Contenu | Menu | Recherche

Sex, Drugs and Rock & Rôle

Secrets of Skelos

.

Références

  • Gamme : Conan OGL
  • Sous-gamme : Conan - Deuxième Edition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 2008
  • EAN/ISBN : 978-1-905850-46-4
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 192 pages à couverture souple.

Description

Cet ouvrage tire son nom du Livre de Skelos (Book of Skelos), un texte de sorcellerie renommé dans les nouvelles de Conan et, sans surprise, propose nombre de règles additionnelles pour gérer les sorciers d'Hyborée, PJ ou PNJ.

Après une page de titre contenant aussi la table des matières et les crédits, puis une page d'introduction, Sorcery (45 pages) est un long chapitre exclusivement constitué de nouveaux sorts - 96 au total, répartis en15 styles différents - et de six nouveaux styles de magie : Cosmic, Fire magic, Frost magic, Hedge magic, Immortality, Serpent magic. Certains sortilèges sont directement inspirés des nouvelles de Conan et, lorsque c'est le cas, un court encart cite le passage d'où ils sont tirés. Le chapitre suivant est Feats of sorcery (10 pages) qui, comme son titre l'indique, propose quelques nouveaux dons pour les scholars : 10 dons généraux, 15 dons de sorcellerie, 3 dons de cultes. Certains de ces dons n'ont de sens qu'avec les règles présentées dans ce supplément.

Les trois chapitres suivants, Permanent sorcery (9 pages), Sorcerous items (9 pages) et Unusual items (15 pages) détaillent le système de création d'objets magiques, seule façon de produire un effet magique dépassant l'ordre des années ou de la vie du sorcier, et donnent plusieurs exemples de tels objets. La plupart d'entre eux sont, comme les sorts, directement tirés des romans, encart à l'appui. Unusual items contient aussi des objets extraordinaires mais pas forcément magiques comme, par exemple, les armes en argent. Le cas échéant, le coût pour créer un tel objet est indiqué, en argent et en XP, sans oublier les pré-requis associés.

Dans la même veine, Creatures of sorcery (18 pages) et Things that should not be (10 pages) traitent des monstres, qu'il s'agisse d'objets animés par un sorcier, des momies (un moyen pour les sorciers de prétendre à une quasi-immortalité), de démons invoqués ou de créatures créées de toutes pièces, à la façon d'un monstre de Frankenstein. Pour ces derniers, un système de points permet de calculer le coût de création de la créature en fonction de ses capacités. Pour les autres, quelques démons sont décrits avec leurs caractéristiques et, le cas échéant, avec un template pour PJ ou PNJ.

Tomes of ancient lore (11 pages) est un court chapitre présentant un système de recherche dans une bibliothèque ou dans un de ces ancients ouvrages maudits, dans lesquels les sorciers peuvent trouver des informations, puiser quelques bonus pour leurs travaux futurs, et découvrir de nouveaux sortilèges. Plusieurs exemples de livres sont donnés, ils occupent d'ailleurs la majeure partie du chapitre.

Rivals and foes (15 pages) ouvre la partie plus spécifiquement dédiée au MJ. Après deux pages contenant quelques conseils sur la façon de rendre un sorcier PNJ mémorable, le reste du chapitre est consacré à la présentation d'une dizaine de sorciers rencontrés par le Cimmérien : Atali, Hadrathus, le Maître de Yimsha, Natohk, Pelias, Thoth₋Amon, Tsotha-Lanti et Xaltotun, tous de niveau entre 17 et 20 ! Quelques profils de séïdes terminent ce catalogue d'ennemis.

Cults and conspiracies
(25 pages) présente un système permettant au meneur de gérer les organisations, chacune étant définie par sept caractéristiques : influence, domaine, richesse, degré de fanatisme de ses membres, pouvoir magique, pouvoir militaire, ouverture sur l'extérieur, à chaque fois sur une échelle de 0 à 5. Quelques tables décrivent les effets d'un affrontement entre organisations, mais aussi les différentes réactions d'une organisation confrontée aux actions des PJ. Le chapitre se termine par plusieurs exemples de cultes et quatre classes de prestige spécifiques : Lord of the Black Ring, Master of the Black Circle, Sorcerer of the Scarlet Circle, Master of Death.

Games mastering sorcery
(21 pages) complète le douzième chapitre du livre de base : Dealing with demons contient de nombreux conseils pour gérer les démons invoqués par les PJ, The rules of sorcery revisited revient sur les principes de la sorcellerie, Expanded war of souls rules propose un nouveau système d'affrontement onirique, quelques paragraphes traitent de l'achat, de la fabrication et de la vente des objets magiques, puis plusieurs pages donnent des conseils sur la façon de conduire une campagne basée autour d'un groupe de PJ tous sorciers. Other worlds présente ensuite l'univers des romans et ses "autres plans" : l'enfer, Yuggoth, etc. Quatre tables ferment le chapitre : 20 composants magiques, 20 objets étranges que l'on peut trouver sur les étagères d'un sorcier, 20 éléments d'ambiance et 20 astuces permettant à un sorcier d'échapper à ses assaillants.

Un index de deux pages et l'OGL terminent l'ouvrage.

Cette fiche a été rédigée le 25 mai 2009.  Dernière mise à jour le 16 mars 2016.

Critiques

The King  

Je n’avais pas été très tendre dans ma critique de Scrolls of Skelos, lors de laquelle j’indiquais les nombreuses lacunes du supplément. 5 ans plus tard, force est de reconnaître que cette seconde édition a parfaitement redressé la barre. Certes, on perd la couleur et le papier « pulp » de la 1ère édition, mais les 64 pages supplémentaires sont parfaitement utilisées pour un tel supplément.

Les illustrations sont toujours aussi peu nombreuses, mais les citations sont enfin référencées. De nombreux sorts font leur apparition et même si certaines écoles semblent peu howardiennes (magie de glace, du feu), d’autres sont tout à fait appropriées (magie cosmique, immortalité). Les nouveaux dons sont également bien dans le ton. Il ne manque désormais plus aucun sorcier, Pelias et Hadrathus étant désormais inclus.

La magie permanente a entièrement été revue. Elle devient jouable, même si les joueurs devront patienter un peu avant de créer leur bâton de sorcier, mais surtout elles donnent une idée de ce qu’il est possible de faire et des sacrifices que cela implique. Le chapitre sur les objets enchantés n’a pas beaucoup changé et celui sur les créatures a diminué de près de moitié (puisqu’on les retrouve dans le bestiaire de la seconde édition).

Le grand plus est la possibilité de pouvoir configurer les monstres crées ou les démons invoqués en fonction de diverses tables d’aptitudes et de caractéristiques, un peu comme dans Stormbringer et Elric !, et comme dans ces jeux, le coût est très élevé, mais au moins on peut toujours rêver (ou se faire plaisir), ce qui n’était pas possible dans Scrolls of Skelos.

Le chapitre consacré aux livres anciens et maudits est bienvenu et établit une sorte de lien logique avec l’Appel de Cthulhu.

L'atout majeur de ce supplément est le gros chapitre sur les cultes qui va donner des tonnes d’idées de campagne dans la mesure où divers facteurs sont quantifiés et permettent d’avoir une idée de la puissance relative de ces sociétés secrètes. On trouve donc l'influence, l'étendue (si une secte peut frapper n’importe où dans le monde ou seulement dans la ville à côté), la richesse, le fanatisme, la puissance magique et militaire et le niveau de discrétion. Le tout étoffé par des règles simples.

Pour ma part, ce supplément est exactement ce qu’aurait dû être la première mouture. Il ne manque rien, tous les ajouts sont judicieux et parfaitement jouables et il n’y a pas de remplissage inutile. Un sans faute en somme.

Critique écrite en juillet 2017.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques