Contenu | Menu | Recherche

War doesn't determine who's right, only who's left.

Fistful o' Zombies

.

Références

  • Gamme : All Flesh Must Be Eaten
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Eden Studios
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mars 2003
  • EAN/ISBN : 1-891153-84-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre petit format à couverture souple de 144 pages.

Description

Après Enter the Zombie et Pulp Zombie, ce troisième supplément propose d'intégrer le monde des Western à vos parties de All Flesh Must Be Eaten. L'action se déroule donc à la fin du siècle dernier, dans le sud-ouest américain. Duels au six-coups dans la rue principale, embuscades d'indiens, réputations à défendre... ce livre contient tout cela et même plus, avec un parfum de chair en décomposition. Les différents chapitres de l'ouvrage présentent des variantes du genre, avec plus ou moins de réalisme et d'héroïsme selon les souhaits du meneur de jeu.

En préambule à l'introduction, une nouvelle d'ambiance de 4 pages pose l'ambiance d'un Texas ensoleillé, poussiéreux et bourré de zombies. Après une transition présentant le genre du "western hollywoodien", on a droit aux conventions d'usage, une présentation de l'auteur et des chapitres qui suivent ainsi qu'un lexique des expressions imagées propres au western. On entre ensuite dans le vif du sujet avec le second chapitre "The Good, the Bad, and the Dead" (30 pages). Celui-ci présente tout d'abord le contexte historique (et moins historique) depuis 1830. Les thèmes importants du genre ont également leur place : le bétail, la loi et ceux qui la font respecter, les régiments de cavalerie, les chevaux et leurs homologues zombies... Des règles spécifiques sont également proposées : nouveaux défauts, nouvelles qualités, combat au 6-coups, lasso, duels, pendaisons, nouvelles armes, etc. Des tableaux sont fournis concernant l'équipement, les armes et l'argent, et on a 4 archétypes de niveau "norm" :
- Bandita : une hors la loi mexicaine
- Cowboy : le seul, l'unique...
- Gambler : le pilier des tables de jeu
- Saloon girl : serveuse et prostituée de saloon

Le troisième chapitre "Singing Cowboys" (21 pages) fait la part belle à ces héros de western qui poussaient la chansonnette après avoir flanqué une trempe aux méchants. Il s'agissait bien souvent de héros de séries particulièrement manichéennes, avec des méchants très méchants et des gentils particulièrement héroïques. De nouvelles règles permettent de faire jouer dans ce type d'univers, avec des avantages et des défauts particuliers liés aux pouvoirs de ces "baladins" de l'ouest américain, accompagnés de leurs superbes chevaux n'ayant rien à envier à Jolly Jumper et de compagnons de routes servant de faire-valoir. Les règles de combat sont également revues pour être plus spectaculaires et moins réalistes. Les méchants quant à eux sont décomposés en 3 catégories : les sbires (goons), les flingueurs (hired guns) et les chefs (bosses), par ordre croissant de puissance de feu. Le rôle des zombies dans ce genre de campagne est également explicité de façon surprenante, puisqu'il s'agit d'un mauvais scénario de film dans lequel les personnages seront les acteurs. Puis, une série d'idées d'aventures est fournie à l'attention du MJ. On a également deux nouveaux archétypes de niveau "survivor" : le "singing cowboy" et son innénarrable compagne au tambourin la "singing cowgirl".

Le chapitre suivant "True Grit" (20 pages) présente le genre des westerns à la John Wayne : un monde pour les durs à cuire. On ne meurt de ses blessures qu'à la fin du combat, quand on a décimé les rangs adverses. Les compagnons du dur à cuir sont des sources de nuisance, des faire-valoir destinés à le mettre en avant. Dans ce contexte, l'origine de l'invasion de morts-vivants est liée à une ancienne malédiction indienne des Anasazi. Une chose très ancienne relève les morts en leur insufflant de sa puissance... Deux nouveaux archétypes sont fournis pour aller avec ce genre de campagne : le "grizzled veteran" et la "tough gal", tous deux de niveau "survivor".

Le chapitre "Spaghetti with Meat" (17 pages) propose de se transposer dans le genre des "westerns spaghetti", produits par les compagnies italiennes. Le rythme y est lent, très lent, le spectateur sait très peu de choses sur ses héros solitaires (parfois même pas son nom), et l'intrigue peut être compliquée. Les héros, évidemment, sont extrêmement rapides à dégainer, et de préférences visuellement assez différents, vu qu'on ne les distinguera pas de par leurs dialogues. Dans ce contexte, l'invasion de morts-vivants vient d'un charlatan itinérant vendant une "potion magique" bien particulière. La campagne prenant place dans ce contexte est relativement détaillée par rapport aux autres, elle occupe 8 pages. Deux nouveaux archétypes de niveau "survivor" sont présentés : "The Drifter", un chasseur de prime et "Bad Girl", son homologue féminin.

Le sixième chapitre "Dances with the Zombies" (19 pages) axe le jeu sur les Indiens d'Amérique et en particulier les Sioux. Les personnages seront donc des "natifs", dans un contexte de ruée vers l'or et de confrontation armée entre tribus indiennes et colonnes de soldats menés par Custer. Mais rien n'est comme dans l'histoire, puisqu'un Manitou maléfique offre à Sitting Bull un moyen de se débarrasser définitivement des blancs sanguinaires. Malheureusement, en les transformant en zombies, la survie des tribus indiennes n'en est pas moins menacée, d'autant que ces zombies sont un peu plus intelligents que la moyenne. Ce chapitre décrit bien sûr la culture sioux (en fait les tribus Lakotas, Nakotas, et Dakotas) et fournit des règles pour créer des personnages Indiens : quelles compétences leurs sont interdites, quels sont les pouvoirs magiques des hommes-médecine, etc. Deux archétypes sont fournis, le "Sioux Brave", un guerrier Indien et le "Medecine Man", chaman. Tous deux sont de niveau "survivor".

D'autres types de campagne sont présentées sommairement au cours du septième chapitre "Other Settings" (21 pages) :
- "Bloddy Old Muddy", où les confédérés ont inventé une arme bactériologique tandis que les personnages jouent au poker sur un steamer du Mississipi.
- "Here Comes the Cavalry", où les personnages sont des membres de la cavalerie à la frontière des territoires indiens.
- "North, to Alaska" est une campagne se déroulant dans les terres inhospitalières du Yukon, où les personnages iront chercher de l'or.
L'ouvrage se termine sur 6 pages de règles de conversion pour Deadlands, et une page d'index. Tout au long de l'ouvrage, de courtes nouvelles égaient la lecture.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

2-Gun Bill  

Fistful o' Zombies est un petit supplément très sympathique pour les PJ de AFMBE qui veulent marier zombie et six-coups. La première réaction est de se dire que Deadlands existe déjà sur ce maché et justement: l'intelligence est d'avoir confié l'écriture de Fistful o' Zombie à Shane Hensley, créateur de Deadlands. Celui-ci a eu à coeur de faire quelque chose de différent de son autre univers.

Les différents décors de campagne proposés sont variés, même si celui des cow-boys chanteurs est à mon avis injouable pour des joueurs non-américains, eu égard à l'absence de toute référence culturelle pour nous.

Comme d'habitude avec les suppléments AFMBE, on se voit mal en faire des campagnes, mais pour quelques one-shots western/horreur qui permettent de ne pas avoir à se plonger dans l'univers trop riche de Deadlands, ce supplément est parfait.

Son of Humakt  

Premier ouvrage que j'ai acheté pour la gamme de AFMBE. Joueur invétéré de Deadlands, j'ai tout de suite apprécié l'ambiance qui se dégage de la couverture qui rappelle "Et pour quelques dollars de plus". L'intérieur ne m'a pas déçu. Cependant quelques petits défauts qui lui font rater de très peu la note de 5.

LA FORME

Petit livret au format A5, toujours la pellicule plastifiée, qui se détache des coins après quelques manipulations, particulière aux suppléments produits à partir de 2003. Les illustrations font partie des plus belles et plus évocatrices que j'ai pu trouver parmi les suppléments de la gamme AFMBE. Mention spéciale pour celles illustrant le deadworld de la Cavalerie des États-Unis.

LE FOND

"Le Western horrifique". Intéressant. Notamment pour les férus de westerns, il donne un bon aperçu de l'évolution de ce genre cinématographique à travers le XXème siècle. La présentation en chapitres aborde à chaque fois une de ses facette différente (indiens, spaghettis, western manichéen, etc.). Pas mal de background et un petit peu de règles à chaque fois bien amenées, sans que l'ensemble devienne indigeste.

LA JOUABILITE

Chapeau (de cow-boy) bas, car c'est un des suppléments que j'ai le plus facilement utilisé lors de parties en dehors de l'univers d'AFMBE (pour des parties de Deadlands, il contient d'excellentes idées), puis pour des scénarios AFMBE isolés ou des mini campagnes.

LA CLARETE

Du background "intelligent" qui permet au lecteur de comprendre le genre en lui-même et d'amener ou non certains éléments de celui-ci dans les parties (indiens, cavalerie, spaghetti, true grit, etc..). Chaque ajout de règle est bien pensé et ne vient alourdir ni la lecture du supplément ni les informations sur la fiche de personnage. 

CE QUE J'AIME

Le genre qui est bien traité (dans tous les sens du terme). Le bon équilibre entre règles, informations et éléments de scénario, les Deadworlds clairement différents les uns des autres et qui ne ressemblent pas à des copier/coller d'autres suppléments de la gamme.

CE QUE JE N'AIME PAS

Le film protecteur de la couverture qui sont de mauvaise qualité, l'absence d’ajout de règles pour permettre une conversion vers le système de Deadlands, et qui aurait permis d'avoir un Deadworld de plus ou quelques éléments de background en supplément.

Critique écrite en août 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques