Contenu | Menu | Recherche

Le site du GROG, c'est comme le dieu de l'Ancien Testament : beaucoup de règles, aucune pitié !

Ordo Nobilis

.

Références

  • Gamme : Ars Magica
  • Sous-gamme : Ars Magica - 4ème édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Atlas Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 2000
  • EAN/ISBN : 1-887801-82-0
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 222 pages à couverture souple.

Description

Ordo Nobilis est consacré à la noblesse d'Europe Mythique et propose de nombreuses règles permettant de jouer des nobles (richesse, combat chevaleresque, etc.). Le premier chapitre (15 pages) est consacré à la société noble. Le deuxième chapitre (26 pages) est focalisé sur les personnages, leur statut social et leur évolution dans la hiérarchie nobiliaire. Le troisième chapitre (12 pages) traite de la loi et de la justice médiévales. Le quatrième chapitre (24 pages) est consacré aux passe-temps de l'époque, des festins à la chasse en passant par le conte. Le cinquième chapitre (28 pages) présente de nombreuses règles de combat optionnelles et un système de combat de masse permettant de gérer de véritables batailles. Le sixième chapitre (47 pages) est un survol quasi exhaustif des royaumes d'Europe Mythique et de leurs souverains.

 

Les trois derniers chapitres (56 pages en tout) sont des scénarios explorant chacun un des aspects présentés dans le supplément (un tournois, de la politique ; la justice ; la société noble, vue par le miroir déformant de la féerie). Le supplément se termine sur un bestiaire (chevaliers types, montures, chiens de chasse) de 5 pages.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 2 mars 2011.

Critiques

Eric Kouris  

Ordo Nobilis est un gros supplément traitant de la noblesse de l'Europe Mythique.
Le premier chapitre présente les personnes composant cette noblesse, du roi au chevalier. Les origines de la royauté et de la féodalité sont détaillées ainsi que les titres nobiliaires et les interactions entre ceux qui les détiennent.

Le second chapitre traite d'abord de la possession de la terre et de la monnaie. Il introduit une nouvelle unité, le penny mythique, permettant aux joueurs de maintenir facilement leurs comptes. Les moyens de crédit et la limite d'endettement sont amplement traités et servent de base à la progression sociale des personnages, traitée ensuite dans ce chapitre et qui permet à un personnage d'entrer dans la noblesse (d'être un "parvenu") et d'y évoluer. De nouveaux défauts et vertus sociaux sont proposés. Enfin l'apprentissage avec un maître et son coût sont détaillés. Les systèmes judiciaires médiévaux sont rapidement passés en revue et un système permettant de jouer un procès est proposé (le second scénario à la fin d'Ordo Nobilis permet d'utiliser ce système). Les sentences infligées sont par contre très rapidement traitées. Une fois ses obligations remplies, un noble dispose de son temps en loisirs, objets d'un chapitre. Les repas viennent en premier, suivis par la chasse (qui permet aussi de remplir les assiettes), les jeux, l'amour courtois ou encore raconter des histoires (les principaux cycles épiques médiévaux sont présentés). Ce chapitre se termine sur une dizaine d'accroches pour démarrer un scénario.

Les combats sont bien sur la raison d'être du chevalier et Ordo Nobilis y consacre un chapitre. Cela commence par des modifications des règles de base, reprenant principalement les armures, leur encombrement, leur protection, et leur coût. Le calcul du total d'encombrement en combat est modifié, limitant les jets de fatigue. Les combats en armure, avec de nouvelles tactiques, et les combats à cheval sont détaillés, ainsi que les tournois. Enfin un système simple permet de simuler des combats entre armées et les différentes techniques pour prendre un château sont présentés.

Le dernier chapitre présente (très) succintement l'histoire des différents royaumes composant l'Europe mythique, ne détaillant que très peu l'évolution des provinces les composant. Les monarques sont présentés ainsi que les principaux nobles. Cependant cette présentation s'arrête en 1220, sensé être le point de départ officiel d'une saga. On ne peut que regretter que les auteurs ne poussent pas plus avant, ce qui permettrait au Conteur d'intégrer plus facilement sa saga à l'histoire.

Trois scénarios détaillés complètent Ordo Nobilis.
Le premier s'adresse à des compagnons et des servants. La présence parmi eux d'un chevalier est souhaitable. L'intrigue se déroule durant la foire de Troyes, et sur fond de mariage entre les maisons de Flandre et de Champagne, ce qui est l'occasion d'un tournoi. Les joueurs devront déjouer une tentative de meurtre devant se produire pendant le dit tournoi. Le scénario reste cependant sans grand intérêt et les joueurs risquent de passer complètement à côté de l'intrigue, par ailleurs trop linéaire.

Le second scénario met les joueurs en contact avec le système judiciaire médiéval. Ceux-ci devront défendre les prétentions d'Albert, un proche d'un des servants de l'Alliance, sur une source guérisseuse qui se révélera être aussi une source de Virtus. Ils se trouveront confrontés au propriétaire actuel de la source, un cousin d'Albert qui a décidé de la vendre à une autre Alliance, rivale de celle des joueurs, au représentant de l'Eglise, et au gardien de la source, un mage de la Maison Criamon devenu prêtre. Les personnages devront aussi composer avec le Comte et son médecin aux pratiques fort douteuses. Ce scénario, par la complexité des intrigues, est bien plus intéressant que le précédant, mais il nécessite des joueurs qu'ils s'informent d'abord sur le système judiciaire.

Le dernier scénario prend prétexte d'une chasse au sanglier pour envoyer les personnages dans un regio féerique. Là vit une cour féerique sombre qui demandera une tête aux personnages pour les laisser repartir, à moins qu'ils ne gagnent plusieurs challenges et rétablissent l'harmonie dans le regio. Ce scénario est assez ouvert mais aussi très sombre (au sens propre comme au sens figuré, les mauvaises actions des joueurs se traduisant par une disparition progressive de la lumière) Ce scénario est le plus intéressant des trois.

En conclusion, Ordo Nobilis est un supplément qui vaut d'être acheté, même si j'aurais aimé que certaines parties soient plus développées.

Jérôme Darmont  

Un sacré pavé qui sera utile :
- à ceux qui veulent réparer le système de combat de la 4ème édition ;
- à ceux qui s'intéressent à la noblesse médiévale, à la gestion de domaine, etc. ;
- à ceux qui veulent profiter des trois scénarios.

Ca représente pas mal de qualités, au final ! :-)

JyP  

Ordo Nobilis est un véritable topo sur la noblesse et le système féodal, très voire trop complet sur certains points (avoir la liste de tous les seigneurs sur une période, ça fait plus annuaire qu'autre chose). Tout sur la vie de la noblesse au jour le jour, de manière exhaustive (ce qui rappellera les manuels d'histoire à l'école pour le public français, qui a donc moins besoin de ces précisions que le public américain, j'imagine).

On y trouve sinon une nouvelle gestion des vertus et vices sociaux (un addendum appréciable aux vertus et vices du manuel en fait), des règles de combat de masse et des modifications pour rendre le combat mano a mano jouable, des scenarii illustrant différents aspects de la noblesse.

Cependant, je ne peux mettre la note maximale car je trouve qu'Ordo Nobilis est un peu léger côté rapport noblesse/mages. Un des scenarii met en place la Cour d'Ombre, l'on parle un peu des pouvoirs d'ascendance divine que sont censés avoir les monarques, du roman de Renart. Mais quid du rapport particulier des mages de Jerbiton avec la noblesse, ou de la tolérance particulière de la noblesse du Languedoc vis-à-vis des mages ?

Bref, l'accent a été mis plus sur l'aspect historique que l'aspect mythique de la noblesse, ce qui démarque particulièrement Ars Magica de Pendragon. Sans doute trop à mon goût.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques