Contenu | Menu | Recherche

C'est sérieux là ! On joue !

Descent into Avernus

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 258 pages en couleurs contenant un poster double face de 1499 x 1065 mm.

Description

Après les démons des Abysses, c’est au tour des diables des Enfers de voir une campagne leur être dédiée. Cette campagne, prévue pour conduire des personnages du niveau 1 au niveau 13, met en jeu la cité de Baldur’s Gate, menacée par les manigances diaboliques de l’archange déchu Zariel.

Après les pages de de titre, de crédits, et la table des matières (3 pages pour le tout), un guide de prononciation d’une page ouvre l’ouvrage. Puis About the Adventure (5 pages) en présente les grandes lignes et le contexte avant de donner quelques guides pour interpréter les diables et décrire la vie dans les Enfers.

La campagne en elle-même s’ouvre sur Chapter 1: A Tale of Two Cities (42 pages). Les PJ sont dans Baldur’s Gate dont les portes ont été fermées devant le flux de migrants d’Elturgard. En effet, des rumeurs veulent que leur capitale Elturel ait été littéralement rayée de la carte. Qui plus est, le grand duc Ulder Ravengard de Baldur’s Gate y était présent lors du drame, le mettant au nombre des disparus. La cité de Baldur’s Gate se voit pour sa part être en prise avec des meurtres en série perpétrés par des sectateurs diaboliques. Les PJ sont engagés par les Flaming Fist pour assurer la sécurité des rues. Il leur faudra trouver l’origine de ces meurtres pour y mettre fin. Une enquête qui devrait faire découvrir que le destin de Baldur’s Gate pourrait bientôt être le même que celui d’Elturel.

Dans Chapter 2: Elturel Has Fallen (22 pages), les PJ ont du se rendre au premier cercle des Enfers pour retrouver la cité d’Elturel. Aidés par un hollyphant amnésique, ils tenteront de venir en aide aux habitants de la cité et de retrouver le Grand Duc.

Chapter 3: Avernus (60 pages) voit les PJ arpenter les désolations d’Avernus en quête de moyens de détruire les artefacts qui poussent Elturel vers son destin infernal.

Chapter 4: Sword of Zariel (12 pages) met les PJ sur la piste de l’épée de l’archange déchu, maître d’Avernus. Cette épée, reliquat de l’époque où Zariel était encore un agent céleste, pourrait grandement les aider à sauver Elturel et Baldur’s Gate.

Enfin, dans Chapter 5: Escape from Avernus (12 pages), les PJ sauront si leurs actes, pactes, et trésors acquis leur permettront de revenir des Enfers avec Elturel.

En complément de la campagne en elle-même, Baldur’s Gate Gazetteer (56 pages) décrit en détail la cité de Baldur’s Gate. Tout d’abord, History of Baldur’s Gate et Baldur’s Gate Today (3 pages) relatent l’évolution de la cité de sa fondation jusqu’en 1492 DR, ou se déroule cette campagne. Government (3 pages) aborde pour sa part sa structure dirigeante (le Conseil des Quatres), militaire et leur capacités à appliquer les lois (notamment à travers des tables de réaction). Citizenry (1,5 page) brosse pour sa part le portrait de la population de Baldur’s Gate. Economy and Trade (1 page) fait état du commerce légal - ou non - ainsi que des sphères d’influences des familles patriciennes prééminentes. Religion (1,5 page) passe en revue les huit principaux cultes vénérés à Baldur’s Gate. Dangers in Baldur’s Gate (6 pages) s’ouvre sur une illustration en double page, puis évoque les principales organisations criminelles, à savoir la Guilde, et le culte des Dead Three dédié à Bane, Bhaal et Myrkul. Une carte de Baldur’s Gate de 2 pages est également insérée dans cette section avant que City Landmarks, Upper City, Lower City, Outer City (27 pages) ne décrive les divers lieux notables de la cité. Chaque section disposant aussi de tables de rencontres et d’interactions. Beyond Baldur’s Gate (1 page) ne consiste d’ailleurs qu’en ces tables mais pour les routes à l’extérieur de la ville. Baldur’s Gate Character Backgrounds (6 pages) offre des précisions sur les background du Player’s Handbook dans le cadre de Baldur’s Gate, offrant une capacité alternative pour ces profils, et de nouvelles origines pour certains. Un nouveau profil, Faceless, qui ne peut devenir un héros que sous un masque. Dark Secrets (4 pages) propose, une fois le groupe de PJ créé, de lui définir un sombre secret et qui en a connaissances parmi les PNJ. Ce secret va de la conspiration échouée dont ils sont les derniers membres, à un casse raté, en passant par un meurtre ou un vol.

Pour conclure, les Appendices comprennent :

  • Appendix A : Diabolical Deals (4 pages) qui comporte les règles des pactes diaboliques ;
  • Appendix B : Infernal War Machines (7 pages) à propos des machines de guerre infernales et leurs caractéristiques ;
  • Appendix C : Magic Items (5 pages) qui liste les artefacts magiques de la campagne, dont le bouclier du Hidden Lord et l’épée de Zariel ;
  • Appendix D : Creatures (16 pages) est le bestiaire de la campagne en complément du Monster Manual. L’on y retrouve 24 adversaires et montres, dont une grande partie de diables ou démons, dont Baphomet, Zariel, mais aussi des sectateurs humains, et l’Hollyphant, cet agent céleste à la forme d’un tout petit éléphant volant au pelage doré ;
  • Appendix E : Infernal Rapture Menu (2 pages) présente la carte du menu infernal, en caractères infernaux et en caractères latins ;
  • Appendix F : Story Concept Art (10 pages) présente à son tour des croquis de recherches et illustrations d’ambiance (10 pages) ;
  • Appendix G : Infernal Script (1 page) reprend la police d’écriture démoniaque conçue par Daniel Reeve.

L’ouvrage contient un poster présentant une carte en couleurs de Jared Blando sur chacune de ses faces. La première représentant la ville d’Elturel arrachée des Royaumes Oubliés pour descendre à Avernus, et la seconde Avernus lui-même.

Cette fiche a été rédigée le 30 novembre 2019.  Dernière mise à jour le 11 décembre 2019.

Critiques

Lunarciel  

 

Ce module avait de quoi être prometteur lorsqu'il fut annoncé au D&D Live de 2019. Débutant dans la célébrissime cité de Baldur's Gate, cette nouvelle campagne offre l'occasion de se lancer dans une aventure ayant pour cadre principal la première strate des Neuf Enfers, permettant ainsi aux joueurs et aux joueuses de découvrir l'immense richesse de ce thème classique de D&D qu'est la Blood War, cette lutte éternelle entre diables et démons.

Les prémisses de cette Storyline sont à la hauteur du caractère épique que suppose une descente dans les Enfers. Un ange déchu appelé à connaître la rédemption, une cité au complet envoyée dans le plan infernal, un ordre de chevaliers hanté par une défaite du passé... Bref, il y a là énormément de matériel propice à construire une histoire mémorable, en particulier grâce à son principal antagoniste, Zariel, la Solar devenue Archidiable d'Avernus. Malheureusement, ces prémisses, qui correspondent finalement au synopsis de la campagne, sont à quelques exceptions près les seuls bons points de ce module.

Ce supplément souffre en effet de très importantes lacunes, en particulier en ce qui concerne la structure de son scénario et sur la manière dont il exploite son principal cadre, soit Avernus. Je reviendrai plus loin sur ces deux principaux écueils, afin d'énumérer brièvement les quelques autres problèmes qui parsèment cet ouvrage.

Commençons par nous pencher sur le titre même de la campagne. Concrètement, même si le premier chapitre s'y déroule, Baldur's Gate n'est pas au coeur de l'histoire. C'est plutôt la cité d'Elturel, envoyée dans les Enfers, qui constitue le moteur principal de ce scénario, car c'est bien pour la sauver que les personnages sont appelés à parcourir Avernus au péril de leur vie et de leur âme. Pourtant, la description de la cité du meurtre, qui occupe près d'une soixantaine de pages et qui constitue un des points forts de ce supplément, est au final complètement sous exploité, voire totalement accessoire au scénario.

Un autre problème que l'on pourrait pointer est la pauvreté de la description des PNJ, même centraux, de cette campagne. Contrairement à des suppléments comme Curse of Strahd ou Tomb of Annihilation, les blocs de caractéristiques des PNJ sont éparpillés à travers tout l'ouvrage. Aussi, si dans ces deux autres suppléments les principaux PNJ avaient le droit à plusieurs paragraphes pour décrire leur histoire, leurs motivations et leur caractère, dans Descent into Avernus ils n'ont le droit qu'à quelques lignes éparpillées ça et là. Dès lors, tous ces personnages qui sont censés faire avancer et vivre l'histoire peinent à prendre vie, nécessitant de la part du MJ un travail d'écriture supplémentaire, ne serait-ce que pour savoir comment interpréter tel ou tel PNJ.

L'absence de rencontres aléatoires dans la majorité des lieux que les pj sont appelés à explorer se fait également beaucoup sentir. C'est pourtant elles qui permettent habituellement de rendre un cadre de campagne plus ouvert et de lui donner une saveur particulière - ce que font à merveille Curse of Strahd et Storm King's Thunder, par exemple. Pour le coup, on doit se contenter de la ligne droite dessinée par le scénario.

Et justement, le scénario, parlons-en. Comme beaucoup de discussions sur Reddit ou d'autres forums l'ont souligné, il s'agit là de la plus grande faiblesse de ce supplément, en particulier en raison de son extrême linéarité, qui n'est pas sans rappeler celle du premier module de Tyranny of Dragons. Encore une fois, les prémisses de ce scénario sont excellentes et auraient pu donner un très bon résultat. Mais sa structure ne leur rend pas honneur. Ainsi, dès le premier chapitre, les personnages vont aveuglément d'un donjon à l'autre, se contentant de ramasser l'indispensable indice qui leur permettra de savoir où aller par la suite. Il est tout de même dommage d'amener les personnages à Baldur's Gate pour finalement leur faire suivre un couloir qui leur permet difficilement d'apprécier tout ce que cette ville a à leur offrir en matière d'intrigue et d'aventure. 

Après un trop court chapitre dans une Elturel envahie par des diables et des démons (de loin le meilleur passage de l'ouvrage), l'impression d'être sur une ligne droite s'accentue dans le chapitre dédié à "l'exploration" d'Avernus. Les pj ainsi doivent choisir entre deux voies qui devront les amener à leur destination finale, la Bleeding Citadel, qui renferme l'épée de Zariel, un des moyens de libérer la cité d'Elturel de ses entraves infernales et de ramener l'ange déchu vers la lumière. Chacune de ces voies est constituée de 8 localisations, dont les connexions entre chacune d'elle frisent la caricature d'une suite de quêtes de MMORPG. Par exemple, il arrive que plusieurs localisations successives prennent cette structure-là : les PJ y rencontrent un PNJ qui leur demande, comme condition pour leur révéler une information, d'aller à la localisation suivante; dans cette nouvelle localisation, un autre PNJ leur demande à son tour d'aller dans une autre localisation; rendu là, on leur dit, encore, d'aller dans un autre endroit, etc. Cette structure s'étale parfois sur 5 localisations... Joué tel quel, le chapitre 3 risque sérieusement de frustrer les PJ, qui auront l'impression de constamment se faire ballotter d'un endroit à l'autre sans finalement vraiment avancer. La plupart des guides sur cette campagne propose d'ailleurs de ne pas suivre le format proposé par ce chapitre, en adoptant une structure plus libre et moins linéaire (ce qui demandera néanmoins, là encore, beaucoup de travail de réécriture au MJ). 

Aussi, la manière dont les différentes parties de ce scénario très linéaire se succèdent est très décevante, frisant parfois la paresse d'écriture. Pour donner une petite idée, le principal moteur des épisodes se déroulant en Avernus est un Holyphant nommé Lulu, un ancien compagnon de Zariel, qui a perdu la mémoire. Et chaque fois que les PJ terminent une partie du scénario, la mémoire de la créature céleste se débloque, permettant d'indiquer l'étape suivante... Et je ne parlerais pas des transitions qui organisent les deux voies discutées plus haut, qui m'ont parfois fait douter que ce module ait été testé avant d'être publié.

Parlons un peu maintenant du cadre principal de la campagne, Avernus, la première strate des Neuf Enfers de Baator. Rapidement, l'idée des scénaristes était d'offrir l'expérience d'une sorte de Mad Max in Hell, empruntant ainsi beaucoup aux visuels et à l'ambiance de Mad Max Fury Road. L'idée en soi n'est pas inintéressante, car il est vrai que les paysages désolés du film de Miller ne sont pas loin de l'image que l'on pourrait se faire de l'enfer. Cependant, il est vraiment déplorable que les scénaristes aient organisé l'exploration d'Avernus autour de ce seul concept. Bien qu'elle constitue véritablement le coeur de cette campagne, cette strate est à peine décrite, bien que le matériel des précédentes éditions ne manque pas. Ainsi, pas une ligne sur les localisations emblématiques de cette strate, comme la Bronze Citadel, Darkspine, le Maggot Pit, ou encore sur les Dark Eight, ce conclave de Pit Fiends censé superviser la Blood War. D'ailleurs, bien qu'elle soit en principe la caractéristique principale de cette strate, cette guerre fait à peine office de bruit de fond, les PJ semblant toujours évoluer loin des immenses champs de bataille d'Avernus, qui ne sont finalement jamais mis de l'avant, à part brièvement dans la description des alentours d'Elturel. En bref, on sent une sorte d'une difficulté de ce module à parler de ce dont il devrait parler. Considérant le passage éclair que font les PJ à Baldur's Gate, on se serait plutôt attendus à ce que le supplément s'étende de façon détaillée sur la strate d'Avernus plutôt que sur la cité du meurtre.

Aussi, on peine à sentir que les PJ évoluent dans les Enfers. Alors certes, ils sont appelés à conduire des machines infernales qui carburent avec des âmes. Mais pour le reste, les Enfers décrits dans le supplément manquent sérieusement de saveur. C'est surtout vrai pour les PNJ infernaux, qui au final agissent à peu près comme n'importe quel mortel. L'exemple le plus frappant est Mad Maggie, une guenaude qui permettra aux PJ de débloquer la mémoire de Lulu et  d'obtenir des véhicules pour arpenter Avernus. Contre quoi cette créature infernale rend-elle ces services? Rien, si ce n'est le plaisir d'explorer les souvenirs de Lulu, ce qui constitue déjà un service qu'elle rend aux personnages. On est très loin du danger subtil et sournois que représentent les diables, tels que décrits dans le Mordenkainen tome of foes. Même Bel, l'ancien archiable d'Avernus, se comporte de manière plutôt honnête, sa plus grande félonie consistant à cacher quelques informations aux personnages. Finalement, ce supplément donne l'impression d'être vraiment passé à côté de l'occasion d'être une aventure unique et d'exploiter à son plein potentiel le thème des fiélons et de la lutte cosmique que représente la Blood War.

En conclusion, on a là un module dans l'ensemble très faible, sans doute le plus décevant depuis Tyranny of Dragons - qui avait cependant le mérite d'être plus simple à réécrire. C'est d'autant plus frustrant que l'histoire de départ sur laquelle il s'appuie est excellente. Le faire jouer demandera ainsi un très important retravail du matériel de base, ce qui pourra heureusement être aidé par les nombreux suppléments et guides produits par des fans (surtout en anglais pour l'instant), qui proposent de revoir la structure de la plupart des chapitres, ou de leur donner plus de profondeurs en détaillant davantage les trois principaux cadres de cette campagne (Baldur's Gate, Elturel et Avernus).

 

Critique écrite en mai 2020.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques