Contenu | Menu | Recherche

Le GROG est votre ami

Dearg - Épisode 1

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 96 pages, abondamment illustré, en couleurs.

Description

Après une page de crédits et la table des matières détaillée (2 pages), l'Avant-propos (1 page) revient sur la genèse de la campagne dont cet ouvrage est le premier volet, laquelle est de loin antérieure à la parution du livre de base. Les auteurs cherchent aussi à rassurer les joueurs quant à la possibilité d'intégrer les événements qu'il contient dans leur propre campagne. Suit le Prologue (2 pages), qui est un texte d'ambiance narrant l'éveil d'une inquiétante créature.

Val de Dearg commence par poser le cadre des futurs scénarios. La première partie (10 pages), présente l'histoire et la géographie du val. Plus qu'un morne étalage du passé ou un exposé alphabétique, c'est l'occasion de fournir, en marge des lieux et personnages importants, toute une série de possibilités de développement de différents types, signalés par des icônes : synopsis de scénarios, notes importantes pour le meneur, informations, dangers, etc. Chaque lieu ou personnalité est décrit en au plus une page : les brigands, le moulin hanté, un tumulus, des mines, etc.

La seconde partie (18 pages) se concentre sur le village de Dearg, selon le même modèle que le val. Sont ainsi décrits, après une présentation générale du village, une maison typique, une forge, la Maison des dàmàthairs, l'Auberge du Chien Rouge, le colombier et la boutique de Zaïg. En guise de conclusion, quatre personnages non-joueurs sont présentés en détail : histoire et caractéristiques sur une page, précédé d'un portrait pleine page.

Arc Narratif (29 pages) propose au meneur un ensemble d’outils pour l’aider à mettre les personnages de ses joueurs au centre des intrigues et événements de la campagne. Le premier outil ajoute au système de création de personnage du livre de base de nouvelles étapes. Le joueur est ainsi amené à décrire les liens qui attachent son personnage à Dearg, le choix d'un ou plusieurs arcs narratifs parmi les huit proposés, ou encore, ses liens avec d'autres personnages (PJ et PNJ). Un nouvel Aspect, l'Ardeur, fait son apparition. Une page supplémentaire de la feuille de personnage est spécialement destinée à recevoir ces informations (reproduite en fin d'ouvrage). Chaque arc narratif (Amour, Éthique, Adoption, Culpabilité, etc.) est illustré et exposé à travers un personnage pré-tiré du livre de base, une faction recommandée, une thématique et des contraintes. Enfin, la façon de créer ses propres arcs narratifs est décrite (3 pages, un peu plus loin dans le chapitre).

Suivent une série de réponses à différentes questions techniques et d'organisation pour les meneurs: deux pages expliquent comment utiliser les arcs narratifs avec des PJ existants, deux autres prodiguent des conseils pour adapter une campagne existante, gérer la mort d'un personnage, ainsi que l'évaluation de l'attribution des points d'expérience.

Second outil proposé : Les focus (8 pages). Il s'agit de scènes ou d'épisodes centrés sur un seul personnage du groupe (le premier rôle), les autres joueurs délaissant à cette occasion leur propre personnage pour incarner des seconds rôles et des figurants. Le meneur devient, de son côté, une sorte de metteur en scène dirigeant indirectement les joueurs-acteurs. Outre l'exposé des principes régissant le déroulement d'un focus, le chapitre contient essentiellement des conseils sur leur préparation et leur déroulement.

Gaol : D'Amour et de fureur (27 pages) entre de plain-pied dans la campagne avec un scénario en trois actes. Focus centré sur l'arc narratif de l'Amour, il fait intervenir des seconds rôles précédemment décrits ou provenant d'autres suppléments. Ces actes prennent la forme de différentes scènes qui sont des moments-clés de la vie du "premier rôle". Le premier, Un amour tourmenté (5 pages), voit les relations se nouer entre celui-ci, Céliane, mais aussi, Mael (une situation de triangle amoureux), durant leur jeunesse. Puis vient le temps du devoir (Service d'ost, 8 pages) : Mael et le premier rôle sont envoyés servir loin du val durant un an. Là, ils auront l'occasion d'assister à plusieurs drames et conflits amoureux (un mari endeuillé et un amour aussi impossible que passionné). De Retour à Dearg (8 pages), porteurs d'un message qu'ils ne souhaitent pas forcément transmettre (une demande de mariage de Céliane avec un noble), Mael et le premier rôle voient les événements se précipiter. Mael doit à son tour sacrifier son affection pour Céliane à jeux d'alliance, mais c'est sans compter avec les ambitions néfastes d'un troisième larron, qui refermeront le scénario dans le sang et les larmes.

Les dernières pages de l'ouvrage contiennent un épilogue et l'évaluation des points d'expérience, une page de présentation du second épisode de la campagne et la page supplémentaire de la feuille de personnage destinée à contenir les éléments de l'arc narratif.

Cette fiche a été rédigée le 26 mai 2013.  Dernière mise à jour le 25 avril 2017.

Critiques

sk8bcn  

J'avais mis beaucoup d'espoir dans cette campagne. Alors quand j'ai commencé à lire les critiques dans CASUS, sur le Grog, j'ai eu peur. Je me voyais bien dans ceux n’adhèrent pas au principe des focus. Des scénarios avec les autres joueurs jouant des PNJ, bof bof.

Ma lecture s'est ouverte sur la description du Val de Dearg, que je qualifierai de zone pour bas niveaux. En gros, il y a un groupe de voleurs, des chevaliers qui veulent le pouvoir dans le val et des villageois cherchant à conserver leur indépendance. L'impression est renforcé par des synopsis dignes d'ADD. On nous propose quand même un scénario d'escorte de caravane où les joueurs négocient un accord commercial et gagnent 1d10 pièces d'or.... Heu... Vous êtes sérieux là ? ? ? ?

Je ne vous cache pas que mon inquiétude était totale. Produire des synopsis de ce niveau laisse augurer le pire pour une campagne. Seulement, on attaque les focus ensuite et le concept est finalement excellent. Aucune des explications que j'avais lu jusqu'à présent ne m'avait fait comprendre l'idée pourtant simple:

Chaque joueur choisi un thème en début de campagne avec quelques explications de ce que cela implique (exemple: celui de l'éthique tournera autour de la réflexion et de choix sur l'éthique magientiste. Donc son personnage devra être un magientiste -ou peut être finir par s'éloigner de cette voie-). Ensuite, les focus reviennent sur le background du PJ.

Il ne s'agit pas d'un scénario, un terme mal adapté à ce qui se joue. Le focus va être une succession de thème où le PJ est libre. Il connaît ses prérequis (par exemple, pour le thème de l'amour, le PJ doit tomber amoureux de Céliane et être rival mais ami d'un autre PNJ-le classique triangle amoureux), mais le reste est libre. Et à chaque scène, le MJ distribue les rôles aux autres joueurs comme un metteur en scène d'une pièce de théâtre, avec des indications à la clé. Par exemple, dans une scène du focus de l'Amour, le PJ s’entraîne avec son rival sous les yeux d'un instructeur qui doit être sévère et doit pousser le PJ à se surpasser.

Cette succession de scènes va façonner de façon théâtrale le background du PJ et renforcer son implication dans les thématiques de la campagne. Donc non, il ne joue pas un scénario et non, les autres joueurs ne jouent pas des pré-tirés pour avancer dans son intrigue. D'ailleurs, avec la structure en scène, le MJ peut jouer une scène de chaque focus de chaque PJ, évitant ainsi qu'un seul joueur ne joue son personnage dans la soirée.

En plus, les indications de la campagne parlent d'un PNJ, le seigneur Wylard, celui dont le livre de base parle et qui cherche tous les moyens pour vaincre les féondas, ce qui pourrait signifier une campagne plus profonde que la description du val ne laisse entendre.

Ceci étant, cet ouvrage, pris tel quel, offre une soirée de jeu (un focus) pour un trentaine d'euros et une centaine de pages. C'est maigre. Si le concept est excellent, il y a trop peu de matière de jeu pour mériter autre chose qu'un 3, même si j'attends maintenant la campagne avec impatience.

Critique écrite en février 2015.

batronoban  

J'ai été tout d'abord surpris de lire que non, ce livre n'était pas un scénario, mais une espèce de prologue pour développer les personnages. Un concept semble t-il intéressant. Après avoir lu je n'ai pas du tout envie de le faire jouer.

Les scénarios publiés jusqu'à présent étaient bons comme le supplément "Prologue", et j'attendais avec impatience une campagne destinée à nous faire découvrir plein de détails et d’événements de ce monde, à la suite du livre de base. Sachant que le supplément sur les secrets du monde n'est mystérieusement pas près de paraître, ce début de campagne est malheureusement une grosse déception car il ne rentre pas dans le vif du sujet. C'est une sorte de longue introduction expérimentale et qui m'apparaît très prétentieuse. 

Je voulais un outil de jeu, pas une espèce de sous-théâtre. Apporter des éléments à l'ambiance en développant les personnages, voire des personnages pré-tirés, c'est tout à fait louable. D'ailleurs le début avec des liens entre la région et les personnages est classique mais au moins efficace et simple à mettre en place.

Côté forme, comme d'habitude dans cette gamme, c'est très beau et très bien présenté. La maquette est lisible et les illustrations sont nombreuses et très évocatrices.

On verra la suite...

Critique écrite en juin 2015.

 

2013 année Ombres d’Esteren ?

 

Après une année 2012 vide d’ouvrages en français (car en anglais la gamme a commencé cette année là), nous voilà avec entre nos mains le premier volet de la campagne Dearg.

Il s’agit là de la version « normale » de la campagne qui devrait sortir en quatre volumes tout au long de l’année, tandis qu’une version collector, financée avec grand succès via Ulule, verra le jour à la fin de l’année.

Une année qui s’annonce donc chargée et importante pour le jeu, qui plus est complétée par la sortie récente du Kit du meneur.

Voyons donc si le premier épisode de la campagne nous annonce une bonne année, avec une grande campagne qui nous fera oublier le supplément Secrets prévu pour 2014.


La qualité Esteren


Au niveau de la forme, cet ouvrage est du même, haut niveau que les autres ouvrages de la gamme. Les illustrations sont magnifiques et en nombre ; inspirantes au possible elles viennent poser avec brio l’ambiance et les décors de cette campagne. La maquette claire et agréable rehausse les textes qui sont eux aussi de qualité, avec peu de coquilles, faisant de Dearg un ouvrage que vous avez plaisir à feuilleter et lire.


Les prémices de la campagne


En tant que premier volet de la campagne, Dearg - Épisode 1 se doit de présenter la campagne, son décor et son fonctionnement. Ainsi la majorité, les deux tiers, du livre sert d’introduction à la campagne.

Le premier tiers de l’ouvrage nous décrit donc en détail le Val de Dearg et le village du même nom. Historique, lieux particuliers, personnalités, synopsis de scénarios… tout y est pour permettre à chaque MJ de réussir l’immersion des PJ dans cette région.

Le deuxième tiers du livre présente le concept d’Arc narratif. Concept qui a mon sens fait tout le sel de la campagne à venir, mais qui risque aussi de ne pas plaire à tout le monde. Chaque joueur se voit attribuer un arc (Amour, Éthique, Adoption, Culpabilité) qui lui sera lié, même s’il change de personnage, jusqu’à la résolution de l’arc à la fin de la campagne. Jusque là l’idée est très intéressante, mais elle se voit compléter par les focus qui lui donnent de la force mais changent la façon de jouer « classique ».

En effet un scénario focus sera lié à un arc précis, où un seul joueur deviendra le personnage principal et les autres joueurs se verront attribuer des seconds rôles afin de faire vivre le focus. En bref, les joueurs n’utilisent pas leur personnage fétiche et se retrouvent avec un pré-tiré risquant de servir de faire valoir à un seul joueur.


Mise en pratique des nouveaux concepts : le scénario La fin de Dearg - Épisode 1 nous présente un scénario, « Gaol, d’amour et de fureur », qui est un premier focus lié, comme son nom l’indique, à l’Amour. Il s’agit donc de lancer la campagne Dearg, mais de façon originale, en proposant aux joueurs les nouveaux concepts présentés précédemment.

Le scénario long et détaillé permet de découvrir de nombreux lieux et personnages importants de Dearg, et donc de poser les bases de la campagne à venir. Néanmoins il conforte un peu les réserves émises plus haut sur les arcs narratifs et surtout le focus. En effet, c’est une histoire d’amour tragique, qui laisse peu de latitude aux joueurs, et ça devient encore plus limité pour les seconds rôles qui risquent de se sentir par moment inutiles. Même si le dirigisme du scénario est vraiment raccord avec l’ambiance voulue et bien rendue par l’histoire.


Conclusion


L’année Esteren commence donc avec ce premier volet qu’on attendait avec impatience. On est un peu déçu de n’avoir qu’un seul scénario, qui plus est particulier, pour lancer la campagne. Mais ce début de campagne est de qualité, pose bien le décor et avec des partis pris narratifs audacieux.

La suite qui devrait arriver cet été nous permettra de poursuivre nos aventures dans ce Val mystérieux.


 

Chronique de Jérémie Coget publiée dans le Maraudeur n°10

Critique écrite en janvier 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques