Contenu | Menu | Recherche

Le bon, la brute et le meneur de jeu

Book of the Deceived

.

Références

  • Gamme : Mummy : the Curse
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Onyx Path Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : novembre 2014
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre en couleurs de 160 pages à couverture rigide.

Description

Book of the Deceived révèle les secrets de la sixième Guilde, censée avoir été détruite il y a des milliers d’années. Les autres Guildes sont collectivement décrites dans Guildhalls of the Deathless

La différence fondamentale entre les momies des cinq premières Guildes et celles de la sixième est la suivante : la sixième Guilde est formée d’anciens Shian’tu trahis, des demi-dieux, et non de simples serviteurs humains ayant été élus pour servir les Shian’tu dans l’immortalité… Être devenus des momies est donc pour eux une honte, une prison éternelle et une malédiction.

Pour bien comprendre les propos de ce livre, il faut récapituler la mythologie de Mummy. Le dieu Azar (l’équivalent d’Osiris chez les Égyptiens) est surveillé par les Juges, 42 entités divines qui président à différents aspects de la vie.

Les Shian’tu ont souhaité faire d’Azar le dieu des morts et des vivants, et de ne plus obéir aux Juges, trop distants. C’est ainsi qu’ils tuèrent et démembrèrent Azar pour qu’il plonge dans la Duat, le royaume des morts, pour dominer les morts tout en présidant au monde des vivants. Malheureusement Azar ne donna plus de ses nouvelles et ne donna aucun pouvoir à ses Shian’tu, comme ces derniers l’espéraient.

Ils décidèrent donc de fonder Irem en rassemblant les tribus humaines. C’est ainsi qu’ils présidèrent comme des demi-dieux à l’empire, formèrent les six guildes et instituèrent le culte d’Azar à la place de celui des Juges…

Un jour, suite à des rebellions et des affaires de corruption, ils comprirent qu’ils devaient redorer la gloire de leur civilisation et rendre hommage à Azar. Ils décidèrent donc de le rejoindre, en pratiquant un rituel qui plongerait Irem toute entière dans la Duat et l’éternité : le Rite du Retour. les Shian’tu de la sixième Guilde, qui maîtrisaient la Nomenclature et qui avait été le plus contribué à l’abandon des Juges, furent trahis par leurs semblables. Le Rite qu’ils pratiquèrent fut corrompu et ils devinrent des momies… au lieu de rester des Shian’tu, de rejoindre la Duat et trôner aux côtés de leurs semblables et d’Azar.

Après une page de titre, une nouvelle Hunter’s Dance (5 pages) qui raconte comme une momie retrouve le commanditaire qui a violé sa tombe, arrive finalement une page de crédits puis le sommaire.

Chaque chapitre débute sur une pleine page d’illustration et un court récit d’ambiance. L’Introduction (4 pages) présente le contenu du livre et ses objectifs.

Le premier chapitre Why the Stars Fall (16 pages) est le récit mythologique de la création d’Irem et de sa chute, conté de la bouche d’un Shi’a antu. Il explique à sa manière comment Azar, le dieu d’Irem, force cosmique de l’ordre et opposé à Ammut le Dévoreur, force de la création et de la destruction, ordonna aux Shia antu d’essaimer sur la Terre et d’apprendre la civilisation aux humains. C’est ainsi que l’empire d’Irem surgit des sables. Le récit se termine sur la trahison qui a provoqué la chute d’une partie d’entre eux, la sixième Guilde. Ils vouent depuis une haine féroce aux autres momies et aux autres Shian’tu pour cette trahison. 

Le second chapitre The Mirror Cracked (38 pages) explique comment créer un personnage de la sixième Guilde, sur le modèle du livre de base. Ils maîtrisent la Nomenclature, l’astrologie, les arts et sont liés au Destin. On apprend également qu’ils ne peuvent devenir des Suankhsen, des momies corrompues par le Dévoreur car ils sont réellement éternels : ils ne peuvent pas être détruits ou corrompus tant que le monde existe. Parmi les différences techniques, on peut citer :

  • ils disposent de moins de choix dans le choix de leurs Piliers, mais plus d’Affinités, dont une qui leur permet d’être métamorphe.

  • ils doivent suivre des idéaux appelées Vertus, liées à leur personnalité Shian’tu

  • ils n’ont aucun Décret puisqu’ils ne suivent pas les Juges et ne descendent pas en Duat.

  • ils ne peuvent pas quitter leur Guilde, elle fait partie de leur nature

  • ils ne peuvent être détruits entièrement et leurs cultes peuvent facilement les ressusciter

 

Le chapitre trois Under Wandering Stars (22 pages) détaille chacun des factions de la sixième Guilde, dont les fragments de personnalité de leurs maîtres influencent le comportement des Deceived. Leur éternité les a rendus à moitié fous et a provoqué un processus étrange : chaque corps de Deceived abrite l’âme d’un humain d'Irem mais aussi le fragment de l’âme démente d’un des maîtres Shia’antu de la sixième Guilde. Leur esprit est donc divisé et tourmenté. Les grandes factions sont au nombre de quatre (comme The Rotting Temple, des destructeurs et corrupteurs des civilisations ou encore The Scions of the Emerald Ankh, des protecteurs extrémistes du Sekhem). Enfin quatre autres factions mineures sont abordées rapidement.

Le chapitre quatre The Name of Power (30 pages) présente le pouvoir de la sixième Guilde : la Nomenclature, qui leur a permis dans le passé d’avoir une place de choix parmi les Guildes. Ils peuvent ainsi contrôler les êtres et les choses, les déformer, et en général modifier la réalité même : leurs pouvoirs sont donc très puissants. Les auteurs présentent également les reliques (ce sont des concepts, des mots plutôt que des objets) de la Guilde ainsi que de nombreux pouvoirs comme des Utterances et des Affinities. 

Le chapitre cinq A Panoply of One (18 pages) est destiné au meneur : de nombreux conseils sont fournis pour interpréter et mettre en scène les Shian’tu trahis. On y explique également le cycle de vie et de résurrection particulier des Deceived. Ce chapitre explique que les Deceived ont accès à une forme particulière de l’Apothéose : Étant éternels, ils fusionnent directement avec l’une des forces du cosmos en s’arrachant du Rite du Retour : le Destin lui-même… Ils deviennent alors ses agents. Le chapitre se termine sur la description d’un culte dédié à la Guilde perdue.

Le dernier chapitre contient la deuxième partie de la campagne officielle débutée dans Guildhalls of the Deathless. Elle s’intitule The Avarice Chronicle part III : the Trail of Heresy (21 pages). Les personnages vont partir à la recherche du mystérieux grimoire hérétique les Rêves de l’Avarice, être pourchassés par le monstre déjà vu dans le premier épisode et découvrir enfin la sixième Guilde dans une cité perdue… La campagne se conclue dans le supplément suivant : Sothis Ascends.

Le livre se termine sur une page blanche.

Cette fiche a été rédigée le 8 février 2015.  Dernière mise à jour le 13 février 2015.

Critiques

batronoban  

Alors que j'étais à moitié convaincu par les publications jusqu'à présent, celle-ci relève largement le niveau. On oscille tout de même entre un approfondissement et la complexification de la mythologie de Mummy qui laisse songeur (dans le mauvais sens du terme) et un livre très inspirant, entre protagonistes maudits, glaçants et des récits cryptiques bien savoureux.

Les Deceived sont donc d'excellents antagonistes, au passé très bien développé, il y a de quoi faire pas mal de scénarios autour de leur mystère. Je déconseillerai de les faire jouer car ça cassera tout mystère et on se retrouvera avec des listes de pouvoirs pour étoffer tout ça... bof.

Le livre est superbe, l'esthétique sablonneuse, mortifère est très bien rendue par des illustrations cohérentes, évocatrices, belles et bien choisies. On sent une véritable recherche esthétique.

Ce livre dévoile quelques mystères et pose d'autres questions (on comprend plus ou moins que les Juges de la Duat sont en fait d'anciens Deceived), notamment celle de la nature peut être extraterrestre des Juges qui ont créé Irem et les momies : Stargate nous voilà ! On se demande aussi ce qu'est le Destin. Un lien avec le Principle de Promethean ?

Le scénario est assez linéaire et bateau, mais propose de quoi dévoiler les mystères de ces momies divines et offre quelques décors sympas. C'est loin d'être génial mais ça va.

Le meilleur supplément jusqu'à présent, qui réussit à étoffer largement l'univers et le rend donc beaucoup plus intéressant...

Critique écrite en février 2015.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques