Marienburg à Vau-l'Eau

.

Références

  • Gamme : Warhammer
  • Sous-gamme : Warhammer 1ère édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Descartes Editeur
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 2000
  • EAN/ISBN : 2-7408-0220-X
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 170 pages, avec une carte couleur de 40 x 55 cm.

Description

Bienvenue dans la grande ville de Marienburg. Située dans les Wastelands, à l'embouchure du Reik, celle-ci a donc une position commerciale cruciale pour l'Empire, et son indépendance n'est pas sans causer des tensions, parmis les dignitaires Bretonniens comme parmi les Impériaux. Si l'Empire de Warhammer est une version déformée de l'Allemagne, si la Bretonnie est une version déformée de la France... Alors Marienburg ressemble à s'y méprendre à la Hollande.

Après une courte introduction sur le contexte et la façon d'utiliser l'ouvrage, ce supplément émaillé de citations de personnalités du jeu commence par décrire la région des Wastelands située à l'Ouest de l'Empire : son histoire d'indépendance par rapport aux états voisins, les relations avec les elfes des mers, et les terres marécageuses qui lui ont valu son nom contribuent à rendre cette région unique. Après cela, c'est la cité en elle-même qui sera l'objet de toute l'attention. Constituée de multiples îles reliées par des ponts, la navigation est un moyen de déplacement aisé pour aller d'un quartier à l'autre. Son histoire est passée au crible, et on comprendra après lecture les origines de l'hégémonie commerciale de cette cité. Une chronologie complète de l'histoire de la ville termine ce chapitre. Il sera question ensuite de commerce, et des relations extérieures avec tous les pays du Vieux Monde, mais aussi avec l'Arabie et Ulthuan, les terres mythiques des elfes, avec lesquelles Marienburg entretient des rapports privilégiés. A l'intérieur, la cité est culturellement très différente des standards impériaux : une sorte de démocratie, plus ou moins dirigée par une bourgeoisie commerçante, régit la ville, avec un mode de fonctionnement encore inconnu dans le reste du monde basé sur un parlement et un conseil excutif de directeurs.

Suite à l'énumération des différentes grandes familles ayant un rôle important dans la vie de la cité, c'est la justice qui est à l'ordre du jour, avec ses institutions, ses acteurs, et les différentes procédures. La religion n'est pas oubliée, puisque si Manaan dieu de la mer est à l'honneur, Haendryk le dieu des marchands est également très représenté. Marienburg est en effet la capitale de ce culte dans le Vieux Monde. Tout le Panthéon humain est présenté, y compris les divinités mineures, locales, ou interdites. Enfin, la ville est décrite quartier par quartier (8 en tout) sur environ 80 pages. Des lieux typiques sont présentés mais aussi et surtout de nombreux PNJ de personnalités locales, pour lesquels le profil complet est livré à chaque fois.

Une courte section rassemble une quinzaine d'idées d'aventures, avant de proposer un scénario entier de 8 pages, La Bulle Lustrienne. Les PJ seront embauchés pour retrouver la malette d'un commerçant, égarée dans les eaux du Reik. Suite à ce scénario, des appendices portent sur les dieux locaux (Haendryk dieu des marchands, Stromfels dieu des mers déchaînées), des PNJ standards (docker, contrebandier, etc.), des tables de rencontres selon les quartiers, des tables spécifiques pour créer des PJ issus des Wastelands ainsi que des noms et prénoms du cru. Des données sur le commerce (prix et marchandises, règles de commerce) terminent l'ouvrage, avec un répertoire géographique (liste des villages), des cartes de la ville et de la région, et un indice à photocopier pour le scénario.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 29 juillet 2010.

Critiques

Deadplayer  

Vu le nombre de suppléments publiés pour ce grand jeu de rôles, les fans sont forcément avides de qualité. Et bien avec ce sourcebook ils sont gâtés!

Cet ouvrage décrit une ville passionnante, fondamentale dans le Vieux monde, et il le fait bien. Techniquement il n'y a rien à redire, les infos sont nombreuses et clairement présentées, dans un plan "classique" de decription quartier par quartier. Mais surtout l'ambiance qui se dégage de cette "mégapole" est très enthousiasmante, et donne tout de suite envie de jouer (même à de "vieux" joueurs comme moi qui ne jouent plus très régulièrement).

La comparaison avec "Middenheim" est inévitable: et bien à mon avis ce "Marienburg" est meilleur! Je m'explique sur cette "hérésie" : Middenheim est un excellent supplément, mais surtout si on l'associe au "Pouvoir derrière le trône" ; dans un contexte plus normal, ce n'est plus qu'un supplément satisfaisant, décrivant bien la ville mais sans rien qui fasse monter au plafond.

"Marienburg" me semble bien plus propice à fournir un cadre de campagne sur le long terme, tant les scénarios possibles y sont nombreux et variés ; les PNJ décrits, surtout, peuvent presque tous faire l'objet d'une campagne passionnante. Bref, envoyez vos joueurs dans la plus grande ville du continent, vous ne le regretterez pas (surtout si vous ne jouez pas le scénario inclus dans le supplément, assez mauvais).

Munin  

Un suplément impressionnant, qui m'a immédiatement donné envie de rejouer à Warhammer. J'adore le med-fan urbain, et avec Marienburg je suis comblé. C'est un cadre de campagne très riche, que je préfère même à Middenheim. A inclure d'urgence dans vos campagnes !

gregoire_lk  

Un supplément absolument et résolument magnifique !

Il symbolise parfaitement ce qu'est le monde de Warhammer : fouillé, précis et ludique. Dans la forme, il faut bien l'avouer, tout n'est pas parfait. Certaines illustrations intérieures sont moyennes selon les standards français actuels, mais ils font partie de l'environnement visuel de Warhammer depuis sa création, alors...

Les couleurs de la carte de Marienburg sont... étranges ! C'est le moins que l'on puisse dire. Parfois, la traduction n'est pas d'une qualité constante et différents mots sont employés pour désigner la même chose (ex.dockers et débardeurs, dommage...

Et pourtant, c'est le genre de suppléments qui me redonnent envie de jouer à Warhammer, malgré une gamme bien pauvre ces dernières années et guère plus soutenue que par le Grimoire, un fanzine.

Pour tout amateur de med-fan urbain, ce devrait être l'une des références absolues dans le domaine. Les descriptions sont suffisantes pour nourrir de longues parties et le tout s'adapte sans problème à tout univers médiéval... Un vrai joyau, en somme !

Hercules  

Acheté avec Middenheim et joué à la suite. C'est aussi bien que Middenheim avec une autre ambiance. On apprécie le changement, les deux villes sont gigantesques et les aventures sont nombreuses.

Il y a plein de lieux à visiter et de rencontres à faire, des alliés puissants à croiser et aussi des bandits et des monstres du chaos. Marienburg est aussi bien que Middenheim. On l'utilise avec Warhammer et D&D. Super génial.

David Brosselin  

Bon, pour les compliments, voyez les autres critiques, je crois que tout est dit, et bien dit: pnj, factions en présence, architecture, ambiance, bref tout est riche, excitant, propice à l'imaginaire, pourvu qu'on soit doté d'un cerveau.

D'une façon plus générale, Marienburg divise le monde des joueurs de Warhammer en deux: d'un coté ceux qui aiment pas : trop d'enquête, pas assez de bastons, trop d'histoire de pognon, pas d'objets magiques, pas de monstres. Qu'ils continuent à jouer dans leurs tanieres, warhammer n'est malheureusement pour eux plus qu'un jeu où l'on descend dans un trou pour y tuer ce qui s'y trouve et remonter à la surface tout ce qui n'était pas solidement attaché et qui présente une valeur pécuniaire non nulle.

Avec Marienburg, warhammer s'affirme comme un cadre de jeu aux multiples qualités : - riche et original : on reproche au vieux monde sa grande ressemblance avec une europe bâtarde, tirée de clichés éculés. Pas plus que 7eme mer par exemple. Et pourtant le vieux monde vit, évolue, et propose un univers attachant, parfois sombre, parfois convivial, mais toujours renouvelé, pour peu qu'on se donne du mal. Marienburg ne contient qu'un scénar d'intro, superbe au demeurant, mais donne des milliers de pistes différentes à explorer pour peu que vous, MJ, vous en donniez la peine. Que vous vouliez exploiter le caractère "Renaissance" de warhammer et plonger les joueurs dans des intrigues modernes comme un krach boursier par exemple, ou encore entrer dans le dangereux echeveau politique et financier des hautes sphères, Marienburg est le terrain de jeu idéal. Et si vous préférez l'aventure pure et dure, marienburg est le port d'attache de vos PJs.

Enfin, si vous êtes un indécrottable donjonneur, vous pouvez toujours tenter de vous enfoncer dans les profondeurs de la ville (rappelez vous, elle est bâtie sur 140 iles souvent inondables oubl... bloub...) ou prendre d'assaut la prison Rijker. Avec un peu de chance, la proximité de vos persos avec autant de génies pourra peut-être vous éveiller.

David  

Effectivement ce fut un réel plaisir de lire ce supplément. Par contre je voudrais m'arrêter quelques minutes sur ce magnifique scénario digne d'un supplément économique du "Monde". On avait bien remarqué l'importance de la bourse dans la vie de la cité, mais pourquoi en faire un scénario ? Je crois que son auteur s'est un instant douté de l'inertie que pouvait provoquer son aventure lorsqu'il écrit : "s'ils (les joueurs) n'agissent toujours pas, nous avons le regret de vous dire que vos joueurs sont remarquablement amorphes. Achetez un exemplaire de l'Agonie du jour, une grande aventure qui se déroule dans Marienburg et les Wastelands..." Jamais on ne m'aura aussi rapidement convaincu de faire un achat de supplément !

Voilà en plusieurs lignes le contenu du scénario :
- Etre abordé dans une auberge : du jamais vu pour une accroche.
- Trouver une lettre sur la plage : des paysages exotiques.
- Trouver de l'argent et un agent de change : heureusement plus de 2 pages décrivent des agents de changes dès fois que les joueurs s'amuseraient à en rencontrer trois différents, ainsi que les mécanismes de la bourse le genre de chose auquel je n'avais pas songé pour captiver mes joueurs, c'est pourtant simple je n'ai plus qu'à réaliser un scénario autour des assureurs ou des agents immobiliers..

Sabbak  

Un excellent supplément à n'en pas douter!Je ne reviendrais pas trop sur ce qui a déjà été dit précédemment: cet ouvrage regorge de qualités.J'en retiendrais 4 pour étayer ma note:
1) Les idées d'aventures sont innombrables! Enfin un ouvrage qui concilie les aspects "encyclo" et "jouabilité".
2) Aucun des aspects de cette ville à la fois cosmopolite, maritime, commercante, carrefour culturel et j'en passe... n'a été oublié! Un vrai tour de force... avec un scénario en prime!
3) Les illustrations sont d'excellente facture (comme très souvent avec Warhammer).
4) En conjonction avec l'Agonie du Jour, ce supplément peut poser les bases d'une très jolie campagne! De quoi raviver la flamme des anciens de la "Campagne Impériale" !

 

Autant le dire tout de suite, j’ai été véritablement impressionné par la qualité de ce supplément. Tout au long de ses près de cent soixante-dix pages vous aurez le plaisir d’y découvrir les secrets de la ville de Marienburg. Cité d’îles, de ponts et de canaux, elle ne semble être qu’un assemblage hétéroclite et incompréhensible de bâtiments hâtivement construits les uns à côtés des autres. Chaque mètre cube de cette ville semble ainsi occupé et même les grands ponts sont désormais pris d’assaut par les habitants de la cité désespérément en quête d’endroits où se loger. Bâtie sur un archipel d’îlots entourés de marais, la place disponible y est de plus en plus rare, et de plus en plus précieuse.

Ville de tous les excès, elle est probablement l’une des plus riches cités du Vieux Monde et probablement l’une des plus importantes. Exilée au cœur de l’une des régions les plus inhospitalières qui soient, les Wastelands, Marienburg est néanmoins une cité prospère et active. Elle doit ceci à sa position particulière. Elle est en effet le point de passage obligatoire de la plus importante route commerciale du Vieux Monde. Tant de richesse a bien entendu attiré nombre d’individus désireux de se tailler une part de gâteau, de manière plus ou moins honnête.Ce supplément peut se séparer en deux parties distinctes. En premier lieu vous pourrez découvrir la ville dans son ensemble : son histoire, son système politique, son système judiciaire et les cultes qui y sont pratiqués et/ou interdits. Cette simple partie est un véritable bonheur. Chaque intrigue politique est une parfaite idée de scénario, les personnages sont hauts en couleur, les anecdotes sont croustillantes au possible.

En second lieu, vous assisterez à la visite guidée de chaque quartier de la ville. Vous y découvrirez les personnalités et les lieux les plus notables, ainsi qu’une multitude des petites histoires qui trouveront certainement leur place dans votre campagne.

Un regret cependant, l’absence d’un scénario digne de ce nom.

Un supplément indispensable pour agrémenter vos campagnes.

 

Il y a quelques années, Middenheim - la cité du Loup Blanc avait mis la barre très haut en ce qui concerne les suppléments "urbains". Une nouvelle fois, la gamme Warhammer s'enrichit d'un ouvrage assez exceptionnel par sa qualité et son intérêt : Marienburg décrit la cité la plus riche et la plus cosmopolite du Vieux Monde. Pivot économique, elle est indépendante politiquement et culturellement de l'empire comme de la Bretonnie.

Un simple coup d'oeil à la table des matières vous fera comprendre l'aspect encyclopédique de ce livre : économie, histoire, population, politique, tout est exposé précisément, certes de façon un peu formelle parfois (ce n'est pas un roman !), mais avec toujours la préoccupation louable d'offrir un maximum d'idées d'aventures et d'intrigues orginales. Bien sûr, certains quartiers ne sont que survolés, de même qu'Elfeville, mais il aurait fallu deux cents pages supplémentaires !

L'autre intérêt de ce supplément est l'ambiance particulière qui s'en dégage, grâce aux nombreux éléments "modernes" de la ville (comme la Bourse, par exemple). En outre, les enclaves et les ambassades hindi, nippone, arabe ou cathay de Marienburg renforcent le côté "Renaissance" de ce monde parallèle au nôtre qu'est le Vieux Monde, et qui donne tout son originalité à Warhammer.

François Doucet - Casus Belli n°5

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :