Contenu | Menu | Recherche

La société pardonne souvent au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

Mon Meilleur Ennemi

.

Références

  • Gamme : Crimes
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Caravelle
  • Langue : français
  • Date de publication : octobre 2007
  • EAN/ISBN : 978-2-9527466-2-5
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 64 pages à couverture souple

Description

Ce scénario fut d'abord joué dans le cadre du TIL, une convention de jeu lyonnaise. Il est accompagné de cinq personnages pré-tirés, auxquels l'intrigue est fortement liée. L'avant-propos propose toutefois des pistes afin d'intégrer un autre groupe de personnages, en utilisant éventuellement certains des pré-tirés comme personnages non-joués. Il est complété par un synopsis, avant le scénario lui-même, découpé en trois actes de quatorze pages chacun. L'intrigue générale est centrée autour de meurtres en série qui semblent liés à des groupuscules extrêmistes. A noter que le scénario est décrit par ses auteurs comme difficile, à la fois pour le meneur et les personnages. Au niveau de l'ambiance, les deux premiers actes sont du domaine du polar noir, le dernier étant quant à lui plus proche de l'horreur gothique.

Le premier acte ("Deuil en Suspend") voit le coupable présumé des meurtres être exécuté. Cependant les personnages, dont certains proches des victimes du tueur, ne sont pas tous convaincus de la véracité du jugement et de l'efficacité d'une enquête qui leur semble avoir été baclée. Ce premier acte est une prise de contact entre les personnages, qui vont se lancer sur les premières pistes ignorées par la police municipale, afin de mener leur propre contre-enquête. Ces pistes vont notamment les faire approcher des milieux antisémites ou d'extrême-gauche de la capitale.

Dans le deuxième acte ("Sur la Piste Brumeuse"), les pistes se font plus difficiles à suivre, à mesure qu'elles semblent rapprocher des groupuscules que tout oppose. L'histoire va se faire plus nébuleuse et opaque, notamment à cause de nombreuses fausses pistes. Mais au final, l'enquête va se concentrer sur deux personnages aux relations troubles.

Le troisième et dernier acte ("Le Fief Maudit des Linois-Debut") conduit les personnages aux sources du Mal. Ils y démêleront l'échevau des intrigues et découvriront ce qui se cache réellement derrière les crimes. Selon la qualité de leur enquête, cette confrontation pourra sonner leur perte ou celle du meurtrier.

Plusieurs annexes complètent le scénario : la description d'un café qui peut devenir le point de rendez-vous des personnages, des pièces à conviction qu'ils récupèreront éventuellement au cours de leur enquête (procès-verbaux, témoignages, rapports de légiste, etc.), des coupures de presse et la description des principaux protagonistes non-joués. Enfin, les cinq feuilles de pré-tirés, en une page chacun, concluent l'ouvrage.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Thom'  

Crimes est un jeu que j'aurais sans doute délaissé si je n'avais pas été chargé de le chroniquer pour le Grog. Et honnêtement, j'aurais eu de quoi m'en mordre les doigts. Et "Mon Meilleur Ennemi" n'y est pas étranger, car je trouve ce scénario tout simplement excellent.

Déjà, je suis un fan de l'approche consistant à fournir des personnages pré-tirés avec un scénario "one-shot". Cela procure, d'après moi, une immersion bien supérieure, et un véritable défi pour les joueurs, à la fois en matière d'interprétation et de résolution du scénario. Ici, l'immersion est bien menée, même si deux personnages sembleront a priori (j'ai bien dit a priori) plus moteurs que les autres.

Ensuite, l'intrigue de ce scénario est fouillée, avec un ton relativement mature et glauque, qui me plaît assez. Les aides de jeu sont nombreuses et jolies. Enfin, j'apprécie le mix des ambiances de polar et d'enquête avec le côté gothique de la conclusion (qui n'est pas sans rappeler un domaine de Ravenloft, dans un tout autre genre).

Le scénario est bien décrit et bien écrit. La complexité de l'intrigue et des personnages impliqués aurait pu donner un scénario impossible à exploiter. Il n'en est rien. Le découpage en actes et en scènes est bien fait, même si c'est principalement le découpage en scènes qui servira aux MJ, puisqu'il est possible d'ignorer complètement certaines scènes d'un acte à l'autre. Le scénario n'est pas strictement linéaire, dans la mesure où il suit un classique découpage en enquête : fausses ou vraies pistes, conclusions, confrontations avec les personnages ou organisations impliqués, etc. Le troisième acte consiste plus en une description du "Fief" qu'en une suite de scènes de conclusions, et c'est très bien, car c'est souvent le piège dans les scénarios de ce type : permettre plusieurs conclusions tout en évitant qu'elles soient inéluctables.

Avec tout ça, vous vous dites certainement que la note aurait dû être maximale. Oui, mais voilà, j'ai plusieurs pressentiments négatifs, et dans ce domaine, j'ai tendance à avoir foi dans mes pressentiments. Si jamais je mène ce scénario (et ce n'est pas l'envie qui manque), et que mes pressentiments ne sont pas vérifiés, comptez sur moi pour rectifier ma critique.

Le premier concerne la difficulté du scénario, qui me paraît extrêmement élevée, à la fois dans sa préparation par le MJ et dans sa résolution par les joueurs. Il y a dans cette histoire des pièges redoutables, dans lesquels une large majorité des joueurs que je fréquente tomberaient à coup sûr. Notamment, le fait de rencontrer le criminel sans le savoir, avec la possibilité de lui révéler plus qu'il n'en faut, semble pour moi un obstacle incontournable pour le joueur moyen, et même pour le joueur expérimenté. Il faudra des joueurs concentrés, attentifs et prudents pour réussir. Et même eux ne réussiront pas sans encombres. Comme le disent les auteurs, le triomphe n'en sera que plus grand... Mais la frustration peut l'être aussi.

Mon autre pressentiment concerne la difficulté pour le MJ à interpréter certains des protagonistes de l'histoire. Je n'en révèlerai pas beaucoup plus de peur de déflorer le scénario, mais certaines caractéristiques de certains PNJ me semblent diablement complexes à mettre en scène sans tomber dans le grand n'importe quoi. Là encore, il faudra que le MJ se retrousse les manches avant et pendant le scénario pour retranscrire au mieux ces personnages.

En raison de sa complexité et des faiblesses potentielles que je devine (mais qui demandent tout de même confirmation en jeu), j'atténue donc un peu mon jugement, mais cela dit, je pense que c'est un scénario à conseiller à tous les MJ proposant un contexte Belle Epoque à leurs joueurs. Un sacré bon boulot !

Garall  

Avec ce supplément, les Ecuries d'Augias confirment la grande qualité de Crimes, après le livre de base et l'écran.

L'intrigue offre un bon échantillon de ce que peut être l'univers de ce jeu centré sur la folie et la dégénérescence. Elle est tortueuse et fourmille de nombreuses fausses pistes dont les auteurs nous offrent parfois le développement. Son principal point fort, à mon sens, repose sur le fait que plusieurs explications restent possibles jusqu'au dénouement du scénario, et les évènements peuvent être lus de manière différente par les personnages cartésiens ou mystiques. En outre, les personnages non-joueurs sont relativement bien décrits (en tout cas, suffisamment pour être joués tels quels) et les joueurs auront affaire à une galerie de protagonistes très variés.

J'apprécie personnellement beaucoup le plan du scénario. Découpé en 3 actes et 22 scènes, agrémenté d'aides de jeux, de conseils aux meneurs, il est très agréable à lire. D'autre part, chaque scène est décrite très clairement et se termine par des "Ouvertures" qui résument les différentes pistes offertes aux PJ, ainsi que les scènes où elles renvoient. Cette organisation facilite le travail du MJ, qui peut facilement en tirer un schéma très clair.

L'ouvrage est terminé par cinq personnages pré-tirés. D'habitude, j'ai plutôt tendance à trouver que ce genre d'ajout constitue du remplissage pour MJ et PJ pressés de jouer. Sachez que dans ce cas précis, il n'en est rien ! L'historique et les personalités des personnages ajoutent à mon sens énormément à l'intrigue et je serais très tenté de les jouer tels quels (ou du moins d'utiliser leurs historiques). Là encore, les auteurs donnent des pistes pour adapter le scénario dans le cas où il serait joué par d'autres personnages.

En résumé, voilà un scénario de qualité qui plaira aux amateurs de roleplay et d'intrigues bien tordues (ce qui pour moi constitue les principaux axes de ce jeu d'ambiance très mature), même si l'intégrer dans une campagne pourra s'avérer laborieux. Ce supplément est cependant plutôt à conseiller aux MJ n'ayant pas peur de s'investir, l'intrigue étant complexe et très ouverte. Mais si celle-ci pourra n'être pas simple à résoudre pour les PJ, de nombreux conseils sont donnés tout au long de l'ouvrage pour faciliter la tâche du MJ et aiguiller les joueurs qui piétineraient dans leur enquête. Du tout bon Crimes donc !

Franck  

Mon Meilleur Ennemi passionnera à coup sûr tous les dingues de la 'vraie belle-époque dépouillée de clichés', du Polar noir maîtrisé et du Fantastique version Edgard Poe.

Une intrigue complexe, des pjs qui ont une raison d'être là, de l'horreur psychologique amenée de manière très subtile ; du style dans l'écriture, du plaisir à la lecture, des conseils didactiques aux meneurs de jeu, des aides de jeu de qualité ; une maquette classieuse, un papier vraiment agréable au toucher, des illustrations absolument magnifiques et un auteur qui répond présent sur le forum des Ecuries d'Augias pour échanger/conseiller/répondre aux personnes qui souhaiteraient profiter de l'occasion offerte...

Un très grand Merci donc à Monsieur Guillaume Frery pour ce bien bel ouvrage plein de maturité qui permettra de vivre de longues et belles heures d'évasion !

Heuhh  

Le livre se lit assez difficilement, mais c'est plus dû à l'intrigue qu'au style utilisé. En effet, si vos joueurs aiment les casses têtes ils en auront un bel exemple ici.

 

Alors clairement, ce n'est pas un scénario pour débutant, que ça soit au niveau du MJ ou des joueurs, j'ai d'ailleurs très envie de le faire, mais j'attends de me faire la main sur Bombyx, qui est plus léger en terme de temps et même d'intrigue. En effet, il est prévu pour vingt heures de jeu, apparemment quinze si on supprime les fausses pistes. Par contre, la fin est relativement binaire, soit les joueurs ont suffisamment compris l'histoire et s'en sortiront, soit ils mourront.

 

L'aspect fantastique est très léger, on peut le rendre quasi inexistant. Ce qui est vraiment sympa au vue du niveau d'intrigue. En effet, je pense que plus l'enquête est complexe moins le fantastique doit jouer.

 

Quoi qu'il en soit, vous l'aurez compris je suis fan de ce scénario et j'ai hâte de le jouer. Je ne peux pas trop le comparer à Bombyx car pour moi, ils ne visent pas le même public, déjà au niveau de la profondeur, là où Bombyx fait un très bon scénar d'introduction au monde de Crimes, MME fait un très bon scénar pour un MJ et des joueurs aguerris. Voilà donc un scénar exigeant, mais très bien ficelé.

Critique écrite en mai 2009.

Vermer  

C'est donc un polar de chez polar que ce scénario. L'idée de l'intrigue est assez originale mais ce n'est pas le cas de la progression de l'aventure.

Le début est un peu maladroit et il va être dur d'impliquer les personnages dans l'histoire, mais admettons qu'ils s'embarquent sur l’enquête. Celle-ci est cohérente mais très répétitive dans sa progression : on interroge un PNJ, on passe au suivant et il y en a beaucoup et ils sont assez ennuyeux. C'est peut-être réaliste mais c'est très répétitif et sans rythme ni couleur. Rien qu'à la lecture on s’ennuie un peu à suivre cette enquête qui se traine. Seules une ou deux scènes, sur 22, sont inattendues et originales (l'auberge du Hongrois et l'Ottoman).

La fin est aussi plutôt décevante, un peu passive et le changement de cadre du dernier acte n’apporte pas la tonicité que l'on aurait pu espérer pour relever le rythme du scénario.

On a donc une solide enquête très morose et sans grand punch. Je ne pense pas que je puisse trainer mes joueurs à travers tant de monotonie et ce sur plusieurs séances pour boucler cette histoire. Ce n'est pas un si mauvais scénario, c'est juste beaucoup trop long et trop banal dans son déroulement.

Critique écrite en septembre 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques