Contenu | Menu | Recherche

Fully loaded, safety off. This here’s a recipe for unpleasantness

Carnets Zoographiques du Capitaine Lalande (Les)

.

Références

  • Gamme : Générique : Médiéval-Fantastique
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Catalogue
  • Editeur : Chibi
  • Langue : français
  • Date de publication : avril 2018
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret à couverture souple de 104 pages de 107 x 174 mm.

Document de 106 pages.

Description

Les Carnets Zoographiques du Capitaine Lalande constituent un bestiaire destiné aux jeux OSR en général, et, en particulier, à la Sword & Wizardry Whitebox, à Coureurs d'Orages, au Black Hack, à Hunters of the Unknown 2 ou à Macchiato Monsters.

Passées une page de titres et crédits et une illustration pleine page du capitaine Lalande, ce sont ainsi 101 créatures originales qui sont décrites une à une. De l'aboulette au zolieur pentateutique, en passant par le chacaroux noctulant, l'équinasse spadassine, le pangol, le rat onirophage ou la trydre élégante.

Chaque monstre ou créature a droit à une unique page offrant une illustration, un commentaire d'un des carnets du capitaine Lalande les concernant, et un bloc de caractéristiques. Ces dernières reprennent ses dés de vie (DV), sa classe d'armure (CA) ascendante ET descendante, son jet de sauvegarde, sa taille, son armure (pour Macchiato Monsters et Hunters of the Unknown 2), son moral, l'ampleur de son trésor sur une ligne, son attaque sur une seconde ligne et ses pouvoirs et capacités spéciales (décrites de manière indicative) sur la troisième.

La dernière page de l'ouvrage explique, quant à elle, comment Lire les Caractéristique des Créatures.

Cette fiche a été rédigée le 16 avril 2018.  Dernière mise à jour le 19 juillet 2018.

Critiques

Sammael99  

En apparence, ces Carnets sont un bestiaire OSR avec des caractéristiques pour de nombreux jeux de la mouvance old shool renaissance. En fait, l'aspect mécanique (pour utile qu'il soit) me semble très secondaire par rapport à l'imagination débridée exprimée par l'auteur tant au niveau des concepts et des illustrations que des textes. Le livre dégage une atmosphère terrible et super inspirante. Chaque anecdote du capitaine Lalande ajoute à la fois un ou plusieurs éléments sur la créature considérée et construit par petites touches un monde de rumeurs et de lieux mythiques.
Les annotations sont courtes, écrites dans un style pseudo-XIXe pompeux. Les illustrations, par contre, font plutôt penser à ces créatures mythiques (et totalement imaginaires, elles aussi) des bestiaires médiévaux. Il y a quelques espèces douées d'intelligence, mais pour l'essentiel il s'agit d'animaux, grands ou petits.
Le bouquin propose 100 créatures et est une superbe source d'inspiration pour n'importe quel jeu de fantasy, du moment qu'on recherche une ambiance différente des poncifs de D&D (qui peuvent être super funs, mais qui ne sont pas le propos ici). Une fois ma lecture terminée, j'ai immédiatement commencé à réfléchir à une campagne de style "Monde perdu".

Critique écrite en avril 2018.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques