Contenu | Menu | Recherche

When you shoot, shoot. Don't talk !

Planetary Adventures Volume I : Federation Space

.

Références

  • Gamme : Star Trek ICON
  • Sous-gamme : Next Generation
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Last Unicorn Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : avril 1999
  • EAN/ISBN : 1-889533-06-8
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livre de 104 pages à couverture souple

Description

Ce premier volume de la collection Planetary Adventures propose cinq épisodes ayant pour point commun de permettre aux personnages de visiter des planètes situées dans l'espace de la Fédération.

Dans "Ghosts of the past", les personnages ont pour mission d'escorter une équipe d'archéologues sur Minos, planète recelant les vestiges technologiques d'une civilisation disparue et placée sous quarantaine par Starfleet depuis la visite de l'Enterprise quelques années plus tôt. L'affaire se corse lorsque la technologie en question se révèle extrêmement agressive. Et comme si cela ne suffisait pas, les Romuliens s'en mêlent...

Dans "On the edge of night", l'équipage porte secours à un vaisseau scientifique de Starfleet, à la dérive dans une nébuleuse où se forme une étoile à neutrons. Les personnages vont devoir sauver les scientifiques, dont le comportement va se révéler des plus étranges.

Dans "The enemy you know", les personnages font un séjour sur Vulcain (le supplément The Way of Kohlinar : Vulcans se révélera d'ailleurs fort utile) et se retrouvent mêlés à une sombre intrigue impliquant des espions Romuliens. Du moins en apparence...

"The cradle will fall" permet aux personnages de retourner sur la mythique planète Aldea. Alors que les Aldéens s'ouvrent au reste de la galaxie, les principales puissances cherchent à se ménager une alliance afin de bénéficier de leur extraordinaire technologie. C'est donc au beau milieu des Ferengis, des Cardassiens et des Romuliens que les personnages vont devoir résoudre une affaire de meurtre.

Enfin, "Red Giant" fait découvrir aux personnages une étrange civilisation réfugiée sous la surface de sa planète afin de se protéger de son soleil en expansion constante. Pris en otages, ils devront trouver un moyen de sauver leur vie et celle de ce peuple à l'agonie.

Quatre pages de plans viennent clore cet ouvrage.

Si ce recueil est estampillé "Next Generation", il est utilisable avec n'importe quel autre jeu de la gamme Icon.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Guillaume Leprévost  

Cette campagne est excellente car elle permet rapidement de lancer un groupe de joueurs dans l'univers de Star Trek sans pour autant avoir besoin de connaître parfaitement l'univers de ce jeu. Elle permet d'ailleurs au MJ non trekkie - pour info les trekkies sont les fans de l'univers de Star Trek - de découvrir les potentialités d'aventures de ce cadre de jeu.

Ces scénarios peuvent être joués les uns à la suite des autres ou indépendamment les uns des autres et l'un des intérêts de cette campagne c'est de présenter des PNJ qui peuvent par la suite devenir les compagnons récurrents du MJ : alliés et enemis jurés des PJ.

En outre plusieurs scénarios introduisent les enemis Romuliens ce qui permet de préparer le groupe de joueurs à la deuxième campagne publiée par LUG : "The Neutral Zone Campaign" qui est jouable immédiatement à la suite de "Planetary Adventures".

Bref pour résumer les points forts de cette campagne sont sa simplicité de mise en route pour le MJ et les possibilités d'extension quasi infinies. En outre pour un MJ mal à l'aise avec Star Trek cette campagne lui donne de bons exemple de scénarios que le MJ pourra ensuite enrichir à sa guise.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques