Contenu | Menu | Recherche

Pendant que vous bossez, nous on joue !

Clockwork & Chivalry

Références

Thème(s) : Historique Fantastique

  • Ouvrages référencés : 2
  • Nombre de critiques : 0
  • Moyenne des critiques : 0

Description

Clockwork & Chivalry (C&C) emmène les joueurs dans une Angleterre alternative, vers 1645, époque troublée de guerre civile. Elle voit s'affronter depuis cinq ans les Cavaliers,  loyaux supporters de la monarchie protestante de Charles 1er, aux Têtes Rondes, défenseurs d'un parlement calviniste emmenés par Oliver Cromwell. Les Parlementaires ont leur QG à Londres et contrôlent plusieurs armées dont la célèbre New Model Army. Ils ont l'appui des Écossais. Les Royalistes ont aussi leurs armées, commandées par le Prince Rupert, et sont basés à Oxford (Nottingham dans la réalité). Ils ont le soutien des Irlandais.

Dans l'Angleterre alternative de C&C, chaque camp dispose d'une arme secrète. Dans les hautes sphères académiques d'Oxford, la tradition alchimiste est au service des conservateurs royalistes. Depuis l'invention de la Pierre Philosophale, les alchimistes comme Robert Doyle peuvent lancer des sorts liés aux éléments ou créer des potions. Le Prince Rupert est un alchimiste confirmé, et c'est lui le premier qui eut l'idée d'explorer les potentialités offertes par l'alchimie dans le domaine très concret du combat militaire. De leur côté, les parlementaires explorent les possibilités de la technique moderne, et plus particulièrement d'étranges machines de combat tout en métal et en engrenages, qui peuvent se mouvoir sans traction animale, grâce à d'ingénieux mécanismes à ressorts.

Le 14 juin 1645, les deux camps s'affrontent à la bataille de Naseby. Si dans l'histoire véritable les Têtes Rondes remportent la victoire, dans C&C le résultat de l'affrontement est tout autre. Fin stratège, Cromwell attire les armées royalistes dans un piège et les massacre grâce aux machines infernales de la New Model Army. Le roi Charles 1er est capturé, sera hâtivement jugé et décapité. Mais les alchimistes de combat du Prince Rupert, arrivés tardivement à la bataille, déchainent -littéralement- les éléments contre leurs ennemis. Les parlementaires sont décimés et perdent l'un de leurs trois précieux léviathans mécaniques.

La bataille n'est donc pas décisive. Chaque camp se replie sur ses bases, et tente de reconstituer ses forces. Prenant conscience du carnage entraîné par la lutte armée, les deux factions établissent une trêve militaire tacite, pendant que la lutte politique repart de plus belle. Mais la situation est extrêmement complexe car les Têtes Rondes et les Cavaliers ne sont pas les seuls à intriguer. La société anglaise est à un tournant de son histoire, les anciens préjugés sont battus en brèche, des idées aussi diverses que révolutionnaires font leur chemin, et chacun a bien conscience que tout est possible, que c'est le moment de se battre pour faire émerger une nouvelle société, une nouvelle façon de vivre. D'autres se battent désespérément pour conserver leurs privilèges, pour préserver le statu-quo, pour ne pas être dépassés par le modernisme. La famine menace, l'économie est au bord de l'effondrement.

Décembre 1645. Les joueurs incarnent des personnages issus de toutes les classes sociales, et appartenant à n'importe quelle faction. Qu'ils soient alchimistes ou mécaniciens, chevaliers ou valets, marchands ou fermiers, nobles ou parlementaires, tous luttent pour faire progresser leurs idées, ou tout simplement pour survivre. Selon l'orientation que les joueurs veulent donner à leur campagne il est possible aussi bien de jouer des Cavaliers que des Têtes Rondes ou toute autre faction qui essaie de composer avec le chaos ambiant. Et il est tout à fait possible que les joueurs appartiennent à des factions opposées car, à l'exception de quelques extrémistes, les gens ne sautent pas à la gorge de leurs adversaires politiques : souvent, dans une même famille, on appartient à des camps opposés. Et C&C comporte un mécanisme de jeu, les points de rectitude (righteousness), pour prendre en compte le fait que parfois on change de camp, convaincu par les arguments d'autrui.

C&C utilise les règles de RuneQuest version Mongoose II : compétences en pourcentages, et points de vie localisés notamment. Les règles ne sont pas fournies dans C&C, il faudra donc disposer du livre de base de RuneQuest (RQ).

Aux règles de Mongoose Publishing, C&C substitue quelques éléments pour cadrer avec le thème :

  • Les classes sociales prennent la place des origines culturelles de RQ.
  • Les professions de C&C remplacent celles de RQ.
  • Un nouvel attribut pour les personnages fait son apparition : la rectitude (Righteousness).
  • Les relations (background connections) prennent de l'ampleur.
  • Les factions se substituent aux cultes.
  • La magie fonctionne un peu différemment, bien que l'alchimie utilise des sorts de Magie Commune.
  • Les aptitudes héroïques disparaissent, mais les armes à feu font leur apparition, ainsi que et surtout les machines à clockwork.

Les clockworks sont des engins basés sur le principe du ressort à remonter comme en horlogerie. Cette aspect Mad Science permet de créer de puissants artéfacts, mais avec une limitation importante : l'autonomie. Il faut "remonter" ces engins comme une vulgaire montre mécanique. Si ce n'est pas très difficile avec de petits objets, cela introduit un aspect logistique original lorsqu'on parle d'un cheval mécanique ou d'un char d'assaut.

Les derniers ajouts sur cette gamme

Gamme Générale

Titre de l'ouvrage
Type ouvrage
Parution
Langue
Editeur
Support
Alchemist’s Wife (The)
première édition
Scénario / Campagneseptembre 2010Cubicle 7Papier et Electronique
Clockwork & Chivalry
première édition
Livre de basejuillet 2010Cubicle 7Papier et Electronique

Ouvrages recherchés

Thou Shalt Not Suffer
No Man's Land
Quintessence

Cette fiche a été rédigée le 8 février 2011.  Dernière mise à jour le 10 février 2011.

Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Organiser la gamme par ...