Contenu | Menu | Recherche

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort

Macho Women with Guns

.

Références

  • Gamme : d20 Modern
  • Sous-gamme : D20 Modern - Editeurs tiers
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juin 2003
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 192 pages couleur.

Description

Des années après sa dernière version classique, Macho Women with Guns connaît une nouvelle jeunesse dans le cadre de la vague d20. Un nouvel auteur reprend le concept et en fait un ouvrage complètement neuf, avec un nouveau système de règles. De nouveau, il s'agit de jouer des femmes dominantes et hyper-armées pour affronter toutes sortes d'adversaires souvent parodiques. Des univers variés sont possibles, de l'antiquité à la SF en passant par Lovecraft, mais le plus classique reste un monde post-apocalyptique où les hommes sont très inférieurs aux femmes, physiquement et mentalement.

Après une page de titre, une d'avant-propos et une du créateur du jeu, le chapitre un est une introduction de cinq pages qui présente l'univers du jeu. Il s'agit de la brève chronologie des catastrophes qui ont amené à l'actuelle prééminence féminine et à la présence de démons, de monstres et de mutants dans les USA du XXI° siècle.

Le chapitre deux traite de la création de personnage. Les 19 pages ne peuvent être employées qu'en conjonction avec les règles de d20 Modern, non fournies. Il faut choisir un type d'héroïne, forte, rapide, charismatique, etc., puis une occupation comme aventurière, athlète, bat-winged bimbo (succubes), célébrité, dominatrice, écolière polissonne, nonne renégate, sorcière, etc. Une nouveauté est l'ajout du Heinous drawback, une faiblesse à choisir dans une liste.

Le chapitre trois, Macho skills (4 pages), ne fait qu'apporter quelques compléments aux règles d20, proposant de rajouter des capacités de séduction ou une compétence nookie pour les activités sexuelles. Vient ensuite le chapitre 4, Feminine feats (11 pages), qui modifie certains dons et en ajoute de nouveaux. Les ailes de chauve-souris accompagnées de la capacité de vol sont un de ces nouveaux feats, de même que la capacité à utiliser à une main des armes normalement à deux mains. La promotion canapé est un feat qui nécessite un bon niveau en nookie. Dans certains cas la magie entre en jeu, et peut permettre de distordre la réalité.

Dans le chapitre suivant, Heinous Drawbacks (8 pages), un nouveau concept est ajouté au système, les défauts des personnages. Allergie, dépendance, jalousie extrême, rire exaspérant, sadisme, transsexuel sont quelques possibilités. Certains peuvent ultérieurement être éliminés pour un coût de 1000 points d’expérience. Le chapitre six, Equipement in Macho women with Guns (27 pages), propose comme son nom l'indique des armes, des armures et autres équipements, y compris des véhicules. Tout est classé selon les époques d'origine : archaïque, moderne ou futuriste. Les moyens de transport vont donc de l'animal de monte à l'ovni en passant par l'hoverbike et le humvee. Les armes incluent un lance-flammes spécial du Vatican pour les véhicules des nonnes renégates.

Mucho Macho Magic (13 pages) contient les règles de magie. Il s'agit de feats particuliers, qui impliquent généralement de dépenser de la mana pour pouvoir les utiliser. Il est question de pouvoir créer des potions, soigner, protéger ou attaquer, le tout en termes très généraux. Il est possible également d'enchanter des objets ou de réaliser des rituels d'invocation. Les dernières pages proposent des exemples d'ouvrages recelant des secrets de magie, comme le Al-Azifthen, qui révèle les mystères de la programmation mais peut vous faire mourir d'ennui. Puis le chapitre huit, Fighting like a Girl, expose en six pages les règles de combat, avec ou sans arme, ainsi que les affrontements avec des véhicules. Là encore il ne s'agit que de modifications apportées au système d20, allant dans le sens de la simplicité et du spectaculaire, au détriment assumé de tout réalisme.

Le chapitre neuf, Advanced Classes, propose 26 pages de classes spécialisées pour permettre aux personnages de progresser encore. De l'assassin au sergent rockette (sic) en passant par Relic Raider, Beauté bibliothécaire et Reine de la jungle, c'est un total de 18 classes de prestige qui sont détaillées. Le chapitre suivant, Game Mastering Macho Women with Guns, offre au meneur 7 pages de conseils pour mener le jeu sans avoir l'air trop idiot. Ne pas donner trop d'importance aux règles et bien s'amuser sont les deux premiers. Il y a également une série d'idées de scénario et de conseils de maîtrise, classées par type d'ambiance : fantasy, moderne, science-fiction, horreur, etc. Ceci pour ceux qui voudraient autre chose que le monde post-apocalyptique standard des règles.

Puis The World of Macho Women with Guns propose en 24 pages un monde jouable, développé à partir des descriptions fragmentaires présentes dans l'édition originale. Il est basé sur un grand changement, appelé Dang. Ce qui s'est passé avant est très flou, si ce n'est que cela a conduit à un désastre. Les dates sont donc Before Dang (BD) ou After Dang (AD). Après la catastrophe, la papesse Joan joue un grand rôle dans l'évolution du Vatican. La description de la situation à l'époque du jeu (Long after Dang) se concentre sur l'Amérique du Nord, mais mentionne que l'Union Européenne, dirigée par les allemands, est désormais le huitième Reich.

Cannon Fodder est un catalogue de 21 pages d'ennemis à combattre et à dépouiller. Classés par ambiance, encore une fois, ils vont de Bthulhu à Isaac Azathoth en passant par Oddzilla, Bambo (Bambi avec un flingue et un bandeau rouge) et les TV evangelists. Enfin, le chapitre final, numéroté douze par erreur (les deux précédents sont des chapitres onze), contient un scénario de 8 pages : Angels, charlies and the fuzzy menace. Les personnages, mercenaires d'élite au service d'un mystérieux Angel, vont devoir lutter pour sauver l'industrie de la pornographie locale, menacée par des opposants à une opération de déforestation vitale. En apparence le problème vient d’écureuils mutants géants, mais rien n'est jamais aussi simple.

Les notes du concepteur (1 page), un index (5 pages), une feuille de personnage de deux pages et la licence de jeu libre (OGL) sur une page viennent boucler l'ouvrage.

Cette fiche a été rédigée le 8 juin 2014.  Dernière mise à jour le 21 juin 2014.

Critiques

Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis  

Voila un ouvrage qui laisse un mauvais gout dans la bouche quand on connait les incarnations précédentes de Macho Women with Guns. Il passe à coté de son sujet, et délibéremment.

Les premières versions se moquaient d'un certain nombre de stéréotypes du jdr sur les gros flingues et les nanas à forte poitrine et combinaient les deux pour montrer l'absurdité de la chose. Ici, on est en fait en train de le faire au premier degrè. Il s'agit d'appater les rolistes et non de critiquer. Du coup, les illustrations sont faites pour titiller, et en plus, elles sont mal faites, assez moches en général, mais involontairement. Dans les précédentes elles étaient très moches, mais cela n'avait pas d'importance, c'était assumé.

Et puis ici, nombre de piques sont lancées vers les féministes. En fait il s'agit désormais d'un jeu visant à attirer le male blanc hétérosexuel, archétype du roliste. De la même façon que "Before watchmen" rentre dans le rang et gomme tout ce qu'il y avait d'atypique dans "Watchmen", MWWG d20 est un produit destiné à exciter l'ado attardé et à le confirmer dans ses vues sur les femmes en général et le féminisme en particulier et non plus à en montrer l'absurdité.

Au passage, alors que les versions précédentes avaient un système de règle ultra simple et bien adapté à un jeu parodique, nous avons ici le d20 modern, donc des classes de prestige, des feats, des quantités d'armes, bref tout un fatras qui va encore une fois plaire au roliste moyen et lui permettre de satisfaire quelques fantasmes de puissance. Et l'utilisation des bonnets de soutif comme caractéristique rentre exactement dans ce plan de communication : venez agiter votre poitrine devant la caméra...

Bref, trouvez la VF de 7° cercle et lisez-là. Laissez ce triste projet d20 reposer en paix.

Critique écrite en juin 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques