Bestiaire du Vieux Monde

.

Références

  • Gamme : Warhammer
  • Sous-gamme : Warhammer 2ème édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Darwin Project
  • Langue : français
  • Date de publication : mai 2005
  • EAN/ISBN : 2-9521728-5-4
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 128 pages en quadrichromie à couverture rigide.

Description

Ce bestiaire n'est pas structuré comme un catalogue, à l'instar de la plupart de ses homologues. En lieu et place, il met l'accent sur le contexte, et l'histoire avec de nombreuses rumeurs et récits d'érudits.

L'ouvrage débute sur une introduction et une comptine à destination des enfants, leur enseignant les dangers d'aller vagabonder dans les sombres forêts. La première partie de l'ouvrage est ensuite présentée comme le travail universitaire d'Odric de Wurtbad : Créatures Périlleuses : précis de recherches et d'études comparées sur les créatures du Vieux Monde (70 pages). Pour chaque créature, trois sections permettent de s'en faire une idée. Croyances populaires résume ce que sait le citoyen moyen de l'Empire au sujet de la créature, et cela peut être tout à fait folklorique. De l'avis des érudits regroupe des textes d'experts de tous bords pour présenter des opinions contrastées. Ainsi, un érudit impérial comme un skaven peut s'exprimer sur les cultes du chaos dans l'Empire. Enfin, Aux dires des intéressés contient des témoignages des représentants de l'espèce en question. Cette première partie passe ainsi en revue les forces du chaos, les peaux-vertes, les habitants de la forêt d'Athel Loren, les rejetons du Rat Cornu, les morts-vivants, et les diverses créatures hétéroclites qui rôdent dans les provinces impériales.

La deuxième partie de l'ouvrage Les Créatures du Vieux Monde (40 pages) est destinée au MJ, avec des points de règles et des informations chiffrées sur les créatures précédemment décrites dans l'ouvrage d'Odric. Parmi les nouvelles règles, on trouve la valeur de "Perspective d'Eradication", qui évoque le danger que représente une créature sur une échelle de huit niveaux allant de "très facile" à "impossible". Concrètement, cette valeur indicative représente les chances de victoire qu'aurait un soldat impérial moyen contre la créature en question. Cinq nouveaux talents sont proposés : aura démoniaque, écailles, éthéré, puissance imparable et volonté de fer. Enfin, la magie chamanique très en vogue chez les peaux-vertes, est présentée à travers trois nouvelles carrières : apprenti chaman, chaman et grand chaman. Le Domaine des Esprits associé à cette magie comporte six sorts. Pour terminer, une table des mutations avancées complète celles déjà présentées dans le livre de base. Les trente dernières pages sont les descriptions et profils chiffrés des créatures présentées dans la première partie. Des encarts proposent des sortilèges, des points de règles, ou des explications sur les organisations ou le mode de vie de ces créatures.

Un premier appendice propose des profils de montures : cheval de guerre, coursier elfique, poney, etc. Un deuxième appendice fait de même avec les animaux ordinaires. Un troisième appendice propose des tables optionnelles de localisation des dégâts pour des créatures de morphologie différente : bipèdes ailés, oiseaux, quadrupèdes, etc. Des effets critiques sur les ailes sont proposés. Enfin, l'ouvrage se termine sur un index, des petites fiches de monstre et une carte double page du Vieux Monde.

Suite à la fermeture de Darwin Project, l'ouvrage a été réimprimé par la Bibliothèque Interdite, qui y a ajouté quelques errata.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 14 janvier 2015.

Critiques

Coredump  

Des bestiaires, j'en ai connu. C'est donc sur la rengaine habituelle du vieux routard du jdr que j'aborde cette critique. Pourtant, le Bestiaire de Warhammer se démarque à sa façon du reste des productions similaires.

Evidemment, les règles concernant la "Perspective d'Eradication" évoquent de façon lointaine le d20 System... mais finalement, ça reste très Warhammer tout cela. La première partie, regroupant les points de vue (du peuple, des érudits, des intéressées) est un pur moment de délice. J'ai toujours considéré dans mes parties que certaines créatures étaient trop rares pour être connues du peuple autrement qu'à travers des légendes. Et bien là, tout est dit dans cette optique, préparé, disséqué pour le MJ.

La présentation à la première personne rend l'ouvrage attrayant à la lecture, ce qui est un tour de force. D'ordinaire, les bestiaires ont le don de me faire bailler dès la cinquième page. La traduction est comme toujours irréprochable : il n'y a qu'à lire la comptine du début pour s'en convaincre. Quant à la maquette, elle rend le contenu très lisible.

J'ai tout de même quelques remontrances dans ma besace. Pour commencer, je trouve que de nos jours, en 2005, dans un monde civilisé, il est in-to-lé-ra-ble qu'un bestiaire n'ait pas une illustration pour chaque créature. Si vous comptiez vous rincer l'oeil sur les formes voluptueuses des dryades par exemple, vous pourrez toujours repasser. Les illustrations sont en général très belles, même si je trouve les mutants un peu trop flashy à mon goût.

Ensuite, la dichotomie entre la première partie (background) et la deuxième (profil chiffré), si elle est pleine de sens, ne rend pas l'ouvrage aisé à manipuler. Franchement, je ne laisserai jamais ce bouquin entre les mains de mes joueurs, d'autant que la partie "background" en contient bien plus que ce qu'ils doivent savoir. Pourquoi ne pas avoir mis les profils juste après les éléments de background ?

Les points de règle sont anecdotiques : chamanisme, etc. Par contre, les tables de localisation alternatives ont leur intérêt. De même, la table étendue des mutations, même si elle est encore un peu réduite par rapport à ce qu'on peut trouver dans les Realms of Chaos, était fortement attendue. Et les vieux grincheux de la première édition seront toujours là pour grommeler que toutes sortes de créatures sont omises, soit parce qu'elles n'ont pas survécu à la grande épuration de la première édition, soit parce qu'elles sont proprement en rang par deux pour le prochain bestiaire.

Cet ouvrage est à mon goût excellent et incontournable comme un bestiaire bien fait. En dehors de son prix assez élevé, la seule et unique raison pour laquelle je ne lui accorde pas le 5 qu'il mérite, est le manque d'illustrations individuelles : où sont mes dryades, mes dragon-ogres, mes goules, mes... ?

zeedai  

Voilà un bon, voire un très bon bestiaire... Enfin, cela aurait été un tès bon bestiaire si le rapport épaisseur / prix avait été meilleur.

Tout comme le dit Môssieur Coredump (sa critique est parfaite!), le background est d'une excellente qualité. Je ne peux que regretter moi aussi que les informations qu'il procure ne se trouvent pas avec les caractéristiques techniques. D'autant plus que le background est classé par genre et les caractéristiques par ordre alphabétique. Cela n'est pas très pratique pour trouver la bêbête que l'on cherche, même si un index est là pour nous y aider. Il y manque aussi quelques illustrations, mais celles présentes sont quasiment toutes très bonnes. Ce sont même les meilleures que j'ai vues jusqu'ici dans un bouquin de Warhammer JdR.

Côté règles, la "perspective d'éradication" me laisse complètement indifférent. En revanche je dis bravo pour avoir pensé aux modificateurs de profil des chamans, même si leur liste de sorts est un peu anémique. Non, tout ceci est décidément très bien. Peut-être même trop bien, d'où ce goût de trop peu qu'il me laisse et qui explique mon 4... D'une manière plus générale, je trouve que ce supplément réhausse la qualité déjà fort honnête de Warhammer 2e ed. et augure de bonnes choses. Mais, quand même, je me dis que si je veux suivre toute la gamme, il va falloir que je devienne un peu plus riche. C'est un peu dommage...

Ilodrin  

Je l'attendais celui-là ! C'est d'ailleurs le supplément que j'attendais le plus. Et bien, je ne suis absolument pas déçu. Les illustrations sont bonnes, et l'idée du point de vue des gens du peuple et des érudits est excellente. Cela laisse de grandes possibilités d'interprétation et laisse les pj dans une demi-ignorance, avec des faits plus ou moins vrais. D'autres part, le nombres de créatures écrites est conséquent, et elles sont toutes interessantes et utiles, comme cela n'était pas le cas dans le bestiaire de wjdr version 1.

Seul bémol : j'ai fait une sale tête quand le vendeur m'a annoncé le prix. Mais voilà un bestiaire qui va me permettre d'enrichir un peu les éléments de mon sadisme envers mes pj.

michéou  

J'étais au départ un peu perplexe à l'idée d'un bestiaire et pourtant, force est de constater que le travail réalisé est de qualité.

L'ouvrage est superbe avec de belles illustrations auxquelles je reprocherai seulement le fait qu'elles ne soient pas toutes dans le même ton et qu'il n'y en ai pas une pour chaque créature. Sinon, l'idée de séparer les caractéristiques (classées par ordre alphabétique) de la présentation des créatures (classées par catégories) est excellente et facilite la consultation de l'ouvrage en cours de jeu ou quand on a besoin des caractéristiques rapidement.

Ce bestiaire est indispensable à tout MJ de Warhammer et c'est bien là le hic parce que son prix est élevé. Pourtant voilà un vrai et bon supplément pour cette nouvelle édition !

Amaranth  

Somptueux ! : C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit après avoir feuilleté rapidement les pages de ce bestiaire...

Excellent ! : C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit après avoir lu l'intégralité de l'ouvrage ! En effet, j'en ai connu un certain nombre de bestiaires, des biens, des pas biens, des pas biens du tout, et même des à jeter... mais là, la présentation est vraiment originale, avec le système des "niveaux" de connaissance d'un côté et les caractéristiques en deuxième partie. Le bouquin se lit quasiment comme un reportage de Géo, avec en plus une qualité graphique indéniable !

Bref, même s'il est un poil cher, je ne regrette absolument pas cet achat, c'est certainement le meilleur bestiaire de mon imposante collection de JDR...

Sabbak  

Voilà du beau boulot.

* Sur la forme : Rien à redire côté écriture et traduction. Quelques coquilles m'ont peut-être échappées mais dans l'ensemble la qualité est excellente. Les images sont plutôt réussies et j'apprécie particulièrement le fait qu'elles ne soient pas (toutes) aussi "violentes" que dans le jeu de figurines. Evidemment, il n'y a pas toujours une image par "monstre", mais presque...

* Sur le fond : L'idée de séparer "background" et "caractéristiques" me plait bien. Pour ma part, j'aurais juste une petite critique concernant l'équilibrage de ces "monstres". C'est peut-être le système qui veut ca mais je trouve qu'il y a un certain manque de diversité. Je ne parle pas des types de créatures mais bien de leurs caracs et pouvoirs. Une majorité de ces bestioles se retrouvent en effet avec des "profils 30-40". Entre 30 et 40 (parfois 45) en CC, entre 30 et 40 de F et E et une attaque. Un minotaure avec un BF de 4 ca me fait plutôt sourire...

Ce petit reproche mis à part (et encore, je ne suis pas sûr que tout le monde partage mon avis) ce bestiaire est vraiment bien pensé. Un très bon 4 donc.

Fred  

Ce bestiaire me manquait, quand je jouais à la 1ère édition. Retrouver Warhammer, remanié, dans sa belle version avec un bestiaire haut en couleur : ça vaut le détour...

La première sensation quand on feuillette le livre c'est l'ambiance qui s'en dégage : les couleurs sont chaudes, les créatures magnifiquement illustrées, la qualité est au rendez-vous. J'apprécie également le focus roleplay pour la présentation des créatures (cf. les différents degrés de rumeurs pour les décrire aux PJ). Il est constitué en 2 grosses parties : une pour la présentation des créatures et une autre pour les stats. Très intéressant donc pour aller rapidement à l'essentiel lors des parties.

Pour la quantité de son contenu et bien je dirai pourquoi en faire plus : le principal y est... je met donc 5. Qualité, fonctionnalité : bravo ! Un petit point noir pour le prix du produit, surtout lorsqu'on sait, en regardant le planning, que la gamme risque de s'étoffer rapidement.

Djez  

Ce bestiaire est un très bon supplément. Très complet, il présente des dizaines et des dizaines de créatures, toutes intéressantes et réellement utilisables en jeu (car elles sont bien pensées et en cohérence avec l'univers). Il y a vraiment de quoi peupler nos scénarios !

Par contre je n'ai pas trop compris l'intérêt de séparer les caractéristiques de chaque monstres de leurs textes d'ambiance. D'ailleurs, je ne suis pas persuadé du bien fondé de ces textes, surtout en aussi grande quantité (plus de la moitié du livre!). Bien que purement roleplay dans l'esprit, je trouvent ça moins éloquent qu'une bonne vieille présentation (description physique, moral, social, etc...), surtout que là, il y avait de la matière!

Ainsi, bien que j'aime beaucoup ce supplément, je suis un peu déçu car j'ai le sentiment d'être passé à côté de quelque chose d'énorme. Dommage.

Mac Lane  

Avant tout, je tiens à préciser que je ne suis pas un adepte des "Manuels des Monstres", je dois cependant avouer que là je suis conquis !

Cet ouvrage est divisé en deux parties. La première présente chaque créature du point de vue populaire, puis selon l'avis d'érudits et enfin selon la vision que la créature a d'elle-même. C'est approche est vraiment très intelligente. Elle met à la disposition du MJ des éléments de background directement exploitables et pouvant être directement communiqués aux joueurs.

La deuxième partie donne les caractéristiques des créatures et présente de nouveaux talents qui permettent à certains monstres d'être vraiment plus puissants que le commun des mortels. C'est par exemple le cas des dragons qui était ridicules dans la première édition. La perspective d'éradication est fort utile pour jauger de la puissance d'une créature en un clin d'oeil. Les illustrations, toutes en couleur, sont de bonne qualité.

Bref, un supplément très bien fait qui mérite votre attention.

Emmanuel Fourney  

Warhammer poursuit résolument sa réédition dans une optique de "jeu de qualité". Papier glacé, couleurs, solidité, prix, etc. Certains vieux briscards sont déçus, d'autres, enthousiastes, et certains - dont je fait partie - raisonnablement enthousiastes.

D'un point de vue graphique, maquettistique (ça se dit, ça, au fait ?) le bouquin est superbe. Du point de vue de la mise en scènes, c'est magnifique, débordant d'idées. On peut enfin se rendre compte des différents niveaux de connaissance du monde qu'ont des personnages aussi différents qu'un marchand d'un mercenaire, ou d'un Grand Electeur, ou d'un artisan, ou d'un gentilhomme campagnard, ou de Dédé La Morve - un ramasseux d'rats crevés.

En fait, par rapport à la première, cette deuxième édition perd en licence ce qu'elle gagne en maturité. Encore que bon, des centaures-teaureaux qui se rechargent aux éclairs, est-ce bien raisonnable ? La première édition, c'était un peu tout et n'importe quoi, on pouvait y voir de beaux dessins représentant des combats titanesques, ou une espèce d'elfe noir gambadant dans la forêt, etc. C'était une porte ouverte aux délires de créateurs plus ou moins bien inspirés. Plutôt moins bien inspirés, d'ailleurs, sur la fin. Tandis qu'ici, vingt ans sont passés depuis la création du jeu et les concepteurs savent qu'ils ne doivent pas faire n'importe quoi. On imagine un univers en préparation assez cohérent, et on espère que la prochaine campagne ne s'achèvera pas sur un grand théogoniste explosif.

lepropre  

Bien que très agréable à lire je reste mitigé sur la qualité de ce bestiaire.

La présentation est bien faite et plonge le lecteur dans le vieux monde rapidement.

Le principe de présenter chaque créature par des textes allant du racontar de paysan à une étude d’un érudit impérial en passant par des citations des dits créatures. Il y’a donc trois niveaux de lectures : Croyances populaires, avis des érudits et le texte réservé au MJ à la fin du livre.

Ces textes sont parfois très bons et j’ai particulièrement apprécié les citations du vieux Hob simple paysan impérial ainsi que les poisons pour tuer chaque créature de l’érudit Skaven. D’autres sont moins intéressantes et la séparation entre croyances populaires et avis des érudits n’est pas toujours bien justifié.

Points positifs :

-         Textes d’ambiances pouvant être souvent directement repris dans la bouche de PNJ.

-         Illustrations sympas.

-         Une capacité à rendre tout cela vivant et non pas faire un simple recueil de statistiques.

Points négatifs :

-         Nombreuses créatures redondantes par apport à d’autres guides (Skaven, vampires)

-         Utilité mitigée des statistiques de certaines créatures. (Warhammer n’est pas un jeu qui se prête selon moi à la chasse au dragon ou autre grosse créature)

-         Infos trop faibles (coté MJ) sur les motivations us et coutumes des créatures intelligentes (Nains du chaos par exemple).

-         Une présentation des créatures parfois trop orientée guerre. On se croirait dans du Warhammer Battle à la lecture de certaines bestioles.

 

C'est donc pour moi un supplément qu'on ne regretta pas de lire mais en rien indispensable pour jouer.

Critique écrite en août 2010.

Dedal  

Un bestiaire pour la deuxième édition de warhammer là où dans la première les quelques bestioles recensées se trouvaient dans les annexes de scénarii, un bestiaire du vieux monde là où on aurait pu avoir des slanns, et d'autres créatures exotiques et surtout un bestiaire alors que dans le background du jeu les bestioles sont plutôt destinées aux batailles de figurine, laissant au jeu de rôle les intrigues des cultistes et des nobles... les auteurs ont du ressentir l'angoisse de la page blanche en commençant la rédaction. Ou peut-être pas tant que ça, le jeu de bataille fantastique ayant déjà un background plutôt riche, mais restait à savoir quoi en faire.

Première impression en feuilletant l'ouvrage : une belle qualité d'écriture, empruntant plusieurs voix, des créatures elles même jusqu'aux érudits de l'empire ou du chaos en passant par divers habitants du vieux monde. L'organisation adoptée est pertinente en terme de jeu, avec une partie plus destinée aux joueurs, l'autre plus au MJ.

Parmi les créatures on trouve bien sûr tous les "classiques", pour notre plus grand plaisir : les adorateurs, tels que dans l'ennemi intérieur, les hommes bêtes tantôt victimes, tantôt fléau, les orques. On retient aussi les "teasings" concernant les clans skavens, les types de vampire ou de démons, même si de plus amples informations se trouvent maintenant dans les suppléments qui leurs sont consacrés. Les dragons, les ogres, les morts vivants et les lycanthropes ne sont pas en reste.

Ce qui aurait pu être plus détaillé maintenant : des éléments relativement nouveau, avec les corsaires elfes, leurs bateaux vivants, leurs harpies, avec les nains du chaos et leur technologie pervertie. J'ai apprécié également les compléments sur la magie chamanique, les mutations, les montures, les animaux, la localisation des dégâts chez les non humanoïdes, toujours utile.

Mais on est tout de même dans un bestiaire, il faut donc quelques grands méchants : guerriers du chaos, minotaures, géants pourront égayer un combat, sans plus, tandis que le dragon-ogre vraiment too much n'a pas eu l'honneur de rencontrer mes joueurs et que les hydres et bêtes des marais ne m'inspirent pas plus que ça dans leur présentation. Dans un registre moins agressif les très nombreux animaux de compagnies manticores, griffons, grands aigles et autres loups géants, sont directement tirées du jeu de figurine et des armées bretonniennes, impériales, orques ou elfes ; ils manquent d'éléments de contexte pour être directement exploitables. On atteint la limite de la transgression du genre, les auteurs n'ayant pas pu ou pas voulu trop en faire peut-être pour garder la dénomination de bestiaire, ou pour ne pas faire doublon avec les suppléments futurs. Même défaut pour toute la section sur l'Athel Loren, dans lequel l'élément central, les elfes sylvains, est tout bonnement absent.

Je reconnais les qualités d'écriture et l'ingéniosité de ce qui est plus qu'un catalogue. Mais avec le recul qu'on peut avoir maintenant que le jeu est passé à une nouvelle édition je pense que le parti pris de contextualiser les créatures aurait pu être poussé plus loin, quitte à trouver une autre dénomination que bestiaire pour ce livre qui, en l'état, n'est pas une aussi bonne introduction au monde que pourrait l'être des scénarii et n'est réellement utile pour une partie des créatures qu'avec un contexte remis à d'autres suppléments, dont certains manifestement n'ont pu voir le jour. Ce n'est donc un indispensable que si on ne veut pas acquérir les pourtant très bons autres suppléments parus.

Critique écrite en mars 2014.

 

Les bestiaires réussis sont souvent ceux qui se démarquent du sempiternel catalogue alphabétique d'horreurs. Le Bestiaire du Vieux Monde en est l'exemple. Il s'attache d'abord à en restituer l'ambiance féroce, devenant par là accessible aux joueurs comme au MJ. Ainsi, poème effrayant et notes manuscrites ouvrent ce qui constitue la première moitié de l'ouvrage, une étude d'érudit sur les créatures du Vieux Monde. Celle-ci regroupe des dizaines de témoignages, de héros, d'experts, de paysans ou encore des créatures elles-mêmes, sous six grands thèmes que sont chaos, peaux-vertes, Athel-Loren, Skavens, monstres divers et morts-vivants. Une cinquantaine de créatures sont étudiées, les piliers du méd-fan et du Vieux Monde sont là, à l'exception de quelques étrangetés de la première édition (qui a pensé fimir et zoat ?). Les points de vue contrastés, voire contradictoires, donnent vie aux récits et croyances de façon fort efficace.

La seconde moitié du livre est celle du MJ, avec les profils chiffrés. En outre, mutations chaotiques, talents monstrueux, magie chamanique et montures sont au menu, heureusement en quantités raisonnables. La Perspective d'Eradication est une nouvelle valeur, bien utile pour évaluer le danger présenté par une créature.

Le tout est à l'image du reste de la gamme : sur papier glacé, très bien illustré et, forcément, cher. Du bien bel ouvrage, dans tous les sens du terme.

Guillaume Nonain - Casus Belli n°33

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :
  • Traductions :