Contenu | Menu | Recherche

9mm de diplomatie

Encyclopédie Monstrueuse

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livre de 224 pages à couverture rigide.

Description

Comme son nom l'indique, l'Encyclopédie Monstrueuse est un bestiaire. Il est entièrement compatible avec le système D20. Sa particularité est de présenter des créatures qui prennent place dans les Terres Balafrées.

A part une petite introduction aux Terres Balafrées, l'Encyclopédie Monstrueuse contient surtout plus de 200 nouvelles créatures. Tous les grands types y sont représentés, avec une préférence tout de même pour les morts vivants. Tous les facteurs de puissance y sont couverts, allant du petit monstre insignifiant au boss de fin de niveau.

Même si la plupart des créatures présentées peuvent en théorie être utilisées dans n'importe quel contexte, c'est dans les Terres Balafrées qu'elles trouveront toute leur saveur. En effet, plus qu'une série de monstres aux tactiques de combat variées, chacune des créatures est présentée soit avec sa place dans les Terres Balafrées, soit avec des histoires et légendes qui lui sont liées ou encore avec ses relations vis à vis des Dieux ou des Titans. Toute une série de petits détails dénotent l'effort fait par les auteurs pour intégrer les monstres au contexte général et à l'histoire de Scarn.

En plus des races spécifiques d'habitants et d'animaux spécifiques aux Terres Balafrées ainsi que du grand nombre de morts vivants et d'esprits, on y trouve également plusieurs personnages ou monstres uniques, telles que Jack-aux-larmes et son carnaval ou le Hérault de Vanghal, qui sont plus des PNJs importants, futurs ennemis ou alliés des joueurs, que de simples "monstres à casser". D'autres animaux de légende comme le Grand Cygne deviendront des éléments de bonne fortune accueillis avec plaisir. Toutes les créatures dans cette encyclopédie ne sont pas destinées à être combattues, et l'apparition de certaines d'entre elles peut amener des scénarios ou des rencontres intéressantes (les gnomes brasseurs deviendront un classique apprécié). A noter pour finir une réécriture spécifique de quelques races connues comme le Halfelin ou la Harpie qui diffèrent légèrement dans le contexte des Terres Balafrées.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Denis Oblet  

Je me méfie toujours un peu des bestiaires, s'ils sont bien utiles comme livre de référence, leur intérêt général est souvent bien pauvre. On fait face à des séries et des séries de statistiques rébarbatives, attaques spéciales et règles supplémentaires. Il est donc rare que je les lise en entier. Même si on n'échappe pas aux statistiques, l'Encyclopédie Monstrueuse est arrivé à éveiller mon imagination car tout au long de ces pages j'ai découvert nombres de petites anecdotes, légendes ou événements des Terres Balafrées qui m'ont vraiment donné envie d'en savoir plus sur ce monde, son histoire et ces habitants.

Pari réussi donc pour ces auteurs dont le but était justement de susciter l'intérêt pour leur monde à partir d'un supplément très général capable d'intéresser tous meneurs de jeu (et qui se permet d'ailleurs de sortir avant son équivalent officiel !).

Seule petite ombre au tableau, les illustrations vont souvent du bof au franchement grotesque, c'est dommage... De plus certains facteurs de puissance me semble fantaisistes. Sinon c'était un bestiaire parfait.

wolvie  

Ce bestiaire est vraiment bon.
Pourtant au départ j'etais sceptique sur le fait de commencer à decrire un monde par les monstres. Il me semblait que le plus important c'etait les personnages et l'histoire du monde.
Mais en fait certaine de ces infos sont bien présentes dans ce bestiaire. Elles sont intégrées dans les descriptions des monstres. On apprend plusieurs choses sur l'histoire des Terres Ballafrées et on fait la connaissance de quelques-uns de ces PNJ important.

Il me semble que cette approche novatrice permet d'aborder tous ces monstres avec un regard différent.
Et puis au moins ça nous fait un bestiaire en francais. Hein Wizards ?

Arkéon Sanath  

Un bestiaire original certe, mais un bestiaire quand même. Cependant certains monstres sont des scénarios en puissance mais qui dit scénario dit boulot, et il serait vraiment dommage de se contenter de les faire rencontrer à vos joueurs sans approfondir le sujet autrement qu'à coup de hache. Les illustrations vont du "bien" au "bof pas terrible" et sont entièrement en noir et blanc (comme le reste du bouquin). Un supplément étonnant, mais il faudra travailler pour le rendre vraiment intéressant.

Vlad Le Démon  

Ma critique est toute simple : j'ai été agréablement surpris au premier abord, les monstres décrits sont intéressants et originaux... Mais il y a un hic (je ne parlerai pas des illustrations qui auraient pu être bien meilleures), et ce hic je m'en suis aperçu très récemment en comptant les Points de Compétence des Rampants : il y a des erreurs au niveau des scores des compétences et ce sur plusieurs monstres.

Si je me fie à la méthode de calcul fournie par le Manuel des Monstres de WotC, je me rends compte que les Rampants devraient avoir un nombre de Skill Points égal à 2 x score int, mais ce n'est pas le cas j'en ai totalisé deux ! Je ne sais pas comment les auteurs du livre ont fait le compte mais en tout cas on ne peut pas dire qu'il soit bon ! Ce problème se répète sur d'autres créatures comme par exemple l'Abandonné... Si je me suis trompé qu'on me le fasse savoir...

Ce bestiaire aurait pu être très bon s'il n'y avait pas ces erreurs, c'est pourquoi je reste indulgent et que je lui donne la moyenne...

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

J'avoue que j'étais assez suspicieux en feuilletant cet ouvrage. Les illustrations en noir et blanc n'en jettent pas autant que le manuel des monstres. Mais une lecture plus approfondie montre que la plupart de ces créatures sont bien pensées, autour d'une idée d'aventure ou autour d'un aspect particulier des terres balafrées.

J'apprécie l'idée des Abandonnés (je pense aussitôt à une expédition pour les convertir à un culte), des chiens de bataille (et des convoitises qu'ils peuvent causer), des brebis amalthéennes (une quête pour aller chercher leur lait).... J'apprécie aussi les divers rejetons des titans pour leur côté tragique et desespéré et pour les ennemis acharnés et récurrents qu'ils peuvent constituer comme les terribles Asaaths.

Quelques créatures restent banales mais la plupart ont une touche de mystère bien agréable. En tant que manuel de monstres, il est 5/5, mais en tant que supplément de JdR, je lui mettrais une note de 4 parce qu'un manuel de monstres n'est jamais indispensable.

Frère Isoar  

Et oui, le 5 n'était vraiment pas loin mais bon, certaines des illustrations sont dignes d'une BD en noir et blanc pourrie que l'on aurait oublier dans un jeans lavé 50 fois dans la bonne vieille machine de maman.... On voit que dalle, excepté des gribouillis franchement dégueux ! Sorry mais on est en droit d'avoir la haine quend on sait que le reste est tellement bon. Les monstres sont décrits avec finesse et précision. Le coup d'y adjoindre juste ce qu'il faut comme détail ne vous noie pas, les rend vraiment unique... Excellent quoi. Enfin, il est important de rajouter que ces créatures ont une place de choix dans d'autres mondes.

Gulix  

L'Encyclopédie commence par une introduction d'une page, qui a pour but de présenter succinctement les Terres Balafrées. En effet, une page, c'est bien court, et cela laisse sur sa faim. Il est évident que maintenant que la gamme est développée, il est facile de trouver d'autres informations, que ce soit dans les publications anglaises, les traductions françaises, les articles du D20 mag ou les sites internet, mais à l'époque de sa sortie, il était le seul supplément disponible pour les Terres Balafrées.

Après ce bref aperçu, l'ouvrage commence son énumération de monstres. De l'Abandonné à la Wyverne des flèches, 206 créatures sont passées en revue. Il est possible de trouver pour tous les goûts, des créatures foncièrement destructrices (dragons des ruines, le Destructeur) aux créatures que l'on peut trouver comme alliées (Chevalier Creux, Gnome Brasseur), en passant par des substituts des orques, gobelins et autres gnolls (Asaathis, Rampants, Arachnogobelins).

Cette énumération de créatures est très plaisante à lire car chaque descriptif comporte au moins une piste pour une idée de scénario, ou au pire d'interlude. De plus, une grande majorité de créatures apportent leur lot de révélations sur l'univers des Terres Balafrées, ce qui est très plaisant. Toutes ces créatures, bien que totalement jouables dans un univers autre que les Terres Balafrées, possèdent toutes une spécificité assez propre à cet univers, et sont bien conçues au niveau des règles. On découvre ainsi quelques variantes des races standards de DD3 : Elfe abandonné, Chardouni, Halfelin, toutes facilement adaptables comme races jouables. Il n'y a donc rien à redire au niveau du contenu.

Cependant, là où le bât blesse (un peu), c'est au niveau de la maquette. Et plus précisément au niveau des illustrations. Le fait d'utiliser le noir et blanc n'entre pas en compte dans mon jugement, car il est des plus appropriés pour certaines illustrations (Celui des croisements surtout). Cependant, je trouve que certaines des illustrations sont simplement "moches". Je ne saurais sans doute pas faire mieux, mais j'en attendais plus dans un ouvrage tel que celui-ci, surtout qu'il y en a de très réussies. Dans le palmarès de celles que je trouve excellentes se trouvent l'Arachnogobelin, Celui des croisements, l'Ecorchévil, le Féroce, la Gorgone Supérieure, les Rampants, l'Orafauna, l'Orgueilleux et le Troll des steppes. Et dans celles qui, à mon avis, n'ont pas leur place dans ce livre, on peut trouver la Dame des noyades, le Destructeur, les Dragons des Ruines, le Dragon goudron, l'Esprit de Boucherie, l'Esprit des puits, l'Esprit pestiféré, Garabroud, les Inquisiteurs, la Limace Meunière, le Parfait, la Pie des grottes, le Pyro et le Rejeton des Cataclysmes. Tout ceci est laissé à l'appréciation personnelle de chacun.

Les points forts de la maquette sont sans aucun doute l'utilisation de cette "marge" que l'on retrouvera dans tous les suppléments "Terres Balafrées". Elle permet d'identifier rapidement le produit et la gamme. Un autre atout est le fait de ne pas cumuler plusieurs créatures sur une même page, contrairement à ce qui a été fait dans le Manuel des Monstres. Les caractéristiques d'une créature commencent ainsi toujours en haut de page, après le nom. Cela apporte une bonne lisibilité.

Pour conclure, je dirais donc que, si vous recherchez plutôt un joli bestiaire, orientez-vous vers le Manuel des Monstres, et si vous recherchez un bestiaire riche en créatures pouvant amener des idées de scénarios, ou si vous voulez découvrir les Terres Balafrées, orientez-vous vers l'Encyclopédie Monstrueuse.

batronoban  

Ce bestiaire est le seul que j'ai lu de A à Z ! Il est captivant car presque tous les monstres ont des histoires et des légendes fournies, creusées, et bien souvent reliées entre elles. Historiquement c'est un des premiers livres parus pour les Terres Balafrées et l'éditeur a choisi d'en faire une introduction à ce monde plus qu'un simple recueil de créatures. Loin d'être anecdotiques comme ce que l'on trouve dans les bestiaires complémentaires (ou aussi génériques) de D&D et de Pathfinder, chaque monstre de ce bestiaire semble charismatique, bien trouvé et riche d'idées de scénarios.

Cela est dû aux descriptions racontant comment les dieux et les titans se sont affrontés et comment cette guerre a produit tant de créatures et autres bizarreries.

J'ai lu ce livre plus de dix ans après sa sortie, à l'heure des magnifiques manuels de monstres en couleur et papier glacé, et pourtant celui ci est immédiatement devenu LE bestiaire que j'utiliserai pour mes aventures.

Côté esthétique la traduction est bonne, la couverture rigide, reliure qui tiendra bien, et enfin les illustrations varient du moche au bon, sans véritable pièce exceptionnelle malheureusement. Le noir et blanc, je trouve, va très très bien à ce monde particulièrement sanglant et ténébreux.

Une vraie perle, d'un niveau très élevé par rapport aux standards de ce type de recueil.

A noter qu'il vous sera difficile d'adapter une partie de ces créatures à votre monde tant elles sont profondément liées aux Terres Balafrées. 

Critique écrite en juillet 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :