Contenu | Menu | Recherche

Fully loaded, safety off. This here’s a recipe for unpleasantness

Dice and Men (Of)

.

Références

  • Gamme : Documentation & Etudes
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Accessoire
  • Editeur : Scribner
  • Langue : anglais
  • Date de publication : août 2013
  • EAN/ISBN : 9781451640502
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 280 pages à couverture rigide avec jaquette à rabats, au format 23,5 x 15 cm.

Description

Cet ouvrage raconte l'histoire de Donjons & Dragons, mais aussi celle des joueurs américains, du JdR et de loisirs voisins. C'est aussi l'histoire personnelle des relations de l'auteur avec le jeu de rôle. Tout cela est réparti sur seize chapitres, en ordre plus ou moins chronologique, mais en se focalisant à chaque fois sur un thème. Des textes en italique racontent des exemples de parties du point de vue des personnages.

Le livre s'ouvre sur quatre pages de garde, dont une décorée du logo de l'éditeur, suivie d'une page de titre et une de crédits. Les quatre pages suivantes comportent une dédicace et un sommaire. Puis l'introduction explique en deux pages, intitulées I Am Not a Wizard, le projet de l'ouvrage, à savoir faire découvrir le JdR en général et D&D en particulier au grand public. Ce n'est donc pas un ouvrage exhaustif ou pour érudits. D'autre part, les nombreux exemples d'utilisations des règles sont systématiquement basés sur l'édition 3.5 de D&D, celle que l'auteur connaît le mieux.

Le premier chapitre, intitulé You're All in a Tavern (29 pages), présente ce qu'est le jeu de rôle pour ceux qui ne connaissent pas du tout, expliquant par exemple les classes de personnage à travers Le Seigneur des Anneaux. Dans le même temps, à travers son histoire personnelle, l'auteur explique l'attrait de ce jeu pour les jeunes de son époque. Il explique pour finir comment il a arrêté de jouer pour devenir un journaliste à succès et n'est revenu à D&D que pour écrire un article, s'imaginant désormais trop sérieux et adulte pour y replonger.

Puis Little Wars (11 pages) traite de l'histoire des jeux, jusqu'à la création du jeu éponyme par H. G. Wells, en passant par les échecs et leur origine légendaire en Inde. Il n'est pas fait ici de référence au JdR hormis une estimation du nombre de joueurs passés et présent de D&D en première page. La suite est intitulée Grognards (12 pages). A travers sa participation à une convention de wargames, l'auteur explique ce que sont ces simulations de batailles et de guerre, avec ou sans figurines.

Druids with Phaser Guns (18 pages), le chapitre quatre, commence avec l'invention des wargames modernes par le créateur de la firme Avalon Hill et le bouillonnement autour de ces jeux dans les années 60, qui conduisent certains fans à y introduire des éléments fantastiques ou de science-fiction. Ceci amène à la rencontre de Gary Gygax et Dave Arneson et à la création de D&D, publié en 1974.

Dans le chapitre cinq, Strengh of Character (18 pages), il est question de personnages, à commencer par ceux joués par l'auteur et ses coéquipiers à partir de son retour à D&D, mais aussi des souvenirs qui remontent en retrouvant son vieux classeur de feuilles de personnage. Il est également question des rapports que les joueurs entretiennent avec leurs personnages.

Le chapitre six, Temple of the Frog (12 pages) revient à l'édition de D&D, racontant les premières années de TSR, y compris les univers comme Greyhawk et Tekumel, les jeux autres comme Boot Hill et les premiers scénarios. Il est en même temps question de l'évolution de l'actionnariat de TSR et des tentatives de développement international qui conduisent à un contrat avec une minuscule société britannique, Games Workshop. Le chapitre suivant, The Breaking of the Fellowship (13 pages), se concentre sur l'année 76, qui voit TSR prendre le contrôle de la GenCon, embaucher puis licencier Dave Arneson et publier le premier livre sur les dieux, intitulé Gods, Demi-gods & Heroes. C'est également la naissance du magazine The Dragon (plus tard simplement Dragon).

Why we Play (18 pages) part sur un autre sujet : l'attrait du jeu pour les humains, et pas seulement celui du JdR, même si celui-ci est décrit comme particulièrement addictif. L'auteur y prend son propre exemple, mais aussi celui d'un couple d'ethnologues assistant à un combat de coqs à Bali.

Puis Arneson vs. Gygax (21 pages) reprend l'histoire de TSR, jusqu'au début des années 80, avec la publication de la boîte Holmes, puis des ouvrages de la trilogie AD&D. Il y est également question du procès qui opposa TSR à Dave Arneson sur la question de ses droits d'auteur. La suite, c'est The Satanic Panic (14 pages). Il s'agit de la suite de l'histoire de TSR, avec les accusations de satanisme et de suicide, ainsi que de la tentative de créer une filiale à Hollywood pour adapter le jeu au cinéma. Les difficultés financières dues à des erreurs de gestion et à la folie des grandeurs conduisent à l'exclusion d'un des frères Blume et à la recherche d'un nouveau président.

Les dix pages suivantes, Death or Glory, poursuivent l'histoire de TSR avec l'exclusion de de G. Gygax. La période de la présidence Lorraine Williams, jusqu'aux difficultés des années 90 est ici traitée. Puis Resurrection (8 pages) poursuit l'histoire jusqu'à la version 3 et la vague D20, en parallèle avec le retour d'anciens joueurs et de l'auteur lui-même au JdR.

The Inn at World's Edge consacre quinze pages à l'expérience de l'auteur dans un LARP (Live Action RolePlaying), un jeu grandeur nature, et à travers cette expérience montre les ressemblances et différences avec le JdR. C'est ensuite D&D Next 517 pages) qui présente le projet de nouvelle édition annoncée lors d'une rencontre entre la presse et les auteurs au QG de l'éditeur en 2012. L'auteur parle de la guerre d'éditions entre les fans des diverses versions, de la volonté de Wizards of the Coast de les réunifier, et de l'impact médiatique de son annonce, jusque dans le New York Times.

Puis le chapitre quinze, The Song of Marv and Harry (12 pages), voit l'auteur se lancer dans la création du monde de sa prochaine campagne. Il en profite pour expliquer ce que cela peut impliquer comme travail pour le meneur.

Enfin, le chapitre seize, Pilgrimmage, traite du retour aux sources de l'auteur, lorsqu'il va participer à la GaryCon, la convention en mémoire de Gary Gygax à Lake Geneva. Cela lui permet entre autres de jouer avec Frank Mentzer et Ernie Gygax, avec un succès très différent selon le cas.

L'ouvrage se conclut avec huit pages de notes et références concernant tous les chapitres, ainsi que quelques suggestions de lectures pour approfondir le sujet. Enfin, deux pages de remerciements et un index de douze pages précèdent quatre pages de garde.

Les rabats de la jaquette présentent le projet de l'ouvrage, accompagné d'une petite biographie de l'auteur.

Cette fiche a été rédigée le 18 août 2017.  Dernière mise à jour le 9 juillet 2019.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.