Contenu | Menu | Recherche

Sex, Drugs and Rock & Rôle

Shatterzone

.

Références

  • Gamme : Shatterzone
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : West End Games (WEG)
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1993
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Boîte cartonnée contenant trois manuels de 96 pages chacun au format A4 (Player's guide, Rule book, Universe guide), un jeu de 113 cartes, deux dés à 10 faces, un exemplaire du premier numéro du Shatterzone quarterly (newsletter du jeu)

Description

Il s'agit là de la boîte de base pour Shatterzone, contenant tout ce qu'il faut pour commencer à jouer à ce jeu. Les trois livrets rassemblent toutes les informations nécessaire pour cela : le Player's Guide décrit la création et la gestion des personnages, ainsi que les règles de base destinées aux joueurs ; le Rule Book fait le détail des règles à destination du meneur de jeu ; enfin le Universe Guide décrit en détail l'univers et les peuples qui l'habitent.

En sus de ces manuels, la boîte contient le jeu de cartes nécessaire pour jouer, des dés, ainsi qu'un exemplaire d'introduction de la gazette concernant l'univers de Shatterzone (le Shatterzone Quarterly), qui propose notamment six profils supplémentaires de personnages.

Les trois livrets contenus dans la boîte ont aussi été édités séparément.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Thom'  

A l'ouverture de la boîte, on se dit "pouah, encore un énième clône de Star Wars et autres Star Trek". En plus, c'est laid !
Pourtant, cette première impression passée et si on parvient à passer outre le style un peu vieillot des illustrations et de la présentation des manuels du jeu, il se pourrait qu'on découvre un des rares bons jeu Space Opera !

Le système, même si on sent l'influence de Star Wars D6 (notamment dans les attributs / compétences et dans le combat spatial), se démarque somme toute assez bien de son prédécesseur. L'ajout des cartes est un plus indéniable, même si la mise en pratique requiert une bonne connaissance de cette section des règles. Ce qu'on doit retenir de ce système, c'est qu'il n'est pas, mais pas du tout héroique. Les jets sans limites sont rares (et le meneur peut tout simplement choisir de les interdire) et la plupart du temps, les personnages agiront donc dans une plage de résultats dépendant de leurs capacités et pas d'un lancer de dés. Le hasard n'a plus grand chose à faire là-dedans et les joueurs devront prendre soin d'équilibrer leur personnage selon ce dont ils veulent qu'il soit capable pendant les scénarios, ou ils pourraient avoir des surprises...

Le monde est à la fois dans les canons du genre ("Fleet" sonne d'ailleurs étrangement comme Starfleet et le côté découverte de territoires inconnus rappelle Star Trek, les races sont relativement humano-centrées, etc.) et avec une touche d'originalité bienvenue (pouvoirs psioniques, menace permanente des Armagons, la Shatterzone et ses mystères, etc.). Surtout, il est beaucoup plus noir que les jeux Space Op classiques (on est loin de la quête de l'absolu en pyjama...). On sent en fait une certaine influence des jeux comme Cyberpunk ou Shadowrun (mégacorporations, cyberware, contrôle de l'informations, etc.) qui cartonnaient à l'époque

Au final, on a un jeu qui pourra être excellent, si le meneur se donne la peine de gérer correctement le système et d'apporter plus d'originalité encore au contexte.
Mais on a un jeu qui, en soi, ne se démarquait pas assez de l'approche humaine et humanoïde des Star Trek et autres Star Wars pour être remarquable...

Shaman Chat  

Ah la la la...

Drame... Je noterais bien 5, savez vous. Juste histoire de faire la moyenne avec la note précédente. Mais je vais en rester là. Pourquoi seulement 4 ?
Parce que le jeu prend sans doute encore plus son envol avec les suppléments. Parce qu'il y a des p'tits détails pratiques qui manquent du genre la date (ce dont on se fout dans le jeu, remarquez). Parce que certaines illustrations ne sont pas au top (même si j'adore les couvertures). Parce que certains vont avoir un peu mal au combat spatial (qui il est vrai ne nécessite pas forcément une gestion des réserves comme c'est indiqué). Parce que je trouve que les personnages joueurs débutants sont bien faiblards par rapport à leurs homologues de Torg. Parce la cybernétique est encore un peu à la "papa" à une époque (en 2009) où on s'attend à des trucs bien construits autour de la genetech ou de la biotech.

Mais dans l'absolu... Le jeu a aussi des vertus : Des bonnes règles pour booster des éléments de Torg, une bonne ambiance bien sale avec des personnages essentiellement gris et des forces en présence en demi-teintes, un côté cyberpunk pas désagréable sans trop de délire sur les extraterrestres (je me contenterai juste de supprimer la race à quatre bras pour ne lui en laisser que deux, c'est un peu débile quatre bras), une psionique possible mais loin d'être gros bill pour ceux qui aiment faire dans le light.

C'est une très bonne boîte à outils pour faire de la SF décomplexée; Un bon compromis entre le space op et la hard science (Il n''est pas si facile d'arriver à l'autre bout de la galaxie, ça prend du temps), la facilité de se dire : tiens, je vais distiller des éléments de telle ou telle série dedans. Les portes restent quand même ouvertes. Plusieurs ambiances de jeu sont possibles : on peut se la jouer star trek dark, firefly, intrigues corpos, mercenaires, espionnage... Les prétirés sont assez bien typés (même si je conseillerais bien de filer 1 point d'attribut en plus à chaque carac).

L'envie est très forte de lire les suppléments de la gamme après avoir lu le bouquin de base.

Il n'y a que deux jeux SF possibles pour moi au niveau des règles : Shatterzone ou le D6 system. Il manque pour moi des enjeux mystiques dans Shatterzone. Mais comme c'est mon dada, c'est plus facile de les rajouter et surtout de ne pas avoir à s'accrocher à une cosmologie qui pourrait me déplaire.

Critique écrite en juillet 2009.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques