Contenu | Menu | Recherche

Je demande qu'on sorte des jeux de rôles convenus et des scénarios écrits d'avance (N. Sarkozy)

Dacartha Prime

.

Références

  • Gamme : Maelstrom Storytelling
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Hubris Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mai 2000
  • EAN/ISBN : 0-9660736-4-9
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret de 140 pages à couverture souple.

Description

Ce livre est un supplément pour "Maelstrom Storytelling" décrivant Dacartha, une cité du monde des Mille Royaumes, mais il est aussi un jeu de rôle complet, contenant l'intégralité du système générique "Story Engine" et son "Maelstrom Plug-In" permettant de gérer les particularités du monde des Milles Royaumes (Magie, etc.).

Le livre se divise en 3 parties : une introduction au monde de Maelstrom (14 pages), une description de la ville de Dacartha (72 pages) et le système de jeu "Story Engine" avec le "Maelstrom Plug-in" (41 pages). Le reste se compose d'une table des matières, d'un index et d'une feuille de personnage.

L'introduction contient : un mot de l'auteur expliquant ce qu'il a voulu exprimer dans cet ouvrage, une nouvelle "Adventure of the Black Rose" (déjà vue dans "Story Engine" et présentant le monde), et le chapitre 1 "The World through Dacarthan Eyes" est un apperçu du monde, avec des explications sur ses particularités, ses habitants, etc.

La partie sur la ville se divise ainsi : le chapitre 2 "Life in the Free City" présente la ville d'un point de vue comportement dans le monde mouvant du Maelstrom (part 1 : "the shifts") puis du côté social (part 2 : "living in Dacartha") avec des considérations très diverses (politique, lois, morale, fêtes, religion...) sur cette ville, sorte de reflet d'une cité du début du XXe siècle sur Terre, avec des différences tout de même (nous sommes dans un monde de "Fantasy" avec des non-humains présents partout). Une nouvelle "The Inquisitor's Dance" donne un apperçu de la misère sociale de la ville. Le chapitre trois "The Barrios" décrit la géographie de la ville, en s'arrètant sur chaque Barrio (quartier), et la ville basse (les égouts caverneux). La partie "A few spots on the map" décrit des lieux particuliers. Le chapitre quatre "Politics, History & the Free Legions" décrit le gouvernement de la ville, ses relations avec les diverses civilisations des Mille Royaumes et le passé (militaire surtout) de la ville. Le chapitre cinq "The Dacarthan Affinity" explique comment créer un personnage originaire de cette ville, avec des exemples d'Affinités ("compétences") conseillées. Après une courte nouvelle "The Edge of Waking", la technologie de la cité est décrite (revolvers, horloges, etc.). Ce chapitre se conclut par des détails (y compris caractéristiques) de plusieurs PNJs. Suit "Adventuring in Dacartha" qui donne des pistes pour créer des scénarios, et donne une quinzaine de synopsis. Enfin, quelques exemples de gadgets sont donnés.

La dernière partie du livre reprend la quasi-totalité du contenu du livret Story Engine sur une quarantaine de pages, y compris "Story Bones" le système de règles simplifié.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 28 janvier 2012.

Critiques

soner du  

Encore un excellent supplément pour Maelstrom.
Le livre est certainement moins joli que "Tales from the Empire" mais il est rempli à craquer de choses extrèmement intéressantes. Les idées de scénarii abondent, et ce background de fantasy urbaine, à mi-chemin entre Emile Zola et Jim Henson, a de quoi ravir les amoureux de backgrounds bien délirants (et néanmoins cohérents).

Les illustrations sont un peu "brutes" et sombres mais bien dans le style du décor (on dirait un peu du Hugo Pratt pour les dessins de Chris Keefe, et les oeuvres de Raven Mimura sont toujours aussi intrigantes).

Le livre contient la totalité du "Story Engine 2", le système du jeu révisé, mais la présentation de l'Univers est un peu trop succinte pour vraiment avoir une vision globale de ce monde et faire de ce livre un Jeu de Rôle à part entière. C'est l'un des seuls bémols que l'on peut apporter à cet ouvrage passionnant.

 

Je vais vous parler d'Agone, ou plutôt d'Abyme - si, si, vous allez voir, il y a un rapport. Abyme c'est la description d'une ville-phare du monde d'Agone, quelque chose qui vaut le coup d'oeil et où l'on imagine que des tas d'histoires peuvent se passer. Quand on est là-bas on se sent un petit peu comme à Paris, c'est-à-dire au centre du monde. Comme toute cité mythique on doit y trouver des choses uniques ou tellement magnifiées qu'elles en deviennent presque magiques, avec une ambiance comme nulle part ailleurs. Ça fait ça aussi dans la Metropolis de Kult. En plus, dans Abyme il y a un nouveau système de jeu - vous savez, celui qui ressemble au Story Engine de Maelstrom mais sans les dés. C'est fou les coïncidences?!

Bah voilà, Dacartha Prime c'est un peu pareil, c'est paru en mai dernier mais c'est quand même vachement mieux foutu et en plus c'est un vrai jeu complet. L'essentiel du bouquin se découpe en trois parties. D'un côté, une présentation de l'univers de Maelstrom vu à travers les yeux d'un habitant de la ville. C'est terrible ce que les descriptions romancées peuvent être efficaces pour vous plonger dans une ambiance et parvenir à saisir un monde vraiment pas évident au premier abord! Étant donné que les 133 pages du livre sont supposées être autonomes, c'était un exercice obligé et réussi.

Le gros morceau c'est bien évidemment la visite de Dacartha, la ville jumelle de Diodet, présentant la particularité de n'avoir aucune affinité régionale et donc de pouvoir se retrouver un peu n'importe où. Tandis que cette dernière - décrite dans Tales from the Empire - s'inspirait du vieux continent et de la désuétude qu'y voient nos cousins d'outre-atlantique, Dacartha s'appuie librement sur le modèle américain dans tous ses excès, avec ses charmes et ses saloperies.

En vrac, on revient aux débuts du siècle passé avec l'industrialisation, l'essor de la civilisation moderne et ses airs (dans tous les sens du terme d'ailleurs) de rust belt; les clivages politiques, les moeurs ou les particularités de chaque barrio de la ville rendent la "Free City" tellement plus américaine, nourrie des contrastes que le nouvel arrivant synthétise à merveille: il n'a pas de passé, il est libre, il est améric... euh, dacarthien et si ça s'trouve il finira à la rue comme les autres (et les flics seront vachement moins aimables)!

Ce nouvel arrivant, vous avez l'ensemble des règles nécessaires pour le créer. La version complète de la deuxième édition du Story Engine est incluse, ainsi qu'un petit corps de règles simplifiées (Story Bones). Rajoutez au paquetage une présentation sobre mais dense et agréable, avec des illustrations souvent captivantes, des nouvelles d'ambiance, des idées de scénarios et voilà le travail. Un cadre excellent pour peu que la mayonnaise prenne.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques