Contenu | Menu | Recherche

Pendant que vous bossez, nous on joue !

Reine Euphoria (La)

.

Références

  • Gamme : Shadowrun
  • Sous-gamme : Années 2053-2060
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Descartes Editeur
  • Langue : français
  • Date de publication : août 1994
  • EAN/ISBN : 2-7408-0083-2
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 64 pages à couverture souple.

Description

Après une page de couverture intérieure, les crédits sur une autre et une page de sommaire, cet ouvrage s'ouvre, comme pour tous les scénarios de la gamme, sur un Prologue (Fourmi-Lion, 2 pages) destiné à donner une idée de l'ambiance de l'histoire. Puis suit la traditionnelle Introduction (2 pages) qui récapitule l’intrigue de ce scénario, la trame et la structure de présentation pour chaque scène.

Le scénario (L’Aventure, 43 pages) débute ensuite, divisé en 17 chapitres construits sur le même canevas :

  • Dites-le avec des mots décrit le contexte de départ pour les joueurs
  • L'envers du décor donne des indications supplémentaires au meneur
  • Antivirus fournit des informations pour remettre sur les rails un scénario qui dérape

Une star, Euphoria, par ailleurs assez discrète, est engagée pour assurer la promotion d'un tout nouveau produit alimentaire, appelé "gelée d'ambre" et dont on ignore composition et provenance. Le monde de Shadowrun étant impitoyable, les personnages sont engagés par une société concurrente afin d'enlever et de séquestrer la vedette durant le temps de la campagne, et de la relâcher par la suite. Tout cela afin de saboter le lancement et obtenir un petit délai. Car l'autre société compte également lancer un produit similaire, et applique la même stratégie de communication en demandant à Euphoria d'assurer la promotion. A partir de là, tout va s'emballer, les personnages sont à nouveau impliqués dans l'histoire, qui débouchera toutefois sur une fin moins heureuse, car la gelée d'ambre est le pur produit d'un chaman insecte.

A la fin du livre sont regroupés les désormais classiques chapitres de conclusion :

  • Rassembler les morceaux (1 page) contient les conséquences de l'aventure.
  • Les insectes sont parmi nous (2 pages) donne des précisions sur les totems insectes dont il est question dans le scénario.
  • Contacts (5 pages) explique ce que les contacts des shadowrunners peuvent donner comme indications sur le scénario.
  • Ombres portées (3 pages) décrit les principaux personnages non-joueurs (PNJ) de l'histoire.
  • Notes (3 pages) comprend un modèle de contrat et les fils d’informations et articles qui rendront compte de la réussite ou de l'échec des personnages.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 30 septembre 2014.

Critiques

Shaman Chat  

On ne peut pas mettre excellent à tous les scénarios shadowrun. Mais celui-là sort du lot de la moyenne de scénarios extractions pour la simple et bonne raison que certaines situations sont inversées.

Ce sont les pjs qui se retrouvent gardes du corps. La reine Euphorie est une peste attachante à souhait et plonge les pjs encore une fois dans la lumière du spectacle. Le contexte insecte est intéressant pour faire découvrir cet aspect du jeu à vos pjs.

Seul petit bémol, le final... On est normalement forcé de tuer la brave Euphorie à la fin du scénario.

Les deux fois où je l'ai fait jouer j'ai sauvé la petite Euphorie. Développant même une idylle avec un des pjs. Bien sûr Euphorie ne veut plus voir le pj mais elle a un enfant de lui.

vervelle  

Un scénario de découverte des Esprits Insectes. L'histoire est très intéressante avec plusieurs rebondissements. Le scénar comporte plusieurs phases qui s'entremêlent : réflexion, diplomatie, action et même patience, car faire les baby-sitters d'une star gamine et merdeuse sans l'abîmer, c'est vraiment une expérience nouvelle de patience pour une bande de gros bras cybernétisés.

Le grand méchant est magnifique de part sa folie et son obsession. Les petits fous de flingue pourront se réjouir de la fin qui leur offre la possibilité de choisir du matos de prêt.

Rika  

Vici que les runners sont engagés pour extraire une star. Evidement, ça peut les intimider, surtout si vous faites jouer ce scénar comme initiation. Ils seront ravis d'y arriver et croiront avoir rempli à bien la mission. C'est sans compter le caractère de cochon de la miss qu'il faudra surveiller. C'est là l'une des difficultés du scénario pour le MJ, bien rendre le côté "insupportable" de cette star plongée de force dans le milieu des ombres. Evidement, l'intégrale des "Fan de" de M6 pourra vous aider.

L'autre difficulté est d'intruduire les esprit insecte afin d'obtenir une ambiance à la "Alien" tout en laissant le libre arbitre à ses joueurs.

Au final, on obtient un très bon scénario qui devrait marquer les shadowrunners débutants et les entraîner sans qu'ils le sachent sur le métaplot des esprits insectes (avec le scénario "Missing Blood" du supplément "Universal BrotherHood", "Glown City Blues", pour en arriver au Big Bang de Chicago développé dans "Bug City"). Une chronologie à respecter et savamment distiller si on compte en obtenir la savoureuse réussite.

sk8bcn  

La Reine Euphoria est une bonne aventure. Bien sûr, la menace insecte est depuis bien mieux connue dans l'univers de Shadowrun. Mais cette aventure propose des PNJ intéressants offrant du roleplay et se montre rythmé, avec des adversaires effrayants. Pour ma part, j'apprécie qu'Euphoria ne puisse être sauvée. Malgré son caractère d'enfant gâtée, c'est une jeune femme apeurée qui devrait créer du lien avec les PJ. La fin permet de souligner la noirceur du genre Cyberpunk parfois un peu édulcoré dans la gamme Shadowrun. 

Les scènes, les lieux de combats sont bien trouvés aussi. Il manque juste un peu d'enquête. On ne peut pas dire que les PJ devraient se creuser les méninges pour avancer dans cette histoire. Ceci est contrebalancé par le bon rythme développé par le scénario.

En conclusion c'est un bon scénario, qui marque le lancement de l'arc sur les esprits insectes. Peut-être pas un "must-have" mais qui mérite d'être joué !

Critique écrite en novembre 2013.

matreve  

Ce scénario s'inscrit dans la même ligne que celui du Démon dans la Bouteille : proposer un scénario tout en un qui lève le voile sur un des metaplots majeurs de Shadowrun - ici, les Esprits Insectes.

Pour continuer la comparaison avec le Démon dans la bouteille, ce scénario est plus abouti : la menace Insecte est clairement explicite là où la malédiction de la Bouteille était beaucoup plus diffuse au risque de rendre le scénario plus passe-partout, voire anecdotique. Le final à la Aliens (oui, celui avec S) est très réussi et, personnellement, je trouve que la chute qui se finit _forcément_ avec la mort d'Euphoria est un plus. Cela donne une fin brutale, noire, conforme à un contexte cyberpunk là où Shadowrun louche trop souvent, à cause de son supplément de fantasy, vers un jeu futuriste où "winners don't take drugs". Après, chacun est libre de modifier ceci.

Si le final est excellent, je suis moins convaincu par le déroulement répétitif et convenu. Veiller sur la jeune-fille-pourri-gâtée-qui-rend-la-vie-insupportable-aux-joueurs, ça s'est déjà fait 20 000 fois. Il vous faudra donc être très inspiré, et non pas très usé, pour faire de la relation Euphoria avec vos shadowrunners un moment intense et rendre la scène finale encore plus tragique. Bien que ne l'ayant pas lu, je me demande même si ce scénario n'a pas intérêt à être joué après Mercurial qui met aussi en scène une chanteuse à la mode, Maria Mercurial, en fusionnant les personnages de cette dernière avec Euphoria. Comme cela, vos joueurs auront déjà eu des interactions avec Euphoria et celle-ci fera moins PNJ jetable (et le final en sera d'autant plus fort, bis repetita).

Pour le reste, RAS : le scénario est bien présenté, complet et la couverture est super chouette mais à éviter de sortir devant les joueurs sous peine de déflorer l'intrigue finale.

Vous pouvez donc faire confiance à votre Johnson régulier : ce supplément est de la bonne came qui mérite son investissement en nuyens.

Critique écrite en septembre 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :