Contenu | Menu | Recherche

Un nom qui claque au vent de la destruction comme un étendard funeste

Premature Burial

.

Références

  • Gamme : Cyberpunk
  • Sous-gamme : Alternate Reality
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Ianus Publications
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mars 1994
  • EAN/ISBN : 2-921573-15-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 80 pages.

Description

Il s'agit d'un scénario très ouvert mettant en scène une lutte acharnée pour le pouvoir dans les sphères corporatistes. Complots, assassinat, sociétés secrètes, organisations terroristes, haute technologie... autant d'ingrédients pour faire de ce scénario un thriller mouvementé.

Dans cette aventure conçue pour être non-linéraire, de nombreuses indications sont données sur le background, les PNJ, et la chronologie de déroulement des événements, mais il n'y a pas de réelle ligne directrice imposée. Voilà donc une structure ouverte, qui est prévue pour être également jouée en murder party, avec beaucoup d'éléments de background pouvant être réutilisés, notamment une nouvelle corporation (Czar inc, spécialisée dans les produits manufacturés en plastique), une société secrète (les "Shepherds"), etc. Les suppléments de Night City, Grimm's Cybertales et Chrome sont recommandés.

Le fond de l'histoire est particulièrement compliqué : le dirigeant de Czar inc a été assassiné par des cadres dirigeants de la société, tous membre des Shepherds. Ces derniers voulaient le remplacer par un clone conçu pour être un homme de paille. Malheureusement pour eux, il a eu vent de leur projet et a inversé les rôles. C'est donc le clone qui fut assassiné... assassiné ? Peut être n'est-il pas si mort que ça. Par ailleurs, les choses se compliqueront passablement avec l'intervention de terroristes. Le scénario se déroule sur sept jours. Les 32 dernières pages contiennent les profils des nombreux PNJ (avec portrait en pied, caractéristiques et background), des informations sur Czar inc (uniformes, armures, avions et voitures) ainsi que différents plans. De mini-fiches de PNJ concluent l'ouvrage, reprenant le portrait, les chiffres et les informations principales sur chaque personne.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 15 avril 2013.

Critiques

Coredump  

Ce scénario, pour une fois dans la série des Alternate Reality, n'a rien à voir avec le surnaturel. Une enquête sordide sur une histoire de trahison corporatiste, de clonage, et d'influence de secte fera plonger les joueurs au coeur des intrigues les plus glauques.

Ce scénario, outre son originalité, est fait avec le soin habituel de Ianus Games... de la bonne qualité. On peut lui reprocher un poil de remplissage à la fin, notamment avec les mini-fiches de PNJ. Par ailleurs, j'ai un peu de mal à voir comment ce scénario peut être facilement transformé en murder party. Ceci n'enlève rien à sa qualité néanmoins, autour d'une table de jdr !

Le Borg Cornu  

Encore du bon scénar, même si ici l'histoire ne décole pas vraiment malgré une originalité certaine tournant autour du clonage d'un corpo. Cette aventure est peut-être un peu courte et un développement d'intrigues secondaires est vivement conseillé. Il en reste que vous pouvez quand même l'acheter les yeux fermés.

The King  

Une bonne idée gâchée par un développement médiocre. Voilà le résumé.

La bonne idée : des cadres dirigeants d’une corpo veulent se débarrasser de leur patron en raison de sa gestion hasardeuse qui met en péril l’entreprise, sans parler de son soutien secret à des groupes terroristes (allusion aux Brigades Rouges). Pour éviter des répercussions sur la société, ils le liquident en le remplaçant par un clone. Malheureusement pour eux, le boss n’a pas succombé à ses blessures.

Les mauvais points :

  • Les 7 dirigeants font partie d’une organisation secrète et ont l’ordre de liquider le boss. Un jour, ils attendent donc son arrivée au boulot pour le tabasser à mort. Il n’est pas indiqué comment ils se débarrassent du corps, mais cela n’a de toute façon aucune importance puisqu’ils ne s’assurent même pas du décès. Et qu’une organisation très riche et très secrète ne fasse pas appel à un tueur à gage professionnel me dépasse, alors que c’est la norme dans toutes les autres aventures Cyberpunk.
  • Le boss soutient des terroristes en leur fourguant des armes en polymère de mauvaise qualité (1d10 chance de fondre en cas de tirs en rafales +1 par rafale supplémentaire), mais ils n’ont pas l’air de lui en tenir rigueur, bien au contraire (cela fait même plus de 10 ans qu’ils utilisent son matos).
  • Mieux : le boss en question a eu vent de l’opération (on ne sait pas comment), a eu le temps de voir son clone (on ne sait pas non plus comment il est au fait de son existence), de le briefer et de l’hypnotiser pour lui mettre en tête qu’il est le vrai et lui la réplique. Ce faisant, il fait appel à ses « amis » pour se débarrasser des 7 dirigeants et récupérer son poste.

Quant aux PJ, ils seront ceux qui viendront en aide au vrai boss. La suite est totalement libre, comme souvent chez cet éditeur, puisqu’ils pourront manœuvrer pour qui ils veulent (de toute façon, les deux factions sont pourries) et tirer les marrons du feu (il y a pas mal de fric à la clé).

La présentation du scénario est également typique de cet éditeur : le contexte et le résumé, la chronologie des événements, le développement en lui-même (ce qui se passe en fonction des actions des PJ), la description des lieux importants où se déroule l’aventure (avec des plans) et enfin, une pléthore de PNJ très, peut-être même trop, détaillés.

Si l’on fait abstraction des points négatifs, qui rendent à mon avis ce scénario complètement stupide, en tout cas loin des intrigues particulièrement chiadées de Conan Doyle et d’Agatha Christie, cela aurait pu être une aventure tout à fait passionnante, voire géniale. Le problème est qu’il faut retravailler tout la trame pour lui donner un minimum de cohérence et de logique. Très peu pour moi, sinon je ne vois pas l’intérêt d’acheter un scénario « prêt à jouer ».

Critique écrite en novembre 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques