Contenu | Menu | Recherche

9mm de diplomatie

Nameless Streets

.

Références

  • Gamme : HeroQuest
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Alephtar Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : septembre 2010
  • EAN/ISBN : 978-0-85744-010-5
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 88 pages, sous-titré a supernatural noir game.

Description

Nameless streets aborde un thème similaire à celui d'Hellywood ou de Dresden Files : le mélange du genre des films noirs et du surnaturel. Le terme "surnaturel" est ici à prendre au sens large : non seulement la magie existe, mais vampires et loups-garous arpentent les ruelles sombres en imper et chapeau mou, les coteries de sorciers manipulent la mairie, etc. Le premier chapitre, Secrets and Those Who Keep Them (5 pages), présente les thèmes du jeu et ses sources d'inspiration, tant cinématographiques que romanesques ou documentaires (concernant la ville de Portland, aux États-Unis).

Les règles de création d'un personnage étant décrites dans le livre de base, le second chapitre, Characters, ne contient que 6 pages de suggestions et d'outils (tables aléatoires) pour créer un personnage dans le ton. Dans le même esprit suivent trois pages de règles optionnelles (Optional Rules Modifications).

Puis, The Agency (14 pages) reprend à son compte les règles d'HeroQuest sur les communautés, sources de soutien pour les personnages, pour les adapter aux agences de détectives privés. D'autres formes d'organisations sont possibles, et plusieurs exemples sont fournis : un gang de vampires, un cabinet d'avocat, une feuille de chou à scandales, etc.

The Paranormal Noir Genre Pack (23 pages) couvre tout ce qui concerne les deux thèmes dont est tiré le jeu. Pour commencer, quelques pages reviennent sur le métier d'enquêteur privé et sur les mots-clés (keywords) du genre noir. Ensuite, c'est au tour de la magie d'être détaillée, tant du point de vue du contexte que du système. En plus des pouvoirs propres aux créatures surnaturelles (vampires, démons, etc.), Nameless streets distingue deux formes de magie : une magie commune (low magic) et une magie rituelle (high magic). La description de plusieurs traditions (nécromants, croyants, sorciers, etc.) termine le chapitre.

Puis, Supernatural Creatures (12 pages) est un catalogue de dix-huit espèces de créatures pouvant être choisies comme un mot-clé par les joueurs : Ange, Banshee, zombi, fantôme, vampire, lamie, etc.

The Anatomy of a Mystery (14 pages) est un chapitre de conseils sur la façon d'écrire un scénario autour d'un mystère, d'une enquête. Quelques synopsis sont donnés, ainsi que trois exemples commentés de construction de scénario.

Pour finir, Gaming in the Rose City (9 pages) fait un rapide tour de la ville de Portland dans sa version fantastique et fantasmée, le lecteur étant invité à se référer aux guides touristiques pour la face "émergée" de la cité.

Cette fiche a été rédigée le 6 mars 2011.  Dernière mise à jour le 2 avril 2012.

Critiques

Ivryen  

Nameless Streets est un supplément pour la gamme HeroQuest. Ce système ne m'inspire pas vraiment et ne me convient pas, j'ai pourtant acheté ce livre après avoir vu la fiche sur le grog. Je n'ai pas été déçu. C'est truffé de très bonnes idées pour croiser les genres fantastique et horreur dans un environnement urbain.

Premier point positif, étroitement lié au système HeroQuest, c'est la capacité de ce système à disparaître. La partie technique tient sur un papier à cigarette. Pas de règle optionnelle sur la localisation des dégâts, sur les poursuites, ou de tableaux d'équipement avec de nouvelles armes. Ce qui est important ici c'est plutôt d'aider le joueur à créer un personnage qui s'intègre dans l'ambiance en donnant des archétypes très modulables (j'adore l'optimiste vampire détective privé donné en exemple de création de personnage). De ce point de vue, si le livre contient beaucoup d'inspi à travers de nombreux supports (romans, séries télés, jeux vidéos), les illustrations sont un peu rares et trop peu immersives. Second point positif, c'est rudement bien écrit. Le livre se lit facilement et très rapidement. Certes le bouquin n'est pas des plus épais, mais Charles Green, l'auteur de Nameless Streets, écrit de manière très dynamique et on sent le plaisir qu'il a eu à imaginer des galeries de portraits tous plus originaux et jouables les uns que les autres. Troisième point, tout aussi positif, la description de Portland, Oregon, en mode "noir paranormal" fournit un cadre des plus savoureux déjà prêt à jouer.

Mais ce que j'ai le plus aimé dans Nameless Streets, ce sont les conseils pour créer des histoires. Quelques questions, un peu de réflexion et beaucoup d'exemples dessinent ainsi une méthode facile à prendre en main. Je suis particulièrement sensible à ce travail parce que dans de trop nombreux jeux, cette partie est délaissée et ressemble souvent à du remplissage. J'ai beau jouer et maîtriser depuis longtemps, j'apprécie encore qu'on me donne des conseils ou simplement qu'un auteur de jeu de rôle assume son statut d'auteur d'histoires et donne son point de vue sur la manière dont il perçoit sa création et sur la manière dont celle-ci devrait être jouée, chaque MJ, chaque joueur faisant ensuite ce qu'il veut ! 

Pour conclure, un bon supplément, utile et substantiel par son contenu. Je ne mets pas 5 car je regrette les trop peu nombreuses illustrations et surtout le choix d'une mise en page en noir sur gris qui, si elle est bien dans l'ambiance, est trop peu lisible. Mais pour ce qui est du contenu, bravo M. Green !

Critique écrite en janvier 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques