Contenu | Menu | Recherche

L'Ordinateur est votre ami

Codex des Satyres

.

Références

  • Gamme : Agone
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Multisim Editions
  • Langue : français
  • Date de publication : décembre 2000
  • EAN/ISBN : 2-84476-068-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret agrafé de 32 pages au format A5, couverture couleur, intérieur noir et blanc.

Description


LE PRINCIPE
Les saisonins sont, dans Agone, les créatures non-humaines patronées par les Dames des Saisons : Printemps, Eté, Automne, Hiver. Chaque saison est découpé en trois Décans, et à chaque décan correspond un type de créature. Chaque Dame est ainsi la marraine de trois races. Depuis que la Dame de l'Automne s'est laissée séduire par le Masque, les saisonins de l'Automne sont corrompus par la perfidie, et sont désormais hostile à leurs anciens cousins.
Les Inspirés peuvent donc exister au sein des neuf autres races, qui sont celles qui peuvent être interprétées par les joueurs. Le Codex des saisonins a été conçu afin que les joueurs puissent mieux cerner leur Décan. Chaque volume du Codex présente aux joueurs ce que pensent et croient les saisonins de ce Décan. Il appartient ensuite à l'Eminence Grise de préciser ou non ce qui demeure encore incertain. La Sentence de l'aube contient en outre 39 pages intitulées "les Secrets des Dames" qui reviennent sur certains éléments des Codex, en présentant à l'Eminence des secrets qui doivent demeurer inconnus des joueurs.

LA FORME
Chaque Codex est présenté de la même manière : la partie intitulée "L'Harmonde" présente l'histoire et la société du Décan. La seconde partie contient toutes les nouvelles règles propres à ce décan (Avantages et Défauts, magie, etc...). La partie "La Menace" présente les particularités des membres du Décan qui ont pactisé avec l'Ombre ou le Masque. "Dans les secrets des Dames" révèle quelques secrets du Décan. Tout au long du livret, on trouve des encadrés grisés qui présentent des personnalités du Décan, des précisions de "background", le comportement vis-à-vis des autres décans, ou des éléments particuliers de règles. Enfin, au centre de chaque Codex, on trouve les illustrations de deux saisonins du décan en question, en pied et en pleine page.

LE FOND
Les satyres ont une histoire tumultueuse. Au temps de leur jeunesse, ils étaient des créatures sauvages et farouches, aux pulsions insatiables, marquées du signe de la Bête. Mais ce côté bestial disparut, grâce au Monarque des Jonquilles, et les satyres purent développer des sentiments plus nobles, s'intéresser aux arts et à l'amour courtois. Aujourd'hui, les satyres sont des nomades, incapables de s'organiser, qui sillonne l'Harmonde en se consacrant à l'Armance, leur quête de plaisirs. Ils se retrouvent cependant de temps à autre pour partager plaisirs et vices.
La partie consacrée aux règles contient 5 avantages et défauts, un panorama des Royaumes abritant des satyres, quelques précisions sur la vie des satyres, de nouvelles compétences et techniques de combat, des règles pour gérer les avantages sociaux que les satyres retirent de leurs prouesses sexuelles, et la magie de l'Onyre, propre aux satyres.
Le chapitre suivant est consacré aux satyres de l'Ombre et du Masque, et précède les deux pages qui révèlent les secrets du Décan et ferment le Codex.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

bepher  

Si je rejoins 2D3 sur le fait que ce codex n'est pas celui qui donne le plus envie de faire jouer le saisonnin auquel il est consacré (du reste, il n'est pas très facile de jouer un satyre) je voudrais insister sur le fait qu'il est très complet et qu'il possède son lot d'originalité. Même s'il n'y a pas de satyre dans votre groupe, ce supplément est intéressant si vous souhaitez créer des PNJ satyre avec un relief plus grand que celui qui est donné dans le livre de base (du style: c'est des types sympas, tout le temps en train de draguer et hyper indépendants)

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

J'ai adoré la lecture de ce codex!!!
Chaque page me donnait envie d'écrire un scénario autour d'un satyre, d'une légende, d'une lubie, d'un art. (sans parler de leur faculté de mémoriser, déjà habilement exploitée dans le roman Abyme). Il y a une nostalgie subtile dans la description des premiers temps des satyres qui donne envie d'aller en reconquerir les traces.

Le satyre est vraiment au coeur de l'harmonde par sa passion pour l'art. Avec le personnage de satyre, on se lance dans beaucoup de roleplay potentiel et tout cet ouvrage est au service du roleplay d'un satyre. Ah il y a de quoi donner du coeur à une chronique. Les charges sont comme d'habitude très bien. Pas de pouvoir grosbill dans ce codex mais quelques bottes ou astuces sympa qui peuvent rajouter de l'ambiance à certaines scènes.

Tybalt  

L'univers d'Agone intègre de nombreuses créatures issues des mythes ou des contes, en particulier pour les différents peuples des Saisonins. Autant les lutins ou les farfadets donnent tout de suite une idée du genre de créature que l'on joue, autant les satyres, tout droit venus de la mythologie gréco-romaine, sont beaucoup plus inattendus dans un univers de fantasy dont les inspirations sont par ailleurs principalement médiévales. C'est tant mieux pour l'originalité de l'univers, mais la présentation succincte de ce Décan dans le livre de base pouvait paraître insuffisante, voire caricaturale, à une partie des joueurs et joueuses, qui pouvaient se sentir déroutés à l'idée d'incarner une bête assoiffée de sexe en permanence.

Ce Codex a donc une double utilité : préciser et nuancer les Satyres pour en faire un peuple réellement jouable, mais aussi (surtout ?) les intégrer pleinement à l'Harmonde, avec son histoire, sa personnalité propre et ses enjeux dramatiques. À mes, yeux, le Codex remplit bien ces deux fonctions.

Il rend les Satyres réellement jouables en les révélant bien plus raffinés et fouillés que les satyres mythologiques. Ils sont mus par le désir, certes, mais ils sont avant tout en lien avec les forces vitales de l'Harmonde, et c'est de là que viennent à la fois leur goût pour les arts et leurs inventions en matière de séduction, de cour, de flirt, etc. Ils ont leur propre histoire, équivoque, qui laisse aussi ouverte une possible part d'ombre récupérable par la Ténèbre et le Masque et laisse imaginer aussi de possibles résurgences d'anciens conflits entre Décans et Dames des Saisons.

Les Satyres ont en outre leur propre société et leur propre fonctionnement au fil de la vie, et le Codex donne assez d'éléments pour mettre en scène des vies de familles originales et tisser des réseaux de connaissances précieux autour de chaque PJ Satyre en donnant une foule d'idées de PNJ possibles (eh oui : comme les ex d'un Satyre restent souvent en bons termes avec lui, cela lui fournit autant de contacts amicaux possibles un peu partout ! ... même si l'inverse est aussi faisable).

J'ai aussi bien aimé que les Satyres soient présentés comme grosso modo bisexuels, ce qui, en plus d'être progressiste et inclusif, offre des possibilités de PNJ et d'aventures plus variées.

Originales aussi, et utiles pour donner aux Satyres d'Agone leur personnalité propre : les capacités de Décan liées à la mémoire et à la vision, qui ont le seul défaut de sortir un peu de nulle part et d'être peut-être un peu trop éloignées du mythe des satyres.

Bref, je trouve que la formule des Codex fonctionne bien, une fois de plus, et surtout qu'elle a rarement été aussi utile que pour ce Décan, qui n'était vraiment pas facile à mettre en scène de façon nuancée sur la seule base des informations fournies dans le livre de base.

Critique écrite en mars 2017.

 

La tâche est déjà plus ardue: un lutin, on voit, un farfadet, on imagine, mais un satyre? Comment, et surtout pourquoi jouer un représentant de la race caprine? Ce Codex est censé vous répondre comment, mais je trouve qu'il ne vous donne pas vraiment les moyens, en tant que joueurs, de répondre pourquoi.

Je m'explique. Ce Codex contient des données élémentaires sur l'histoire de ce Décan, sur le phénomène qui le caractérise (l'Armance, l'art d'aimer en l'occurrence), sur la magie de l'Onyre, sur l'enfance d'un satyre, mais dans le fond, je trouve qu'il ne donne pas envie. On prendra un personnage satyre histoire de voir ce que ça fait de passer son temps à séduire, pas parce qu'on a l'impression de se reconnaître un peu en eux. C'est évidemment subjectif.

Un Codex un ton en dessous donc.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques