Contenu | Menu | Recherche

C'est méchant un Grog

Première Trame

.

Références

  • Gamme : Ecryme
  • Sous-gamme : Ecryme - 2ème édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Editions du Matagot
  • Langue : français
  • Date de publication : décembre 2017
  • EAN/ISBN : 978-2916323-34-3
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret de 96 pages à couverture souple en noir et blanc.

Description

Ce supplément regroupe cinq scénarios déjà parus au cours de la précédente édition. La première trame faisant ici référence aux premières traverses mais aussi aux premiers textes publiés. Les scénarios (ou ballades) ont été corrigés, augmentés, re-illustrés et tous les aspects techniques ont été adaptés au système de la seconde édition.

L’ouvrage s’ouvre par un sommaire et des crédits (1 page), une introduction (2 pages). Les scénarios sont entrecoupés d’une nouvelle tirée d’Eole.

Pavane pour un Lys Noir (17 pages, paru initialement dans un Casus Belli) : Les personnages arpentent les traverses environnant Éole à la recherche des traces de sabotages perpétrés par le Lys Noir, une organisation terroriste anti-citadine. En louvoyant parmi une population acquise à la cause de leurs adversaires, ils pourront remonter jusqu’au sommet présumé de l’organisation. Mettre un terme à ses agissements demandera une bonne dose de courage et d’ingéniosité.

Vandalisme lunaire (10 pages, paru initialement dans Itinérance) : Des livres en papier de riches collectionneurs éoliens sont retrouvés vierges de tout contenu, comme s’ils avaient été effacés ! Les personnes lésées mandatent les personnages afin de mettre la main sur le(s) responsable(s) dans une cité des vents plongée dans une ambiance de conte de fée sombre, à la manière des films de Tim Burton. 

Les automates rêvent-ils de cités mécaniques (18 pages, paru initialement dans un Casus Belli) : Un horloger génial, mais dément, décide de construire une cité mécanique totalement régentée par la logique… Bien évidemment, cela ne se fait pas sans heurt ni quelques morts sur lesquels les personnages seront amenés à enquêter.

Des arbres qui voulaient voler (6 pages, paru initialement dans Itinérance) : Des âmes d’aérostiers sont emprisonnées dans les arbres d’une serre et cherchent à s’en échapper. Cette ballade est précédée par Le quartier des Serres, une aide de jeu (12 pages, paru initialement dans Eole) qui revient en détail sur ce quartier et décrit l’unique moyen qu’ont trouvé les hommes de préserver le bois.

Sonate venicienne (25 pages, paru initialement dans le Livre de base de la première édition) : À travers la cité neutre de Venice, les personnages sont amenés à enquêter sur un étrange morceau de musique aussi ensorcelant qu’à l’origine de bien des convoitises. Durant cette aventure de longue haleine mêlant art et politique, ils seront plongés dans un panier de crabes et côtoieront les plus hautes sphères de l’artistocratie. 

A noter que les souscripteurs bénéficient d’aides de jeu sous forme de tableaux synoptiques reprenant les scénarios ainsi que des chevalets des différents personnages.

Cette fiche a été rédigée le 10 avril 2019.  Dernière mise à jour le 6 août 2019.

Critiques

JEL  

Les suppléments vont du moyen au bon en passant par l’excellent. Mis à part Pavane pour un Lys Noir, les scénarios impliquent tous du fantastique sans trop en dévoiler ce qui fait vraiment la force d’écryme.

L’autre élément qui me plait beaucoup est que ces scénarios sont destinés à être joués en one shot mais gagnent énormément à être intégrés à la campagne. Même si ce n’est pas dans la base ou parfois juste dans un encadré, je donne les liens dans ma critique détaillée.

Si on décrit par le menu, on a une nouvelle qui doit faire 2-3 pages facilement oubliable puis des scénarios... Car oui, écryme c’est du scénario, du scénario et encore du scénario. Du moins bon au meilleur, je classerais :

- Des arbres qui voulaient voler raconte l’histoire d’arbres contaminés par l’écryme. Le scénario est très linéaire, présente une ambiance presque rurale (car se déroulant dans des serres géantes) donc pas forcément dans le ton écryme. Il tiens surtout par la description des serres qui cassent un peu la linéarité pour donner un aspect plus bac à sable.

- Vandalisme lunaire est déjà plus sympa. Simple à mettre en place, assez court et plein de scènes hautes en couleur (on a plein d’images à la Tim Burton avec les monocliers ou les méchants). Linéaire, il tient surtout par son ambiance onirique et son introduction du fantastique. C’est le premier scénario d’écryme que j’ai joué et la table en a redemandé. Vandalisme lunaire a cela d’intéressant qu’il met en scène un Effluent qui sont un des éléments clé de la campagne et s’intègre donc sans aucun effort.

- Pavane pour un Lys Noir implique le Lys Noir, une organisation terroriste centrale. Ce lien en fait quasiment un scénario « storyline » et le rend donc quasiment indispensable. Divisé en 3 parties, il implique enquête, action et négociation diversifiant l’ambiance en jeu. Pavane pour un Lys Noir a, de plus, un lien très fort avec la campagne puisque le Lys se retrouve dans les deux tomes. Comme Vandalisme Lunaire, il peut être joué directement dans la campagne sans modifier le moindre lien.

- Les automates rêvent-ils de cités mécaniques est une presque campagne. Présenté comme un one shot, il est assez facile de le relier à la campagne qui se déroule dans Venice mais aussi avec les effluents. Vraiment bon pour son enquête et son côté plus steam punk que les autres. A nouveau, on a droit à plusieurs ambiances entremêlées 

- Sonate venicienne est storyline. Sonate venicienne est une campagne en 3 actes (correspondant à 2 ou 3 scéances). Sonate venicienne est clairement inclus dans la campagne officielle puisqu’il en constitue le préquelle. En plus d’être excellent à jouer, Sonate venicienne confronte les personnages aux céphales, aux grands du monde et permet aux personnages joueurs de laisser durablement leur marque dans Venice. Tout simplement excellent (j’avais prévenu qu’écryme était un coup de cœur mais ce type de scénario avec les automates et Pavane y ont contribué)

De très bons scénarios qui permettent de diversifier un peu la campagne officielle pour leur ton légèrement différent car moins sombres et plus poétiques.

Allez vous vous en servir ?

C’est déjà fait

En conseilleriez-vous l'achat ?

Euh oui, 3 fois oui.

Critique écrite en juillet 2019.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques