Contenu | Menu | Recherche

Le site du GROG, c'est comme le dieu de l'Ancien Testament : beaucoup de règles, aucune pitié !

Technocracy : N.W.O.

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret à couverture souple de 72 pages

Description

Les hommes en noir ! Ils sont mystérieux et interchangeables, ils surgissent sans prévenir et disparaissent de même, ils savent tout de vous et vous ne savez rien d'eux... Cet ouvrage concerne la Convention qui centre son pouvoir sur le contrôle de l'information.

 

Le texte est divisé en deux grandes parties. La première est un ensemble de courriers échangés entre certains membres de la Convention, dont des clones en cours de formation. Elle s'intitule : "File one : This is only a test".

Le chapitre 1 ("Inner illumination", 16 pages) traite de l'organisation, de l'histoire, des techniques de recrutement du New World Order, qui autrefois se nommait Cabal of Pure Thought, avant d'être réorganisé à l'époque victorienne. L'accent est mis sur les diverses façons de voir la réalité, qui peuvent être contradictoires et pourtant vraies.

Le chapitre 2 ("Ranks and relationship", 15 pages) détaille les différentes Méthodologies au sein de la Convention. Les "Operatives" sont les agents de terrain, les "men in black" pour le travail de base, les "men in gray" sont leurs supérieurs, spécialistes en techniques d'assassinat ou d'infiltration, les "men in white" dirigent l'ensemble. La seconde Méthodologie, "The Ivory Tower", s'occupe d'éducation et d'enseignement, mais aussi d'administration, car le N. W. O. est aussi l'administration de la Technocratie. Enfin les "Watchers" veillent sur les médias et le monde de la communication. Il est aussi question des relations avec les autres Conventions, de la manière de recruter ou de neutraliser les membres de chaque tradition. Les tactiques à employer avec chaque autre groupe du Monde des Ténèbres vient boucler cette partie.

La deuxième partie, "Hardware", contient les règles et autres informations de jeu.

Le chapitre 3 ("Procedures, gadgets and agents", 20 pages) présente les équipements typiques de cette Convention, qui privilégie les manipulations discrètes et la recherche de résultats à long terme, et évite de déployer le genre de puissance de feu qu'affectionne Iteration X par exemple. Il y a aussi nombre d'effets typiques, souvent reliés à leur spécialité : la psyché. Une demi-page présente le World Advisory Council, qui est un réseau de conseillers gouvernementaux et hauts bureaucrates dans le monde, permettant d'influencer les Etats. Pour terminer, quelques membres génériques avec des caractéristiques simplifiées apparaissent pour tous les niveaux de la hiérarchie dans toutes les Méthodologies.

Le chapitre 4 ("The Divisidero safehouse", 10 pages) présente une base d'opération sur le terrain, à San Francisco, avec l'historique et les caractéristiques des principaux membres - souvent un peu plus excentriques que d'habitude pour mieux se fondre dans la population locale. En orbite géosynchrone au-dessus de San Francisco, Northern California Security Collective est un Royaume, dissimulé aux yeux des mortels, et principalement peuplé de membres du New World Order. Un accès direct permet de passer d'un bâtiment à l'autre.

Un lexique et une bibliographie viennent terminer l'ouvrage.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 7 mai 2017.

Critiques

matreve  

Plein feu sur la tradition la plus archétypale de la Technocratie. Ce guide est bien réalisé, bien écrit et bien conventionnel. Ben oui, pour une faction aussi paranoïaque, on aurait espéré quelque chose de beaucoup plus inattendu d'autant que des sources aussi illustres que le Prisonnier ou Philip K. Dick sont citées. Dans son registre, Gurps Illuminatti faisait beaucoup plus déjanté et il faut avouer que les Men in Blacks de NWO sont un peu fades et décevant pour l'idée qu'on s'en faisait.

Technocracy: NWO reste cependant un modèle de construction et est certainement le sourcebook qui montre le mieux le visage trop poli et trop hypocrite de la Technocratie. En ce sens, il peut vous servir de support pour mieux vous aider à cerner cette organisation (si vous n'avez pas le temps ou l'investissement nécessaire pour vous procurer Book of the Technocracy).

Il n'en reste pas moins qu'on aurait un peu plus de punch, de paranoïa, de manipulation, bref de Technocratie pour la convention qui est censée la représenter la mieux.

Critique écrite en octobre 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques