Contenu | Menu | Recherche

Ah, the pitter patter of tiny feet in huge combat boots

Rage across the Amazon

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 120 pages. Une page de tatouages à l'eau est jointe en fin de supplément.

Description

Ce supplément décrit la zone la plus sauvage et mystérieuse du monde : l'Amazonie, poumon de la Terre et dernier royaume préservé du Sauvage et de Gaia, où les Garous concentrent leurs forces pour lutter contre le travail intensif des serviteurs du Ver. Il débute par le récit d'une légende garou : Distant Thunder, qui raconte l'origine du conflit en Amazonie et l'histoire de la première meute tombée au combat.

Introduction : Welcom to Hell
Cette introduction brosse un rapide état des lieux de l'Amazonie, dans le Monde des Ténèbres. Les sources d'inspirations sont multiples (guerre, aventure, écologiste) afin de dresser un état des lieux pour le Conteur. Un rappel de l'état réel de l'Amazone en 1993 est fait, assez catastrophique.

Chapter One : History
Poussant leur avancée après leur arrivée sur les Terres Vierges (cf. Rage across New York), les Uktena continuèrent leur chemin depuis l'Amérique du nord vers celle du sud. Ils y trouvèrent des natifs, installés là bien avant l'arrivée des Garous et de leur Parents, et vécurent en harmonie avec les nombreux esprits de la Forêt amazonienne. Ils côtoyèrent d'autres change-formes : les Balam et les Mokolés, vivant en harmonie avec eux et apprenant de leur sagesse. Puis vint l'ère des Conquistadors, à la recherche d'or. Ils étaient accompagnés de technomages, désireux de supprimer l'aspect magique de la région. Des légendes apparurent au grand jour, tels les amazones et l'El Dorado. La région fut colonisée, avec ses tragédies et conséquences. Le coup fatal fut porté en 1986, lorsque la Pentex s'implanta lourdement au Brésil, préparant une opération de destruction massive. Ses efforts furent rapidement remarqués, conduisant les tribus à envoyer des guerriers pour lutter contre leur ennemi. Le légendaire Gogol Fang First pris rapidement le commandement des opérations. Il imposa un modèle militaire à la guerre pratiquée, modernisant ls méthodes de la nation garou. Les autres change-forme furent projetés dans la bataille, les Balam étant soumis aux prétentions des Garous et des agents de la Pentex, les Mokolés subissant des attaques de la Pentex. Les plus fameuses batailles gagnées contre les force du Ver et de la Pentex sont ensuite énumérées. Mais un aspect échappe aux Garous, figés sur l'affrontement matériel : la destruction du paysage de l'umbra. Les incessants rituels de liaison affaiblissent l'écosystème terrestre et spirituel. La guerre pourrait bien être perdue de ce coté-là, si les Garous n'y prennent garde...

Chapter Two : Geography
Une présentation de l'Amazonie est faite, ainsi qu'un descriptif de cette région méconnue. Les informations présentées regroupent les différents éléments : jungle, flore, faune, umbra, voyage. Les trois cairns de la région réquisitionnés par les Garous dans leur effort de guerre, sont décrits: Hollow Heart Caern, Sky River Caern, Caern of the Rain Spirit. Les installations de la Pentex sont abordées : le ranch Apocalypse, le QG de la Pentex, qui ont chacun un plan détaillé, des entrepôts, usines et mines. Un nid de Danseurs de la Spirale Noire est présenté, sans aucune caractéristique. Les royaumes d'un Balam et d'un Bastet sont abordés, sans caractéristique. Le territoire des Mokolés est mentionné, ainsi que les villages des tribus déserts et les effets sur Gaïa de cette tragique perte.

Chapter Three : People
Les membres du conseil de guerre sont détaillés, issus de toutes les tribus, dont le légendaire Gogol First-Fang, ainsi que le Ghost Raptor Pack, une meute de Garous d'exception, déclarée rebelle par Gogol lui-même. Les forces de la Pentex sont ensuite abordées dont le comité régional et deux agents. Les Balams et les Mokolés sont détaillés, avec les caractéristiques d'un membre pour chacune des espèces. Quelques animaux locaux sont présentés (anaconda, anguille électrique, crocodile, jaguar et piranha).

Chapter Four : Encounters
Plusieurs idées de scenarii sont proposées, d'influence pour la plupart militaires (reconnaissance, raid commando, surveillance, etc.).

Rio by Night est un scénario qui conduit les personnages dans la capitale du Brésil. Devant enquêter sur les machinations de la Pentex, les personnages vont tombés dans une sombre machination, orchestrée par de machiavéliques adversaires.

In Dreams and Nightmares est un scénario mettant les personnages sur la route de Samuel Haight, rencontré dans "Valkenburg Fundation", poursuivant sa montée en puissance à la recherche d'un artefact extrêment puissant. Ils vont plonger au coeur des mystères et de la magie qui font l'Amazonie.

Appendix One : Weapons and Equipement
Tous les types d'armes rencontrées sur le théâtre d'opération qu'est l'Amazonie: armes blanches, armes à feu, armes lourdes, explosifs, agents chimiques et bactériologiques, fétiches de combat des tribus

Appendix Two : Totems and Tactical Storytelling
Cet appendice présente six nouveaux totems (Respect, Guerre, Sagesse), liés à la région de l'Amazone. Le système tactique propose une méthode pour régler des combats entre groupes armés.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 4 mars 2011.

Critiques

feanor  

J'ai hésité à mettre 3 à ce supplément, mais j'ai préféré tabler sur son potentiel, et sur l'ingéniosité du Maître. J'ai peut-être eu tort, mais il convient en tout cas de montrer ce qu'il propose, et de donner des pistes sur ce qu'on peut en faire.

Rage across the Amazon, c'est la guerre. Si vous voulez du tactique, des combats hallucinants où l'on peut tout donner sans crainte d'attirer l'attention, du matériel de fou furieux et une opposition abominable, courez-y. C'est Apocalypse Now + Predator + les FARC. Rien ne vous empêche, d'ailleurs, d'en faire Verdun ou Dien-Bien-Phu.

Pourtant, l'option de jeu la plus gratifiante, en s'intégrant dans la structure de guerilla assez intéressante du Ranch Apocalypse (qui permet, là encore, aux jeunes loups de faire leurs preuves et de compter), c'est de jouer une meute borzoï, un groupe d'éclaireurs. Si l'ennemi est clairement identifié, et en dehors du fait qu'il se dissimule souvent, l'Amazonie est un territoire étrange et étranger pour la plupart des Garous. Ce n'est pas un lieu hospitalier, et une armée en campagne, quand bien même elle défendrait la vie sauvage, n'y est pas la bienvenue. Il y a beaucoup à découvrir, beaucoup de contacts à y nouer, beaucoup d'entités à approcher et à convaincre, ce qui laisse des possibiltés de jeu qui ne sont qu'effleurées dans le supplément. Les Mokolé, les Balam, le Ghost Pack, les peuples de la forêt, tout cela promet de bonnes occasions d'explorer et de négocier.

 

Il faut également enrichir les aventures, ajouter de l'espionnage ennemi, des trahisons, de la folie, du mystère, du mensonge, du doute à l'égard de la hiérarchie et de la stratégie qu'elle a choisie. Le scénario qui est proposé, s'il part d'une excellente idée (El Dorado), ne tient pas toutes ses promesses. Qui plus est, il met en jeu cet ennemi stupide et caricatural qu'est Sam Haight. Il faut donc clairement l'adapter, voire le modifier.

Mais le cadre de jeu peut en valoir la chandelle.

Critique écrite en juillet 2009.

batronoban  

Beurk. Ouais. Beurk. J'avais beaucoup d'espoirs devant cette contrée mystérieuse et cette guerre sans merci. Et bien au final on a un mauvais contexte de série B, façon Rambo 12, sans aucune subtilité. Les factions sont toutes caricaturales, tout droit sorties d'un mauvais comics, simplistes, chiantes à mourir.

Le scénario tente d'être intéressant avec cette légende rebâchée encore et encore d'El Dorado, mais se fait bouffer par des plantes carnivores avant la conclusion.

L'histoire des peuples et la conscience écolo-humaniste des auteurs est partie dans les chiottes de la jungle car à aucun moment il n'y a une historique fin et intéressant des peuples indiens qui y vivent. Quand je compare avec le boulot fourni pour le guide de l'Australie, c'est le jour et la nuit.

Et puis c'est vrai que l'idée d'une croisade de loup-garous en Amazonie est thématiquement vraiment étrange, donc j'arrive pas à faire entrer ça dans ma tête.

En plus c'est moche. Ce livre a mal vieilli, et je me demande si le papier utilisé vient pas, ironie du sort, d'arbres amazoniens. Du coup je vais postuler chez Pentex, tiens. Engagez-vous qu'ils disaient !

Critique écrite en avril 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques