Contenu | Menu | Recherche

L'imagination est plus importante que le savoir (A. Einstein)

Orkworld

Références

Thème(s) : Médiéval Fantastique

  • Ouvrages référencés : 1
  • Nombre de critiques : 1
  • Moyenne des critiques : 4

Description

Orkworld prend le contre-pied de la majorité des jeux de médiéval-fantastique en mettant en scène des orks. Mais il ne s'agit pas simplement d'un donjon renversé, Orkworld développe une réelle culture ork, fouillée, bien loin du simple monstre sanguinaire aux neurones clairsemés.

Dans le monde que propose John Wick, les orks ont une société ayant atteint l'Age de Pierre. Ce sont des nomades, qui suivent les animaux qu'ils chassent. En hiver, ils s'arrêtent dans des structures permanentes, de petits villages fortifiés, qui sont réparés et agrandis d'année en année. Ces villages permettent aussi parfois de faire des haltes lors des migrations. Les orks ne savent pas travailler le métal.

La société ork est matriarcale. Les orks considèrent la naissance comme un véritable miracle. La femme ork est donc le vaisseau du cadeau fait par la déesse-mère Keethdowmga. Cela fait des femmes orks des êtres sacrés, qui sont au centre de la tribu. En fait, une tribu est divisée en familles. Chaque famille compte une et une seule mère ork, un certain nombre de guerriers et un nombre plus restreint de guerrières : de jeunes femmes orks, pas encore mères. La famille la puis puissante est celle qui mène la tribu. La mère de cette famille est, de facto, la chef de la tribu.

Le panthéon ork compte donc Keethdowmga, la déesse-mère et ses trois fils. Le premier d'entre eux est Bashthraka, le dieu des guerriers. C'est un ork énorme, puissant, redoutable au combat et doté d'un caractère de cochon. Ses éclats de colère lui valent souvent de nombreux ennuis. Ensuite, Gowthdukah est le sage de la famille. Il a donné sa langue pour accéder à la Sagesse, qu'il distille à ceux qui savent écouter. Enfin, Pugg est le plus petit des trois frères. Il est frêle et marche en boitant. Mais c'est un roublard de premier ordre et les orks adorent entendre ses histoires, dans lesquelles il fait tourner en bourrique les dieux des autres races.

En effet, les orks ne sont pas seuls au monde. Ils partagent ce dernier avec trois autres races :
- Les Nains vivent dans les montagnes et leur philosophie peut se résumer à la poursuite d'idéaux platoniciens : un guerrier nain va chercher la perfection martiale, un artisan va chercher à produire des objets parfaits, tout cela dans le but de reproduire le paradis ici-bas.
- Les elfes sont des créatures de magie pure. Pour s'incarner, ils volent des corps humains (les orks et les nains sont trop laids), qu'ils adaptent ensuite à leur idée avec leur magie. Les elfes ne sont pas de ce monde. Ils ne rêvent que de le quitter mais pour cela ils doivent d'abord détruire les humains, les nains et les orks.
- Quant aux humains, leur société est modelée sur l'Empire Romain, avec un empereur, un sénat et des légions, qui cherchent à conquérir le monde. L'empereur espère arracher aux nains le secret de l'acier et, grâce à cela, s'en prendre aux elfes.
Le monde d'Orkworld est un lieu dangereux, à feu et à sang.

Quant au système de jeu, l'auteur l'a voulu simple. Un ork est décrit par cinq vertus : le courage, la ruse, l'endurance, la prouesse et la force, ayant des valeurs 1 à 6, même si des orks légendaires peuvent avoir plus. A la création, chaque personnage commence avec une vertu à 3, trois vertus à 2 et une vertu à 1. Le joueur dispose ensuite de 15 points de création pour augmenter ses vertus, à raison de 4 points par rang supplémentaire, avec un plafond à 3. Par défaut, le personnage dispose également d'un talent par vertu, au niveau 1. Les points de création peuvent aussi servir à augmenter les talents ou à en acquérir de nouveau, à raison de 1 point par niveau. La liste des talents par défaut dépend du type de personnage joué : un thraka (guerrier, le plus courant), un tala (conteur), une dowmga (une mère) ou un bodalay (shaman). Le type de personnage est aussi caractérisé par un niveau, appelé zhoosha. Tout nouveau personnage commence avec un zhoosha de 1.

Au-delà de la création de personnages, le jeu met en avant la création d'une famille entière. Le groupe de joueurs dispose alors d'un total de points de création égal à 25 points multipliés par le nombre de joueurs. Ces points sont dépensés en premier lieu pour acquérir des avantages : un renne, une lance spéciale, un tala plus expérimenté, des guerriers supplémentaires en plus de ceux des joueurs, etc. Les joueurs se répartissent ensuite les points restant pour créer leurs personnages.

Les actions sont résolues en lançant un nombre de dés à six faces égal à la somme des niveaux de la vertu et du talent concernés. Parmi les résultats, on en choisit un qui est un succès, c'est-à-dire dont la valeur est égale ou supérieure au niveau de difficulté de l'action : 2, 4 ou 6, par ordre de difficulté croissante. Si plusieurs dés ont donné la même valeur, on compte un bonus de 1 par dé supplémentaire.

Les règles de combat sont un peu plus compliquées. Une attaque ne va porter que si le jet d'attaque est meilleur que le jet de défense. Si c'est le cas, l'attaquant fait un jet de blessure, puis le défenseur un jet de résistance. Au bout de cela, le défenseur encaisse soit une simple blessure légère, soit l'impact complet de l'attaque. La mort peut venir rapidement.

L'expérience n'est pas gagnée directement. Durant le cours d'une partie, le meneur de jeu ou le joueur qui incarne le tala, s'il y en a un, notent les actes courageux, rusés, voire stupides mais intéressants, de chaque joueur. En fin de partie, pour chacun de ces actes, le tala lance un nombre de dés égal à son zhoosha. Le score maximum indique le nombre de points d'expérience gagnés par le personnage. En fait, cela correspond à de la célébrité (fana) qui provient des histoires que raconte le tala à partir des actes des autres membres de sa famille. Le fana est dépensé pour améliorer son personnage : 1 point par niveau de talent, 3 par niveau de vertu et 7 par niveau de zhoosha.

Un ork ne gagne pas seulement de l'expérience : il peut aussi gagner des Ennuis (Trouble). Les orks ont toujours des Ennuis. Cela fait partie de leur quotidien. Un nouveau personnage commence avec 1 dé d'Ennuis. Il peut en gagner d'autres en se comportant comme un lâche, mais aussi par excès de confiance, on dit alors qu'il "cherche les Ennuis". Le meneur de jeu utilise les dés d'Ennuis plus ou moins à sa guise pour compliquer la vie du personnage. Par exemple, au plus simple, il peut forcer un joueur à relancer un jet réussi. Toutefois, le meneur doit ensuite donner le dé correspondant au joueur, qui peut s'en servir, une fois, comme bonus. Un personnage qui a accumulé trop d'ennuis peut les voir déborder sur les autres membres de sa famille.

La magie existe aussi, mais les orks y ont un accès limité : un ork peut investir des points de fana pour enchanter un objet, ce qui lui confère des bonus. Il existe aussi des endroits et des objets mythiques, dont la magie vient des légendes qui y sont liées. Plus les légendes sont connues et abondantes, plus la magie est forte. Ses effets sont les plus divers. Il y a enfin la magie des elfes, dont le but essentiel est de terrifier les personnages.

Les derniers ajouts sur cette gamme

Gamme Générale

Titre de l'ouvrage
Type ouvrage
Parution
Langue
Editeur
Support
Orkworld
première édition
Livre de basenovembre 2000Wicked PressPapier

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 18 mars 2010.

Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Organiser la gamme par ...