quelques incohérences dans le background sont à déplorer, ainsi que des erreurs grossières concernant les armes notamment. Mais là encore, le ton est donné. C'est un jeu pour rire, pour se faire peur... pas pour se prendre la tête.

La où le bât blesse, c'est quand on remarque les trop nombreuses fautes de présentations (titres ou mots qui manquent), et de syntaxe. Pour un jeu de ce prix, et avec cette qualité graphique, un effort aurait pu être fait sur le langage et la mise en page.

La différence entre AFMBE et Zombies ? Et bien Zombies a un background là ou AFMBE est générique. Il s'adapte donc plus à des parties suivies là ou je recommanderai AFMBE pour des "one-shot". Par ailleurs, il est beaucoup plus drôle, et le fait de pouvoir jouer des zombies ajoute une dimension nouvelle au jeu. Si vous avez l'un, il n'est sans doute pas nécessaire d'acheter l'autre. Sinon... laissez vous tenter, on n'a pas toujours l'occasion de jouer un corps en décomposition !

Kobal  

Zombies est un jeu sympathique mais qui ne m'intéresse quasiment que pour son côté "INS/MV" : c'est à dire le côté jeu rigolo, privates jokes, jouer des zombies tueurs de gourdasses blondes a gros seins... Bref, tout pour jouer délire. Contrairement à Coredump, je n'ai pas du tout accroché au background, et j'utiliserai sans doute Zombies uniquement pour des one-shots.

Du coup je regrette que le coté "délire" ne soit pas plus développé.

Munin  

Avec tout ce que j'avais entendu sur Zombies, et après avoir vu la tête sympathique des auteurs sur le Monde du Jeu, je m'attendais à un jeu plus délire que ça. Je ne reviendrai pas sur les critiques précédentes, avec lesquelles je suis d'accord : mise en page très aérée (trop peut-être), coquilles, background trop général et parfois illogique, règles résolument orientées baston, etc...

En fait, avec le livre de base, on a la mécanique du jeu, et quelques pages de mise en condition. Guère plus. J'aurais aimé davantage de nouvelles, par exemple. Par contre, si le suivi est à la hauteur, on peut avoir un jeu très sympa, dans la lignée d'INS/MV.

Arioch  

Je viens de lire toutes les autres critiques, et je vais participer au consensus sur le plan de la maquette. Les dessins sont bien, par contre, sur le plan du monde, je suis d'accord aussi sur l'incohérence "présence des zombies-ignorance du public". (sans vouloir faire de la pub pour mon site, il y a moyen de régler ça sans trop de difficultés).

Par contre, j'ai trouvé très intéressant que le jeu ne soit pas aussi délire qu'il le semble d'abord. En effet, le ton des textes est très léger, mais le monde peut être vu soit de façon comique, soit de façon plus sérieuse, plus portée sur l'horreur. Comme ça, Zombie n'est pas forcé de tomber dans le même piège qu'INS (désolé, mais moi, le côté trop comique d'INS me gêne).

En très bon point, je dois dire que les Entretiens avec un Zombie sont excellents (peut-être un peu courts, quand même). Ils permettent de comprendre comment peuvent être joués les zombies en PNJs ou PJs. Il reste maintenant à voir ce que donneront les suppléments et en particulier les descriptions détaillées des nations et des religions (quand même légères, faut dire).

Ced  

Globalement, je suis d'accord avec les critiques précédentes. Et c'est vrai que le M.J. a du boulot!Néanmoins, sur le système de combat, s'il est vrai qu'il est lourd à la création des persos et particulièrement bourrin, il reste fun, complet et relativement "réaliste"...

Un bon jeu, Toonesque ou Kultesque à souhait, qui ne demande qu'à être développé. Si le scénar d'intro n'est pas vraiment à la hauteur de ce que l'on pouvait être en droit d'attendre, je vous conseille celui de Casus Belli, qui peut faire une bonne intro et qui permet de jouer à Paris (découvrez les joies d'aller prendre une p'tite biture à Notre Dame de Paris...).

Mag-Max  

Presque parfait.
Règles relativement simples que l'on peut compliquer à souhait, très bon esprit (plein de citations, de beaux dessins,...). Livre très bien fait, en plus, ce sont des Nordistes qui font ça!

Pritz  

Personnellement, j'adore ce JdR (français s'il vous plaît !). Bien loin des standards américain. Le ton des zoteurs est agréable et une touche d'humour un peu trash sur les bords. De plus, si l'on fait abstraction de ce côté humoristique, il est possible de mettre en scène des scénarii en mettant l'accent sur l'horreur et le gore. Bref un JdR à un D20 faces excellent !

Mario Heimburger  

Un jeu très raffraîchissant, avec un suivi impressionnant et des possibilités de scénarios qui feraient pâlir toutes les gammes des autres jeux...

Un excellent moment de détente !

JeePee  

Un jeu bien présenté, des illustrations pas mal du tout mais ce qui fait le charme de ce jeu, c'est l'humour noir (à la INS/MV)... les auteurs ont dû bien s'amuser lors de la conception de ce jeu. Pour ma part, cela faisait longtemps que je cherche un jeu comme celui-là (on peut jouer autant des délires que des ambiances glauques à la Cthulhu). Le système sans être révolutionnaire est simple et efficace.

Les idées originales ne manquent pas.
Les pistes pour des scenarii sont là et permettent autant le one-shoot que la construction d'une campagne.
Le seul point un peu négatif de ce jeu, c'est des erreurs dans la mise en page et quelques fautes d'orthographe.
Sinon, un bon bouquin, agréable à lire (même si parfois le fond rouge de certaines illustrations en arrière plan de l'écriture nuit à la lisibilité), de bonnes idées, un jeu à essayer, pour changer du sempiternel medfan ou du Starwars...

Durk  

Ce jeu, déroutant au premier coup d'oeil (mmm... encore un jdr dit humoristique/délirant...tsss!), est en fait vraiment bien foutu!

C'est un jeu très riche au niveau de l'équipement, des professions, qui propose de sortir du cadre habituel des jeux contemporains en faisant preuve de beaucoup d'originalité.

Les joueurs sont aux anges tant le système de création de PJs (pourtant classique à première vue) leur permet d'incarner le perso dont ils rêvent... Par exemple ambidextre, asiatique, avec une bonne compétence en gunfight pour se rejouer des scènes à la john woo avec un gun dans chaque main, ou encore un contre-terroriste sniper pour réjouir les fans de counter-strike, etc.

Ce jeu a été conçu pour apporter un plaisir maximal au joueur, et c'est réussi !

PS: je n'ai jamis été de l'autre côté de l'écran...

Le Yéti du Col d'Amieux  

enfin un jeu où l'on peut à la fois avoir des parties d'enquètes sérieuses et tendues à la Cthulhu, et des gros délires à la INS/MV...

Joueurs perdus dans un monde plein de secrets que le MJ distillera au compte-gouttes tout au long de ses parties. Un système de combat (ultra réaliste qui tue) extrèmement meurtrier, qui mettra les MJ à l'abri des persos grosbills. Et puis de toutes façon on ne meurt que 2 fois à Zombies, vu qu'à la première on a droit à son clone Zombie !

Bref excellentissime jeu, qui vous fera passer des soirées pas mortelles du tout côté ambiance !

Emmanuel 'ketzol' LANDAIS  

Bon, pour zombies, je partais avec de gros très gros à priori...

Et puis finalement, c'est un bon jeu que nous avons là. Pas le jeu du siècle, mais à mon avis un jeu qui reprendra le créneau des joueurs d'INS/MV, si ces derniers sont un peu lassés des anges et des démons !

Le prix est un peu élevé, et la mise en page assez laide, mais le contenu est bon, très très bon ! Le système semble bien tourner. On rigole bien en lisant cet ouvrage ! Mais c'est vraiment le jeu à réserver aux fans d'INS/MV, il ne pourront que trouver leur bonheur ! ! !

Loris Gianadda  

Zombies est un bon jeu. Si.

Le système peut paraître lourd au début et quelques délires ne sont les bienvenus que pour les joueurs qui veulent jouer "délire" (ce qui est bien aussi) et gènent un peu si on veut donner un trait plus sombre au jeu (je songe surtout aux compétences comme 'Jeopardy'). Sinon, un autre obstacle est que le background m'avait paru assez injouable lors de ma première lecture. Impression d'une présence zombie trop importante, voire un monde habité presque uniquement par des Zombies...

J'avais fait jouer une partie "Brain Dead" et j'avais enterré le jeu, malgré un bon amusement dans mes jeux "rigolos/one shot". Aujourd'hui, j'ai acheté Fait Des Râles, le supplément sur l'Europe et j'ai eu une excellente surprise, puisque Zombies gagne alors un background approfondi, pensé et bien développé, qui donne à ce jeu ses lettres de noblesse...

SkoS  

Zombies est un jeu excellent qui s'appuie sur le thème des films d'horreurs. Il est vrai que certains défauts peuvent apparaitre, mais quand on regarde la qualité du livre par rapport à ce qui se fait en général, c'est génial. Ca a de la geule et c'est bien fait.

Le coté baston est assez présent, ce qui est sur c'est qu'ici, on s'appuie sur tous les clichés, et c'est ce qui fait que l'on s'éclate.

Raistlin  

Enfin!!
Enfin un jeu plein d'humour (de l'humour noir aux jeux de mots en passant par les délires gores...), enfin un jeu qui bouscule nos habitudes, enfin une critique acerbe ET réaliste de notre monde (enlevez les zombies, le reste vous paraitt-il impensable?).

J'ai adoré ce jeu. La lecture du livre de base est passionante. Il est drôle, bien fait (mis à part quelques erreurs de maquette pas importantes) et respectueux de son public (ça change d'un loup blanc ou d'un dragon au fin fond de son donjon.).

J'étais plutot réfractaire au thème (j'aime pas les films d'horreur.). Le fait de pouvoir le jouer de deux façons (x-files ou délire en gros) ou bien encore d'alterner les deux, cela permet de plaire à tous les joueurs et au mj de se renouveler.

Bref, jetez-vous sur ce jeu les yeux fermés. Quant à moi je vous laisse, j'ai un mort sur le feu. Ah, il se relève....

bepher  

L'Europe devient totalitaire, les Etats-Unis sont dominés par le FBI, l'Amérique du Sud sombre dans le chaos, l'Afrique revient aux sources, la Russie et le Japon sont dans un sale état. Ah ouais, en plus, y'a un tas de saloperies mortes vivantes qui font rien qu'a emmerder tout le monde. J'aime ce contexte :)

Rajoutez à cela un certain humour, des règles bien présentées (c'est la première fois que je ne me dis pas "c'est à chier" en finissant le chapitre des règles tout de meme!) et une présentation, heu, spéciale (les dessins collent bien, mais les bandes rouges/roses gores c'est un peu too much...)

Mais... mais le scénar est tout moisi, et il manque tout de même pas mal de background pour mettre en jeu des trucs de haut niveau... en plus, il est très déconseillé au joueur de regarder dedans... c'est pour ça que je ne mettrai qu'un 4.

Private  

Ce jeu propose de faire mourir des pj et certains ne demanderont que ça (cad devenir zombies).

Après avoir lu le bouquin j'ai de suite maîtrisé le scénar du livre et on s'est bien marré; depuis j'attends la prochaine partie pour justifier l'achat de tous les autres suppléments. Histoire de voir si les joueurs en veulent encore. Même si le livre de base suffit pour jouer, il y a assez de source d'idées et de pnj pour un mj un peu malin.

Ce jeu peut être pris dans le sens gros délire (cerveau!!!!) ou plus difficile, enfin pour moi, foutre la trouille aux joueurs. Bref mourir de rire ou mourir de peur mais de toute façon y jouer au moins une fois et mourir...

attila  

Y en a pas mal qui critiquent le background, moi je le trouve délicieusement chaotique, et ça me plaît :) La seule chose que je pourrais bien sûr lui reprocher, c'est le système de rituel. Personnellement, en tant que MJ, je n'utilise pratiquement jamais de sort ni de rituel, je trouve cela long à utiliser et parfois pas aussi marrant à faire.

Mes joueurs peuvent bien sûr s'amuser à vomir des cafards, à balancer leur jambe dans la gueule de l'ennemi ou à utiliser leur bras comme un boomrang, mais pour les pnj, je ne m'embrouille pas avec ça...

Néanmoins, je lui mets 5 car, comparé à INS/MV, il est beaucoup plus poussé au niveau des règles et je trouve ça beaucoup plus réaliste. Pour délirer, c'est clair que ce jeu est au top niveau, mais il peut très bien devenir un jeu assez subtil si le MJ assure...

La plupart des scénars que je fait sont pour des commandos, la fin des missions est toujours sanglante style boucherie, mais au début, les Pj peuvent jouer de manière sérieuse et cela en y allant molo...

Je trouve ce jeu polyvalent, et la rédaction du bouquin est extra, je le conseille vivement.

marco  

Zombies : Un super jeu, extrèmement fun. J'aurai bien aimé un background un peu plus crédible. Cacher une telle situation au monde entier me semble peu crédible. L'idée de 'la mort en grève' me fait marrer, mais je ne suis pas très sûr que cela apporte grand chose au jeu. Mais tout cela s'avère très bien marcher en partie donc : pourquoi s'en plaindre.

Je suis surpris par l'enthousiasme de mes joueurs. En fait, ils n'attendent qu'une seule chose : être eux-mêmes transformés en Zombie ! Un jeu très bien foutu et agréable, au système simple.

Droopy  

Ce jeux est une véritable bonne surprise. Et dire que je l'ai acheter les yeux fermés ! l'adolescent que je suis avait adorer la couverture. Le livre de base est très bien fait, tant au niveau des illustration que du ton... j'accroche totalement à cet humour apocalyptico-dramatique second degré.

Cependant, il y a quand même des critique à faire. Premièrement, le monde me parait trop peu crédible. En effet que personne ne soit au courant de l'existence des zombies me parait absurde, d'autant plus que les joueurs qui sont sensés incarner des personnage commun découvrent l'existence des zombies dès le(s) premier(s) scénario(s). Le deuxième gros défault concerne le côté un petit peu trop bourrin du jeux. Enfin, il y a tous les petits défauts d'orthographe.

Cepandant j'ai depuis acheté le supplément "fait des râles" qui rachète tous ces petits défauts et qui en font finalement un très bon jeux... car sans ce côté bourrin difficile de se la jouer deuxième degré. Car c'est surtout cela la force de ce jeu, vous en faite un peu ce que vous vouler : Zombies regroupe une grande diversitée de jeux, de l'Zppel de Cthulhu jusqu'à INS/MV en passant par Counter Strike.

Kyorou  

Je suis assez partagé sur Zombies. Malgré que j'aime vraiment beaucoup ce jeu (raison pour laquelle j'ai acheté toute la gamme), je peux difficilement cacher le fait qu'il présente pas mal de défauts assez handicapants. Tout d'abord : pourquoi j'aime bien, et pourquoi, si vous avez les mêmes attentes que moi, vous aimerez aussi.

1. Il y a des zombies, et j'aime les films de zombies. Oui, là, on peut dire qu'il y en a à toutes les sauces : zombies viraux, nucléaires, etc. avec chacun ses petits pouvoirs funs. Mentionnons aussi les sympathiques animaux zombies, qui se feront un plaisir de vous jouer la version romeresque du "lapin qui a tué un chasseur".

2. C'est joli. Là, c'est une question de goût, mais toujours est-il que les dessins, s'ils sont très axés "morts-vivants et jeunes filles en nuisette", sont très réussis. Le design du bouquin est également fort sympathique.

3. Le côté bourrin du jeu est pleinement assumé. Si, comme moi, vous avez été rapidement lassé des jeux qui, derrière des prétentions artistico-philosophiques pas piquées des hannetons vous masquent un côté bourrin et grosbillique colossal (je ne nommerai personne, mais ça concerne un éditeur dont le nom commence pas "White" et finit par "Wolf"), Zombies vous ravira par sa simplicité. Oui, le jeu comporte un aspect "baston" prononcé, et il ne s'en cache pas. On passe une portion non-négligeable de chaque scéance à casser du facho, de l'occultiste malsain et du zombie carnivore... et on aime ça.

4. Le fait de pouvoir jouer un zombie a aussi pour moi un attrait indéniable...

Bon, passons à présent à des aspects du jeu qui me convainquent moins.

1. L'humour. Bon, je suis le premier à le reconnaître, le jeu est très, très drôle à lire. Ce qui me pose un problème, c'est que, comme dans INS/MV, Zombies oscille entre des aspects drôles et des aspects sérieux sans parvenir à concilier les deux. Bien que le MJ soit sensé faire sa propre soupe avec ça, le risque est grand de se retrouver avec des persos agissant "normalement" dans un univers passablement débile.

2. Le côté foutraque et brouillon de l'univers. Bien que ceci s'améliore un brin grâce au supplément "Fait des Râles", l'univers décrit est franchement bordélique et manque de cohérence. De même, on évite par certains clichés, beaucoup, à vrai dire. La vision très franco-centrée des auteurs peut aussi énerver certains.

3. Le scénario complètement bidon du livre de base. Je ne sais pas quelle quantité de gros rouge il a fallu pour pondre cette farce, mais je serais très étonné que beaucoup de joueurs aient pu être emballés par cette histoire décousue de sorcier de camping breton. Heureusement, le scénario de l'écran arrange les choses mais, comme premier contact avec un jeu, c'est désastreux.

Donc, voilà. En résumé, je suis partagé.

Re.Ve  

Le jeu porte bien son sous-titre, il faut le prendre bien au deuxième degré et viser plus une soirée Série B entre amis plutôt que vouloir à tout prix faire du roleplay/ambiance trop sérieux... Tôt ou tard ça va déraper. Une fois ceci bien en tête, on a entre les mains un jeu simple (d100 oblige) offrant suffisamment de possibilités de base pour ne pas être lassant trop vite.

Un ou deux détails viennent ternir ce paysage idyllique comme la multitude d'armes différentes à gérer, quelques raccourcis un peu brutaux à mon goût dans la storyline, mais rien de bien méchant.

En bref, si vous aimez le second degré, si les somnambules amidonnés qui poursuivent des blondes écervelées vous font rire, n'hésitez pas.

cyberfred  

Zombies : voilà un thème qui colle à pas de mal de d'adulescents fans des films d'horreur de Roméro et Fulchi. Bien sûr,à l'approche de la magnifique couverture rigide de l'ouvrage, sans même regarder au détail, je me suis rué dessus, croyant que je pourrais enfin satisfaire les joueurs de hordes de zombies envahissants les supermarchés.

Est-ce que le ramage vaut le plumage ? Très clairement non, pour ma part. Pourquoi ? Et bien pour toutes les raisons qui suivent.

1- Le contexte de jeu
Prenez un univers post-apocalyptique du genre de Berlin XVIII et ajoutez-y un soupçon de zombies. Cela aurait pu être un bon concept. Mais, à la lecture du jeu, on a l'impression que le contexte géopolitique décrit a été créé par une personne qui aurait fait l'école buissonnière, et qui se serait rué dans le magasin de jeu de rôles le plus proche afin de pomper les jeux du genre, pour y puiser la quintessence du contexte. Ou peut-être que tout vient de nos bonnes vieille série TV des années 80, car les truands évoquent furieusement les méchants de K2000 voire de l'Agence Tous Risques. Un univers farfelu, donc, auquel mes joueurs ont énormément de mal à adhérer. On a trop de mal à comprendre pourquoi une grande partie de la population n'est pas au courant de l'existence des morts-vivants. C'est un univers cliché sans réel cohérence.

2- L'humour
Un humour potache, comme il est si bien rappelé sur le site web. Les plaisanteries les plus courtes sont souvent les meilleures. Même si le ton du rédacteur est plaisant, certaines choses rigolotes ne sont pas abouties. Exemple : la compétence fauteuil roulant. Personne ne va prendre cela. Il n'y a même pas un désavantage s'y rapportant. Le pire, ce sont tous les acronymes des mouvements politiques, groupes et autres, qui sont tous débiles pour la plupart des francophones : la FRAPE, la CREPE, le MIAOU, etc.

3-Le système
Dérivé du Basic Roleplaying System de Chaosium, il a été modifié pour ajouter une touche de réalisme. Au final, le système est très alourdi par des choses qui n'apportent pas grand chose au jeu. Par exemple, on est obligé de faire un calcul de résistance pour chaque partie du corps avec des formules toutes différentes. Le tout pour obtenir une valeur dont l'écart-type ne varie que de 3 points.

Les combats sont lourds. A titre de comparaison, pour une attaque simple réussie :
- A Chthulhu : Jet d'attaque réussi contre jet de défense raté. Jet de dommage soustrait au point de vie. Au total trois jets de dés.
- A Zombies : Jet d'attaque réussi contre jet de défense raté. Jet de localisation. La cible touchée effectue un jet d'endurer, si elle réussit, elle jette son dé de résistance. Jet de dommage soustrait aux points de vie/endurance. Au total cinq jets de dés, sans compter l'après-combat.

4- Enfin, revenons-en au ramage
Pas de numéro ISBN au niveau de la couverture. Pas d'index. Il manque des caractéristiques des PNJ proposés en fin de bouquin. Le livre est gavé de coquilles. Même l'errata proposé dans l'écran en est gavé, d'ailleurs.

Bref Zombie est la série B du jeu du rôles, tant sur le fond que sur la forme.

 

A lire ça dans le métro j'avais l'air fin ! ça parle ostensiblement de zombies sur 250 pages d'un rouge rosé et d'un blanc nauséeux avec des dessins cadavériques et des nanas à poils, y'a largement de quoi se faire regarder de travers. "ça", c'est Zombies et c'est le dernier jeu français à la mode édité par Juda Prod et distribué par Asmodée.

Nous sommes en 2010, le monde n'a pas tellement changé. Ah, bien sûr, l'Australie est maintenant la première puissance mondiale devant une Amérique bien chaotique ; l'Europe Fédérale affiche sa pourriture économique et sociale ; l'Afrique s'est coupée de ces sales cons de blancs pour retrouver sa puissance tribale; le Proche et le Moyen-Orient se sont foutus sur la gueule avant de s'allier contre l'Occident, la Russie n'est plus qu'un désert radioactif ou survivent des populations troglodytes ; la Chine a suivi le même chemin ; le Japon a été ravagé par des séismes d'une ampleur inimaginable et finit de se reconstruire... mais à part ça, pas grand-chose de neuf sous le soleil.

Il y a, dans ce foisonnement anarchique, comme un petit côté de tout ce qui fait le charme de Conspirations, mais la comparaison s'arrête là. Car dans l'univers de Zombies, la Mort est en grève. Depuis dix ans voilà que des cadavres se relèvent et s'attaquent aux vivants pour leur bouffer le cerveau. Imaginez aussi que les populations civiles sont tenues dans l'ignorance de ce fléau... hum ! Voici l'une des premières faiblesses du jeu : sa toile de fond est très vivante mais ne s'encombre pas spécialement de cohérence. Admettons. D'autant que c'est plutôt bien fait.

Il existe cinq bonnes raisons de devenir zombie sans regarder le Jacky Show : radiations, contamination, expérimentations, vaudou, revenants. Chacune propose un point d'ancrage intéressant et un éventail de possibilités né des clichés du cinéma mais lorgnant très vite vers quelque chose de plus typé. Les "entretien avec un zombie" et la galerie de PNJ suffisent à pousser le lecteur dans ce sens en lui mettant quelques ambiances en tête. Bien entendu, jouer des deux côtés est une possibilité vivement encouragée et très largement couverte par les règles. C'est important la personnalité.

Du côté pratique, les auteurs ont choisi de faire simple et efficace. Le système est inspiré des classiques de Chaosium avec son triptyque carac-compétences-D100 et plein de dés différents pour les dégâts. L'humour omniprésent sévit ici encore avec des compétences comme "sénilité" ou "Mac Guyver" et l'on se plaira à incarner un petit vieux expert en chaise roulante ou un sale gamin, professionnel du lance-pierre. Les règles de combat s'enrichissent d'un système plus complet mais qui n'a d'intérêt que pour la localisation des blessures (des cases différenciées pour chaque membre). Quitte à faire simple, il n'était pas nécessaire de s'encombrer de ces lourdeurs. Et là, on touche une autre des faiblesses du jeu : c'est excessivement bourrin ! Cela se voit dans l'intérêt marqué des auteurs pour les règles de combat (on parle même d'un supplément futur qui détaillera des pratiques martiales), cela se voit dans les listes d'armes ou le bestiaire et cela se voit même dans les compétences : ce n'est qu'un exemple mais remarquez que sur les 14 capacités de l'agent secret, 8 concernent directement le combat et aucune ne s'intéresse à ses facultés intellectuelles ou relationnelles (d'ailleurs il n'existe pas de compétence de linguistique) - le comble pour un personnage supposé commencer le jeu avec un costume, des ray-ban, un noeud pap' et des jetons de casino... Bref, inutile de mettre des oeillères, les règles sont résolument orientées vers l'action.

Au rayon des reproches mesquins on peut déjà cibler la maquette. Si la couverture et les illustrations sont un régal, les quelques problèmes de mise en page et d'orthographe ne passent pas inaperçus. Rien de bien gênant mais ce n'est pas une raison. Enfin, mentionnons la présence de règles sur l'occultisme et d'une double page d'intrigues scénaristiques qui valent bien mieux que le scénario d'introduction - pas inintéressant en soi mais loin de ce qu'on attend du genre pour une première partie.

Pour l'instant c'est au MJ de bricoler avec ce qu'il a et il y a de quoi faire ! Du coup, Zombies pourrait rapidement devenir un très bon jeu si le suivi et les scénarios sont à la hauteur.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques