Contenu | Menu | Recherche

L'imagination est plus importante que le savoir (A. Einstein)

Manuel des Investigateurs (Le)

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 344 pages à couverture rigide.

Description

Complément du supplément Au Cœur des Années 20, cet ouvrage est essentiellement à destination des joueurs. Il reprend pour partie du matériel des Guide des Manuels de l'Investigateur volume 1 et volume 2 (regroupés en français dans le Manuel de l'Investigateur) et de l’Université Miskatonic. Il est parsemé d'articles d'époque et d'encarts donnant des informations spécifiques à un sujet relatif à la section traitée, et est illustré par des photos d'époque.

Après une page de titre, une de crédits, trois de table des matières et deux d'introduction, Créer un investigateur des années 20 (28 pages) fournit une démarche de création de personnage plus complète que celle du livre de base. Outre des données contextuelles, plusieurs méthodes pour déterminer les caractéristiques sont fournies, et un système permettant de choisir plusieurs métiers plutôt qu'un seul fait son apparition. Des aides permettent de déterminer la psychologie et les motivations de l'investigateur, et une section indique quelles sont les habitudes de consommation en fonction de l'aisance financière.

Événements historiques de 1900 à 1929 aux Etats-Unis (24 pages) retrace les faits marquants de cette période, classés par ordre chronologique. Les guerres, les catastrophes naturelles et les grands événements politiques en font partie. Contrairement à ce que laisse penser le titre du chapitre, des événéments se passant en dehors des Etats-Unis sont aussi abordés : mort de la reine Victoria, expéditions au Sahara, guerre entre Japon et Russie, révolte au Tibet, etc.

Le gros de l'ouvrage est constitué du chapitre Les occupations des Années 20 (232 pages). Chacune des grandes classes de métier est déclinée en six occupations avec pour chaque une description, les compétences importantes, les particularités, les cercles d'influence, l'équipement fétiche et le niveau de vie. Chaque catégorie reçoit un dossier d'une page du type "Jouer un pompier dans les années 20" donnant des détails sur une profession, y compris en termes d'équipement. D'autres dossiers d'une page comme "Les Bibliothèques dans les Années 20" et des articles d'époque complètent la plupart d'entre elles. Ces catégories sont artistes, baroudeurs, criminels, classes laborieuses, médecins, commerçants, prestataires de service, politiciens, journalistes, scientifiques, milieu du cinéma, explorateurs, sportifs (y compris les bookmakers), forces de l’ordre, universitaires, militaires, monde de la nuit (y compris les vagabonds), occultistes, juristes et religieux. Cela fournit au total 120 occupations.

Enfin, Le quotidien de l’investigateur des Années 20 (51 pages) aborde des sujets divers dans le contexte des Etats-Unis dans les années 20 : le logement dans ses aspects pécuniers mais aussi de confort, la consommation alimentaire, les moyens de transport terrestres et aériens, l'habillement et l'hygiène, la prohibition, les moeurs avec en particulier une révolution dans les droits et attitudes des femmes mais aussi l'attitude face au mariage, le travail et ses conditions, et enfin les différents loisirs (sport, danse, lecture, vacances et radio). Pour chacun de ces points, les différences par niveau de richesse sont explicitées.

L'ouvrage se termine par une feuille de personnage vierge de 2 pages.

Cette fiche a été rédigée le 4 mars 2013.  Dernière mise à jour le 5 mars 2013.

Critiques

The King  

Ce supplément est le descendant direct du vénérable et mythique Manuel de l'Investigateur qu'avait traduit Jeux Descartes. A ce titre, il constitue une réelle évolution et supplante largement son prédécesseur puisque sa pagination a quasiment triplé.

Si les points positifs que j'évoque semblent en infériorité par rapport aux points faibles, la qualité et la quasi-exhaustivité de l'ouvrage contrebalancent largement cette apparence.

J'apprécie particulièrement les méthodes de création alternatives tenant compte d’une expérience plus importante des personnages, ainsi que les dossiers complets et instructifs sur les différents corps de métier. Chose assez rare, de nombreuses inspirations (films, romans, musique) émaillent le livre, permettant de découvrir des merveilles du cinéma de l’époque (muet et parlant), mais aussi des classiques musicaux oubliés.

Le long chapitre final sur la vie durant les années 20 n’a certes pas une grande utilité immédiate dans le jeu de rôle, mais il apporte un élément indispensable en termes de culture générale et permet d’inclure ces éléments à l’ambiance et au caractère immersif des parties.

Au niveau des reproches (que je ne considère pas nécessairement comme un point faible de l'ouvrage, mais plutôt comme une omission regrettable), le livre est exclusivement consacré aux USA, hormis quelques domaines (comme le Vatican). De même, les quelques publicités américaines sur les marges auraient pu et dû être traduites, car elles apportent un certain intérêt (parfois humoristique), mais impliquent de connaître un minimum l’anglais.

Quant aux critiques que j'émets sur cette ouvrage, elles sont très ciblées. D'abord, les métiers présentés ne sont pas toujours utiles (maquilleurs de cinéma), et d’autres sont regrettablement absents (comme ingénieur, justifiant une présence sur un territoire étranger pour changer un peu des professeurs d’université et des explorateurs). Ensuite, les particularités et les équipements fétiches de certains métiers sont parfois ridicules et/ou illogiques (on sent vraiment l'obligation de rajouter un truc qui ajoute 10% à une compétence).

Enfin, et ce sont des défauts importants à mes yeux, ce manuel se distingue par une absence totale d'index pour se repérer (notamment pour retrouver les métiers) et de bibliographie venant étayer toutes les informations présentées.

Je me plaignais que la V6 n’apportait pas beaucoup de changement par rapport à la mouture précédente, mais le Manuel de l’investigateur constitue, lui, un réel progrès. Les marges d’impression de la V6 Sans Détour sont très importantes dans tous les ouvrages (pas loin d’un tiers de la largeur de la page, quand même), mais les informations fournies sont suffisamment denses pour les reléguer au second plan des préoccupations. Cette grosse aide de jeu, sans être totalement nécessaire, apporte un grand plus aux parties en termes de diversité, mais les dossiers et les informations spécifiques sur les années 20 en font vraiment un accessoire quasi-indispensable et permettent de savoir l’essentiel dans différents secteurs d’activités professionnelles.

Critique écrite en juin 2015.

 

Philippe Auribeau nous présente un guide à destination des investigateurs de l’Appel de Cthulhu adapté à la dernière édition du jeu d’horreur le plus célèbre et populaire du monde…

L’histoire repasse les plats, dit-on. Mais quand ils ont bon goût, on n'a aucun scrupule à se resservir. On dit aussi qu’elle est écrite par les vainqueurs, et le fait que vous lisiez ceci dans une langue vivante et non dans une série de glyphes tracés par des griffes impies prouve que le monde tel que nous le connaissons a encore de l’avenir. Et c’est sans doute aux investigateurs que nous le devons. Force est aussi de constater que si les premières éditions de l’Appel de Cthulhu avaient opté – en vue de nommer les personnages du jeu – pour  «détectives de l’étrange» ou tout simplement «enquêteurs», le vocabulaire des rôlistes aurait été grugé d’un mot ma foi fort éloquent. Partout dans la rôlosphère, le simple fait de parler d’investigateur fait penser à l’Appel de Cthulhu. Rares sont les jeux de rôle à avoir réussi ce tour de passe-passe, mais nous parlons là d’un grand ancien qui a déjà fait ses preuves, pas d’un vulgaire courtisan à la Cour du Roi Lunaire.

Le Manuel des investigateurs est une adaptation de deux suppléments sortis en anglais dans le cadre de la 5e édition du jeu respectivement en 1993 et en 1994, mais également publiés en commun et en VF en 1995. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une simple traduction, mais d’une refonte profonde du contenu agrémentée de nombreux bonus, comme les éditions Sans-Détour savent si bien le faire. On pourrait croire que ce manuel n’est pas très utile. Après tout, les investigateurs ne font pas partie d’une caste bien définie. Ils ne se reconnaissent pas comme membres d’une internationale et n’ont pas nécessairement conscience d’être nombreux. Chaque groupe composé pour les besoins d’un scénario ou d’une campagne de l’Appel de Cthulhu se sentira seul et unique en son genre. Bien souvent, les amorces des histoires proposent de mettre en lien le groupe avec l’un des protagonistes de l’histoire (le vieil oncle malade, l’ami chercheur, le professeur émérite qui a bercé votre cursus, un vague cousin vivant loin de chez vous…) ou carrément de les intégrer directement dans l’histoire à l’aide de personnages pré-tirés. On peut donc se demander en quoi un guide à leur usage serait crédible ou utile. Plus ils se sentiront démunis, en marge de la société, privés d’aide et de soutien, plus ils seront dans l’ambiance prônée par les penseurs du jeu. Pourtant, ce manuel a sa place dans votre ludothèque, et pas seulement parce que vous faites collection de cette gamme aux allures de tentacule sans fin.

Un « petit » guide des années 20

Tout d’abord, l’ouvrage servira de référence pour les années 20, principale période féconde pour les scénaristes du jeu et celui sans qui rien de tout ceci ne serait, Howard Philips Lovecraft. Il complète en ce sens le merveilleux Au cœur des années 20, plutôt destiné au gardien, et met à disposition de chaque joueur les informations essentielles pour interpréter un homme ou une femme du monde à cette époque. Plutôt que d’ennuyer toute l’assemblée avec des questions du style : « qui était président à cette époque ? Est-ce que le Titanic avait déjà coulé ? », il vous suffira d’ouvrir votre manuel et d’aller y piocher l’info. Il en ira de même pour les questions de prix, bien que de manière générale les gardiens apprécieront sans doute d’avoir leur mot à dire sur les dépenses de vos investigateurs. Bien entendu, l’éditeur espère que tout joueur digne de ce nom se procurera son propre manuel. Il n’y a pas de petit profit. Ensuite et majoritairement, le livre servira de référence et de source d’inspiration en vue de créer un personnage réellement unique. On a trop souvent vu les clichés du « professeur d’université amateur de paranormal », du « détective privé aux prises avec la mafia et l’alcool », de la « femme du monde amatrice d’art »… Dans ce manuel, chaque étape de la création de personnage sera passée en revue et vous ne ferez plus aucun choix par hasard, du nom de votre investigateur à sa carrière en passant par ses origines, son âge ou sa place dans le monde.

La plus grosse partie de l’ouvrage est consacrée à la description de plusieurs secteurs d’activité, des artistes aux occultistes en passant par les baroudeurs, les politiciens, le milieu du cinéma, les militaires, les religieux, la classe laborieuse, etc. À chaque fois, vous aurez toutes les infos pour intégrer votre investigateur à votre milieu d'élection de manière crédible et non-artificielle. Des articles d’époque terminent de donner du ton et de la profondeur aux descriptions de l’auteur. Vous vouliez jouer un professeur d’université ? Très bien. Que diriez-vous maintenant d’un ancien boursier sorti de sa Nouvelle-Orléans natale, diplômé en littérature anglaise et chargé d’enseigner dans de petites écoles comme simple instituteur, le temps de prouver aux rectorats des grandes universités qu’il a le profil de l’emploi (et que la chaire ambitionnée se libère) ? Voilà qui sort déjà plus de l’ordinaire, non ?  L’ouvrage se termine par le dossier de l’investigateur, un complément à la feuille de personnage classique permettant de noter toute la foule de détails concernant votre investigateur que la lecture de cet ouvrage vous aura sans doute permis d’accumuler.

En définitive, on peut bien entendu se passer du Manuel des investigateurs. Mais on peut aussi se passer d’un neuvième D10 ou d’un autre verre de Pschitt orange. Vous verrez. Vous céderez vous aussi à la tentation.

 

 

Chronique de Genseric Delpâture publiée dans le Maraudeur n°11

Critique écrite en janvier 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques