Contenu | Menu | Recherche

Wibbly-wobbly, timey-wimey.... RPGs

FACES

.

Références

  • Gamme : FACES
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Auto-édition
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 2019
  • EAN/ISBN : 9780244446543
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 218 pages en noir et blanc ou couleurs.

Document électronique de 218 pages.

Description

FACES est un système générique inspiré par Savage Worlds et déjà mis en oeuvre dans Sherwood. Il propose cinq types d'univers : médiéval-fantastique, post-apocalyptique, cyberpunk, pulp et space opera.

Après la reprise du visuel de couverture, le livre s'ouvre sur les crédits (1 page), le sommaire et un lexique (2 pages). Chaque chapitre s'ouvre sur une présentation illustrée en double page puis une illustration sur 2 pages.

Introduction (8 pages). L'auteur y explique le choix du nom du jeu, puis expose les grands principes de son système de jeu générique et explique ce qu'est un jeu de rôle.

Personnages (24 pages). Ce chapitre s'ouvre sur la création de personnages, avec la définition des Attributs et des Talents et leur principe de fonctionnement (valeur, usage,...) et la gestion des points de Vie et d'Energie. Viennent ensuite la liste et la descritption des Atouts et la table de tirage et la description des Travers et leur utilité. Puis vient la création d'un personnage à proprement parler, avec un encadré récapitulatif en dix points, et détaillés ensuite.

Jouer (44 pages). L'auteur y aborde d'abord les bases du système de jeu (test, difficultés,...), puis les tests spéciaux (actions d'ensemble et tests étendus). Viennent ensuite les règles de Combat et de combat avancés (13 pages) avec également les dégâts des armes et les protections d'armures, gestion des Avantages et des tactiques de combat, et un exemple de combat détaillé. Suivent sur 14 pages Aventures et dangers : chutes, maladies, poisons, courses-poursuites, relations et contacts, expérience,... Puis Magie et pouvoirs (6 pages) donnent comme son nom l'indique les règles de magie et la liste des pouvoirs. Ce chapitre se termine sur le Bestiaire (2 pages) qui décrit onze animaux courants (cheval, tigre,...).

Univers (124 pages). Ce chapitre se décompose en cinq parties qui correspondent aux univers proposés : Médiéval-Fantastique (22 pages), Pulp (16 pages), Post-Apocalyptique (26 pages), Cyberpunk (32 pages) et Space-Opera (26 pages). Pour chacun d'eux, l'auteur propose des races, Profils, Talents et équipements spécifiques, mais aussi des rencontres ou des ajouts particulier en terme de règles (drogues, trouvailles...).

Conseils (10 pages). Sont ici abordés différents conseils donnés au lecteur, que ce soit sur les préparatifs d'une séance (choix et nombre des joueurs, lecture des règles et du scénarios, horaire,...), la gestion de la partie (le droit à l'erreur, la "triche" du côté du MJ, la gestion des PNJ, la sonorisation d'une partie, la gestion des combats,...) et l'après séance avec le retour des joueurs.

L'ouvrage se termine sur la fiche de personnage (1 page) et une illustration pleine page avec le titre du jeu.

Cette fiche a été rédigée le 6 janvier 2019.  Dernière mise à jour le 17 mai 2019.

Critiques

Animorphal  

Pourquoi ai-je acheté ce livre ?

Avec une trentaine d’années de  jeux de rôle derrière moi, je suis comme la plupart des quadragénaires pris par des obligations professionnelles et familiales qui ne me permettent pas de jouer autant qu’avant. 

J’ai donc besoin d’un jeu simple à retenir car je ne joue plus toutes les semaines. Je cherche également un jeu de rôle rapide à jouer de façon à avancer dans une campagne sans devoir faire une centaine de soirées. Il faut comprendre derrière ça, un jeu où les combats ne prennent pas plus de temps qu’il ne le faudrait.

Avec cette ambition derrière la tête, j’ai donc choisi d’investir dans Faces.

Le livre est agréable à lire. Les mécaniques sont bien expliquées et systématiquement illustrées par un exemple dans la marge. Une fois la lecture terminée, je n’avais qu’une envie : faut que je convertisse immédiatement mon jeu de rôle en cours (pour ma part Pathfinder) !

Le jeu comporte plusieurs mécaniques intéressantes qui répondent à mes préoccupations.

Tout d’abord les règles sont faciles à retenir. 

Le principe de définir un perso sur 2 axes (innée, appris) déjà existants dans Sherwood est ici reconduit. Avec un lancer de 2 dés, et en prenant le meilleur des 2, il permet de pallier à toutes les situations de façon simple et rapide et facilité l’improvisation en cours de scénario.

Au-delà de ces 2 caractéristiques, si on veut spécialiser son perso, les atouts et travers sont faits pour ça. D’ailleurs c’est ici que j’ai trouvé un must-have : Les travers permettent aux PJ, par une bonne interprétation, de regagner des bonus en cours de partie (point d’énergie). L’idée me plait vraiment car elle est axée sur le roleplay, c’est excellent !

Il y a la possibilité de créer des profils très facilement de façon à correspondre exactement à ce que le PJ veut. Pour illustrer, nous avons converti son PJ prêtre 7/inquisiteur 2 de Pathfinder dans Faces en créant un profil dédié ... Prêtre inquisiteur ! 

On trouve également des bonnes idées dans les règles de combat, comme :

- l’absence d’initiative (allez hop, on gagne du temps !), 

- un mécanisme d’opposition qui permet des combats rapides (surtout contre des opposants de faible importance) et qui permet aux joueurs de véritablement s’exprimer,

- des dégâts des armes,  indexés sur le degré de réussite du test d’opposition,

- l’existence d’avantages en combat, et on peut facilement en inventer plein d’autres !

Le livre présente aussi des règles pour gérer les actions d’ensemble (notamment pour tout ce qui touche aux tests de discrétion / perception qui s’ils sont gérés individuellement aboutissent à des situations ubuesques,  …)

Bien évidemment, l’aspect multivers permet de changer d’univers sans changer de règles du jeu. Je dois cependant reconnaître que je ne prévois pas à court terme de basculer sur un autre univers. Mais ce n’est pas l’envie qui manque, plutôt le temps (relisez mon intro vous comprendrez ^^).

Si je devais émettre une certaine prudence, ça serait sur la magie. La mécanique en tant que telle me convient. On y retrouve, à l’instar des dégâts physiques, un effet des sorts indexé sur le degré de réussite. J’émettrais plutôt une réserve sur l’absence de sort de longue durée. Dans mon groupe, j’ai un ensorceleur et je me pose la question de savoir si le PJ converti sera à la hauteur de ces compagnons. Bref c’est à tester et dans pas longtemps !

Au final, je suis ravi de mon achat. Au-delà du système de jeu décrit, c’est tout le potentiel qui se cache derrière qui m’a intéressé. Ainsi, je vais m’empresser de le mettre en œuvre pour voir s’il répond concrètement à mes besoins. Je ne peux que vous encourager à le lire également !

Critique écrite en janvier 2019.

Dox  

F.A.C.E.S est le nouveau jeu du prolifique James Tornade qui s’est bâti une solide réputation dans le petit monde du JDR avec Brigandyne ou encore le très réussi Sherwood. F.A.C.E.S nous promet, je cite la quatrième de couverture, «  un jeu de rôle générique qui permet de se plonger dans une multitude d’univers sans avoir à apprendre de nouvelles règles ». Qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord, sur la forme, c’est un sans faute. Je possède la version en couleur qui est du plus bel effet. De très nombreuses illustrations embellissent les pages. Elles sont globalement d’excellente qualité et elles donnent envie de se plonger dans la lecture. La maquette est très lisible, les textes sont aérés et bien mis en valeur. De plus, les explications sont limpides. On sent une volonté pédagogique importante. Il n’est jamais nécessaire de relire un paragraphe pour comprendre un point de règle.

Sur le fond, le système est très simple. On utilise des dés (du D4 au D20). Lorsque la réussite d’une action n’est pas évidente, on jette un dé d’attribut représentant l’inné du personnage et un dé de talent représentant ses acquis. On garde le meilleur résultat des deux que l’on confronte à une difficulté, généralement 4. Il y a bien sûr quelques subtilités et règles additionnelles mais rien de très lourd à gérer, tout semblant parfaitement logique et cohérent. Les combats sont rapides et n’alourdissent pas inutilement les parties.

5 univers sont proposés dans le livre : médiéval-fantastique, pulp, post-apo, cyberpunk et space-opera. Chacun d’entre eux possède ses spécificités mais la base du système reste la même comme il se doit pour un jeu générique. Du coup, il est aisé de varier les plaisirs pour un meneur ayant peu de temps pour potasser de nouvelles règles.

Au final, F.A.C.E.S tient toutes ses promesses. On a là un système générique, simple et concis. Il n’y a pas de textes inutiles, des pages et des pages de remplissage, on trouve juste ce qui est nécessaire. Bravo M. Tornade et vivement l’écran et le développement de nouveaux univers !

 

Critique écrite en février 2019.

Axel Eloy  

Je me suis régalé à la lecture du livre. 

La maquette est aussi audacieuse qu'efficace et chaque élément visuel rapporte à une information précise.
Le tout servi par des illustrations de grandes qualités. On se retrouve avec un modèle indépendant à faire palir de gros éditeurs.

Au niveau du fond, c'est aussi très efficace et fonctionnel, à l'image de Brigandyne. Le système rappelant Savage Worlds se prend très vite en main. 

Les caractéristiques et les talents se marient très bien ensemble et ce quel que soit le setup utilisé.

Voilà l'autre point fort du jeu qui propose plusieurs univers bien distincts avec leur bestiaire, leur équipement et d'autres spécificités toujours bien imaginés.

Cela permet de se lancer rapidement dans le mastering d'un univers au choix.

C'est intuitif, ludique et fonctionnel ! Que demande le peuple ? 

10/10 would recommend 

Critique écrite en février 2019.

Sabbak  

Excellente surprise que ce FACES !

Je ne suis pas en grand fan des systèmes génériques mais...devenant peu à peu carrément allergique à la mode du "Propulsé par l'Appeau Kalipse", j'avais envie de me tourner vers un petit système simple pour motoriser des univers pas encore couverts par les jeux actuels (il en existe?).

Et là, je tombe sur FACES.

Je n'en attendais pas plus que cela... et pourtant : c'est excellent!

Le système est simple, souple et intuitif.

Il permet le niveau de détail que l'on souhaite car se prette facilement à des modifications / complications, même si cela devrait être rarement nécessaire.

Toutes les règles, grandes ou petites, sont pensées pour procurer du plaisir ludique avec efficacité et fluidité. C'est beau une mécanique bien huilée!

La mise en page est originale. De prime abord, elle semble un peu partir dans toutes les directions... mais à la lecture elle se révèle plutôt agréable et finalement assez bien pensée.

Les 5 univers présentés donnent, au niveau des règles, tout ce qu'il faut pour commencer à jouer dans chacun d'entre eux. On sent que James Tornade est un vrai routard du JdR et qu'il sait ce qui est utile et ce qui relève du blabla ! C'est intelligemment synthétique. Et ça, franchement, ça fait plaisir.

Quelques point négatifs tout de même...

  • quelques maladresses de construction. Certaines règles sont réparties à plusieurs endroits (avec des éléments d'une même règle expliqués à la création de personnage et d'autres dans la partie des règles elles-mêmes...)
  • quelques (petits) bugs de mise en page (soulignements et autres...).
  • quelques illustrations de profils plutôt quelconques, voire médiocres, surtout par rapport aux grandes illustrations, toutes excellentes !
  • une feuille de perso un peu trop "compacte". Serait-il possible d'aérer cela sur 2 pages A4?

Au final, une évaluation "objective" (hahaha!) devrait m'inciter à mettre un 4. Toutefois, la jouabilité globale du système et son intelligence de conception me font pousser à 5. Il faut valoriser l'intelligence!

Critique écrite en mars 2019.

Ancka  

Je recherchais un jeu générique bien ficelé et à la mécanique simple, qui puisse être utilisé aussi bien par les vieux briscards que par des novices en découverte du jeu de rôle. Et c’est un peu par hasard que je suis tombé sur FACES. Je suis désormais l’heureux possesseur d’un format papier imprimé en couleurs.

C’EST BEAU !

À l’ouverture, la première chose qui surprend est la mise en page très visuelle avec des illustrations très immersives.

LA THÉORIE

À la lecture, la mécanique de base est simple et intuitive basée sur des dés croissants (de 4 à 20), les combats et poursuites sont fluides et ne cassent pas le rythme de la partie. Il y a également des règles optionnelles, proposées tout au long de l’ouvrage, qui peuvent être déployées à loisir pour appuyer une ambiance ou une volonté de réalisme.

Lors du premier survol de règles, le bestiaire m’a apparu très sommaire et léger, cependant lors de la lecture il apparait clairement comme une base que chaque meneur de jeu pourra étoffer à sa convenance.

L’APPLICATION PRATIQUE

C’est vraiment en attaquant le chapitre présentant les univers que l’on réalise les possibilités de ce jeu. L’auteur nous présente plusieurs variantes à travers cinq univers agrémentés de nouvelles règles optionnelles : Races, profils, magie, pouvoirs, mutations, équipement, véhicules, cyberware, drogues, matrice, trouvailles.

L’INVITATION

Quelques conseils synthétiques et une feuille de personnage générique (parce qu’il en fallait une), pour réaliser pleinement que ce jeu est une boîte à outils complète pour agrémenter nos rêves les plus fous.

Critique écrite en juillet 2019.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques