Contenu | Menu | Recherche

Dans le web 2.0, c'est quand même le 0 qui prend le dessus (Manu Larcenet)

Cités d'Or (Les)

.

Références

  • Gamme : Arkeos
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Extraordinary Worlds Studio
  • Langue : français
  • Date de publication : février 2005
  • EAN/ISBN : 2-915566-04-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 70 pages en couleurs

Description

Ce cinquième ouvrage de la gamme Arkéos est également le premier de la collection des "Carnets de Voyage", une série de suppléments explorant plus en profondeur le monde des années 30 selon Arkéos pour ceux qui souhaiteraient continuer à s'y aventurer après la campagne officielle. Ce premier volet décrit quatre des cités les plus célèbres de l'histoire de l'Humanité et propose également de passer derrière le miroir et d'en découvrir les traditions occultes. Chaque section propose en outre de nombreux conseils permettant de faire de ces mystérieuses cités le cadre de scénarios d'exploration et d'archéologie.

En guise d'introduction, la première partie décrit en 3 pages les différentes procédures pour mener à bien des fouilles archéologiques et fournit toutes les règles nécessaires en ce sens, avant de présenter le profil de quelques PNJ génériques (archéologues, ouvriers et barbouzes) ainsi que des créatures censée protéger les ruines ancestrales.

Les quatre cités décrites ans le reste de l'ouvrage sont Babylone, Carthage, El-Dorado et Angkhor. Chaque section propose une description de la civilisation ayant donné naissance à la cité en question, en distinguant la réalité historique et les événements occultes propres à l'univers d'Arkéos.

Babylone (14 p.)
Capitale de l'une des plus anciennes civilisations humaines, Babylone est demeurée célèbre pour ses jardins suspendus et la mythique tour de Babel. Cette section dresse un portrait rapide de l'histoire et de la culture babyloniennes ainsi que les forces surnaturelles qui les ont influencées. Elle détaille le chantier de fouilles et les différents sites et bâtiments que les personnages pourront explorer ou étudier, quelques PNJ locaux qu'ils pourront rencontrer, et enfin nu étrange objet magique qui leur permettra de revivre en direct certains événements importants de l'histoire secrète de Babylone.

Carthage (18 p.)
Cette section commence par décrit l'histoire de la cité, depuis sa fondation mythique jusqu'à son anéantissement par Rome, sa grande rivale. Le site archéologique est ensuite présenté, certains édifices comprenant des indices sur son histoire occulte. Enfin, cette section propose quelques PNJ locaux, les créatures surnaturelles intervenues dans l'histoire de Carthage, et enfin des informations sur l'univers parallèles dont elles sont issues.

El-Dorado (16 p.)
La "Cité d'Or" sud-américaine est décrite selon le même format que les précédentes : récit de l'histoire connue et secrète de la cité, description du site, des aventuriers qui y tentent leur chance et des populations autochtones, présentation de quelques PNJ marquants et informations sur la technologie et la magie que recèle le site.

A noter que l'histoire secrète de ces trois premières cités est liée par la présence des mêmes entités surnaturelles qui se sont chaque fois mêlées des affaires humaines, l'exploration des différents sites permettant aux aventuriers de rassembler les différentes pièces de ce "puzzle" occulte. Ces trois premières sections sont par ailleurs émaillées de conseils permettant au meneur de jeu de créer une mini-campagne reposant sur le "secret".

Angkor (14 p.)
La plus célèbre ville de l'empire khmer est décrite selon le même format que les autres cités, mais son histoire est totalement indépendante des trois premières. Après un résumé de l'histoire de la civilisation khmère et la redécouverte des ruines à l¿époque coloniale, cette section décrit les ruines et les fouilles menées par les archéologues occidentaux. Elle présente également quelques PNJ importants et décrit les nâgas, des créatures ophidiennes et magiques liées à l'histoire du site. Enfin, cette section fournit quelques informations complémentaires sur les difficultés d'exploration des ruines et les connaissances occultes que les PJ peuvent tirer de leur rencontre avec les nâgas.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Guilhem  

Je reste dubitatif devant l'orientation que ce supplément donne à la gamme Arkéos. Jusqu'à présent, l'univers d'Arkéos reposait sur l'action et l'aventure, le fantastique, bien que très présent, n'étant là que pour ajouter une "touche exotique" à l'ensemble. On pouvait d'ailleurs sans difficulté le réduire au minimum, voire le supprimer sans que l'atmosphère générale s'en trouve bouleverser. Avec Les Cités d'Or, cela s'avère nettement plus difficile, et ce supplément s'écarte de l'ambiance pulp classique pour se rapprocher fortement d'une atmosphère à la "World of Darkness" : des entités surnaturelles et surpuissantes qui manipulent l'humanité, faisant et défaisant les civilisations au fil de leur existence millénaire.

Cela me gêne d'autant plus que rien de ce que les trois premières civilisations décrites ont accompli n'échappe à l'influence surnaturelle : tous les grands événements de leur histoire sont dûs à ces entités venues d'un autre univers (l'idée que les éléphants d'Hannibal sont en réalité des monstres venus d'un autre plan m'a laissé profondément perplexe, entre autres choses). Et on se dit qu'à vouloir rajouter du "merveilleux", ce supplément a finalement l'effet inverse : comment admirer les réalisations des Babyloniens ou des Carthaginois, puisqu'elles ne sont pas le fruit de leur génie ou de leur inventivité mais d'une simple "intervention divine"...

L'omniprésence de ces entités et leurs jeux de pouvoir rappellent furieusement les Antédiluviens de Vampire : La Mascarade, où les humains ne sont finalement que des pions sans grand intérêt. Par ailleurs, les liens entre ces trois cités m'ont paru assez artificiels, même s'ils facilitent effectivement l'utilisation des différents sites dans une même campagne. De fait, ma préférence va à la description d'Angkor, qui se trouve être la cité où cette atmosphère "white-wolfienne" est la moins marquée et qui n'est pas liée au "métaplot".

Cela étant, l'ouvrage bénéficie d'une réalisation quasiment irréprochable : les textes sont clairs et agréables à lire, les informations historiques sont nombreuses sans tomber dans l'encyclopédique, et les différentes sections distinguent bien la vérité historique des ajouts fantastiques. Le meneur de jeu pourra donc très facilement retenir uniquement les informations historiques et ignorer le "metaplot" s'il désire revenir à une ambiance pulp plus traditionnelle.

Plup  

Babylone, Carthage, El Dorado et Angkor. J'étais très alléché par l'évocation de ces noms synonymes de mystère et d'aventure...

A la lecture de ce supplément, la déception l'emporte car je trouve les informations "réalistes" trop succinctes (je peux l'admettre pour El Dorado mais pas pour les trois autres). J'aurai également souhaité voir plus de plans, de photos ou de gravures. En bref, c'est un bon dépoussiérage sur les sujets et ça stimule l'imagination, mais ça reste léger.

Quitte à rester sur ce mode peu détaillé, d'autres cités mythiques auraient pû être ajoutées pour donner du poids à ce supplément : Petra, le Machu Pichu, Tenochtitlan...

A mon sens, la gamme Arkéos chute en qualité. C'est globalement un traitement du thème qui m'a beaucoup plu (à part les scénarios que je trouve trop bastons et dirigistes), mais ça s'essoufle !

Djez  

Ah les amis, je vous trouve un peu dur avec ce dernier opus d'Arkeos, même si je comprends parfaitement ce qui motive vos remarques.

En effet, je sens, moi aussi, une (légère) baisse d'inspiration chez les gars de l'EW-studio. La très faible épaisseur de ce carnet de voyage en est la parfaite illustration, et c'est vrai qu'on a du mal à avaler que ce petit bouquin famélique coûte aussi cher que les précédents suppléments. Y a un petit côté commercial là dessous qui ne me plaît pas beaucoup, mais bon, vu le professionnalisme d'EW-S jusqu'à présent, je pense que tout va très vite rentrer dans l'ordre.

Pour ce qui est du contenu, par contre, je ne suis pas d'accord avec les précédentes critiques. J'ai accroché, comme toujours. Les descriptions (réalistes ou délirantes) des quatres sites mythiques ont enflammés mon imagination, et franchement j'ai aimé. C'est certain que je n'utiliserai pas tout tels que c'est présenté, mais cependant je trouve que rien n'est à jeter. Bien sûr c'est un peu moins réaliste et un peu plus "cthuluesque" que d'habitude, mais franchement; est-ce un mal?

En fait, je pense qu'il ne faut pas voir Les Cités d'Or comme un supplément d'univers, mais plutôt comme une source d'inspiration pour de "gros-méchant" one-shot, des parties qui permettent de s'éclater sans retenu l'espace d'une longue (très longue!) soirée. Et c'est tout ce que je demande.

Dante  

Désolé, je vais être méchant mais c'est parce que jusque là la gamme était (et reste) excellente.

Je croyais m'acheter un supplément qui m'apporterait plein d'infos sur les civilisations précolombiennes. Vu la qualité des suppléments précédents et la critique élogieuse de Casus, je salivais d'avance. Je suis tombé de haut. D'abord le titre est mensonger : on ne parle pas dans cet opus des cités d'or, ou si peu. Il y est surtout question de types super balèzes venus d'une autre dimension ainsi que de nagas. J'aime bien les nagas mais là ça ne suffit pas. L'aspect documentation / civilisation passe presqu'entièrement à la trappe au profit de "dark secrets" que j'aurai pu demander à ma petite soeur d'inventer si vraiment j'avais été à cours d'inspiration. On sent que ce coup-ci les auteurs n'ont pas perdu trop de leur temps à ouvrir une encyclopédie. Tant mieux pour eux, dommage pour nous, car sur un jeu semi historique c'est une part non négligeable de ce que l'on attend d'eux. "Les cités d'Or" est souvent aux limites du grotesque, parfois au delà (les éléphants d'Hannibal), mais surtout ce n'est plus du Arkéos et c'est bien ce qui me gène. Je vois mal mes joueurs là-dedans. Cerise sur le gâteau, ce n'est pas passionnant à lire et ça m'est littéralement tombé des mains : un comble pour un bouquin aussi peu épais).

J'aurai mis 2 pour une gamme déjà moyenne ou plus "high fantasy" mais là je mets 1 parce que c'est mauvais et hors sujet. Si EWS veut faire de l'aventure Manga/Coup de latte, très bien, mais avec un autre nom pour un autre univers, histoire que les types comme moi qui vomissent ce genre passent leur chemin sans raquer et sans râler. Evidement le mieux serait de corriger le tir et de continuer à nous offrir l' "Indiana johnes like" de qualité qui reste la marque de fabrique d'Arkéos.

 

Enfin nos personnages archéologues vont pouvoir sortir de leur rôle de potiches intellos ! Dans la plus pure tradition d'Indiana Jones, 4 cités en ruines s'offrent à nous avec leurs antiques secrets. A nous d'écrire les scénarios bâtis sur l'histoire remixée en fantastique de Babylone, Carthage, El-Dorado et Angkor. Dans cet ouvrage, les règles de fouille, les sites tels qu'on les trouve dans les années 30, des PNJ de qualité, des trésors occultes authentiquement rescapés de civilisations perdues. Tout est pensé dans le détail jusqu'aux ouvriers locaux, ou aux agents du monde de l'ombre.

Être archéologue pourra faire la différence car c'est un travail de fouille, d'enquête et de diplomatie qui nous attend. Le côté fantastique est modulable à volonté mais il permet aussi de relier 3 cités en campagne pour aboutir à des secrets grandioses, et qui sait l'exploration de mondes inconnus, ou la rencontre d'êtres surpuissants, oubliés par les âges, que des maladroits pourraient bien remettre sur le mauvais chemin. La quatrième cité, Angkor, se prête volontiers à des ambitions plus modestes.

Et la campagne Arkeos me direz vous ? Cet ouvrage permet de la prolonger autant que de s'en détacher selon que l'on utilise ou non le filon de la civilisation perdue des Harayans. Au final, concision, richesse du détail et simplicité d'utilisation font de cet ouvrage une réussite et un modèle.

Docteur Fox - Casus Belli n°31

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques