Contenu | Menu | Recherche

Salut, et merci pour le jdr

Realms of Chaos : the Lost and the Damned

.

Références

  • Gamme : Warhammer
  • Sous-gamme : Warhammer 1ère édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Games Workshop
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1990
  • EAN/ISBN : 1-869-893-52-2
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 296 pages.

Description

Ce supplément est assez particulier, en cela qu'il a été conçu à la glorieuse époque où Warhammer était le fleuron de Games Workshop, avec le renfort de tous les rédacteurs et illustrateurs de la maison, parsemant l'ouvrage de dessins et de textes d'ambiance. Ce supplément s'adresse donc à la fois au jeu de rôle, à Warhamme Battle (le jeu de figurine dans le même univers que le jeu de rôle), et à Warhammer 40.000 (le jeu de figurine dans une variante futuriste du même univers). Il va de paire avec son volet précédent : Realms of Chaos : Slaves to Darkness.

Comme son nom l'indique, il traite du Chaos, et en particulier de deux dieux chaotiques opposés. Nurgle est le dieu de la maladie, de la décomposition, et de la pourriture. Tzeentch est le dieu des intrigues, de la subversion, et du changement. Ce livre complète son prédécesseur consacré aux deux autres dieux du Chaos : Slaanesh et Khorne.

Après une section d'introduction contenant la table des matières et deux nouvelles d'ambiance dont une concernant le siège de Praag par les armées du Chaos, une section explicite les pouvoirs du Chaos et leur influence sur le monde de Warhammer et de Warhammer 40K.

Nurgle est le dieu de la pestilence et de la putréfaction, et ses démons sont souvent grouillants d'asticots et porteurs de maladies diverses. En fait, on peut devenir suppôt de Nugle par contamination ! Les démons de Tzeentch sont très axés sur les mutations et la magie, qui est la raison d'être de leur dieu. De nouveaux sorts sont fournis pour chacun, ainsi que les profils de leurs démons, des règles liés à leurs pouvoirs et des textes d'ambiance. On trouvera dans la deuxième moitié de l'ouvrage toutes les considérations concernant les armées de ces divinités : des tables de création aléatoire, des profils, des tables résumées, et des créatures ou véhicules spéciaux.

Une section complète l'ouvrage précédent en donnant des éléments pour utiliser des Champions du Chaos de Nurgle ou Tzeentch, avec des dons particuliers liés à ces divinités. Des règles supplémentaires sont fournies pour jouer des "campagnes narratives". A mi-chemin entre jeu de rôle et jeu de figurine, il s'agit de créer une histoire autour d'un champion du chaos. De nombreuses tables aléatoires sont fournies à cet effet. On trouvera plus loin la saga de deux Champions du Chaos : Lothar Bubonicus et Werner Flamefist

Du coté background, on trouve des informations sur les monolithes chaotiques, érigés par les suivants d'un Champion lorsque celui-ci atteint le statut de démon. La langue noire est également abordée, ainsi que les runes du langage chaotique, permettant de donner un peu de couleur aux suppôts du Chaos. Un alphabet phonétique et numérique est également présent.

Les autres démons du Chaos sont aussi abordés, même si peu détaillés. Plutôt que de fournir une liste de ceux qu'on retrouve dans Warhammer, ils ont prévu des règles pour créer sa propre divinité chaotique mineure et ses sbires démoniaque. Un exemple est crée de A à Z : Kweethul Gristlegut, divinité Skaven.

De même que dans l'ouvrage précédent, toute une partie centrale contient des photographies de figurines peintes pour Warhammer Battle et Warhammer 40K, ainsi que des scènes de bataille et des modèles de symboles pour peindre les créatures de Nurgle et Tzeentch.

Les homme-bêtes du Chaos sont enfin traités, ainsi que les minotaures, dragon-ogres et les champions morts-vivants. Tout ce beau monde est présenté avec de nombreuses explications sur leur organisation et leur société, des profils types et des tables aléatoires de génération.

Pour Warhammer 40K, un chapitre traite successivement de l'Oeil de la Terreur (haut lieu chaotique dans la galaxie) , des cultistes du Chaos, des renégats du chaos, des senseis et de l'Empereur. L'histoire du monde est amplement abordée, et cette section contient un background assez important sur les tenants et les aboutissants du monde de Warhammer 40K. La suite concerne les armées de Nurgle et Tzeentch, les profils et compositions de celles-ci avec de nombreuses tables aléatoires.

L'ouvrage se termine sur des fiches vierges pour Champion du chaos et leur bande de guerre en intérieur de couverture (des résumés de règles de combat pour Warhammer Battle sont dans les intérieurs de début de livre), ainsi que des tables universelles pour l'équipement et la création de créature, la récupération, les attributs chaotiques, etc.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 14 janvier 2015.

Critiques

Coredump  

Tout comme son prédécesseur Realms of Chaos : Slaves to Darkness, cet ouvrage est une auberge-espagnole qui couvre Warhammer, Warhammer Battle et Warhammer 40K. Un semblant d'ordre a été fait pour séparer les règles de bataille du background mais très franchement... ce n'est pas une réussite.

La valeur de cet ouvrage, c'est surtout ses textes d'ambiances et sa présentation remplie de très belles illustrations. Bien meilleur que son prédécesseur de ce point de vue là.

Si je le note si haut, c'est qu'à l'époque je jouais aux trois jeux. Mais si ce n'est pas votre cas (surtout que Warhammer Battle et 40K ont bien changé depuis), vous ne trouverez que quelques informations intéressantes sur les homme-bêtes ou les divinités, bien diluées dans la masse de l'ouvrage. Le plus frustrant, c'est que ces informations n'ont jamais fait l'objet de réédition... ce qui rend cet ouvrage tout de même utile pour le MJ avide de documentation sur le Chaos.

Ivryen  

La suite de Slaves of Darkness, The Lost and the Damned possède les qualités de son prédécesseur. C'est un beau livre, bien écrit, et qui regorge d'inspirations. Le problème est que cette inspiration ne provoque qu'une seule envie : celle de créer des champions du chaos.

C'est déjà un problème : qu'un Dieu comme Khorne fasse don de pouvoirs à quelques bourrins pour mener ses troupes à la bataille, cela peut s'entendre. Khorne est le dieu de la guerre. C'est plus délicat en ce qui concerne ses collègues. Slaanesh est plutôt un dieu du plaisir qu'on voit bien corrompre des nobles et des individus en quête de sensations fortes. De là à en faire de gros bêtas en armure, je vois pas trop le rapport. Ce défaut frappe encore plus lorsqu'on songe à Nurgle et à Tzeench, deux dieux concernés par ce supplément. Le dieu de la maladie et le dieu du changement ont-ils vraiment besoin d'avoir à leur service des brutes en armure qui vivent avec les hommes bêtes dans les bois alors que les deux divinités sont plutôt axés corruption ? Ne devraient-ils pas plutôt choisir leurs agents au sein de la population corrompue des villes ?

En ce sens, l'ouvrage prolonge la déviation funeste entamée dans le premier. Pour des raisons mercantiles, GW a fait de ce supplément pour son jeu de fig un supplément pour jeu de rôle. Soit. C'est un très beau livre mais c'est surtout un biais qui a poussé à la pousse-pionisation  de ce beau jeu de rôle qu'est Warhammer. Philosophiquement, ça vaut un zéro, soit un 1 dans l'échelle Grog. Cependant, il faut reconnaître à ce livre une beauté des textes et des images qui en font un très beau volume, peu utile en jeu de rôle, mais si agréable à regarder.

Critique écrite en mars 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques